Discussions dans la niche

Pour les amis, fidèles à mon site
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 GOD BLESS AMERICA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: GOD BLESS AMERICA   Ven 16 Nov - 1:17

GOD BLESS AMERICA

Écrit et réalisé par Bobcat GOLDTHAIT - USA 2011 1h40mn VOSTF - avec Jœl Murray, Melinda Page Hamilton, Mackenzie Brooke Smith, Rich McDonald, Maddie Hasson...



Soyons excessifs et disons le tout net, cette satire impitoyable est la chose la plus jubilatoire, la plus irrévérencieuse qu’on ait vue cette année. Jubilatoire parce que, par le biais de la comédie, les héros de God bless America accomplissent ce dont secrètement on a toujours rêvé : dézinguer, pulvériser, atomiser, écrabouiller, réduire à néant les cons malfaisants, alors qu’on se croit obligé de s’épuiser à tenter d’éveiller les quelques neurones qui leur restent.. Et des cons malfaisants, il n’en manque pas sous la bannière aux 51 étoiles ! C’est Bobcat Goldthwait (inconnu en France mais équivalent américain de notre Didier Porte) qui le dit et pas votre serviteur, coupable habituel d’anti-américanisme primaire. Des cons confits dans leur américanocentrisme qui les rend ignares, xénophobes, homophobes, antisémites, j’en passe… et surtout abrutis par des heures de consommation télévisuelle faite de reality shows débiles, d’émissions d’actualités animées par des présentateurs réacs et egocentriques, une télé qui finit par leur permettre de vivre par procuration une autre vie de con que la leur, une vie de con célèbre, de con friqué.

Les deux anges exterminateurs du film n’étaient pourtant pas faits pour purger l’Amérique de ses boulets. Frank (génialement incarné par Joël Murray, petit frère de Bill) est un père divorcé un peu loser, qui fait depuis des années le même métier de bureau barbant et dépense tout son argent pour faire plaisir à son insupportable gamine qui le harcèle pour avoir les jouets numériques dernier cri. Il se trouve que Frank a une éthique et déteste de plus en plus le monde qui l’entoure : ses voisins qui laissent brailler leur bébé et préfèrent commenter les derniers potins people, les discussions absurdes de ses collègues sur des vidéos qui tournent en boucle sur le net montrant un pauvre attardé mental qui se ridiculise devant le jury obscène d’une émission genre Nouvelle Star.
Pour l’instant Frank se tait et tente de survivre… Jusqu’à ce qu’il apprenne la même semaine qu’il est : 1/ viré pour harcèlement sexuel simplement parce qu’il a offert des fleurs à la standardiste pour laquelle il en pinçait, et 2/ atteint d’une tumeur au cerveau en phase terminale. C’est le déclic, il achète à un VRP en armes de guerre un AK 47, l’arme préférée des résistants afghans, et ça va dézinguer sévère ! Il va être rejoint dans sa croisade civilisatrice par Roxy, une ado qui ne supporte justement plus d’être une ado américaine et on la comprend quand on voit ses copines. Et c’est parti. Leurs cibles : une merdeuse irascible vedette d’une téléréalité qui hurle de colère parce que ses parents ne lui ont pas acheté un 4x4 ; un présentateur télé néo conservateur qui insulte tous ses invités un tant soit peu progressistes ; des militants anti avortement ; des jeunes abrutis qui mangent du pop corn et parlent fort au cinéma (cette scène de massacre nous réjouit évidemment tout particulièrement). Le film est hilarant et ne fait pas de cadeau, autant dans les scènes de flingage (rassurez-vous, on est plus dans le cartoon que dans le film d’horreur) que dans les dialogues où tout le monde en prend pour son grade.





Et s’il n’y avait qu’une seule bonne raison de courir voir God bless America, ce serait le traitement de choc qu’il réserve à la télé poubelle, sa bêtise crasse, sa bassesse sans vergogne, les ravages qu’elle peut faire auprès d’un public trop manipulé et trop paresseux pour aller voir ailleurs. Rien que pour cette entreprise de démolition sans appel, le film de Bobcat Goldwthwait est de salubrité publique !

Critique de http://www.cinemas-utopia.org/montpellier/index.php?id=960&mode=film (lue et approuvée par Chien Gue)

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
 
GOD BLESS AMERICA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A 10 ans, Anna Christine bluffe le jury d'"America's Got Talent"
» American Cream Body Lotion (forum special)
» Une journaliste de TF1 blessée en Afghanistan ( Patricia Alé
» Ah, l'esprit de Noël...
» Aprem Bleus CPS 2011 "American Old School"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions dans la niche :: L'art sous toutes ses formes ... :: Cinéma-
Sauter vers: