Discussions dans la niche

Pour les amis, fidèles à mon site
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le Pen persiste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Clode
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 4621
Age : 60
Date d'inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Le Pen persiste   Ven 25 Avr - 18:05

Le Pen persiste à qualifier de "détail" les chambres à gaz nazies

Le président du FN persiste et signe dans une nouvelle interview : "les chambres à gaz" sont toujours pour lui "un détail de l'histoire". Il prédit par ailleurs que la France sera "à majorité musulmane" dans 50 ans. Le président du FN affirme qu'il avait "interdit" la diffusion de cet entretien.

Le président du FN, Jean-Marie Le Pen, affirme une nouvelle fois qu'il lui paraît "évident" que "les chambres à gaz étaient un détail de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale".
"J'ai dit que les chambres à gaz étaient un détail de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale : ça me paraît tellement évident", déclare-t-il dans une interview au mensuel généraliste Bretons, diffusé en Bretagne et en région parisienne, en kiosque vendredi 25 avril.
Jean-Marie Le Pen, qui rappelle ensuite le nombre de morts total de la seconde guerre mondiale, en avançant le chiffre de "50 millions de morts", est interrompu
par le journaliste : "le problème n'est pas de savoir le nombre (de morts) mais la manière dont ils ont été tués", et que l'on a "déporté des gens pour les amener dans des camps juste pour les faire tuer", lance l'interviewer.
"Mais ça, c'est parce que vous croyez à ça. Je ne me sens pas obligé d'adhérer à cette vision-là. Je constate qu'à Auschwitz il y avait l'usine IG Farben, qu'il y avait 80 000 ouvriers qui y travaillaient. À ma connaissance, ceux-là n'ont pas été gazés en tout cas. Ni brûlés", répond Jean-Marie Le Pen.


Un "détail"

Alors que le journaliste rétorque que des travaux d'historiens de toute sensibilité politique ont montré la réalité de la déportation à fin d'extermination, Jean-Marie Le Pen répond : "Ce n'est pas le problème. Je n'ai pas contesté, j'ai dit que c'était un détail", a-t-il dit.
"En quoi cela méritait-il 150 millions d'amendes ? Est-ce un pays de liberté où une phrase, si contestable soit-elle, et prononcée par un homme public, mérite 150 millions d'amende, et la mise à l'index de l'individu, et de son parti ?", ajoute-t-il, en allusion à la procédure judiciaire qui avait suivi sa première utilisation de ce mot de "détail", en 1987 sur RTL.

La France "sera à majorité musulmane"


Jean-Marie Le Pen parle également de ses rapports avec la Bretagne, sa région d'origine, et d'immigration.
Il explique qu'il n'est "pas sûr" que la France existera encore dans 50 ans, affirmant que "sur le papier" elle sera "à majorité musulmane", comme c'est le cas aujourd'hui selon lui à "Roubaix", "Marseille", ou dans la "banlieue parisienne, ou en sortant du métro vous vous trouvez à Tombouctou ou Casablanca".
"La population musulmane qui s'implante à Quimper ne met pas la coiffe. Elle met le voile. Et la Bretonne qui habite ce quartier de Quimper, elle met aussi le voile pour ne pas avoir de problèmes", dit-il.

Une interview "interdite"

Jean-Marie Le Pen a réagi vendredi matin à la publication de cette interview en affirmant qu'il avait "interdit" au magazine de la publier.
"Le magazine Bretons publie sous mon nom un interview dont il a d'ailleurs diffusé avant parution des extraits qui se veulent provocateurs", affirme Le Pen dans un bref communiqué.
"Non seulement je n'ai pas autorisé Bretons à publier cet interview, mais je le lui ai interdit expressément par lettre recommandée il y a déjà 15 jours", ajoute-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/et51claude
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Le Pen persiste   Sam 26 Avr - 0:15

Bon, oui, mais Le Pen il est pas (et ne sera jamais) au pouvoir ; par contre son émule, déguisée en démocrate, pourrait bien dire d'ici une dizaine d'année que la chasse aux sorcières en France n'était qu'un détail politique... (nos orphelins en parleront...)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
hirondelle
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 2164
Age : 56
Date d'inscription : 26/06/2007

MessageSujet: Re: Le Pen persiste   Sam 26 Avr - 10:31

J'ai lu, aussi, qu'il persistait dans ses idées (et c'est normal pour un extremiste de droite)
Mais l'autre que nous avons en t^te de notre pays et qui se dit de droite (mais plutôt de la droite extrême) et qui nous met dans une m... toitale, c'est autre chose No
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondedhirondelle.e-monsite.com
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Le Pen persiste   Dim 27 Avr - 0:45

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Clode
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 4621
Age : 60
Date d'inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Le Pen persiste   Jeu 1 Mai - 7:46

Le Pen s'attaque
à «Bienvenue chez les Ch'tis»


Le grand succès du film de Dany Boon est aux yeux du patron du FN un signe de «décadence de l'esprit français».


«Médiocre». C'est le qualificatif utilisé mercredi sur France Inter par Jean-Marie Le Pen pour qualifier le film de Dany Boon « Bienvenue chez les Ch'tis ». Initialement interrogé sur la banderole insultante pour les «Ch'tis» qui avait été déployée lors du match de football PSG-Lens, le président du Front national a répondu: «C'est une bulle de savon. On sait qu'il y a des banderoles plus ou moins fines, intelligentes et de bon goût». «On a monté cette affaire de façon dérisoire, d'autant que - je vais peut-être choquer beaucoup de gens - j'ai trouvé le film qui en était à l'origine très médiocre», a poursuivi le leader frontiste.

«À Valenciennes, on n'a pas cette allure-là»



Jean-Marie Le Pen y a vu «plutôt une charge contre le Nord et le Pas-de-Calais qu'un film de promotion». «Les gens auraient pu être fâchés», selon le patron du FN pour qui, «à Calais, Dunkerque ou Valenciennes», «on n'a pas cette allure-là». «Comment imaginer qu'une telle foucade médiocre ait pu rassembler 20 millions de téléspectateurs?», s'est-il interrogé. «C'est une conséquence de la pulsion médiatique». «Je crains que ce ne soit un signe de la décadence de l'esprit français», a-t-il assuré.

Un défilé du 1er Mai
morose pour Le Pen


Le président du Front national a suscité une nouvelle polémique, alors que son parti traverse une crise.

Pour la trentième fois, le FN organise jeudi un défilé en souvenir de Jeanne d'Arc. Un défilé plus modeste que d'habitude. En effet, contrairement aux années précédentes, celui-ci n'aboutira pas place de l'Opéra, mais en partira, pour s'achever place des Pyramides, où Jean-Marie Le Pen prononcera son discours. Le FN attend sensiblement moins de participants cette année. D'abord parce que le contexte est morose pour lui. Mais aussi en raison des économies qu'il a dû faire sur les dépenses d'autocar, alors que beaucoup de militants sont d'habitude acheminés pour un prix modique par des véhicules affrétés par le FN. La place des Pyramides est beaucoup plus petite que celle de l'Opéra. Selon Jean-Marie Le Pen, c'est parce que celle-ci n'était pas disponible en raison des travaux qu'un autre lieu a été choisi.
Contexte sombre pour le FN. Il y a bien sûr sa situation électorale, alors que les municipales ont confirmé son recul électoral de la présidentielle et des législatives. En conséquence des législatives, l'aide publique a été considérablement diminuée, ce qui a conduit le parti à réduire en proportion son train de vie. Le Front national compte bien sur la vente de son siège de Saint-Cloud, le «paquebot», pour assainir sa situation financière. Mais cette vente tarde à aboutir et le vaste immeuble de la rue Dantan n'a pas encore trouvé preneur, bien qu'un appel d'offres ait été lancé. Et le FN est endeuillé par la mort subite, vendredi dernier, de Jean-Claude Varanne, très ancien coéquipier de Jean-Marie Le Pen et directeur de l'hebdomadaire du FN National Hebdo.
À ces difficultés, s'ajoute une nouvelle polémique, après la publication par le mensuel Bretons d'une interview dans laquelle Jean-Marie Le Pen réitère ses propos sur le «détail» des chambres à gaz. Une interview qui pourrait lui attirer de nouvelles poursuites judiciaires et qui a créé de vives tensions internes dans son parti. Le président du FN se défend en soulignant qu'il avait interdit au mensuel, par lettre recommandée, la publication de l'interview. Il n'a donc, souligne-t-il, «pas renvoyé la copie qu'il avait reçue pour correction, et donc pas l'accord» sur le contenu de l'entretien.



«Repartir au combat»


Sa fille Marine, dont on sait combien elle désavoue toute allusion à la Seconde Guerre mondiale, a pris ses distances en déclarant qu'elle ne «partageait» pas la «vision» de son père sur les chambres à gaz. Largement aussi significative est la tribune publiée sur son blog par Louis Aliot. «Une fois de plus, les propos de Jean-Marie Le Pen sèment un certain trouble dans nos rangs militants», écrit le secrétaire général du Front national qui ajoute : «ce sujet est conflictuel» et «divise d'une manière très importante notre famille politique et sert d'épouvantail à une grande majorité de Français».
«Nous sommes un certain nombre de responsables, de cadres, de militants, d'adhérents à ne pas porter sur les événements de la Seconde Guerre mondiale le même regard que Jean-Marie Le Pen», poursuit Louis Aliot, selon qui les propos de Jean Marie Le Pen sur la Seconde Guerre mondiale «n'engagent pas le Front national».
Certes le secrétaire général prend soin de préciser que «tout cela n'enlève rien à la confiance, à l'estime, à la considération et au respect» qu'il porte à Le Pen dont il vante «la clairvoyance, le courage, la ténacité et le dévouement». L e sujet de la Seconde Guerre mondiale «ne constitue pas pour nous une ligne de fracture», assure-t-il même.
Il n'empêche que cette charge, de la part de ce proche de Marine Le Pen, paraît bien s'inscrire dans la perspective de la succession du président du FN, âgé de 79 ans. D'autant que Louis Aliot exhorte à «resserrer les rangs et repartir au combat dans l'ordre et la discipline». Il cite la récente manifestation contre les régularisations de sans-papiers organisée par Marine Le Pen, comme «un exemple à suivre». La fille du président du FN, qui sera présente au défilé, est ainsi érigée en remplaçante attendue de son père.
» INTERVIEW - Fourquet : «Je ne crois pas à une remontée»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/et51claude
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Pen persiste   Aujourd'hui à 17:15

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Pen persiste
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Toux sèche et bruyante qui ne passe pas...
» L'affaire Coffin: un doute qui persiste
» Mr N.BOUKROUH PERSISTE ET SIGNE !! LA NATION EN QUESTION ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions dans la niche :: Aboiements :: Vos coups de gueule-
Sauter vers: