Discussions dans la niche

Pour les amis, fidèles à mon site
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Grèce en crise, terrain de jeu solidaire pour anarcho-touristes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: La Grèce en crise, terrain de jeu solidaire pour anarcho-touristes   Mer 15 Fév - 1:34

La Grèce en crise, terrain de jeu solidaire pour anarcho-touristes


(D'Athènes) Depuis dix-huit mois, la colère des Grecs contre des mesures gouvernementales qui ne font qu'empirer une situation déjà catastrophique attire un nouveau genre de visiteurs : l'anarcho-tourisme. Rencontres.

« On n'est pas des branleurs pseudo-anarchistes qui se permettent de rejeter le système capitaliste grâce à l'argent de papa. »

L'espagnol Morja, l'Allemande Chris et les Américains Ximo et Gil se sont rencontrés en arrivant à Athènes, il y a quelques semaines. Ils font partie de ces militants trentenaires et quarantenaires qui se déplacent au gré des crises dans le monde.

Certains sont allés en Egypte et en Tunisie au printemps ; d'autres ont suivi les « Indignés », des Etats-Unis à l'Espagne en passant par le Brésil.

Anarchistes revendiqués, ils ne sont pas encartés. A part Morja, ils ont tous un passé de militants au sein d'une extrême gauche « trop molle », selon Gil. Ils rêvent d'un anarcho-syndicalisme solidaire et mondial, pour une « Action directe pacifique et désarmée ».
Des pros du système D

Chez eux, ils vivent dans des squats, des fermes ou « un peu partout ». Ils travaillent au lance-pierre pour payer les billets d'avions : manutention, restauration, chantiers ou « petits trafics ».

Ils activent leurs réseaux pour se loger sur place. En Grèce, la propriété foncière n'est pas réservée aux classes aisées : il n'est pas rare que des familles même pauvres possèdent un appartement en ville.

L'hiver particulièrement froid, le prix de l'électricité largement gonflé... beaucoup de gens n'ont plus les moyens de se chauffer et vont habiter chez un parent. L'appartement où nos anarchistes sans frontières logent, en plein centre avec vue sur l'Acropole, est l'une de ces habitations désertées appartenant à « la cousine d'un ami à Berlin », précise Chris.

Combien de temps resteront-ils ? « Pas de plan », sourit Chris, dont le budget permet de tenir jusqu'à la mi-mars. Les garçons sont journaliers sur un chantier.
« Mes convictions m'obligent à venir ici »

« Professionnels des émeutes » auto-proclamés, ils viennent « par solidarité et pour partager un savoir-faire », explique Ximo.

Dimanche soir, Gil et Ximo appelaient au calme les manifestants paniqués par la police échaudée, Morja distribuait des bouteilles d'eau et Chris de la pommade contre les gaz lacrymogènes.

Est-ce qu'ils se sentent légitimes à militer dans un contexte qu'ils possèdent mal, et se fixent-ils des limites ? Ximo :

« Ce n'est ni une crise grecque, ni une crise européenne : ce qui se déroule actuellement ici est la résultante d'un système mondial qui dégénère. Mes convictions m'obligent à venir ici. »

Chris ajoute :

« La limite concerne l'après-crise. Que rêver pour la Grèce ? Ça appartient aux Grecs. J'aide au combat, maintenant. »

Un voyage très préparé

Activistes confirmés, ils préviennent les moins expérimentés contre le romantisme de l'action protestataire.

Morja évoque deux Espagnols qui se sont fait piéger « en débutants » : après des provocations, les policiers ont glissé des explosifs dans leurs sacs pour pouvoir les inculper. Ils passent bientôt devant le tribunal.

« Les révolutions, les protestations de grande ampleur incitent parfois des anarchistes fougueux à venir “ pour en être ”. Or ça ne s'organise pas au hasard. »

Eux préparent leurs voyages des semaines à l'avance, en discutant avec des Grecs de l'étranger qui les mettent en contact avec des militants locaux.
De la chair à saucisse pour la police

Le mépris du gouvernement pour une population à terre écœure Yorgos, 56 ans, un ancien du groupe anarchiste Lutte révolutionnaire. Il ne voit pas d'un bon œil cet « anarco-tourisme » :

« L'effet de mode “nous sommes tous Grecs” – bien sur que non – amène des arrivages de chair à saucisse aux forces de l'ordre et aux voyous. La Grèce est corrompue, il y a des règles implicites, surtout en situation de crise. »

Oreste, manifestant grec de 36 ans, apprécie la distribution d'eau et de pommade mais doute de la transmission de savoir-faire, évoquée par Ximo :

« Les scènes de guérillas urbaines comme dimanche sont impressionnantes pour ces étrangers, mais régulières à Athènes depuis un an. On sait les gérer. »

Il reconnaît cependant que le fait qu'ils soient étrangers autorise plus d'activisme :

« Pour les Grecs qui ont encore un emploi, faire grève est difficile, bien que ce soit autorisé par la loi : dans le privé, on te vire le lendemain, et le dégraissage dans le public n'encourage pas à faire valoir tes droits.

Là, ces militants étrangers qui viennent gonfler nos rangs au piquet sont utiles. »


_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
 
La Grèce en crise, terrain de jeu solidaire pour anarcho-touristes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quelle poussette tout-terrain compacte et "légère" ?
» Poussette tout-terrain pour nouveau-né?
» Suis-je assez motivée pour réussir ?
» Mouton d'Ouessant...
» Help ! Poussette reversible, pliage compacte, tout terrain !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions dans la niche :: L'actu du jour :: Les insolites-
Sauter vers: