Discussions dans la niche

Pour les amis, fidèles à mon site
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 LE HAVRE D'AKI KAURISMAKI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: LE HAVRE D'AKI KAURISMAKI    Sam 31 Déc - 4:06

LE HAVRE D'AKI KAURISMAKI

Dans 'Le Havre', l'inimitable cinéaste finlandais signe une fable décalée où l'humour et l'utopie politique sont convoqués pour le meilleur. Une merveille. Critique.

Marx et Arletty

N'y allons pas par quatre chemins : le Aki nouveau est une petite merveille d'intelligence, d'inspiration formelle et d'humour décalé. Un des meilleurs films de son auteur, justement ovationné au dernier festival de Cannes.
Le dénommé Marcel Marx (André Wilms, candidat au prix d'interprétation) exerce le métier de cireur de pompes au Havre. Ancien écrivain, il s'exprime dans un français châtié et désuet, manie l'imparfait du subjonctif avec la même dextérité que le chiffon et mène une vie bien réglée entre son pavillon, son chien, sa femme Arletty, le bistrot où il a ses habitudes et où il ne boit jamais d'eau. Un jour, à l'heure de la pause déjeuner, il tombe sur un gamin black venu de très loin et tout juste échappé d'un container échoué sur le port. Clandestin, le gosse cherche à gagner l'Angleterre. Marx l'héberge et avec le soutien de quelques amis du voisinage organise son exfiltration du beau pays de France où sévit la chasse furieuse aux sans papiers.

Une France fantasmatique

Fidèle à son art minimal et à sa très singulière stylisation du réel, Kaurismaki ne s'adonne pas à un réquisitoire politique, façon pamphlet courroucé. Plus subtil, le cinéaste confronte plusieurs mondes au sein du même récit et émet, en images et en sons, une hypothèse utopique qui fait du bien aux yeux et aux oreilles. Avec un sens de l'absurde et du décalage qui n'appartient qu'à lui, Kaurismaki joue du contraste, de l'anachronisme. Pour raconter son histoire d'ici et maintenant, il met en scène une France fantasmée et fétichisée, à base d'archétypes dramatiques, de décors tout droit débarqués des années 60 (zinc de bistrots, vieux téléphones, juke-box, vieux flippers…), d'acteurs à trogne baptisés Becker (comme Jacques) et incarnés par des outsiders historiques (de Pierre Etaix à Little Bob, figure tutélaire du rock havrais et français). Sur cette toile de fond merveilleusement poétique, mais sans un gramme de mièvrerie, il filme une histoire contemporaine, celle de la France d'aujourd'hui avec ses ministres qui ne jurent que par l'identité nationale, ses préfets qui font du chiffre et ses flics zélés.

Aki et la sobriété

Mais Aki n'est pas Ken Loach et son film, dans une atmosphère feutrée et naïve purement kaurismakienne, préfère prendre la poudre d'escampette, direction la fantaisie et le détournement des genres. Dans 'Le Havre', le flic façon Melville (Darroussin) boit du pinard grand cru et ne croit pas en sa mission, les dialogues tombent à côté de la plaque pour le meilleur et les copains de Marx, la boulangère Yvette comme l'épicier beur, contribuent à la mission humaniste avec la même ferveur modeste et évidente. Même la maladie (car la douce Arletty souffre d'un cancer) ne vient pas titiller notre fibre lacrymale. Ce qui, en passant, admoneste une belle leçon de dignité et de distance à tous les cinéastes qui, depuis le début du festival, empoignent des « gros » sujets (pédophilie, maladies incurables…) pour mieux prendre en otage le spectateur. Avec élégance et sobriété (sobriété ?), Kaurismaki signe une fiction où le refus absolu de l'esprit de sérieux est le meilleur allié de l'utopie politique et de la croyance dans le pouvoir enchanteur du cinéma. Merci qui ? Merci Aki.


_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: LE HAVRE D'AKI KAURISMAKI    Sam 31 Déc - 7:26

Oui, Kaurismaki est un cinéaste très intéressant, toujours attentif à sa façon, au sort des plus démunis, ceux sur lesquels les coups pleuvent. Voir " l'homme sans passé " par exemple!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: LE HAVRE D'AKI KAURISMAKI    Lun 2 Jan - 2:29

Sur le même sujet, c'est bien mieux que "welcome".

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE HAVRE D'AKI KAURISMAKI    Aujourd'hui à 19:40

Revenir en haut Aller en bas
 
LE HAVRE D'AKI KAURISMAKI
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Havre: le cinéma peut rapporter gros.
» Portail officiel de la ville du Havre - Demande d'actes
» "Dixie Days". Le Havre (76).
» Le Havre - Rue Bazan
» Le Havre Marie-Galante GOURNAY GUESNON 17è

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions dans la niche :: L'art sous toutes ses formes ... :: Cinéma-
Sauter vers: