Discussions dans la niche

Pour les amis, fidèles à mon site
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Internet n'a pas encore tué le disque ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
TdL
Admin


Nombre de messages : 2184
Date d'inscription : 11/06/2007

MessageSujet: Internet n'a pas encore tué le disque ...   Ven 25 Jan - 21:53

e nouvel album "physique" du groupe Radiohead est actuellement numéro un des ventes de disques compacts ! Cette performance n'est pas anodine. Elle met à mal l'analyse des industriels du disque qui attribuent exclusivement la crise de leur secteur au téléchargement gratuit sur Internet.

Début octobre, Radiohead a lancé son nouvel album, Rainbows, en téléchargement sur Internet gratuit ou payant, le prix étant fixé par l'internaute. L'expérience a été un immense succès. Selon les indications, le prix moyen payé par les acheteurs s'est situé aux alentours de 6 euros, mais nombreux sont aussi ceux qui ont décidé d'acquérir les fichiers MP3 gratuitement. Ces derniers ont également été largement diffusés sur les réseaux P2P (peer to peer) et pourtant le CD mis en vente en magasin deux mois plus tard a trouvé son public. Comme quoi le gratuit n'a pas tué le payant. Le MP3 n'a pas non plus tué le disque.


Bien sûr, il s'agit de Radiohead. On peut penser que le même schéma ne s'appliquera pas à des groupes de moindre notoriété. Radiohead n'a sans doute pas inventé le nouveau business model de la musique, mais cette magnifique opération de communication prouve que le CD est encore bien vivant.

La crise qui affecte le disque est bien évidemment liée au phénomène de piratage sur Internet - mais la piraterie n'est pas la cause unique de la crise, loin s'en faut. Elle trouve également sa source dans la banalisation du CD, qui a perdu, dans les dernières années, une grande partie de son pouvoir de séduction. Pourquoi le disque compact ne fait plus rêver ? Les réponses sont nombreuses. L'industrie du disque est devenue en vingt ans plus industrielle que culturelle, phénomène aggravé par la concentration et son corollaire : le tout-marketing. Plus spécifiquement, la disparition de points de vente de disques est alarmante. Cette situation n'est pas inéluctable. Le ministère de la culture prépare actuellement un plan d'aide aux libraires dits traditionnels (3 000 libraires en France, et... 60 disquaires plutôt mal en point). Peut-être peut-on l'adapter et le transposer. Il faut aussi, à l'instar de certains labels indépendants, encourager les libraires à vendre des CD et aider les survivants. Mais, surtout, il faut cesser d'opposer la distribution traditionnelle et Internet, le CD, les nouveaux modes de consommation de la musique : MP3, iTunes, téléphones mobiles, etc.

Le CD, premier support numérique, est bien plus performant et fiable que le MP3, qui compresse et aplatit les sons. Il a ouvert la voie à une génération impressionnante de supports et reste compatible avec les lecteurs de DVD. De plus, l'écoute d'un CD est axée sur un artiste, son album. Les nouveaux médias de consommation sont plus globaux : compilations ou heures de musique. On revient à une notion de musique au kilomètre - musique d'ambiance, lounge, pop, qui a toujours existé mais baigne maintenant notre quotidien. Il n'y aura ni opposition ni substitution, mais complémentarité et croissance du marché sur tous les supports. Ikea n'a pas éliminé les antiquaires, le train reste compétitif face à l'avion, la télévision disait-on dans les années 1960 allait tuer la presse et la radio - il n'en fut rien.

L'industrie du disque au contraire a vécu Internet comme une menace plutôt qu'une opportunité. Les majors n'ont pas su prendre la révolution en marche. Shawn Fanning, fondateur de Napster et inventeur du peer to peer, était prêt à passer un accord avec elles pour légaliser son site. Elles ont préféré le poursuivre en justice, puis le racheter, faisant échouer son entreprise. Elles ont ainsi perdu beaucoup de temps, réprimant l'innovation et laissant échapper l'occasion d'en recueillir les fruits. Quelques années plus tard, en lançant iTunes, Apple s'empare de 80 % du marché du téléchargement payant, fixant unilatéralement le prix de la musique. On entrait alors dans le bras de fer entre producteurs de contenus et tuyaux : fournisseurs d'accès sur Internet, géants de l'électronique, de l'informatique et de la téléphonie.

En ce moment même se joue l'avenir des industries de contenu, qu'il s'agisse du disque, du DVD, de l'image et de l'écrit. Il y a toujours deux manières de sortir des crises. Par le bas : les producteurs deviennent de simples sous-traitants des grands opérateurs. Ces derniers imposent les prix et les formats, asservissent les créateurs et la création. Big Brother n'est pas loin. Par le haut : les producteurs (majors et indépendants) parviennent, avec l'appui des pouvoirs publics, à obtenir des opérateurs une juste rémunération à même de financer la création et la production. Cette approche nécessite l'existence de syndicats ou sociétés de gestion collective qui permettent aux producteurs indépendants de défendre leurs intérêts. Les producteurs indépendants du disque viennent ainsi de créer, à Londres, une agence baptisée Merlin, qui négociera des accords collectifs avec les utilisateurs de contenus musicaux.

Revaloriser le disque, améliorer sa distribution, rechercher le juste prix, élargir l'offre légitime sur Internet sont autant de moyens de lutter positivement contre la piraterie. Mais, surtout, la reprise du marché suppose l'existence et le développement, à côté des grands groupes de communication, d'un tissu de petites et moyennes entreprises culturelles indépendantes - acteurs incontournables de la diversité. Défendre la diversité, c'est défendre une certaine forme d'artisanat. Il faut pour cela créer un statut spécifique de l'entreprise culturelle dans les domaines juridique, fiscal et social.

J'ai conservé précieusement les lettres que m'ont adressées Jacques Chirac, Lionel Jospin, Alain Juppé, Jack Lang m'assurant que le gouvernement allait ramener le taux de TVA sur le disque au taux réduit du livre. Chaque fois, la Commission européenne s'y est opposée, chaque fois elle a avancé des arguments insensés arguant du fait que le disque n'est pas un bien culturel. Est-ce cela l'Europe de la culture ?

On est bien loin d'une politique européenne de civilisation qui placerait la culture au-dessus de l'économie. Une baisse de la TVA sur le disque aurait des effets immédiats. Une harmonisation sur les biens culturels créerait une dynamique considérable non seulement dans le domaine du disque mais aussi du livre, du DVD et des nouveaux médias. Quant aux libraires, ils n'attendent que cette mesure pour élargir leur offre aux disques compacts, aux livres-CD ou DVD-livres. Cette situation permettrait de compenser la disparition des disquaires spécialisés et dynamiserait nombre de libraires qui deviendraient des magasins de biens culturels.

Une baisse de la TVA serait l'occasion de repenser et de reconstruire nos systèmes d'aide à la production musicale et au développement d'artistes, dans l'intérêt général de la filière musicale. En outre, la baisse du prix du disque consécutive à la baisse de la TVA pourrait réduire le téléchargement illégal et gratuit, améliorant par là même la santé des distributeurs, tant physiques que numériques, ainsi que la diversité de l'offre.

Nicolas Sarkozy, dans sa lettre de mission à Christine Albanel, mentionne clairement l'objectif de baisse de TVA sur le disque ; la France prenant la présidence de l'Union européenne, il pourrait saisir cette occasion pour inscrire cette mesure dans une politique européenne qui donne à la culture et aux PME culturelles la place qu'elles méritent. On en est encore très loin. Ce qui est en jeu c'est la diversité culturelle, la liberté de choix des citoyens européens, l'avenir de l'Europe.


--------------------------------------------------------------------------------

Patrick Zelnik est PDG de la maison de disques Naïve.

_________________

TdL, féline et non cabot'in !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clode
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 4621
Age : 60
Date d'inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Internet n'a pas encore tué le disque ...   Ven 25 Jan - 22:57

En 1987, le triple effet de la baisse de la TVA, du lancement des CD à la place des vinyles, et de l'accès à la publicité télévisée pour l'industrie du disque a dopé les ventes. La baisse de la TVA aura forcément un effet volumétrique sur les ventes Si elle était baissée au niveau de la TVA du livre.

Reste à savoir si les distributeurs n'augmenteraient pas leur marges de ventes!
scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/et51claude
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Internet n'a pas encore tué le disque ...   Sam 26 Jan - 0:59

Clode a écrit:

Reste à savoir si les distributeurs n'augmenteraient pas leur marges de ventes!
scratch

Oui, comme pour le foncier : la TVA sur les terrains à bâtir est passée de 19,6 à 5,5, il y a quelques années : aucun acquéreur ne l'a vu ... Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Clode
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 4621
Age : 60
Date d'inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Internet n'a pas encore tué le disque ...   Sam 26 Jan - 12:24


Radiohead avait infligé un sérieux camouflet à l'industrie du disque en proposant In the rainbows au prix que les Internautes voulaient. Le groupe anglais continue sur sa lancée en sortant finalement son dernier album dans les bacs. Mais sa commercialisation a été confiée à des labels indépendants : XL Recordings dans les pays anglo-saxons et Naïve en France. Surprise, l'intérêt du public pour In the rainbows ne s'est même pas émoussé : il triomphe dans les charts du monde entier. Il a même commencé l'année en prenant la tête des classements des meilleures ventes d'albums aux Etats-unis, en Australie et en France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/et51claude
Clode
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 4621
Age : 60
Date d'inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Internet n'a pas encore tué le disque ...   Sam 26 Jan - 12:32

Chien Guevara a écrit:
Clode a écrit:

Reste à savoir si les distributeurs n'augmenteraient pas leur marges de ventes!
scratch

Oui, comme pour le foncier : la TVA sur les terrains à bâtir est passée de 19,6 à 5,5, il y a quelques années : aucun acquéreur ne l'a vu ... Evil or Very Mad

La seule chose que les acheteurs voient c'est la flambée des prix au m2.
Les agences immobilières se sont bien engraissées!
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/et51claude
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Internet n'a pas encore tué le disque ...   Dim 27 Jan - 1:11

Clode a écrit:

Radiohead avait infligé un sérieux camouflet à l'industrie du disque en proposant In the rainbows au prix que les Internautes voulaient. Le groupe anglais continue sur sa lancée en sortant finalement son dernier album dans les bacs. Mais sa commercialisation a été confiée à des labels indépendants : XL Recordings dans les pays anglo-saxons et Naïve en France. Surprise, l'intérêt du public pour In the rainbows ne s'est même pas émoussé : il triomphe dans les charts du monde entier. Il a même commencé l'année en prenant la tête des classements des meilleures ventes d'albums aux Etats-unis, en Australie et en France.

voir aussi ... http://la-niche.top-forum.net/musique-f8/nouvel-album-de-radiohead-t310.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Internet n'a pas encore tué le disque ...   Aujourd'hui à 15:12

Revenir en haut Aller en bas
 
Internet n'a pas encore tué le disque ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Configurer le pare-feu pour PG avec Norton Internet Security
» Ou acheter MAC sur Internet
» Christophe Ginisty:coordinateur stratégie Internet
» Internet, vecteur de changement, ou non
» Débat en direct et en ligne sur fédération internet a 18 H !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions dans la niche :: L'art sous toutes ses formes ... :: Musique-
Sauter vers: