Discussions dans la niche

Pour les amis, fidèles à mon site
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un brûlot sous l’éteignoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Un brûlot sous l’éteignoir   Ven 22 Juin - 4:38

Un brûlot sous l’éteignoir
Ou de la tendance des pouvoirs politiques à mettre en veilleuse le mouvement associatif

Cette toute dernière publication de notre camarade Justhom revêt un intérêt premier.
Justhom s’appuie tout d’abord sur le besoin des individus de se regrouper, relevé depuis le Moyen-Age, afin d’unir leurs forces et mieux résister contre les différences oppressions : Eglise, seigneurerie, Etat,..
Pourtant, dès les prémices de cette volonté de résistance, l’Eglise devine tout l’intérêt à en dégager , par le maintien des populations dans une position de soumission à Dieu tout d’abord, puis au seigneur et à la royauté.
Ce type d’organisation aura été jusqu’à aujourd’hui, un ferment de possible émancipation, par son réseau d’entraide, d’échange et de solidarité, mais surtout par son affirmation auto-gestionnaire.
De Fourier, condamnant toute société fondée sur l’échange tarifé et la concurrence, en passant par Saint-Simon qui met l’accent sur une nécessaire collectivisation par l’appropriation des moyens de production, et préconise donc de remplacer le gouvernement des hommes par l’administration des choses, jusqu’à Proudhon imaginant une association pluraliste de producteurs ou de compagnies ouvrières, fondée sur l’égalité des contractants instituant entre eux des échanges équitables, la trame des penseurs anti-autoritaires s’inscrit durablement dès les premières années du XIX° siècle, et inspirera fortement les évènements de 1848, par la création simultanée de caisses de secours mutuel, caisses de résistance, associations ouvrières de production,..
La peur des possédants et des tenants de tout pouvoir, y compris de partis politiques dits révolutionnaires, devant ce type d’organisation nouveau et dangereux pour leurs intérêts ou leurs projets, à base de démocratie directe et de mandat impératif notamment, n’aura de cesse que lorsque ce brulôt sera étouffé sous l’éteignoir.
Tous les moyens seront mis en oeuvre par les grands traîtres de l’émancipation, de Le Chapelier qui édictera sa loi criminelle de 1791 « anéantissant toute espèce de corporations des citoyens du même état ou profession.. », en passant par l’empereur qui interdira toute organisation de plus de 20 personnes en 1810, en débouchant bien sûr, sur Marx, le fossoyeur de la Commune qui se réjouira de sa défaite par le trop fameux « Les ouvriers parisiens ont besoin d’une bonne leçon ». En cette fin du XIX° siècle, le mouvement mutualiste s’éloigne du mouvement syndical ouvrier, trop influencé par l’anarcho-syndicalisme.

L’Etat-oppresseur

Fourmillant de faits historiques, ce petit livre par son nombre de pages modeste, reste essentiel par le décriptage du mécanisme de nuisance mis en place de manière de plus en plus flagrante et castratrice, par l’Etat-oppresseur.
Incapable d’assumer les responsabilités sociales ( Etat-providence ), dont pourtant il se targue d’être un ardent défenseur, l’Etat veut plier à sa volonté et à sa disposition le million d’associations fleurissant aujourd’hui dans tous les domaines : santé, culture, sport, solidarité,..par le jeu des subventions particulièrement. Même les structures associatives dites d’insertion , pansent provisoirement ( au mieux ) les plaies provoquées par ce système d’exclusion, mais n’en remettent bien sûr jamais en cause la structure d’exploitation de celui-ci ; elles en présentent plutôt tous les aspects de l’alibi.
Pourtant, de nouvelles formes d’organisation ou de résistance voient le jour actuellement, en appliquant ces principes de démocratie directe, sans Président ni structure hiérarchique.Les mandataires sont détenteurs de mandats ponctuels, tournants, impératifs avec obligation de rendre des comptes.
Elles se constituent, par exemple, autour de l’appropriation de locaux vides à fin d’hébergement d’urgence pour SDF, de création de lieux de résistance et d’animation culturelle, ou sous la forme de coordinations, collectifs, comités de solidarité,..
« Ces associations ne modifient certainement pas les stratifications économiques de la société mais, surtout dans les petites villes, elles contribuent à niveler les distinctions sociales, et comme elles tendent toutes à s’unir en grandes fédérations nationales et internationales, elles aident certainement au développement de rapports amicaux entre toutes sortes d’hommes disséminés dans les différentes parties du globe » Kropotkine – L’Entraide, un facteur de l’évolution –

Un livre de salubrité publique donc…et émancipatrice.

Un brûlot sous l’éteignoir – Justhom – 5 € - Les Editions Libertaires –

Guy - groupe de Rouen de la Fédération Anarchiste -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un brûlot sous l’éteignoir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sous-marin DORIS disparu 8/5/1940
» Une vidéo sur les sous-marin classique type Daphné
» [Divers - Les classiques] LE CROISEUR SOUS-MARIN SURCOUF
» Un sous-marin chinois heurte un sonar remorqué US
» quelqu'un a un model de reçu sous Excel (ou autre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions dans la niche :: L'actu du jour :: Actualité, médias, scoops, ...-
Sauter vers: