Discussions dans la niche

Pour les amis, fidèles à mon site
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Vidés, les cendriers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Vidés, les cendriers   Mer 6 Fév - 20:58

Vidés, les cendriers

En faïence, en verre, en métal, frappé aux marques d’apéritifs, l’objet faisait le bonheur des chineurs et des fumeurs. Avec l’interdiction de fumer, il a disparu des tables de bistrot et ne vaut pas bien cher sur les étals des puces.

Avis à ceux qui ne sont pas sortis de chez eux depuis le 1er janvier : il n’y a plus aucun cendrier dans les bars et restaurants. Loi antitabac oblige. Question : Que sont ces objets devenus ? Réponse : ça dépend. Une partie a atterri, sous la chaleur dispendieuse de radiateurs à gaz, sur les terrasses aménagées à la hâte pour ce qu’il reste de fumeurs. Une autre est partie à la poubelle ou à la cave, jurent les bistrotiers, menacés d’amende par des inspecteurs zélés (jusqu’à 750 euros). Le reste, enfin, a été emporté par des clients fétichistes et de rares brocanteurs misant sur le très long terme. Les derniers modèles de cendriers publicitaires - en verre, opaline, mélamine et autres consternantes résines - ne brillaient guère par leur esthétique. Mais un jour, peut-être, ces mochetés seront-elles aussi exotiques que les cuillères à absinthe.
Blanc laiteux ou jaune Suze
Le cendrier publicitaire, version table ou comptoir, est mort et presque enterré. Déjà pas terrible en termes d’image (si l’on se souciait de santé publique), ce vecteur de com est désormais entièrement neutralisé par son bannissement des lieux fréquentés. Les fabricants et grossistes disent miser beaucoup sur les cendriers de poche, qui se sont mis à pulluler. Des objets aussi excitants que des porte-clés et sans doute promis au même avenir : d’éphémères collections.
Mais le vrai, le beau, le grand, le vieux cendrier en porcelaine ou en faïence, aux couleurs de Dubonnet ou Cinzano, d’un blanc laiteux ou d’un jaune Suze, a-t-il encore un avenir ? un prix ? un marché ? Article de brocante par excellence, il se chine encore un peu en province, avec beaucoup moins d’enthousiasme qu’hier. Il y a de tout à tous les prix (de 1 à 80 euros), rarement des pièces exceptionnelles. «On verra avec les premières brocantes de printemps si l’interdiction du tabac dans les lieux publics a un effet quelconque sur le marché», indique Serge Strugar, de Broc2Bars (Paris, XIe), qui en doute fortement.
Une visite exhaustive des puces de Saint-Ouen confirme le pressentiment : les cendriers publicitaires n’excitent plus grand monde en région parisienne. Sur les marchés haut de gamme (Serpette, Paul-Bert, Biron), où ils n’ont jamais été légion, ils ont quasiment disparu. Il n’y a guère que sur le marché Vernaison qu’on en voie encore, à des prix qui excèdent rarement les 30 euros. Les cendriers Suze en faïence jaune, de la manufacture du Moulin des Loups (Orchies), sont affichés à 15 euros ; on vous les lâche à 10.
Une céramique en forme d’oiseau, vantant la crème de cassis Lejay-Lagoute, peut se trouver sur un stand à 25 euros, et sur tel autre à 60. La grenouille verte de L’Héritier-Guyot vaut 10 euros ici, 30 euros là, et jusqu’à 350 euros sur des sites d’enchères ! La plus large collection du marché Vernaison se trouve au boulevard des Ecritures (Allée 7, stand 128 bis).
Un marchand de la rue Paul-Bert (stand ABCD) croit savoir que la mode des cendriers publicitaires est révolue «depuis un an». «C’est comme les petites salières en forme d’animaux : il y a eu un engouement très fort, et maintenant, on n’en vend plus une seule.» Du coup, ABCD a remisé son stock de cendriers au fin fond d’un dépôt en attendant des jours meilleurs. D’autres les proposent en vrac, tous au même prix pour s’en débarrasser, qu’il s’agisse de beaux objets en faïence de Lunéville aux couleurs du champagne Besserat ou de vilaines choses en plastique rouge siglées Tuborg (12 euros, dans un cas comme dans l’autre).
Gros bazars en métal
Il reste bien sûr des amateurs pour les pièces rares. Certains cendriers en céramique produits en petites séries par de grandes fabriques (Longwy, Orchies, Lunéville, etc.) peuvent atteindre les 300 euros. On a vu des anciens cendriers de comptoir en bronze ou en cristal se vendre «jusqu’à 2 000 ou 3 000 euros, comme des pièces d’antiquité», assure un autre spécialiste.
La grande époque des objets publicitaires (affiches, plaques émaillées, objets divers), ce furent les années 80. «A l’époque, il y a eu de gros collectionneurs, se souvient Hervé Morvan, qui possède une boutique spécialisée rue Saint-Paul à Paris. Aujourd’hui, c’est redevenu une marchandise classique.» Par ailleurs , estime Hervé Morvan, «la brocante n’intéresse plus les Parisiens. Et puis le métier de pucier est appelé à disparaître, puisque tout le monde peut le faire maintenant».
Ce qui est en vogue actuellement, ce sont par exemple les objets récupérés dans les usines et les ateliers : établis, chariots, gros bazars en métal qui partent parfois à plus de 2 000 euros. L’heure est aux spécialistes, aux modes pointues lancées par les décorateurs, aux choses patinées et improbables. Alors, les cendriers publicitaires qui prolifèrent dans les déballages de province ou sur eBay, qui intéressent-ils encore sinon ceux qui cherchent amoureusement dans les marques de vins cuits et de liqueurs disparues les reliefs colorés de leur passé ? Un temps où l’on fumait encore dans les bistrots…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
 
Vidés, les cendriers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» vidéo sur la normandie
» Nouvelles vidéos JPMBB
» Jeux vidéos - Quels consoles avez vous
» nous n'irons plus au bois vidéo
» La vie comme un roman (vidéo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions dans la niche :: Discussions libres :: Parler de tout et de rien...-
Sauter vers: