Discussions dans la niche

Pour les amis, fidèles à mon site
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Facebook

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2

Qu'en pensez-vous ?
 C'est génial et je suis accro
 J'utilise de temps en temps et j'aime bien
 J'ai un compte mais je n'y vais jamais
 Pas encore de compte, mais je vais aller voir ça
 Je ne connais pas et ça ne m'intéresse pas
 Jamais de la vie ; en plus c'est "dangereux"
Voir les résultats
AuteurMessage
hirondelle
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 2164
Age : 56
Date d'inscription : 26/06/2007

MessageSujet: Re: Facebook   Dim 16 Mar - 11:36

c'est toujours pas fermé ce site ? scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondedhirondelle.e-monsite.com
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Facebook   Lun 17 Mar - 0:32

Ben non : parait même qu'il y a des gens qui aiment ça !! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Facebook   Mar 6 Mai - 19:22

«Tu veux être mon ami ?», ou l'absurdité de Facebook par l'expérience

Retrouver un ami de maternelle, écrire sur le mur d'un pote ou exhiber des photos compromettantes… ces actions étranges sont devenues pour les usagers de Facebook des habitudes. Transposées dans la réalité, comme dans ce sketch de la BBC, elles prennent un tour inquiétant !

http://www.youtube.com/watch?v=nrlSkU0TFLs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Facebook   Jeu 5 Juin - 17:11

Des universitaires canadiens portent plainte contre Facebook





DR ¦ Un profil d'utilisateur sur le réseau social Facebook.



Facebook attaqué. Au Canada, la Clinique d'intérêt public et de politique d'Internet, un laboratoire de l'Université d'Ottawa, a déposé plainte contre le réseau social aux 70 millions d’inscrits pour violation de la vie privée.

Selon les plaignants, Facebook communiquerait à des tiers les données
personnelles des membres du réseau à des fins marketing, et ce, sans
leur consentement: «Les utilisateurs doivent savoir qu'en signant avec
Facebook, ils signent pour partager leurs informations avec les
publicitaires.» La publicité ciblée: une accusation qui figurait déjà au coeur des remontrances adressées à Facebook il y a quelques mois.

Il n'y a pas que Facebook en ligne de mire...

Pourtant, Facebook n’est pas le seul réseau en ligne visé. «Nous avons
choisi de nous concentrer sur Facebook parce qu'il s'agit du réseau
social le plus populaire du Canada (7 millions de Canadiens en sont
membres, ndlr) et parce qu'il attire de jeunes adolescents qui peuvent
ne pas apprécier les risques encourus en exposant leurs détails
personnels, a déclaré Philipa Lawson, directrice de la Clinique
d'intérêt public et de politique d'Internet. J'ai espoir de pouvoir
analyser MySpace dans le courant de l'année.»

Charge maintenant au Commissariat à la protection de la vie privée, qui
veille au respect de la protection des données personnelles au Canada,
de donner suite à cette affaire ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Facebook   Mer 18 Fév - 1:53

Facebook : Tous les droits, pour toujours


Le réseau social a modifié ses conditions d’utilisations, s’arrogeant tous les droits sur les contenus personnels.



Décidément, pas une semaine ne passe sans qu’une nouvelle polémique ne vienne entacher le succès fulgurant de Facebook. Le réseau social, qui sort à peine d’une mini-polémique sur un nouveau système publicitaire (engagement ads) jugé intrusif pour beaucoup, vient en effet de modifier ses conditions d’utilisation (terms of service).
Et l’une de ces modifications discrètement apportées le 4 février
dernier, s’avère bien plus contestable que n’importe quelle stratégie
publicitaire.

Vous postez régulièrement des photos, articles, vidéos
sur le site créé par Mark Zuckerberg ? Lisez donc attentivement le
texte suivant : « vous accordez à Facebook le droit
irrévocable, perpétuel, non-exclusif, transférable, transférable et
mondiale (avec l’autorisation d’accorder une sous-licence) d’utiliser,
copier, publier, diffuser, stocker, exécuter, transmettre, scanner,
modifier, éditer, traduire, adapter, redistribuer n’importe quel
contenu déposé sur le site »
.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, cette phrase
a toujours fait partie des conditions d’utilisations. Seulement voilà,
jusqu’au 4 février dernier, elle était suivie par : « votre
contenu d’utilisateur peut être effacé du site à n’importe quel moment.
Si vous l’effacez, la droit accordé à Facebook évoqué précédemment
expirera automatiquement, mais notez que l’enterprise peut en conserver
des copies archivées »
. Cette dernière phrase est désormais absente des conditions.

Quelle conclusion peut-on tirer de cette modification fondamentale ? Pour le site The Consumerist, qui l’a révélé, l’utilisateur du réseau social doit maintenant faire un choix : « faîtes
bien attention à ne jamais mettre en ligne un contenu que vous ne
voulez pas abandonner pour toujours, car il appartiendra désormais à
Facebook »
. Sur son blog, l’écrivain américain Edward Champion, collaborateur régulier pour différents médias comme le Los Angeles Times, affirme en avoir fini avec Facebook : « je
ne cède foutrement aucun droit à Facebook pour conserver des copies de
n’importe quel contenu importé de mon blog, et si ces têtes de cons
essayent de l’utiliser, ils devront faire face à de sérieuses
conséquences juridiques »
.

L’écrivain, qui en profite pour fournir un lien
permettant de se désinscrire de Facebook (même si la désinscription
n’empêchera pas les clauses décrites précédemment), conclut son billet rageur en conseillant aux auteurs, artistes et photographes d’effacer le plus rapidement possible tous leurs contenus déposé sur le site. Et d’ajouter : « Creative Commons, voilà la solution. Pas d’attribution totalitaire des droits ». De son côté, Facebook avait informé ses utilisateurs d’un changement des conditions via le blog officiel de l’entreprise, sans toutefois faire référence aux contenus personnels. Le billet s’achevait ainsi : « comme
toujours, la protection de votre vie privée et de vos renseignements
est une priorité pour nous, et ces mises à jour vous fournissent le
même genre de protection que vous êtes en droit d’attendre venant de Facebook »
. Sans commentaire, même sur ton mur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Facebook   Ven 20 Fév - 2:51

A LIRE !! TRES IMPORTANT, A DIFFUSER ...

Ayez confiance, Facebook ne veut que votre bien

Sur le blog officiel de la société, Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, s’est défendu contre les critiques sur le contrôle des données des utilisateurs.



Mark Zuckerberg -

Les récentes modifications apportées début février aux conditions générales d’utilisation (CGU) de Facebook laissaient à penser que le réseau social pouvait faire main basse sur tous les contenus mis en ligne par ses membres. Devant la bronca générée par cette annonce, Facebook n’a pas tardé à réagir. Son fondateur, Mark Zuckerberg, s’est lui-même fendu d’un billet intitulé « Sur Facebook, les gens possèdent et contrôlent leur information »sur le blog du site. L’objectif : rassurer (un peu) ses utilisateurs (très) inquiets.

En évitant soigneusement tout vocable juridique ou informatique trop obscur, Zuckerberg explique en partie la mise à jour des CGU de la façon suivante : « quand un membre partage quelque chose, comme un message à un ami, deux copies de cette information sont créées – une dans le dossier messages envoyés, l’autre dans la boîte de réception du destinataire. Même si l’expéditeur supprime son compte, son ami continuera d’avoir une copie du message. Nous pensons que c’est la bonne manière de fonctionner pour Facebook, et c’est cohérent avec le fonctionnement d’autres services, comme les emails.»

Sur la question des contenus d’utilisateurs, le service communication de Facebook a par ailleurs précisé à l’AFP via courriel : « nous ne revendiquons pas et n’avons jamais revendiqué la propriété des matériaux téléchargés par les usagers ». L’agence relaye également le témoignage de Jules Polonetsky, expert en vie privée et directeur du forum Future of Privacy : « C’est du langage courant pour les sites internet parce que leur avocat leur dit qu’ils doivent se couvrir ».

Malgré tout, le flou et l’incertitude persiste, et même
avec la clarification du big boss, s’inscrire au réseau social pour
rejoindre ses 175 millions de membres revient à signer un chèque en
blanc à la compagnie en matière de vie privée. Pour le site Mashable, spécialiste des nouvelles technologies, le constat est clair : « finalement, la déclaration de Facebook peut se résumer à ’’faîtes nous confiance, on ne fera rien de mal’’ ».
Une position qui rappelle celle maintes fois défendue par Google, dont
Facebook ne possède pas (encore) la maîtrise en terme de communication.


Le jeune Zuckerberg, 24 ans, semble à première vue plutôt ouvert à la critique : « Nous sommes arrivés à une étape intéressante de notre développement pour travailler sur ces notions de partage d’information. C’est un terrain épineux, et nous ferons des gaffes, mais en tant que premier service pour le partage d’information, nous prenons ces problèmes et notre responsabilité pour les résoudre très au sérieux, c’est un gros objectif pour nous cette année ».

Reste à savoir comment les utilisateurs de Facebook
réagiront suite à cette déclaration. On imagine difficilement obtenir
dans les prochains jours un chiffre fiable du nombre de désinscriptions
au service. Certaines sont clairement et publiquement revendiquées par
des membres repentis. Après l’écrivain Edward Champion, c’est Sasha Frere-Jones, journaliste pour The New Yorker, qui a décidé de virtuellement plier bagage de Facebook : « la réponse de Zuckerberg face à la protestation est juste une version moderne du fameux ’’ne lisez pas les petites lignes, signez-là, Madame’’ ».

Cette affaire intervient alors que le cabinet d’étude Comscore vient de publier un rapport sur la fréquentation des réseaux sociaux en France.
Sans surprise, Facebook arrive en première place devant Skyrock. Avec
12 millions de visiteurs en décembre 2008, le site a enregistré une
progression de 443% au cours de l’année. Un des facteurs pouvant
expliquer cette hausse est le lancement en février d’une version
française du site. On ne peut qu’espérer qu’une version française des conditions d’utilisation du site soit également mise en ligne. Actuellement, ce n’est pas le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Facebook   Lun 6 Avr - 23:58

Facebook, le meilleur ami du détective privé


Comment le Net a bouleversé la pratique de la profession, réunie en Etats généraux vendredi à Paris.



« Vous n’imaginez pas tout ce qu’on peut savoir en quelques clics de souris… Donnez-moi deux heures, et je saurai tout sur vous ». Le Nestor Burma moderne, costard cravate et iPhone, vous épie avant tout via la Toile. « C’est comme tout, notre métier évolue avec le temps. Avant on faisait des filatures à vélo, maintenant on utilise Internet et les satellites… Il n’y a rien d’extraordinaire là-dedans », assure Goolam Monsoor, détective privé – ou plutôt, comme on dit dans le métier, « ARP » pour agent de recherches privées. Vendredi, il participait aux Etats généraux de la profession organisés par les trois principaux syndicats pour dépoussiérer l’image du métier.

« 95% des infos sont en accès libre »

Premier conseil (de débutant) d’Yves Conversano, directeur de la principale école de détectives privés en France (IFAR) : « Consulter les pages blanches. »
Plus besoin de stocker les botins de tous les départements français
pour rechercher par exemple l’adresse de la maîtresse du mari. « C’est tout bête, parfaitement légal et d’une efficacité redoutable », poursuit le détective qui forme une quinzaine d’étudiants chaque année. « Pourquoi
prendre le risque d’enfreindre la loi, alors que 95% des informations
sont accessibles facilement et en toute légalité »
, renchérit Alain Juillet, haut responsable de l’Etat chargé de l’intelligence économique depuis 2003. « C’est un peu comme si toutes les informations étaient servies sur un plateau », résume un agent, vingt ans de métier dans les bottes.

Par exemple, pour connaître le nom d’un gérant d’entreprise, « plus besoin de se taper quatre heures de queue au greffe du tribunal de commerce. On consulte Infogreffe.fr, et c’est une matinée de travail de gagnée ». Et tout est à l’avenant : archives de presse, état civil... Internet accélère et simplifie les recherches, même si « le Minitel nous avait déjà bien simplifié la vie », tient à rappeler Alain Bernier, le président du principal syndicat (le CNSP-ARP). Il avoue au passage s’en servir encore un peu aujourd’hui.

Les détectives adorent Facebook

Le GPS améliore aussi « sacrément » le quotidien des détectives. « Quel progrès ! Plus besoin de rester planquer des heures dans la voiture pour surveiller la femme d’un mari jaloux. Avec le GPS tracking (intégrés dans de plus en plus de téléphones, ndlr), on peut suivre ses déplacements », souffle un spécialiste des affaires de couple, iPhone à la main.

Mais la dernière révolution dans le métier vient des réseaux sociaux, comme Facebook ou Copains d’avant. « C’est
un outil de travail. Quand on commence une enquête, on vérifie si la
personne recherchée a un profil sur Facebook, c’est le b-a ba... »
, assure un jeune détective, fraîchement sorti d’école. Un autre, installé à Lille depuis quinze ans : « Les gens racontent toute leur vie en détail. Et le plus fou : les informations sont exactes, la plupart ne mentent même pas. »

Mais, par « professionnalisme », il assure aller toujours vérifier sur le terrain les informations trouvées sur le Net. Question de principe et d’habitude. « Je préfère le contact humain. On en apprend beaucoup en allant chez les gens. Le classique “Bonjour, je viens pour le recensement” est une valeur sûre ».

« Il n’empêche, Facebook est très efficace, bien plus utile que les fichiers policiers comme Edvige. La Cnil ne nous met pas des bâtons dans les roues », s’enflamme Alain Juillet, soulevant des rires (un peu pincés) parmi la grosse centaine d’agents de recherche présents vendredi sur les 1.500 qui exercent sur le territoire.

Facile de créer une adresse mail...

Ils ont beau dire, on peine à comprendre comment ces
détectives trouvent tant d’informations privées, en toute légalité, sur
le Web. Comment, par exemple, forcer le passage sur Facebook, alors que les utilisateurs peuvent limiter l’accès à une communauté d’amis.

Première réponse, officielle, du directeur de l’école
de détectives privés : « Toutes les techniques apprises aux élèves sont parfaitement légales. » Deuxième réponse, plus énigmatique (sourire en coin, certainement un héritage des vieilles séries américaines), du genre « un bon agent, c’est comme un magicien. Il a
plein de tours dans son sac. Si on dévoile les ficelles, il n’y a plus
de magie... »


Après plusieurs tentatives, on en apprend un peu plus : « N’importe
qui peut créer de faux comptes Facebook... Il suffit de se faire passer pour une vieille connaissance, et les portes s’ouvrent. On peut aussi se créer autant d’adresses mail que nécessaire »
, en utilisant le nom des amis repérés sur un réseau. Ou alors en utilisant des noms passe-partout qui rassurent : « On a tous des adresses, type M. Dupont ou Mme Durand, hyper efficaces :
les gens tombent dans le panneau à chaque fois. Ils nous disent tout ce que l’on veut savoir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Facebook   Dim 30 Aoû - 0:52

Le Canada fait plier Facebook





- Les autorités canadiennes ont obligé le réseau social à plancher sur
de nouvelles règles sur la protection des données privées...

Cette fois, Facebook n’a plus le choix. Durant ces derniers mois, le Commissariat à la Protection de la Vie Privée du Canada
(CPVPC) a enquêté au sujet du réseau social, à la suite d’une plainte
d’étudiants qui accusaient Facebook de contrevenir sur plusieurs points
à la loi canadienne sur la protection des renseignements personnels. Le
CPVPC ayant donné raison aux étudiants, le géant du Web n’avait d’autre
choix que de modifier son règlement.
C’est désormais en bonne voie. Principale amélioration: Facebook
devra mentionner clairement quelles sont les différentes informations
transmises aux applications tierces (type quiz), et l’utilisateur
pourra accepter ou refuser en toute connaissance de cause.
«Qu'un ado qui crée une application puisse avoir accès à toutes ces
informations était pour le moins préoccupant», explique Elizabeth
Denham, commissaire adjointe à la protection de la vie privée du
Canada. Les changements seront effectifs d'ici un an, et ce dans le monde entier.
Les morts vont pouvoir être virtuellement enterrés
Autre point clarifié : le devenir des profils Facebook
d’utilisateurs décédés. La commissaire, Jennifer Stoddart, a ajouté que
le réseau social allait maintenant «informer la famille qu’en cas de
décès, ils pourront demander la clôture du compte.»
Les internautes seront enfin consultés à propos des paramètres de
confidentialité. Les résultats de l’enquête devraient permettre aux
employés de Mark Zuckerberg de modifier les réglages par défaut
proposés aux utilisateurs.
Comme quoi, quand une plainte contre Facebook est sérieuse, elle peut faire bouger les choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Facebook   Lun 31 Aoû - 5:55

Cette étude concerne les USA, mais il n'y a aucune raison pour laquelle cela ne se ferait pas en France... Et c'est bel et bien du flicage...enfin, ce me semble...

ETATS-UNIS


45% des employeurs scrutent les sites de socialisation

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/vu_sur_le_web/20090821.OBS8315/45_des_employeurs_scrutent_les_sites_de_socialisation.




Près de la moitié des employeurs sondés indiquent avoir utilisé les
sites de socialisation pour obtenir des renseignements sur les
candidats aux emplois qu'ils proposent, contre seulement 22% l'an
dernier.

(Reuters)

(Reuters)

Aux Etats-Unis, près de la moitié des *employeurs* étudient le profil des *candidats* aux postes qu'ils proposent sur les sites de socialisation comme *Facebook*, selon un sondage qui conseille aux demandeurs d'emploi de faire attention à ce qu'ils partagent en ligne, apprend-on vendredi 21 août.
Selon ce sondage effectué pour CareerBuilder.com, premier site en ligne d'annonces d'emplois aux Etats-Unis, 45% des employeurs sondés ont indiqué avoir utilisé les *sites de socialisation* pour obtenir des renseignements sur les candidats aux emplois qu'ils proposent, contre seulement 22% l'an dernier.
Et parmi ceux qui ne le font pas, 11% ont l'intention de s'y mettre.


35% ont écarté des candidats


Les demandeurs d'emploi devraient en conséquence "*faire attention *aux informations qu'ils partagent en ligne", écrit CareerBuilder.com dans un communiqué.
Parmi les employeurs sondés, 35% ont en effet indiqué avoir écarté des candidats en raison de ce qu'ils ont trouvé sur les réseaux sociaux.
Ils l'ont fait notamment après avoir vu des "*photographies* ou des informations provocantes ou déplacées" ou des contenus faisant référence à l'alcool ou la drogue.
Certains ont aussi écarté des candidats qui* disaient du mal* de leur précédent employeur, de collègues ou de clients, ou qui savaient mal communiquer sur eux-mêmes, écrivaient des commentaires discriminatoires, partageaient des informations confidentielles venant d'un précédent employeur ou mentaient sur leurs qualifications.
A l'inverse, 18% des employeurs ont indiqué avoir sélectionné des candidats grâce aux informations trouvées sur des réseaux sociaux.
Parmi les employeurs qui cherchent des informations en ligne, 29% utilisent Facebook, 26% LinkedIn et 21% MySpace, 11% recherchent sur les blogs et 7% sur le site de micro-blogs Twitter.
/
Sondage effectué par Harris Interactive auprès de 2.667 recruteurs et professionnels des ressources humaines du 22 mai au 10 juin 2009 avec une marge d'erreur de plus ou moins 1,9%./


D'ailleurs, beaucoup de mes copains et moi-même, sont beaucoup sollicités par facebook pour s'y connecter. Bah tiens!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Facebook   Mar 1 Sep - 0:31

Jamais de la vie ils n'auront mon adhésion !! Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Facebook   Lun 26 Oct - 18:03

L'avis de Nawa est ici : http://forget.e-monsite.com/rubrique,face-bouc,1126013.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Facebook   Mer 11 Nov - 0:49

Dans Newsweek : "Facebook, le paradis des escrocs ?"

Chaque
jour, des millions de gens se rendent sur Facebook, le populaire site
de réseau social. Mais ouvrez l’œil. Il arrive à certains d’entre eux
de se faire avoir par des arnaqueurs.
> Cet article a été publié sur le site de Newsweek le 6 novembre.




Chaque jour, des millions de gens se rendent sur Facebook, le populaire site de réseau social, et passent du temps à jouer à des petits jeux loufoques en ligne. Mais ouvrez l’œil.
Il arrive à certains d’entre eux de se faire avoir par des arnaqueurs,
et de se retrouver à passer commande de produits ou de services dont
ils ne veulent pas. Et le pire, c’est que ça n’arrive pas par hasard.
Les sociétés qui développent des jeux pour Facebook font beaucoup
d’argent en vendant de l’espace publicitaire - parfois à des escrocs.

Facebook fermerait les yeux

Cette semaine, Michael Arrington, un bloggeur qui traite de l’actualité
de la Silicon Valley a déclenché un certain émoi en suggérant que
Facebook lui-même fermait les yeux sur les agissements des arnaqueurs,
car il touche une part du butin. Michael Arrington, à la tête de TechCrunch, un blog de référence, s’est lancé dans une croisade destinée à contraindre Facebook à faire le ménage sur son site.
"Au final, tout est de la faute de Facebook", déclare-t-il. Selon lui,
le site de réseau social n’applique pas son propre règlement contre les
arnaques publicitaires. "Ca rappelle la ligue professionnelle de
base-ball et les anabolisants. Si on n’applique pas le règlement, comme
c’est le cas sur Facebook, les gens ne le respectent plus. Facebook
doit mettre un terme à ces agissements".
Facebook nie les accusations d’Arrington. Dans un échange écrit par
courrier électronique, David Swain, un des porte-parole de la
compagnie, a confirmé à Newsweek que Facebook s’efforçait d’éradiquer les arnaques publicitaires, et avait déjà désactivé deux réseaux publicitaires qui enfreignaient le règlement.
"Nous avons pris des mesures très strictes dans le passé, et nous
continuerons, en vue de mettre un terme aux activités qui menacent ou
portent atteinte à la qualité d’utilisation de notre site", affirme
David Swain. "Suggérer le contraire est une erreur".

300 millions d'utilisateurs

Michael Arrington répond de son côté que Facebook n’est pas à la hauteur de la tâche, prenant pour exemple FarmVille,
un jeu très populaire sur Facebook : "Il ne m’a pas fallu plus de dix
secondes pour voir s’afficher des publicités des plus douteuses".
Facebook est le site le plus couru d’Internet, et connaît une
croissance effrénée. Le site compte plus de 300 millions
d’utilisateurs, dont cinquante millions venus s’ajouter au cours du
troisième trimestre à lui seul. Au début de cette année, Marc
Andreessen, qui siège au conseil d’administration, annonçait que
Facebook allait cette année engranger plus de 500 millions de dollars
de revenus.
Le président-directeur général de Facebook, Mark Zuckerberg, annonçait
pour sa part en septembre que l’entreprise était devenue bénéficiaire,
en avance sur les prévisions. Cette étape majeure pour l’entreprise
était initialement prévue pour 2010.

Mode opératoire des arnaqueurs

Si Facebook explose, c’est qu’il s’agit d’un site web merveilleux et
très utile. Il constitue également une cible de choix pour les escrocs.
Leur mode opératoire est le suivant.
Disons que vous vous êtes inscrits de façon à jouer à FarmVille, un jeu
produit par Zynga, un éditeur basé à San Francisco. Chaque mois, 63
millions de gens utilisent ce jeu, qui consiste à planter des graines
pour ensuite récolter des cultures.
Si vous voulez acheter des choses dans FarmVille, des graines ou de la terre par exemple, vous pouvez soit gagner des points ou acheter des points.
Pour acheter des points, vous envoyez à Zynga de l’argent avec votre
carte de crédit. Oui, il existe des gens qui sont prêts à dépenser de
l’argent pour acheter des graines virtuelles pour un jeu en ligne. Ca
me dépasse autant que vous.
Il existe un autre moyen de gagner de l’argent à dépenser chez Zynga : en cliquant sur des publicités
qui vous promettent de la monnaie FarmVille si vous acceptez
d’effectuer telle ou telle tâche, par exemple de remplir un
questionnaire.
On vous propose par exemple de passer un "test de QI", qui consiste en
quelques questions. Puis, pour obtenir votre score, vous devez indiquer
votre numéro de téléphone portable. Les escrocs vous envoient un code
par SMS, que vous devez ensuite entrer sur un site web.
En petits caractères, un message vous indique qu’en entrant ce code,
vous vous abonnez à un service d’horoscope quotidien pour la somme de
9,99 dollars par mois. Quand vous recevez votre facture de téléphone,
vous réalisez que vous vous êtes fait avoir.
Lors d’un premier contact avec Newsweek,
un des cadres d’une entreprise chargée de la distribution de ces
publicités a défendu leur caractère totalement légal. "Il est
impossible à un utilisateur de s’abonner à quoi que ce soit par
inadvertance" indiquait Matt McAllister, directeur du marketing pour
Offerpal Media, un réseau publicitaire de Fremont (Californie). "Il
faut un choix délibéré". Matt McAllister soulignait également qu’il n’y
avait ici rien de nouveau : "Ce genre de publicité existe depuis des
années".

Publicités insidieuses

Deux jours après notre conversation, toutefois, Offerpal annonçait que
sa présidente-directrice générale et fondatrice, Anu Shukla, était sur
le départ. Selon McAllister, sa démission
n’avait rien à voir avec les attaques concernant les arnaques
publicitaires. Son successeur, George Garrick, a néanmoins publié un
communiqué public dans lequel "Offerpal admet et regrette d’avoir
participé à la distribution d’offres douteuse", et s’engage à mettre un
terme à ces pratiques.
C’est vrai, les arnaques publicitaires existent depuis des années. La
différence avec Facebook, c’est que les utilisateurs confient au site
beaucoup de données personnelles.
Ce qui permet aux arnaqueurs de créer des publicités particulièrement
insidieuses, à l’aide de logiciels capables d’insérer de façon
dynamique des informations personnalisées — votre nom, le nom d’un de
vos amis — dans les publicités qui s’affichent devant vous. Un
utilisateur un peu naïf peut être amené à penser que les publicités
sont des messages émanant de Facebook, sachant d’autre part que les
arnaqueurs utilisent les mêmes polices de caractères et les mêmes
couleurs que Facebook.
Mieux, les arnaqueurs n’ont pas besoin que la victime leur fournisse un numéro de carte de crédit. Un numéro de portable suffit.
Et devinez qui on trouve sur Facebook ? Des millions d’ados un peu
naïfs, qui ne possèdent pas forcément de cartes de crédit, mais qui ont
un mobile. Bingo !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Clode
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 4621
Age : 60
Date d'inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Facebook   Ven 13 Nov - 15:38

Il faut être con d'aller trainer ses guêtres sur des sites comme facebook!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/et51claude
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Facebook   Ven 13 Nov - 20:12

Tiens Guim's ma dégoté ça dans google images, je trouve que ça résume tout :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Facebook   Mar 24 Nov - 1:05

Allocations maladie supprimées à cause de photos sur Facebook


NOUVELOBS.COM | 22.11.2009 | 19:55



Une
jeune Québécoise s'est vu supprimer ses allocations maladie pour
dépression à cause de photos sur Facebook la montrant souriante. La
compagnie d'assurance reconnaît qu'elle peut tenir compte des éléments
mis en ligne sur Facebook pour s'informer sur ses clients.




(c) AFP
Une Québécoise de 29 ans, en congé maladie depuis plus d'un an pour dépression,
vient de se voir supprimer ses allocations par son assurance, au motif
que des photos sur Facebook la montraient souriante. "On m'a dit que je
suis en mesure de travailler, à cause de Facebook", a déclaré Nathalie
Blanchard sur le site de la télévision publique CBC.
Un agent de sa compagnie d'assurance, Manulife, lui a fait part de ces
photos, montrant la jeune femme sur la plage, en train de fêter son
anniversaire, ou encore à un spectacle de Chippendales. Nathalie
Blanchard affirme qu'elle avait tenu son assurance informée de ce
voyage, recommandé par son médecin, et se dit choquée de ces pratiques.
"A ce moment-là, j'étais heureuse, mais avant ou après, le problème
était le même", a-t-elle déclaré.

Facebook, nouvel outil des compagnies d'assurance?



Avec Facebook et les autres réseaux sociaux, les inspecteurs des compagnies d'assurance ont donc un nouveau terrain d'enquête.
Dans un communiqué adressé à la chaîne CBC, la compagnie d'assurance
Manulife a reconnu qu'elle pouvait tenir compte des éléments mis en
ligne sur Facebook pour s'informer sur ses clients. Mais elle a tout de
même tempéré en affirmant qu'ils "ne prenaient pas la décision de
refuser ou d'interrompre le versement d'allocation en se fondant
uniquement sur les informations publiées" sur de tels sites.
D'autre part, Nathalie Blanchard a affirmé que son profil Facebook était "verrouillé",
ce qui signifie qu'a priori, seuls ses "amis", c'est-à-dire les
personnes qu'elle a acceptées en tant que tels sur le site, peuvent
voir ses photos.
L'avocat de la jeune femme a proposé un nouvel examen médical pour
faire toute la lumière sur cette histoire, qui a suscité beaucoup
d'intérêt au Québec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Facebook   Sam 20 Mar - 3:38

Utilisateurs de Facebook, des pirates en veulent à vos données

Par TF1 News (D'après agence), le 18 mars 2010

Si vous recevez un mail vous annonçant que votre compte Facebook a été réinitialisé, méfiance : derrière ce message pourrait se dissimuler un virus destiné à siphonner vos données personnelles.




Devenu en un temps record l'un des mastodontes de la Toile, Facebook
ne pouvait longtemps rester à l'abri d'attaques élaborées de pirates
avides de numéros de comptes et autres mots de passe. D'où cette mise en garde lancée par le spécialiste de la sécurité McAfee : des pirates s'en prennent en ce moment aux utilisateurs de Facebook par l'intermédiaire de mails frauduleux pour tenter d'avoir accès à leur mot de passe.
Il ne s'agit pas simplement de "phishing", c'est-à-dire d'un lien expédiant l'utilisateur crédule vers une copie conforme de Facebook,
destinée à récupérer login et password, mais d'une attaque plus
élaborée : en l'occurrence, un virus destiné à dérober les mots de
passe et autres informations sensibles des 400 millions d'utilisateurs
du réseau communautaire.

40 millions d'ordinateurs potentiellement infectés

Selon l'éditeur américain de programmes de sécurité, les internautes
reçoivent un e-mail les informant que le mot de passe leur compte Facebook a été réinitialisé. Puis, ils sont invités à cliquer sur une pièce
jointe au mail pour obtenir de nouveaux identifiants de connexion. Si
la pièce jointe est ouverte, le fichier télécharge alors différents
types de programmes malicieux, dont un logiciel capable de dérober des
mots de passe.
Jusqu'ici les pirates visaient surtout les utilisateurs de Facebook en
leur envoyant des tonnes de messages via la messagerie interne du
réseau social. Avec cette nouvelle attaque, ils utilisent désormais le
courrier électronique classique pour répandre des virus.
Un porte-parole de Facebook a déclaré que le groupe ne pouvait pas dans l'immédiat commenter ce cas spécifique, mais a recommandé aux utilisateurs d'effacer l'e-mail incriminé et d'avertir leurs amis. Selon McAfee, les pirates ont déjà envoyé une dizaine de millions de spams à travers l'Europe, les Etats-Unis et l'Asie, depuis le début de cette invasion mardi. Dave Marcus, le directeur de McAfee
chargé de la recherche et de la communication sur les programmes
malicieux, a estimé que 40 millions d'ordinateurs pourraient être
potentiellement infectés, si 10% des 400 millions d'utilisateurs de Facebook cliquent sur la pièce jointe.

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Facebook   Jeu 8 Avr - 0:29

Facebook continue à faire joujou avec vos données personnelles

par Alexandre Hervaud


Démo de Facebook Connect - DR

Le jeune patron Mark Zuckerberg l’a déjà dit et redit : le but de Facebook, c’est « connecter le monde, tout le monde ». Encore faut-il s’entendre sur la définition de « tout le monde ».
A ce propos, avant d’évoquer la dernière polémique en date concernant
la gestion de la vie privée du réseau social aux 450 millions de
membres, petit flashback. En décembre dernier, dans un article intitulé
Facebook nous les poke sévère, on évoquait en long et en large les changements de paramètres de confidentialité.

En apparence bénins, ces modifications tendaient à
inciter les utilisateurs à « ouvrir » leur profil et leurs publications
à « tout le monde ». Pas au sens « tous les amis proches inscrits sur
le site acceptés après demande », non, « tout le monde » au sens tous les internautes pouvant désormais accéder à leur contenu via les
moteurs de recherche. Bienvenue dans le monde merveilleux de la
recherche sociale et du temps réel. Évidemment, et c’est la moindre des choses, une simple et rapide correction des options de confidentialité (enfin, « simple et rapide », tout est relatif) pouvait éviter à tout membre de voir son flux offert en pâture aux robots de Google.

Sauf que la terminologie et méthode choisies par
Facebook pour informer ses utilisateurs n’était pas franchement d’une
pureté cristalline, comme en témoigne d’ailleurs les chiffres donnés
par Facebook à propos des réactions d’utilisateurs post-changement de paramètres. Ainsi, 35% des membres avaient « mis au point leur
paramètres » en janvier, un chiffre qui signifie, aux yeux de Facebook,
que le message est bien passé. Pas vraiment l’opinion de la spécialiste
des réseaux sociaux danah boyd, chercheuse pour Microsoft qui intervenait récemment au festival SXSW. « Est-ce
qu’il y a des utilisateurs de Facebook qui veulent que tout leur
contenu soit publiquement accessible ? Bien sûr. Mais qu’ils
représentent 65% de Facebook, c’est juste impossible. »


Tout ceci nous amène donc à la dernière bévue de
Facebook en date. Ou plutôt non, soyons précis : à la dernière
« annonce de potentielle bévue », car le réseau social a tout de même
retenu quelques leçons de ses multiples boulettes précédentes (pub intrusive, CGU imprécises...).
Notamment celle de prévenir plutôt que guérir, autrement dit rendre
publique des décisions potentiellement impopulaires plutôt que de les
imposer directement aux utilisateurs. À l’approche de la f8,
une conférence corporate qui se tiendra le 21 avril prochain à San
Francisco, Facebook a annoncé sur son blog il y a plus d’une semaine
(un vendredi soir, tard, ni vu ni connu) quelques nouveautés prévues
pour les semaines à venir : il y est notamment question de
géolocalisation (on y reviendra prochainement), mais le principal souci
relevés par les blogs spécialisés reste avant tout le paragraphe « Applications et sites web tiers pré-approuvés. ». On sait déjà (mais il n’est pas inutile de le rappeler) que les applications facebook (les quizz à la con style « quelle Desperate Housewife es-tu ? »
ou les jeux flash à base de moutons vampires) sont des aspirateurs à
données personnelles. Facebook va plus loin en concoctant une sorte de version élargie et automatique de son Facebook Connect. Extrait de l’annonce :

« Pour pouvoir vous offrir une
expérience sociale utile de Facebook, nous devons occasionnellement
fournir des Informations générales à propos de vous à des sites web et à des applications pré-approuvés qui utilisent notre plate-forme avant même que ne vous vous y connectiez formellement. De même, si l’un de vos amis visite un site web ou une application pré-approuvés, ceux-ci recevront des informations générales sur vous que votre ami et vous-même puissiez vous connecter à ce site web (si vous possédez également un compte sur ce site web). »


Tranquillement mais sûrement, on se dirige donc vers un
partage automatique des données personnelles à des sites tiers, même si Facebook assure qu’ils seront peu nombreux et soumis à une stricte
autorisation, que les membres pourront supprimer tout accès à leurs
infos en réglant leurs paramètres, etc. En bas du post annonçant la chose en VO, les commentaires négatifs s’accumulent dans toutes les langues. Postée ce matin sur le blog officiel, la réponse signée Barry Schnitt, directeur de la communication de Facebook, éclaircit quelques zones d’ombres. A commencer par des plaintes plutôt obsolètes, plusieurs commentaires pointant des problèmes totalement réglables via les paramètres du compte, énième preuve de la méconnaissance de nombreux utilisateurs sur le fonctionnement du réseau social.


Intégration Facebook sur CNN.com - Capture Mashable

Concernant le partage de données à des sites tiers, Schnitt a d’une part rappelé leur petit nombre (« une poignée »), les contrôles stricts auxquels ils seront soumis (« ils seront liés par contrat à Facebook »)
tout en donnant divers exemples concrets, comme l’intégration du chat Facebook sur la messagerie instantanée d’AOL, ou en rappelant le
partenariat fait avec CNN.com pour le discours inaugural d’Obama et la diffusion live permise sur Facebook. Principal point d’apaisement énoncé : « nos partenaires de ce test auront l’obligation de fournir un moyen rapide et simple pour les utilisateurs de se déconnecter du site et d’effacer toute donnée personnel en le faisant », explique Schnitt.
L’utilisateur de Facebook pourra également paramétrer via son compte la façon dont il se connectera sur ces sites partenaires. Une précision
plus qu’une marche arrière, qu’on n’oubliera pas de rappeler à Facebook dès le lancement de l’expérience, pour l’instant en stade de projet.

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Facebook   Sam 10 Avr - 0:46

L'Allemagne appelle au boycott de Facebook


Facebook compte plus de 400 millions d'utilisateurs/DR

WEB - En cause, le respect de la vie privée et des données...

Et pas qu’au niveau des utilisateurs... Tout commence mardi, avec une
lettre ouverte de la ministre de la Consommation, Ilse Aigner, destinée
au fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg. Dans le courrier, elle fait part de son «étonnement» face à la nouvelle politique du site, qui prévoit que des «données générales» sur les utilisateurs puissent être transmises à des tiers sans leur accord.
Mercredi, c'est la Fédération des organisations de consommateurs allemands, (VZBZ) qui regroupe 42 associations de défense, qui a lancé un appel aux internautes: «si vous accordez de l'importance à la protection de vos données, vous devriez changer» de site.
Les appels à quitter le réseau social virtuel Facebook se font donc
de plus en plus pressants en Allemagne, la firme américaine étant
accusée d'être particulièrement laxiste sur la protection des données
de ses usagers.
Inverser la logique de protection des données

La VZBZ estime que Facebook devrait inverser la logique de protection des données sur son site.
Au lieu de contraindre l'utilisateur prudent à passer par «un
processus très coûteux en temps et en efforts» pour interdire la
diffusion de ses données personnelles stockées (opt-out), Facebook
devrait demander l'autorisation au cas par cas (opt-in) -
l'interdiction devenant le réglage par défaut-, suggère la VZBZ.
«La responsabilité de la protection des données relève de l'opérateur, pas du consommateur», poursuit l'organisation.
La question de la protection des données privées est très sensible
en Allemagne, en raison du «fichage» des personnes sous les dictatures nazie et communiste en RDA.

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Facebook   Mer 30 Juin - 1:24

On en sait un peu plus sur le film consacré à Facebook


Affiche du
film «The social network», dédié à Facebook, que prépare le réalisateur
David Finsher DR





CINEMA - Le réalisateur David Fincher planche sur un film consacré à
Facebook et à son très contesté fondateur, Mark Zuckenberg. Le trailer
de «The social network» vient d'être dévoilé...


Et voilà: la première bande-annonce de The social network circule sur la Toile. Un
bioptic qui sera basé sur la biographie de Mark Zuckerberg, qui était loin
d’être laudative pour le jeune fondateur de Facebook... Ce qui ne manque
pas de susciter déjà des spéculations sur la Toile. D’autant que c’est
la première fois qu’un film est consacré à un phénomène aussi récent –
le réseau social a moins de 5 ans...
Le slogan annonce la couleur: «Tu ne te fais pas 500 millions d’amis
sans te faire quelques ennemis». Reste à voir ce qu’en fera le
réalisateur David Fincher, qui avait déjà montré sa capacité à capter
l’air du temps dans Fight Club, ou encore Se7en.
Sortie annoncée aux Etats-Unis en octobre...

http://www.sonypictures.com/previews/movies/thesocialnetwork/clips/2189/

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Facebook   Lun 21 Fév - 23:46

La téléréalité et Facebook: pires inventions de la dernière décennie?



Page d'accueil du site internet Facebook vue le 27 janvier 2010 à Paris Loic Venance afp.com




MEDIAS - C’est l'avis des Britanniques, selon une étude reprise par le Telegraph...

Le meilleur de cette dernière décennie? Le haut débit. Le pire: la téléréalité et les réseaux sociaux, Facebook notamment. C’est ce que pensent les Britanniques, selon une étude réalisée par un cabinet de conseil, The Foundation, pour laquelle 2.200 personnes ont été interrogées.
Internet domine les listes du meilleur comme du pire. Pour le
meilleur, le shopping en ligne suit le haut débit. Google arrive en
troisième place. Il y a dix ans, rappelez-vous, Internet c’était pas si
simple. En France en 1999, 3 millions d’abonnements bas débit.
En haut débit? Zéro. 2002, seulement 0,6 million de personnes avait le
haut débit. En 2009, le pays a passé la barre des 20 millions d’abonnés.
Facebook et les pop-ups
Internet a aussi contribué au pire, à en croire les Britanniques. Twitter, Facebook,
et les pubs pop-ups. Mais c’est la téléréalité, «irritante» et
«chronophage», qui est au premier rang des pires inventions de la
décennie.
Cinquième place du pire: les centres d’appels. Vous savez, ces
centres que vous appelez pour faire réparer votre machine à laver et qui
vous dissent «tapez 1», puis «tapez 2», puis «10» et puis «ridiculisez
vous à prononcer le nom du département que vous voulez joindre» et enfin
«nous n’avons pas compris votre demande, veuillez raccrocher». Les
centres d’appels donc, cinquième pire invention de la décennie.

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Facebook   Mer 7 Sep - 0:50


_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Facebook   Ven 14 Sep - 0:39

Les talibans utilisent de faux comptes Facebook pour espionner les militaires


Selon une étude, Facebook compte 83 millions de comptes fantômes, soit un peu moins de 10% des utilisateurs.

WEB - Selon un rapport du département australien de la Défense...

Attention, profils piégés. Selon un rapport du département australien de la Défense, les talibans créent de faux comptes Facebook et utilisent des photos «de jeunes filles attractives» pour tromper les militaires en les ajoutant comme ami.

Le rapport appelle à la mise en place de nouvelles règles d'utilisation des réseaux sociaux par les forces armées. Le texte souligne que l'activité Facebook des soldats peut révéler de nombreux détails stratégiques, à commencer par leur géolocalisation.


«Beaucoup d'utilisateurs ne se rendent pas compte qu'il s'agit de faux profiles», explique le rapport. Les indices: les faux profiles sont à une immense majorité féminins; il n'y souvent qu'une photo, trop déshabillée pour être honnête; ils n'ont en général que très peu d'amis, ou au contraire des milliers. Selon une étude, Facebook compte un peu moins de 10% de comptes fantômes (84 millions sur 900 millions)[i]

Source : http://www.20minutes.fr/high-tech/1001696-talibans-utilisent-faux-comptes-facebook-espionner-militaires

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Facebook   Aujourd'hui à 18:20

Revenir en haut Aller en bas
 
Facebook
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Notre groupe Facebook rear facing
» Facebook
» ADRESSE SUR FACEBOOK."MOUNADIL ELECTRICIEN"
» Le site Facebook vend le profil de ses internautes aux publicitaires
» Facebook va coûter très cher à un cambrioleur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions dans la niche :: Discussions libres :: Débats-
Sauter vers: