Discussions dans la niche

Pour les amis, fidèles à mon site
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
anipassion.com
Partagez | 
 

 Syrie: Hollande évoque une intervention militaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Syrie: Hollande évoque une intervention militaire   Ven 8 Juin - 1:14

Syrie: Hollande évoque une intervention militaire


«Une intervention armée (contre la Syrie) n'est pas exclue, à condition qu'elle se fasse dans le respect du droit international, c'est à dire après délibération du Conseil de sécurité des Nations unies», a déclaré le président Hollande.

Le président français François Hollande a estimé mardi qu'une «intervention armée n'est pas exclue» en Syrie, après le «massacre» de Houla, à condition qu'elle se fasse «après délibération du Conseil de sécurité des Nations unies».

«Une intervention armée n'est pas exclue, à condition qu'elle se fasse dans le respect du droit international, c'est à dire après délibération du Conseil de sécurité des Nations unies», a déclaré M. Hollande, interrogé par la télévision publique France 2.

«Il faut aussi trouver une solution qui ne serait pas forcément militaire. La pression doit se faire dès à présent pour chasser le régime de Bachar al-Assad. Nous devons trouver une autre solution», a-t-il toutefois ajouté.

«Il y a des sanctions à prononcer, elles doivent être renforcées. J'en parlerai au président (russe) Poutine puisqu'il vient à Paris vendredi. C'est lui, avec la Chine, qui est le plus en retrait sur ces questions de sanctions. Et bien, nous devons le convaincre que ce n'est pas possible de laisser le régime de Bachar al-Assad massacrer son propre peuple», a affirmé François Hollande.

Le président français a annoncé qu'il réunirait début juillet la «Conférence des Amis de la Syrie», visant notamment à «solidariser» et organiser l'opposition syrienne pour qu'elle puisse «se substituer au régime».

Les Occidentaux ont durci mardi leur position à l'égard du régime du président Bachar al-Assad, Européens et Américains annonçant l'expulsion des représentants diplomatiques syriens dans leurs capitales respectives en représailles au «massacre» de Houla qui a fait 108 morts.

«Je ne pouvais pas rester sans réaction devant ce massacre», a expliqué M. Hollande, qui a souligné que cette décision avait été prise en «concertation» avec d'autres chefs d'État.

Source : http://www.lapresse.ca/international/dossiers/crise-dans-le-monde-arabe/syrie/201205/29/01-4529750-syrie-hollande-evoque-une-intervention-militaire.php

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
pierrot
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 2886
Age : 66
Date d'inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Syrie: Hollande évoque une intervention militaire   Jeu 21 Juin - 12:43

Je reviens sur ce sujet car je ne sais qu’en penser…
Les interventions militaires cachent souvent des objectifs qui n’ont pas grand-chose à voir avec les populations.
On voit aussi le résultat des révolutions arabes.
Maintenant, Bachar el-Assad a causé à ce jour près de 15 000 morts.
Récemment, c’est une partie de la ville d’Homs dans laquelle des familles ont été encerclées puis pilonnée violemment.
« L’intervention » de Kofi Annan pour un cessez-le-feu et l’arrivée d’observateurs de l’ONU n’ont pas soucié le régime syrien.
Les véhicules des observateurs ont même été l’objet de tirs directs.
Ce n’est pas l'expulsion des représentants diplomatiques syriens qui va changer grand-chose.
Alors, quoi ?... scratch

Les propos de Hollande sur une intervention militaire « dans le respect du droit international, c'est à dire après délibération du Conseil de sécurité des Nations unies » sont une prise de position classique.
Hollande ne se mouille pas beaucoup !
Renforcer des sanctions…lesquelles ?
La rencontre avec Poutine n'a rien apporté.
On voit mal comment Hollande aurait pu faire bouger le président russe...à supposer déjà que ce soit une bonne chose… ?

Je crains que le peuple syrien n’ait à souffrir encore longtemps…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pierrot
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 2886
Age : 66
Date d'inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Syrie: Hollande évoque une intervention militaire   Ven 22 Juin - 11:26

Je viens de regarder une fois de plus l'article de Robert Bibeau.

http://forget.e-monsite.com/pages/le-collectif-chien-gue/le-printemps-arabe-bilan-d-un-avortement.html

Il indique :
" l’insurrection téléguidée depuis Paris, Londres, Berlin, Washington, Ryad et Doha ayant échoué
la réforme annoncée ne permettra peut-être pas l’alternance tant souhaitée.
L’assiette au beurre risque de demeurer entre les mains de la dynastie Assad. "

et je viens de trouver un article qui ne simplifie pas ma difficulté à comprendre :


http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-orient/syrie-le-trouble-de-conscience-face-au-peuple-victime-du-regime-de-damas_1124541.html

Il y a cela aussi...

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-orient/la-syrie-n-est-pas-la-libye-les-occidentaux-ont-peu-a-y-gagner_1121495.html

Une seule chose me paraît claire, c'est le peuple ( hommes, femmes, enfants ) qui trinque. No
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Syrie: Hollande évoque une intervention militaire   Sam 23 Juin - 1:35

Mon avis ?

1. Tu as tout à fait raison, c'est le peuple qui en pâtit.

2. L'express est un media "dominant" ; es-tu allé voir l'excellent film "les nouveaux chiens de garde" ? Il te rendrait beaucoup plus méfiant, je pense ...

3. Robert Bibeau me semble plus "neutre", d'autant plus qu'il est canadien et pas français ...

Concernant la libye, en tous cas, nos avis "décallés" semblent avec le recul s'avérer plus que justes, non ? !

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Syrie: Hollande évoque une intervention militaire   Sam 23 Juin - 4:30

Il y a souvent ( toujours ) un double, voire un triple discours des Etats dominants, ou à ambition stratégique, dominante.

Les élans visant à protéger les populations, pa voie militaire, cachent ( mal ) des intérêts économico-politiques ( Afghanistan, Irak,..).

Ici, Poutine se réfugie derrière le devoir de non-intervention dean sun pays souverain ( comme si la Russie se privait d'intervenir en Tchétchénie, ou en sous-main dans des pays faisant partie du 1° cercle..); certes. Mais cette intention dissimule de vrais intérêts économiques ( livraisons d'armes non-interrompues par les massacres en cours ).

Si nous sommes bouleversés, à juste titre, par les massacres d'Assad, les Etats occidentaux, notamment, ne connaissent pas ces émotions; c'est uniquement la logique d'Etat qui les conduit ( à géométrie variable, donc; suivant le positionnement de chacun des pays considérés sur l'échiquier géo-politique mondial ).

Dans ce cas, comment intervenir avec nos petites mains et notre louable intention ?
Bien sûr, la solidarité internationale avec le peuple syrien ( comme avec tous les peuples ) est à amplifier ( manifs, pétitions,... )
Mias comme il est dit dans le film de René Vauthier " avoir 20 ans dans les Aurès", ce n'est pas lorsqu'on est dans le bourbier militaire ( ici colonial ) que l'on peut arrêter la machine infernale, mais c'est en amont!
C'est-à-dire que le désarmement général ( et même unilatéral pour commencer ) est une priorité absolue, ainsi que la vigilance contre les menées criminelles des Etats, et donc de leur abolition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pierrot
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 2886
Age : 66
Date d'inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Syrie: Hollande évoque une intervention militaire   Lun 25 Juin - 0:02

Merci à vous deux !
Ça éclaire un peu ma lanterne.

Pour ce qui est de l'express, c'est loin d'être ma lecture favorite, loin de là !
Je n'ai pas du le citer souvent ici, mais le sujet de la Syrie me posant problème avec les massacres,
j'avais regardé à gauche et à droite ( sans jeu de mot ! )

Le cas de Poutine ne me paraissait pas clair non plus,
je n'aime pas trop critiquer les Russes, ( mais depuis Poutine...)
mais c'est vrai qu'après la Tchétchénie...
Avec la poursuite des livraisons d'armes à Damas,
ils ne doivent pas souhaiter arrêter les exactions du régime syrien. No

Un désarmement général, ce n'est pas pour demain, ni même après-demain.

Au final, ce sont trop d'intérêts économiques en jeu...
On a vu effectivement la Lybie, oui,
et on a parlé tout récemment de la Grèce qui s'est vu, malgré la crise,
imposer des armements supplémentaires
par Sarko, Merkel et les fabricants d'armes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Syrie: Hollande évoque une intervention militaire   Lun 25 Juin - 1:34

Pour en revenir à François Hollande, vu que c'est dans cette rubrique que j'avais largué le post, et juste pour montrer qu'en fait, la guerre "humanitaire" à la BHL, ça ne le gène pas, et bien, je pense qu'il devrait déjà commencer par retirer la France de l'OTAN , puis prendre de la distance, par rapport aux décisions des USA, et du Royaume-Uni.
S'engager dans des guerres, c'est pas bon ; en provoquer comme le Nico en Libye et Côte d'Ivoire, c'est pire ! Ne pas reproduire le schéma ...

Sortir de l'OTAN, se retirer d'Afghanistan, fermer toutes les bases militaires françaises en Afrique, et ailleurs à l'étranger ( c'est quand même un comble : on ferme toutes nos bases militaires en France et on garde celles à l'étranger !!), voire même sortir de l'ONU, cette officine de paix guerre à la botte des banques et des états qui s'y soumettent.

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
pierrot
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 2886
Age : 66
Date d'inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Syrie: Hollande évoque une intervention militaire   Lun 25 Juin - 12:56


....et supprimer la force de dissuasion nucléaire !

Rocard qui l'a proposé récemment en disant que cette force ne servait plus à rien
s'est vu rétorquer à gauche comme à droite que son intérêt était justement de ne pas servir.
Heureusement qu'elle ne sert pas !
Elle coûte cependant 3 milliards d'euros chaque année.

Pour Hollande, c'était justement le sujet de mon incompréhension.
Il ne me paraît pas être un " va-t-en guerre ", mais je peux me tromper Laughing
Il a lancé le retrait anticipé des " troupes combattantes " françaises d'Afghanistan
et cela, c'est plutôt bien.

Cette idée d'une intervention militaire en Syrie, en vue ( théoriquement )
de faire cesser le massacre de la population semblait plausible.
Quelle est la part de probité et la part de contrainte ?

Oui... l'OTAN...
Et toujours les banques et les fabricants d'armes. Evil or Very Mad
On est vraiment dans une société de merde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Syrie: Hollande évoque une intervention militaire   Lun 3 Sep - 1:36

Observer la Syrie et se rappeler le Nicaragua

De Richard Becker
Global Research, juillet 24, 2012


Le 18 Juillet, une grosse bombe a tué ou grièvement blessé plusieurs top officiels de la sécurité syrienne. Alors que l’ “Armée Syrienne Libre “ (ASL) a revendiqué l’attentat, cette attaque à la bombe hautement sophistiquée du 18 Juillet à Damas ne porte pas les stigmates d’une organisation fraîchement émoulue d’un groupe paramilitaire, mais plutôt les marques de fabrique de la CIA voire du Mossad. L’attentat a été accueilli par Leon Panetta, patron de la CIA, comme démontrant “une véritable dynamique” pour l’opposition syrienne soutenue par l’occident. Le New York Times du 19 Juillet, dans un article de couverture, louait la technique des faiseurs de bombe de l’opposition syrienne. La Maison Blanche et le ministère des affaires étrangères quant à eux, ne masquèrent qu’à peine leur contentement et leur approbation.

Il serait absolument impossible d’imaginer des sentiments similaires émanant de Washington et des faiseurs de politique de New York, épaulés par leurs médias corporatifs propagandistes, à l’égard d’un véritable mouvement progressiste ou révolutionnaire. Le 19 Juillet a aussi marqué le 33ème anniversaire du triomphe d’une de ces révolutions, menée par le Front de Libération Nationale Sandiniste du Nicaragua (FLNSN). Il n’y a eu aucune félicitation pour le FLNSN venant du congrès ou des médias capitalistes. Le gouvernement de Jimmy Carter s’était engagée dans un gros effort afin de prévenir que le FLNSN ne prenne le pouvoir contre le régime brutal et corrompu d’Anastasio Somoza qui dirigeait le pays d’une main de fer depuis plus de quarante ans. Ce ne furent que l’esprit combattant, l’organisation et le sacrifice des sandinistes qui mirent fin à la dictature de Somoza.

Les résultats héroïques des combattants sandinistes contre la garde nationale de Somoza, créée par les États-Unis, ne furent jamais loués par les médias d’ici. Aucun article célébrant la qualité des techniques combattantes des jeunes militants du FLNSN, développée à un tel point, qu’ils furent capables, en ne recevant qu’une aide extérieure minimale, de vaincre une garde nationale armée et préparée de bien meilleure façon. Au contraire, bien qu’il y eu des différences d’ordre tactique au sein des cercles de la classe dirigeante, reflétées par ailleurs dans des journaux, chaînes de radio et de télévision concurrentes, il y avait en fait un consensus dès le premier jour du conflit interne: la destruction de la révolution sandiniste.

Un article du 10 Juillet 1979 dans le New York Times, caractérisait laconiquement le rôle des États-Unis comme étant celui “d’arbitre final de la destinée politique du Nicaragua”. L’article continuait en disant que le gouvernement Carter “avait indiqué que la démission du général Somoza ne serait effective que quand les États-Unis seront satisfaits de la composition et du programme politique du régime successeur… Les États-Unis ont convaincu Somoza de retarder son départ jusqu’à ce que, des mots mêmes d’un officiel américain, ceux-ci aient “neutralisé” les éléments radicaux de l’opposition.”

En Juillet 1979, les statistiques des décès s’élevaient à près de 50 000 personnes, pour la plupart victimes civiles de la garde nationale et ce dans un pays comptant moins de 2,5 millions d’habitants. La vaste majorité du pays était en ruines, mais le gouvernement Carter n’eut aucun problème à continuer les combats et à ajouter à ce qui était déjà un chiffre énorme de pertes humaines et de destruction dans le but de continuer à dominer l’Amérique centrale. Lorsque le nouveau gouvernement du FLNSN refusa de plier aux diktats de Washington, le peuple nicaraguayen fut soumis à une décennie de terrible punition. Les États-Unis autorisèrent Somoza à amener avec lui l’argent public de la nation dévastée lorsqu’ils lui accordèrent l’asile politique.

Des sanctions économiques draconiennes furent imposées au pays, un des plus pauvres du continent américain. Le port principal du pays fut miné par la marine américaine et un embargo naval total fut appliqué jusqu’en 1985. La CIA créa, recruta, finança et arma un des groupes paramilitaires les plus redoutables et assassins connu sous le nom de Contras.

Plus de 50 000 citoyens nicaraguayens moururent dans la guerre qui s’en suivit. La tactique des Contras étaient les assassinats de masse, les viols, la torture et la destruction. Ils ont massacrés des médecins, des infirmières, des enseignants; ils ont brûlé des hôpitaux, des écoles, des coopératives. Les chefs maffieux des Contras étaient nourris et reçus en grandes pompes par les membres du congrès américains et les présidents successifs.

Aujourd’hui, La CIA coordonne l’armement et la réalisation de beaucoup d’opérations de l’ “Armée Syrienne Libre” (ASL), décidant quelles forces doivent recevoir armes et équipement (New York Times du 21 Juin 2012). Les agences de renseignement américaines et leurs contreparties dans les pays anciennement colonisateurs du Moyen-Orient comme la Grande-Bretagne et la France, de concert avec Israël, en font même encore plus sans aucun doute.

Le Conseil National Syrien (CNS), un groupe essentiellement composé d’exilés syriens de très longue date quasiment inconnus, est traité par les États-Unis et ses alliés comme étant le gouvernement légitime en attente. Les leaders américains sont à 100% derrière la révolte armée du CNS/ASL pour la même raison qu’ils étaient opposés à la révolution sandiniste et soutenaient les Contras au Nicaragua. Ils ont confiance que la victoire de l’opposition syrienne sera également leur victoire et un autre grand pas vers plus de dominance américaine au Moyen-Orient.

Article original en anglais : Watching Syria, remembering Nicaragua, History shows U.S. viciously attacks—not supports—real revolutions, le 22 juillet 2012.

Traduction : Résistance 71

Source : http://www.mondialisation.ca/observer-la-syrie-et-se-rappeler-le-nicaragua/

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
pierrot
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 2886
Age : 66
Date d'inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Syrie: Hollande évoque une intervention militaire   Ven 15 Mar - 23:03

15 mars 2013
sources diverses

Paris et Londres veulent fournir des armes à la coalition syrienne.
Certains parlent de " menaces d'utilisation d'armes chimiques " par le régime d'El Assad.

Déjà, la " coalition ", même officielle, c'est pas clair.
Ceux qui n'en font pas partie vont s'agiter.
Si le régime d'El Assad vient à se retirer ou à tomber, c'est la guerre civile en plein...
déjà que...

Les menaces d' armes chimiques...
Ça rappelle bizarrement " les armes de destruction massive "...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Syrie: Hollande évoque une intervention militaire   Jeu 21 Mar - 1:51

Méthode classique : on déstabilise, puis on stigmatise, puis on intervient. Twisted Evil

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Syrie: Hollande évoque une intervention militaire   Aujourd'hui à 3:05

Revenir en haut Aller en bas
 
Syrie: Hollande évoque une intervention militaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Syrie . 120 militaires français arrêtés
» Livret militaire
» Défilé militaire du 21 juillet
» TRICASTIN : "Sortir du nucléaire" réclame une date d'intervention à EDF pour la barre "suspendue"
» 14 juillet 2010 PARIS defilé militaire video legion etrangere 1RE 2 REG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions dans la niche :: Aboiements :: Hollandoscope-
Sauter vers: