Discussions dans la niche

Pour les amis, fidèles à mon site
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Pour imposer les revendications il faut étendre la grève !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Pour imposer les revendications il faut étendre la grève !   Jeu 22 Déc - 6:38

Pour imposer les revendications il faut étendre la grève !

La grève des agents de sûreté aéroportuaire en est à son 6ème jour et le mouvement s'amplifie. A Roissy, une majorité est en grève. La plupart des sociétés de la branche sont touchées : ICTS, Securitas, Brink's et Alyzia Sûreté notamment. Le mouvement de grève gagne de plus en plus d'aéroports à travers le pays, après Roissy, Orly, Lyon, Nice, Rennes, Mulhouse, Bordeaux, Toulouse, ce sont les aéroports de Beauvais et de Lorient qui entrent en lutte. Cette démonstration de force, du jamais vu depuis dix ans dans la sûreté, est le résultat d'une lutte coordonnée des salariés de plusieurs entreprises. Ce front uni de grève est non seulement indispensable à la construction d'un vaste rapport de force pour porter les revendications, mais il est nécessaire pour que la grève ait un impact fort sur l'activité aéroportuaire. Sans cette coordination, les employeurs du secteur peuvent se remplacer mutuellement en cas de cessation de travail et ainsi réduire les sala riés à l'impuissance. L'unité d'action des grévistes du secteur de la sûreté est un exemple à suivre pour l'ensemble des salariés de Roissy !

Grâce à l'unité d'action, le rapport de force s'élève en faveur des salariés.

Grâce à l'ampleur du mouvement, le rapport de force est favorable aux salariés. Le patronat refuse pour l'heure toute concession et compte sur le « pourrissement » de la grève. Mais les grévistes ne montrent aucun signe de fatigue. Au contraire, leur détermination se renforce de jour en jour. Cette combativité s'explique par leur refus de leurs conditions de travail très dégradées (horaires décalés, plannings variables constamment modifiés, stress professionnel, etc.), le tout pour des bas salaires qui ne permettent pas de vivre dignement. Les revendications sont parfaitement légitimes : augmentation des salaires de 200 €, amélioration des conditions de travail, arrêt de la précarité, …

L'UL CGT Roissy dénonce les tentatives du gouvernement de briser la grève.

Le patronat et le gouvernement craignent une contagion. Ils font tout pour discréditer cette lutte exemplaire. Il s font semblant de se soucier du sort des vacanciers en ces périodes de fêtes alors que ce qui pourrit la vie des salariés, des jeunes et des retraités, c'est la baisse générale du niveau de vie imposée par le gouvernement et le patronat. Au-delà de la propagande, le gouvernement joue maintenant un rôle actif pour tenter de briser la grève : il cautionne le remplacement des grévistes par des salariés étrangers en autorisant leur détachement en toute illégalité ; il cautionne aussi le remplacement des grévistes par des salariés non habilités à la sûreté ce qui menace la sécurité des vols ; il brandit la menace de réquisition des grévistes et leur remplacement par les forces de l'ordre ; il prépare un projet de loi pour un service minimum. Comme lors de la grande grève de l'automne 2010 pour les retraites, le gouvernement défend l es intérêts du patronat et déploie des trésors d'énergie pour briser les grèves ! Mais ces tentatives accroissent la tension sociale dans le pays. L'UL CGT Roissy a par exemple pris acte très favorablement de la position exprimée par le syndicat SGP-FO, 1er syndicat des gardiens de la paix, qui s'est déclaré opposé au remplacement des agents de sûreté en lutte, estimant que le rôle de la police n'est pas de jouer les « briseurs de grève ».

Il faut étendre la grève !

Ces tentatives sont le signe que gouvernement et patronat paniquent devant la mobilisation des salariés. C'est l'extension de la grève et sa reconduction qui peuvent apporter la victoire et nous appelons maintenant l'ensemble des agents de sûreté, quelle que soit leur entreprise, à rejoindre la grève. D'ores et déjà, des salariés d'autres secteurs de l'aérien montrent des signes de mobilisation. A Roissy, par exemple, des intérimaires s'organisent dans un collectif CGT. Partout où la mobilisation des salariés est possible, l'UL CGT Roissy appelle à rejoindre la grève, y compris au-delà du secteur de la sûreté.

Roissy, le 21 décembre 2011

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pierrot
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 2886
Age : 66
Date d'inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Pour imposer les revendications il faut étendre la grève !   Jeu 22 Déc - 12:46


Effectivement, seule l'extension du mouvement pourra amener un fléchissement du patronat et du gouvernement.
En revanche, je ne suis pas sûr que ces dirigeants paniquent.
Les mesures prises ( envoi de police, remplacement des grévistes par des salariés non habilités à la sûreté,
projet de loi sur un service minimum dans l'aérien ) vont dans le seul sens
de démolir un peu plus le droit de grève...
Le règne de Sarko aura été le plus anti-social que le pays aura connu depuis la chute de la royauté...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pierrot
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 2886
Age : 66
Date d'inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Pour imposer les revendications il faut étendre la grève !   Jeu 22 Déc - 13:44

study
http://sarkofrance.blogspot.com/
JEUDI 22 DÉCEMBRE 2011


Grève ou précarité: Sarkozy a l'indignation sélective.

Il avait prévu de jouer au Père protecteur: choyer quelques médecins de campagne, se féliciter de l'augmentation pourtant tardive du SMIC et du bilan du RSA; et visiter un centre des Resto du Coeur. Le Figaro nous annonça même qu'il écrivait un livre-confession vérité.

Mais patatras. Une grève perturbait ce story-telling présidentielle, chaque jour dans les journaux radio-télévisés. Des familles entières voyaient leurs vacances menacées ou gâchées à cause d'annulation de vols. Du coup, son sang n'a fait qu'un tour. Nicolas Sarkozy a pris les choses en main.

Il a toujours l'indignation facile... et sélective. On ne l'a pas entendu sur le discret durcissement des conditions de saisie sur salaires contre les ménages surendettés; ou l'interdiction du camping sauvage et subi de précaires mal logés.

Faire bruit contre une grève
Cette grève des personnels de sécurité des aéroports, en pleine vacances scolaires, l'a mis en rage. Nicolas Sarkozy perd toujours facilement ses nerfs contre les grévistes. Il avait promis le service minimum dans les transports publics ! Il sait de surcroît que le sujet fera la une du journal télévisé de son ami Jean-Pierre Pernault, que ces images feront tâche en pleine campagne présidentielle. Et quelles images ! Des familles empêchées de partir en avion, des vacances au ski ou des retrouvailles familiales gâchées, le coup était dur.

Comme l'an dernier contre la neige, Nicolas Sarkozy s'est donc personnellement saisi du dossier. Lundi soir, une réunion s'est tenue en urgence mais en catimini à l'Elysée. Elle ne fut dévoilée qu'une trentaine d'heures plus tard grâce à quelques journalistes persévérants. Le Monarque exigea qu'on réquisitionne des policiers pour palier à l'absence des salariés grévistes: « Il n'est pas question d'ennuyer les Français qui partent en vacances, ils ont assez souffert pendant l'année » aurait-il déclaré.

Quelques ministres et proches furent priés de dénoncer la « prise d'otage » (NKM). Claude Guéant menaça de réquisitionner 300 policiers de la police aux frontières (PAF) et 100 militaires de la gendarmerie des transports aériens (GTA) si les grévistes ne reprenaient pas le travail. Mardi, un médiateur fut nommé par le gouvernement. Mercredi, constat d'échec. La ministre des transports était bien en peine: « Nous serons au rendez-vous pour que les départs en vacances se passent bien ». Le matin, Nicolas Sarkozy menaçait encore, par conseil des ministres interposés.Il a «demandé aux ministres d'être extrêmement attentifs à l'évolution de la situation et de prendre toutes les mesures nécessaires et opportunes compte tenu de cette évolution», a précisé sa porte-parole.

Mais l'argumentaire sarkozyen prenait mal: il ne s'agissait pas d'un transport public, mais de vols aériens; cette grève ne concernait pas les bénéficiaires d'un quelconque régime spécial protestant contre la suppression de leurs avantages acquis, mais des précaires du secteur privé. Ils assurent, certes, une mission quasi-régalienne (sécuriser l'accès au vols), mais cette activité est devenue bien lucrative depuis que l'Etat a progressivement privatisé depuis 10 ans le contrôle des passagers anciennement du ressort de la PAF.

C'est même la première fois qu'une grève aussi lourde concerne les agents de sûreté. Les revendications sont bien légitimes, ces salariés réclament une hausse de salaire, pour dépasser le SMIC. Mercredi soir, une représentante syndical se désolait encore: « Le patronat ne veut toujours pas discuter pour l'instant des salaires ». La grève fut reconduite pour jeudi.


Nicolas Sarkozy aurait pu s'indigner de la situation des personnels.

Il aurait pu. Mais il n'eut pas un mot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Pour imposer les revendications il faut étendre la grève !   Ven 23 Déc - 3:39

Après 7 jours de grève des agents de sûreté : La responsabilité de L'Etat et d'ADP est engagée

Sur ordre du gouvernement, les agents de sûreté en grève à Roissy ont été remplacés par des policiers et des gendarmes ce jeudi 22 décembre matin. Sarkozy veut briser cette grève qui témoigne de la colère sociale qui couve dans le pays et craint la contagion à d'autres salariés. Cette manœuvre accroît encore davantage la colère des grévistes qui dénoncent depuis maintenant 7 jours leurs conditions de travail déplorables, les bas salaires et la précarité. C'est le droit de grève qui est piétiné, comme l'a déclaré hier le principal syndicat des gardiens de la paix, SGP-FO, qui s'est prononcé contre ces remplacements. L'UL CGT Roissy exige le retrait des forces de l'ordre de tout poste de travail d'un agent de sûreté gréviste !

Cette situation nous rappelle que les agents de sûreté exercent une mission de service public qui consiste à assurer la protection des usagers du transport aérien. Ce sont d'ailleurs les passagers qui financent eux-mêmes ce service en payant une taxe aéroportuaire de 11,50 € comprise dans le prix de leur billet d'avion. Mais depuis dix ans, l'Etat, à travers ADP, délègue cette mission de service public à des entreprises privées, avec des conséquences désastreuses pour les salariés comme pour le service public :

Les entreprises privées de sûreté se livrent en effet à une guerre commerciale acharnée pour obtenir les marchés. Ces marchés sont soigneusement découpés par ADP pour mettre les salariés en concurrence les uns avec les autres. Les marchés sont attribués aux entreprises qui présentent la facture la moins élevée, ce qui tire les salaires vers le bas et pousse à dégrader les conditions de travail (plannings flexibles, temps partiel, augmentation de la charge de travail, etc.).

De plus, cette mise en concurrence permanente précarise l'emploi. Les marchés de la sûreté sont en effet conclus pour des périodes de trois ans. Lorsqu'une entreprise perd un marché, les emplois sont menacés et les acquis sont remis en cause chez le repreneur. Rien n'est jamais acquis et les emplois sont par nature précaires, même en CDI.

Enfin, ces bas salaires, cette précarité, ces mauvaises conditions de travail, ne permettent pas aux agents de sûreté d'exercer leur mission dans de bonnes conditions. Ils sont stressés, fatigués, démotivés. L'intérêt privé (la recherche du profit) est inconciliable avec le service public, elle menace la sûreté des usagers.

La privatisation de la sûreté se traduit ainsi par des bas salaires, de mauvaises conditions de travail, la remise en cause permanente des acquis et des emplois, et un service public dégradé.

La grève dure depuis plus de 7 jours. Elle est majoritairement suivie par les salariés à Roissy et touche la plupart des aéroports du pays. Le patronat se refuse toujours à entendre les revendications parfaitement légitimes des salariés. Ces entreprises privées ne défendent que leurs profits, elles sont des parasites dans la sûreté aéroportuaire, qui se nourrissent du travail des agents et de la taxe payée par les passagers.

Si les salariés de la sûreté en sont là aujourd'hui, c'est en raison de la privatisation du secteur. Si les pouvoirs publics veulent intervenir dans cette grève, au lieu de tenter de la briser, qu'ils prennent leurs responsabilités pour imposer les revendications des salariés au patronat et ouvrent immédiatement des négociations pour réintégrer les agents de sûreté sous statut public. Il est de l'intérêt des salariés et des passagers que la sûreté aéroportuaire ne soit plus confiée à des entreprises privées dont le seul objectif est de faire de cette activité une source de bénéfice pour leurs actionnaires.

Retrait des forces de l'ordre des postes de travail des grévistes !

200 € d'augmentation tout de suite !

Amélioration des conditions de travail !

Arrêt de la précarité !

Pour l'emploi, les salaires, les conditions de travail et la qualité du service public de sûreté, il faut réintégrer la sûreté aéroportuaire au sein d'un corps d'Etat, existant ou à créer !

Roissy, le 22 décembre 2011

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Pour imposer les revendications il faut étendre la grève !   Sam 24 Déc - 2:34

lol! Et la prochaine grève de l'éducation nationale, les policiers vont remplacer les instits ? Mais que ce gouvernement est con !! Rolling Eyes

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Clode
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 4621
Age : 60
Date d'inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Pour imposer les revendications il faut étendre la grève !   Dim 25 Déc - 22:24

"en France quand il y a une gréve on ne s’en aperçois pas"
Qui a dit ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/et51claude
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Pour imposer les revendications il faut étendre la grève !   Sam 31 Déc - 3:30

En France, il ne faut plus faire la grève, mais la révolution ! bounce

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pour imposer les revendications il faut étendre la grève !   Aujourd'hui à 20:54

Revenir en haut Aller en bas
 
Pour imposer les revendications il faut étendre la grève !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Changer de poussette pour 2 enfants
» Pompe de gonflage pour piscine accouchement
» quelle poussette sans landau pour un nouveau né?
» Doc martens et rango rebelles, que faire pour les ramolir ?
» Isofix or not Isofix?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions dans la niche :: L'actu du jour :: Actualité, médias, scoops, ...-
Sauter vers: