Discussions dans la niche

Pour les amis, fidèles à mon site
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Réapropriation des Entreprises argentines -> Ascension des Scop Autogérées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Réapropriation des Entreprises argentines -> Ascension des Scop Autogérées   Sam 28 Jan - 10:19

Réapropriation des Entreprises argentines -> Ascension des Scop Autogérées... "Vale la pena"
Christian Maurel, Marc Lacreuse | mille-et-une-vagues.org | mercredi 18 Janvier 2012

vendredi 27 janvier 2012

voir en bas de page "2012, Année internationale des coopératives"





Offre Civile de Réflexion

Une expérience de démocratie sociale et économique. Demain, politique ?


En 2001, la dette extérieure de l’Argentine se monte à 132 milliards de dollars. Après le refus par le FMI d’un prêt de 1, 264 milliard, l’économie s’effondre : des centaines d’entreprises font faillite et des milliers de salariés manifestent leur colère. Le taux de chômage dépasse les 20% et la moitié de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.

Les propriétaires désertent et abandonnent leurs entreprises en dépôt de bilan. Ainsi, les patrons de l’usine de vêtements Brukman. Mais, ses ouvrières prennent alors possession de l’usine. Dans maints endroits, les travailleurs récupèrent ainsi leur outil de travail sur le mode de l’autogestion, non comme le résultat d’un projet politique pensé mais comme une réponse à une situation d’urgence. Une autre manière de gérer l’entreprise se met en place pour défendre le droit au travail, pour sauvegarder l’outil et redémarrer l’activité.

Les entreprises récupérées – elles sont 200 aujourd’hui et emploient environ 10 000 salariés surtout dans la région de Buenos Aires – doivent leur survie et leur développement au soutien de pans importants de la population et de mouvements sociaux : syndicalistes, professeurs, étudiants, militants associatifs, artistes et chômeurs.

Le cas le plus connu est celui de l’usine de carrelages ZANON. Après l’abandon par le patron en 2002, 260 des 331 salariés licenciés décident l’occupation du lieu. Malgré sept tentatives d’expulsion, l’usine est remise en marche et fonctionne sur la codécision. L’entreprise devient une propriété sociale où chaque salarié détient une part du capital. L’organisation est horizontale et non pyramidale. Dans les assemblées, chaque travailleur dispose d’une voix. Les salaires sont identiques pour tous les salariés.

Ce système généralisé dans les entreprises récupérées a favorisé une politisation des salariés. Dans la pratique autogestionnaire quotidienne ils ont expérimenté la démocratie participative. Ce qui a fait dire à José Abelli, l’un des fondateurs du Mouvement National des Entreprises Récupérées, « Nous n’avons pas encore la force, ni la capacité pour construire un parti politique mais nous rêvons, qu’avec le temps, les travailleurs puissent confluer dans une expression majoritaire, du style du Parti des Travailleurs au Brésil. Mais aujourd’hui les partis politiques ne nous représentent pas et nous n’allons pas rester les bras croisés ».

Les entreprises récupérées tiennent bon : c’est ce que révèle la troisième enquête du programme « Faculté Ouverte » de la Faculté de Philosophie et de Lettres de Buenos Aires, malgré de nouveaux défis comme celui de l’intégration de nouveaux travailleurs ou l’absence de cadre légal approprié dans un système capitaliste. Si la situation est toujours difficile, les entreprises récupérées, au bout de dix ans, font partie du paysage économique et social de l’Argentine.


--------------------------------------------------------------------------------





Vale la pena

Documentaire sur les recuperadas d’Argentine... 10 ans plus tard
Dans le cadre de la Semaine interculturelle

La projection sera suivie d’une discussion avec l’équipe des étudiants

réalisateurs :

Mathieu-David Crépin
Baccalauréat en communication, UQAM

Cynthia Falaise
Baccalauréat en droit international et relations internationales, UQAM

Mathilde Grégroire-Valentini
Baccalauréat en droit, UdeM

Fedora Mathieu
Baccalauréat en droit, UdeM

Entrée gratuite
7 février à 19h

Centre d’essai
Centre étudiant / Pavillon J.-A.-DeSève
2332 boul. Édouard-Montpetit, 6e étage
Métro Édouard-Montpetit ou autobus 51

Synopsis et notes

En 2001, l’Argentine sombre dans une crise économique sans précédent. Dès lors, de nombreux mouvements voient le jour au pays, dont celui des occupations d’usines. Les travailleurs décidés à ne pas laisser leurs usines fermer choisissent de reprendre la production et de les gérer sous forme de coopérative. Dix années après les débuts du mouvement, les entreprises récupérées se divisent : certaines militent au niveau national pour une révolution politique, alors que d’autres s’orientent vers une neutralité politique et un intérêt pour la productivité de ces entreprises occupées.

Vale la pena met en parallèle ces deux orientations bien distinctes et qui, à travers une incursion dans le monde des ouvriers de Zanon, une usine emblématique du mouvement aborde la question de la lutte ouvrière. Il traite entre autres des thèmes de réflexions tels que : la capacité des travailleurs à s’autogérer, les répercussions politiques engendrées par l’action des travailleurs sans patrons, la remise en question de la place de la propriété privée et du patronat au sein de nos sociétés par rapport à celle des droits des travailleurs et une alternative au modèle traditionnel d’exploitation des moyens de productions est décrite. En somme, les ouvriers des recuperadas, porteurs de réels changements dans leur société, sont présentés comme des éveilleurs de consciences. De fait, les travailleurs de Zanon seront suivis par l’équipe durant les jours précédant l’expropriation de leur ancien patron par la législature provinciale.

Par ce documentaire, les réalisateurs espèrent montrer qu’une prise en charge collective est réalisable et que l’action politique a des répercussions concrètes sur la vie en société.

L’équipe

Réalisation et production
Mathieu-David Crépin
Cynthia Falaise
Mathilde Grégroire Valentini
Fedora Mathieu

Direction de la photographie
Mathieu-David Crépin

Assistance au montage image
Mathilde Grégroire Valentini et Fedora Mathieu

Montage image
Mathieu-David Crépin et Cynthia Falaise

Prise de son et perche
Cynthia Falaise, Mathilde Grégroire-Valentini, Joany L’Écuyer-Noiseux, Fedora Mathieu

Montage sonore
Simon Gervais


Partenaires :

Cism

trouvé sur
et sur :




--------------------------------------------------------------------------------





2012, Année internationale des coopératives





—>2012 a été proclamée Année internationale des coopératives par les Nations-Unies.

A travers cette initiative et dans un contexte où le monde connaît l’une des crises les plus difficiles de son histoire, la communauté internationale reconnaît l’efficacité du modèle coopératif, sa pertinence face aux excès du capitalisme et son apport en termes de pratiques économiques et sociales : gouvernance démocratique, partage des décisions, répartition équitable des bénéfices, innovation…

Aujourd’hui, plus d’un milliard de personnes sont membres de coopératives à travers le monde.

En Europe, l’Italie, l’Espagne et la France sont les premiers pays en nombre d’entreprises coopératives : 41 552 coopératives en Italie, 24 276 en Espagne et 21 000 en France...

La France, avec 23 millions de membres, est le pays européen qui compte le plus grand nombre de coopérateurs.



Devenez acteur de l’événement !

Cet événement constitue une formidable opportunité pour toutes les familles coopératives de promouvoir leurs valeurs auprès du grand public. L’Alliance coopérative internationale a ainsi imaginé une large palette d’outils promotionnels : Affiche officielle, T-shirts, clés USB, stylos, kakémonos, sacs, pin’s… Vous pouvez également utiliser le logo officiel de l’Année internationale des coopératives ainsi que le slogan « Les coopératives, des entreprises pour un monde meilleur », sur vos supports de communication (site internet, papeterie, brochures, kakémonos, etc.) et lors de vos événements.





--------------------------------------------------------------------------------

Sur le même sujet :
Argentine : les entreprises récupérées tiennent bon !
Baptiste Bloch - mediapart.fr - 14 Octobre 2010



http://www.mille-et-une-vagues.org/ocr/spip.php?article682
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Réapropriation des Entreprises argentines -> Ascension des Scop Autogérées   Jeu 2 Fév - 1:16

La "récupération" d'entreprises est-elle possible en France ? .... scratch

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Réapropriation des Entreprises argentines -> Ascension des Scop Autogérées   Jeu 2 Fév - 8:06

Oui, elle est possible mais le tissu ( tenants et aboutissants ) est souvent mal en point, et la survie difficile.
Je me souviens notamment d'une initiative de reprise par les salariées d'une entreprise de confection de lingerie féminine, qui a mal tourné car les "gros" clients: hypermarchés,..avaient jeté leur dévolu sur d'autres fournisseurs.
Dans ce cas bien précis, l'ancien patron ( vexé de n'avoir pu être accepté dans le nouveau projet ) avait fait pression envers ces gros clients pour organiser un boycott.

Ce qui est pointé dans l'article, c'est le support d'un tissu social actif ( pans entiers de la population ) en Argentine.
Créer une SCOP,..est certes difficile, mais reprendre une activité ne l'est pas moins; on l'a vu récemment, avec des tentatives sur des projets ô combien compliqués ( Seafrance où l'on demandait aux salariés de mettre leurs maigres indemnités de licenciement dans un projet à haute concurrence, et où l'Etat se défaisait lâchement du projet, des salariés,...).

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Réapropriation des Entreprises argentines -> Ascension des Scop Autogérées   Mar 7 Fév - 1:44

Merci Bye : c'est hélas, à peu près la réponse que j'attendais ... Crying or Very sad

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réapropriation des Entreprises argentines -> Ascension des Scop Autogérées   Aujourd'hui à 16:28

Revenir en haut Aller en bas
 
Réapropriation des Entreprises argentines -> Ascension des Scop Autogérées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» compétitivité des entreprises françaises à l'international
» De la matière première pour créer des entreprises
» Prévisions de circulation pour le week-end de l’Ascension
» Les 100 plus grandes entreprises au Canada
» La couveuse d'entreprises de Châteauroux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions dans la niche :: L'actu du jour :: Actualité, médias, scoops, ...-
Sauter vers: