Discussions dans la niche

Pour les amis, fidèles à mon site
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Oscar Niemeyer, l'architecte qui aimait les courbes et le communisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Oscar Niemeyer, l'architecte qui aimait les courbes et le communisme   Jeu 13 Déc - 0:39

Oscar Niemeyer, l'architecte qui aimait les courbes et le communisme



PORTRAIT - Le Brésilien est décédé mercredi à l'âge de 104 ans...

C’est quasiment en face de l’une de ses œuvres les plus remarquables, le musée d’art contemporain de Niteroi, de l’autre côté de la baie de Rio de Janeiro, qu’Oscar Niemeyer est décédé mercredi à l’âge de 104 ans.

Considéré comme l’un des pères de l’architecture moderne, l’architecte brésilien n’aura jamais cessé de travailler, brillant tout au long d’une carrière s’étalant sur neuf décennies. D'abord influencé par Le Corbusier, avec lequel il a travaillé à ses débuts dans les années 1930, Oscar Niemeyer a ensuite évolué vers un style plus en rondeurs, inspiré disait-il par les courbes des Cariocas, les habitantes de Rio, sa ville natale, des plages où elles prennent le soleil et des monts, comme le fameux Pain de Sucre, qui les entourent.
Brasilia, son laboratoire

Dans les années 1950, il participe pleinement à la conception de la nouvelle capitale du Brésil, Brasilia, inaugurée en 1960. La ville, qui a surgi au beau milieu du Cerrado, plateau sauvage du centre du pays, lui doit la plupart de ses édifices publics, précurseurs du style «Space Age», inventif et futuriste.

«Voilà l'architecture que je fais: la recherche de formes différentes et nouvelles. La surprise est la clé de tous les arts. Le potentiel artistique du béton armé est tellement fantastique. C'est la voie à suivre», disait-il en 2006. Même si certains de ses détracteurs jugeaient ses travaux trop proches de l'art pur, lui-même jugeait «ridicule et irritant» l'idée selon laquelle la forme doit découler de la fonction.
Le goût du communisme jusque dans ses œuvres

Après un survol du Congrès de Brasilia, formé de deux coupoles, l'une convexe et l'autre concave, reliées par deux tours jumelles, le cosmonaute russe Iouri Gagarine, premier homme envoyé dans l'espace, a dit avoir eu «l'impression d'arriver sur une autre planète». Le prix Pritzker, considéré comme le Nobel de l'architecture, lui a été décerné en 1988 pour la cathédrale de Brasilia, dont la célèbre coupole en «couronne d'épines» permet à la lumière d'inonder une nef pourtant souterraine.

Fervent communiste, il est contraint à l’exil dans les années 1960 par la junte militaire au pouvoir au Brésil, bien que celle-ci trouve ses oeuvres en parfait accord avec son ambition de faire du Brésil «le pays du futur». C’est en France qu’Oscar Niemeyer trouve refuge et allie étroitement son travail à son engagement politique en concevant le siège du Parti communiste français, place du Colonel Fabien, à Paris. Georges Pompidou, grand amateur d'art contemporain, ironise alors en déclarant que la coupole de l’édifice est «la seule bonne chose» que les communistes aient faite.
Des réalisations à travers le monde

En France, il réalisera également la Maison de la culture du Havre (Seine-Maritime), le siège du journal L’Humanité à Saint-Denis ainsi que la Bourse du travail de Bobigny (Seine-Saint-Denis). Dans le reste du monde, Oscar Niemeyer a laissé son empreinte de verre et de béton blanc aux Etats-Unis (siège des Nations Unies à New York), en Allemagne, en Italie, en Espagne, en Israël, au Liban ou encore en Algérie, pays où il a conçu le plus de bâtiments après le Brésil.

Entre autres témoignages de ses convictions, l'architecte brésilien, qui ne cachait pas son admiration pour Luis Inacio Lula da Silva, l'ouvrier métallurgiste devenu président du Brésil en 2003, a notamment fait bâtir une maison pour son chauffeur dans un bidonville de Rio. «Il ne reste que deux communistes dans le monde: Niemeyer et moi», a déclaré un jour son ami Fidel Castro. Ce jeudi, le leader cubain se retrouve tout seul.




_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
pierrot
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 2886
Age : 66
Date d'inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Oscar Niemeyer, l'architecte qui aimait les courbes et le communisme   Jeu 13 Déc - 13:56


Il ne va plus rester de communistes...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Oscar Niemeyer, l'architecte qui aimait les courbes et le communisme   Ven 21 Déc - 1:45

Y'en a encore quelques-uns ici ? Rolling Eyes

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Oscar Niemeyer, l'architecte qui aimait les courbes et le communisme   Aujourd'hui à 11:35

Revenir en haut Aller en bas
 
Oscar Niemeyer, l'architecte qui aimait les courbes et le communisme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oscar Niemeyer à Fontenay-sous-Bois
» Un architecte écolo à Lisieux
» Oscar Hibou - librairie BD/jeunesse menacée
» CINEMA - " Terraferma " en liste pour l’Oscar du meilleur film étranger
» Oscar Pistorius

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions dans la niche :: L'art sous toutes ses formes ... :: Patrimoine-
Sauter vers: