Discussions dans la niche

Pour les amis, fidèles à mon site
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Grèce brule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: La Grèce brule   Mer 2 Nov - 6:42

Ci-dessous un message d'une adhérente grecque de la Via Campesina que je vous recommande vraiment de lire ! Il exprime en effet à la fois la gravité de la situation en Grèce, les espoirs qui naissent de la solidarité, mais aussi il est un cri lancé pour nous avertir : demain ce sera notre tour !

Parce que la finance internationale est en train de mettre scrupuleusement en oeuvre le plan de domination mondiale qu'elle a ourdi depuis des années et qui n'est pas un "complot" mais simplement la poursuite logique des mesures à prendre pour servir ses intérêts. En l'absence de contre-pouvoirs efficaces, pourquoi se gênerait-elle ? Et elle n'est pas à une violence près....

Aujourd'hui, la Grèce est le "laboratoire" de ce qu'elle veut mettre en oeuvre partout où il s'agit de faire tomber la puissance des états-nations, dernier bastion avant sa conquête définitive du monde.

Vous noterez attentivement le redéploiement de la force armée FRONTEX : ils ont tout prévu ! Sauf...

SE


i

Bonjour à tous depuis une Grèce en feu !

Hier (28/10/11) était un jour national férié - le 28 octobre marque l'anniversaire de notre entrée dans la seconde guerre mondiale...ou, comme il est de notoriété publique, le jour du "NO-OXI" en grec - car le dictateur de l'époque (Metaxas) aurait prétendument crié un grand NON à l'ultimatum envoyé par Mussolini et la guerre entre l'Italie et la Grèce a commencé, guerre que les grecs ont gagné mais ils furent à la suite battus et occupés par l'Allemagne nazie.


A noter, nous sommes le seul pays à célébrer notre entrée dans la seconde guerre mondiale et non sa fin. Ces célébrations ont commencé en 1941, en pleine occupation allemande, avec pour origine le sentiment de gens trouvant important de commémorer le sacrifice de ceux qui étaient morts à la guerre, et se sont poursuivies jusqu'à maintenant. Traditionnellement, une parade d'étudiants a lieu dans chaque ville, et dans ma ville, Thessalonique, il y a une grande parade militaire sur la grande avenue qui longe le bord de mer.


Eh bien, pour la première fois les foules sont descendues dans les rues dans TOUTES LES VILLES où des marches étaient organisées et ont empêché ces parades de se dérouler en criant des choses comme 'traitres, voleurs, go home" (vous devez avoir entendu parler de l'infâme deal qu'ils ont fait pour nous dans lequel ils acceptent de faire une "coupe" dans notre dette de 50%, ce qui signifie un rabais de 25 milliards d'euros et non un rabais de 100 milliards d'euros comme annoncé -ce qui est faux- mais aussi un nouveau prêt de 130 milliards d'euros ! Oui, vous lisez bien ceci: 130 milliards! La "coupe" sur laquelle les leaders de l'UE ont mis si longtemps à se décider pour nous "sauver" signifie en fait qu'ils vont alléger d'environ 25 milliards d'euros la dette actuelle de 365 milliards et qu'ils vont ajouter 130 milliards à celle-ci, bien entendu avec les effets collatéraux sur notre santé nationale! De plus, depuis hier, nous sommes formellement sous SUPERVISION ETRANGERE , comme la TROIKA l'est maintenant pour de bon, et pour vous donner une idée de ce que cela va signifier pour tous les citoyens de ce pays, la première visite qu'ils ont effectuée n'a pas été pour rencontrer le ministre de l'économie, ou le ministre du développement, mais le ministre de la sécurité intérieure pour discuter du changement de priorité pour les troupes FRONTEX qui, jusqu'à hier, avaient pour mission de patrouiller à nos frontières, mais qui à partir de maintenant ont un nouvel agenda - à savoir les manifestants à l'INTERIEUR qui protestent pour leur droit à la liberté, la nourriture et la santé !)


Partout dans le pays les gens normaux ont montré leur dégoût, leur mépris et leur ressentiment vis à vis de ce qui se déroule. Les lycéens prenant part aux parades portaient des bandeaux noirs au bras et détournaient leurs visages dés qu'ils passaient près des représentants du gouvernements assistant aux défilés. A Athènes, toute la fanfare municipale portait des écharpes noires attachées aux instrument en signe de deuil et arrêtait de jouer dés qu'elle passait devant les dirigeants de la ville - et les musiciens ont été menacés de licenciement s'ils n'otaient pas les écharpes noires.


A Thessalonique, la parade devait être vue par le Président de la Démocracie Grecque, comme le prévoit le protocole. Les gens ont occupé la rue en criant et deandé au Président de démissionner ou de quitter la place. Il est parti au bout d'un moment quand il est devenu clair que le peuple ne reculerait pas et c'est donc la première fois en 71 ans que la parade militaire a été annulée - ou en fait, elle n'a pas été annulée puisqu'elle s'est mise en marche une fois que les "officiels" sont partis. Bien sûr, les médias ont minimisé ces nouvelles en disant "un petit groupe de gens politiquement manipulés et agissant de manière fasciste et non démocratique a réussi à interrompre le déroulement de la célébration et de salir les célébrations de ce jour important dans notre histoire". Comme je l'ai expliqué, rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Les gens ont montré leur dégoût de ce qui se passe. Ils ont exprimé une protestation claire contre le système politique et ses institutions qui ne s'occupent pas des besoins et volontés du peuple, ni de le protéger d'une vie de pauvreté et de dégradation. Le peuple grec EXIGE que le gouvernement démissionne et qu'il emmène tous les membres du parlement avec lui ! ILS NE NOUS REPRESENTENT PAS, ILS NE FONT RIEN POUR NOUS, ILS NE FONT PAS PARTIE DU PEUPLE !!


Un peuple à qui le "Crime Minister"George A Papendréou- ou GAP comme nous l'appellons, a menti juste avant les élections pour pouvoir gagner. Il avait orchestré notre entrée dans le FMI BIEN AVANT d'être élu, et il s'est donc fait une Grosse Fortune en spéculant avec les itres grecs et les CDS: lui qui est le seul dirigeant de toute l'histoire de ce monde à avoir signé pour abandonner la souveraineté nationale d'un pays en temps de paix !


Un peuple qui a été gouverné par la peur de ce gouvernement et ses émissaires - les médias, qui lui mentent constamment et l'induisent en erreur en cachant la vérité de la situation et les solutions alternatives possibles qui existent:

Un peuple qui a protesté en nombres massifs, mais son gouvernement DEMOCRATIQUE et le reste des partis politiques censés le représenter n'écoutent pas du tout son opinion, alors même qu'il y a des rapports d'enfants perdant connaissance à cause de la malnutrition dans les écoles, malgré le fait que des ONG médicales appellent déjà le centre d'Athènes "une zone de crise".

Un peuple qui est traité avec l'extrême violence de la police qui a jeté presque 3000 bombes chimiques dans les manifestations pacifiques de juin, des produits chimiques que même les journalistes étrangers ont dit être trop forts. Même les coins médicaux mis en place par les secours n'ont pas été respectés par les policiers anti-émeutes qui, contrairement aux zones de guerre dans le monde, ont osé violer la sacralité des blessés et ont attaqué en jetant des gaz lacymogènes et des bombes chimiques sur des personnes souffrant de problèmes respiratoires ou couvertes de sang à l'intérieur de la station souterraine du centre chirurgical, pour décrire seulement quelques aspects de la réalité de la Grèce aujourd'hui.

Mais la raison pour laquelle je vous raconte tout cela aujourd'hui- espérant ne pas vous ennuyer- et qu'une chose intéressante a eu lieu aujourd'hui dans une petite ville. Les gens ont stoppé les parades et dés qu'un politicien se montrait, ils le huaient et lui jetaient de délicieux oeufs et yaourts pourris au visage. Dans la ville de Trikala, un jeune homme a attaqué l'un d'entre eux en lui tapant derrière la tête; la police présente a immédiatement arrêté le jeune homme et l'a mis dans le panier à salade. Un miracle a alors eu lieu ! Les gens présents ont formés un cercle solide autour du car de police en exigeant que le jeune homme soit libéré en criant que les traîtres et les voleurs sont ceux qui devraient aller en prison, pas lui. Et les policiers ont succombé à la demande populaire et ont laissé le jeune homme partir... TOUT EST POSSIBLE SI NOUS DEMEURONS UNIS !!!!!

Je ne cherche pas à instiller la peur ou la déception dans vos coeurs, au contraire ! le peuple S'EST LEVE et crée de la solidarité, avec l'espoir d'un avenir meilleur, une société meilleure, un mode de vie meilleur. Nous nous rassemblons, essayant de créer des jardins communaux, sur les balcons, les toits, pour nourrir les gens. Des médecins et des infirmières avec une conscience montent bénévolement des unités de soins, de l'aide juridique est fournie par quelques juristes intègres dans les grandes villes; les gens commencent à s'unir, à échanger des biens et des services sans se servir d'argent et à s'organiser. Il est très tôt encore mais les signes d'une telle solidarité commencent à se voir !


Je vous demande instamment de montrer votre solidarité avec notre peuple en soulevant la conscience pour la VERITE n'importe où que vous soyez. Nous ne devrions pas nous trouver seuls dans ce combat parce que ce qui se passe ici va s'étendre à d'autres pays à cause des gangsters de la finance qui essaient d'imposer leur domination sur le monde.

Avec espoir et lumière pour un avenir meilleur pour nous tous sur cette planète.

Jenny


PS Je vous envoie des photos et vidéos d'hier, de la "petite minorité d'anarchistes rusés" qui ont stoppé la parade à Thessalonique selon les médias... Et excusez toute erreur que j'ai pu faire, je suis un peu ému en ce moment....

Traduction bénévole, SE





Parade in Thessaloniki 28/10/2011
http://www.youtube.com/watch?v=durCtOhPkYg

Parade in Thessaloniki 28/10/2011 (taking over the street)
http://www.youtube.com/watch?v=M5b3XU3Y4gw

Parade in Thessaloniki 28/10/2011
http://www.youtube.com/watch?v=9kspI3Ohelo

Parade in Thessaloniki 28/10/2011. In front of the stand for the officials.
http://www.youtube.com/watch?v=6kUVY5_Olqc

Parade in Thessaloniki 28/10/2011. The parade is beginning.
http://www.youtube.com/watch?v=ADQbir8HNcQ

Parade in Thessaloniki 28/10/2011. The parade goes on (1 of 2).
http://www.youtube.com/watch?v=_yf0qC9vbBk

Parade in Thessaloniki 28/10/2011. The parade goes on (2 of 2).
http://www.youtube.com/watch?v=pAU64APzd7c

Parade in Thessaloniki 28/10/2011. The police vans are leaving.
http://www.youtube.com/watch?v=XjWhmQqHVlg

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clode
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 4621
Age : 60
Date d'inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: La Grèce brule   Mer 2 Nov - 10:21

http://www.2424actu.fr/actualite-internationale/
http://www.2424actu.fr/actualite-internationale/seisme-dans-la-zone-euro-le-cabinet-grec-approuve-la-tenue-du-referendum-3155642/#read-3155729



De la pire manière, dans le pire contexte, avec les pires conséquences possibles pour nous tous, Papandréou soulève la seule vraie question. Totalement taboue et même refoulée jusque-là. Impossible à formuler tant elle est vertigineuse, terrifiante pour ceux qui nous gouvernent. Cette question simple : que pensent les peuples de la brutale cure d’austérité qui va s’abattre sur eux ? Merci aux Grecs, à l’avant-garde du désespoir, de la poser et d’y répondre en premier. Et de nous rappeler, au passage, que la crise économique sonne toujours le premier acte de l’ébranlement des démocraties. Nous vivons actuellement les effets d’un fédéralisme de la catastrophe, purement négatif. Qui conduit dans l’urgence à mettre sous tutelle certains Etats, dépouillés de leur souveraineté et repris en main par les prêteurs. Gouvernés, de fait, par les dirigeants élus d’autres pays. Dans ce schéma, les peuples ne sont qu’une variable d’ajustement, la démocratie une procédure risquée. En Europe, à l’âge des économies interconnectées et de l’euro, un fédéralisme positif, doté d’outils de contrôle et de gouvernement, conduira lui aussi à des pertes partielles de souveraineté, ne nous leurrons pas. Mais, il faut encore le rappeler, il devra nécessairement être contrebalancé par des institutions démocratiques sans lesquelles il restera une lettre morte. Ou plus sûrement une bombe à retardement.

Embarras. Pour les dirigeants européens, consulter les électeurs grecs sur la draconienne potion de rigueur dictée par Bruxelles est difficilement attaquable sur le plan démocratique. D’où l’embarras certain de Paris et Bruxelles. Mais l’initiative impromptue de Papandréou a jeté un sérieux doute sur l’accord laborieusement acquis, à l’aube du 27 octobre, par les 17 dirigeants de la zone euro pour éviter une faillite de la Grèce. Voire un effondrement de la monnaie unique. L’agence de notation Fitch a d’ailleurs immédiatement sorti le bâton, en soulignant qu’un «non» grec aurait de «graves conséquences pour la stabilité financière et la viabilité de la zone euro».
Colère. A l’issue d’un coup de fil entre Merkel et Sarkozy, la France et l’Allemagne se sont dites hier soir «déterminées» à faire appliquer «dans les meilleurs délais» le dispositif arrêté au dernier sommet européen. Georges Papandréou a par ailleurs été convoqué ce soir à Cannes pour un dîner d’explication avec le couple franco-allemand, les responsables de l’UE et la directrice générale du FMI, Christine Lagarde. Ambiance en vue dès l’apéritif.
Le Sakobatman de la crise va faire pssiiitttt! pour ses élections. Laughing


Souhaitons que le peuple grecque vote "NON"
Et que les autres peuples se soulèvent.
Foutons les, dans un gros merdier.

Super! les bourses dévissent.
Leur système vacille.
Basketball
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/et51claude
Clode
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 4621
Age : 60
Date d'inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Grèce: la zone euro dans tous ses états   Mer 2 Nov - 12:13

Grèce: la zone euro dans tous ses états

http://lesmoutonsenrages.fr/2011/11/01/grece-la-zone-euro-dans-tous-ses-etats/
C’est le glas de l’euro qui sonne ce soir, la décision qui ne
devait pas être prise par les grecs (suivant les banquiers et les
politiciens) a été prise, un référendum!!! Les prévisions se confirment
donc et les bourses s’effondrent littéralement! Le krach se confirme,
demain, faites des courses en urgence, ça va faire très mal!!!


<blockquote>Nicolas Sarkozy, le 1er novembre 2011 à l’Elysée, à l’issue d’une réunion sur la crise grecque. AFP PHOTO JOEL SAGET


ECONOMIE – Les bourses chutent et les dirigeants
s’inquiètent, à l’issue de l’annonce d’un référendum en Grèce sur le
plan de sauvetage du pays…


La zone euro a brutalement replongé dans l’instabililité mardi après
l’annonce surprise d’un référendum en Grèce, un coup de poker qui
menace le plan de sauvetage sur lequel les partenaires européens
d’Athènes s’étaient laborieusement mis d’accord la semaine dernière.


Stupeur et indignation dominaient les réactions en Europe et dans le
monde à l’annonce surprise, lundi soir, de ce référendum sur le plan de
sauvetage par le Premier ministre grec Georges Papandréou. L’agence de
notation Fitch a averti qu’un «non» des électeurs grecs menacerait la
viabilité de toute la zone euro.


«Paris et Berlin déterminés»

Le président Nicolas Sarkozy s’est entretenu par téléphone avec la chancelière allemande Angela Merkel, à deux jours d’un sommet du G20
à Cannes (sud de la France) au cours duquel la zone euro espérait
obtenir le soutien des autres grandes puissances à ses efforts pour
sauver la Grèce. Paris et Berlin sont «déterminés» à faire appliquer le plan de sauvetage de la Grèce, a indiqué la présidence française après cet entretien.


Les dirigeants allemand et français, ainsi que ceux de l’Union
européenne et du Fonds monétaire international, se réuniront dès
mercredi à Cannes, avant de rencontrer M. Papandréou.


Réunion à l’Elysée

M. Sarkozy et ses principaux ministres tenaient une réunion de crise
mardi dans l’après-midi à Paris. «L’accord de Bruxelles pour sauver
l’euro et résoudre le problème de la dette grecque, signé la semaine
dernière après un sommet européen, est la seule voie possible»,
a estimé le président français à l’issue de cette réunion. Il a ajouté
que «donner la parole au peuple est toujours légitime mais la
solidarité de tous les pays de la zone euro ne saurait s’exercer sans
que chacun consente aux efforts nécessaires».


>> Nicolas Sarkozy s’est exprimé à la sotie de la réunion, c’est par ici…

En zone euro, toutes les Bourses ont dévissé, les actions des banques
subissant une descente aux enfers. A la clôture, Paris a lâché 5,38%,
Francfort 5%, Milan 6,80%, Madrid 4,19%. Athènes a plongé de 6,92%.
Londres a terminé sur un recul de 2,21%, Wall Street creusait ses pertes
à la mi-journée, et l’euro se dépréciait fortement face au dollar.


Une décision surprise

Le coup de poker du premier ministre grec a «pris les marchés par
surprise et les a choqués», a estimé à Paris la société de courtage IG
Market.


L’Italie, de plus en plus dans le collimateur des marchés, a vu ses taux sur le marché de la dette s’envoler. «Je ne peux pas exclure» une faillite de la Grèce
en cas de non au référendum, a prévenu le Premier ministre
luxembourgeois Jean-Claude Juncker, président de l’Eurogroupe. Il a
confirmé que M. Papandréou avait «pris sa décision sans en informer ses
collègues européens».

>> Juncker n’exclut pas une faillite de la Grèce, si elle rejette le plan européen



Le président de la Banque mondiale, Robert Zoellick, a comparé le
référendum à «un coup de dés». «Si cela échoue ce sera le bazar!»,
a-t-il averti.


Il s’agira d’un «référendum sur l’appartenance de la Grèce à la zone
euro», a analysé le ministre finlandais des Affaires européennes,
Alexander Stubb.


Herman Van Rompuy et José Manuel Barroso ont «confiance»

A Bruxelles, les présidents de l’UE Herman Van Rompuy, et de la Commission européenne José Manuel Barroso, ont néanmoins dit avoir «pleine confiance» dans le respect par la Grèce de ses engagements à l’égard de la zone euro.

Dans un communiqué commun, les deux principaux dirigeants de l’UE ont
estimé que le plan conclu à l’arraché dans la nuit du 26 au 27 octobre
à Bruxelles, qui prévoit une recapitalisation des banques européennes
afin qu’elles puissent réduire de 50% leurs créances sur la Grèce,
était «le meilleur» pour Athènes.


L’Institut de la finance internationale (IIF), qui représente les
grandes banques du monde, a fait savoir pour sa part qu’il s’en tenait à
l’accord de Bruxelles et «réaffirmé son intention d’aller de l’avant».


Le référendum, un risque pour la Grèce et pour l’Europe

Le référendum en Grèce devrait avoir lieu en janvier et sera le
premier depuis celui qui avait aboli la monarchie en 1974. L’annonce a
fragilisé davantage le gouvernement Papandréou, qui va demander la
confiance du Parlement lors d’un vote vendredi. La fronde de deux
parlementaires socialistes, dont l’une a réclamé un gouvernement «de
salut national» pour garantir l’exécution du plan de sauvetage, a réduit
à 152 sur 300 le nombre de députés acquis à M. Papandréou.


Le Premier ministre grec, qui s’est entretenu avec Mme Merkel mardi
matin, a réaffirmé que le référendum allait «renforcer le pays dans la
zone euro». Il devait présider en fin d’après-midi un conseil
ministériel de crise. Le politologue grec Ilias Nikolapopoulos l’a
accusé d’avoir pris une décision potentiellement «suicidaire pour le
pays».


«Que va-t-il se passer si le peuple dit ‘non’? Le risque est que la
communauté internationale coupe l’arrivée d’argent et que le pays
finisse par quitter l’euro», après avoir fait défaut, a commenté à
Francfort Christoph Weil, analyste de Commerzbank.


Mais pour la plupart des analystes grecs, M. Papandréou n’avait pas
le choix, contraint de trouver une issue sur le plan intérieur face au
refus catégorique de l’opposition de lui prêter main forte et à une
contestation sociale généralisée.


Source: 20minutes.fr
</blockquote>
Pour les bourses, c’est une apocalypse financière qui se
déroule sous nos yeux, une catastrophe totale aux conséquences qui
s’annoncent catastrophiques!



Elle perd 5,38% en fin de séance, entrainée par la chute des valeurs bancaires, sur fond de référendum grec.



« Le spectre de la crise de la dette en zone euro a recommencé à
hanter les marchés », ont résumé les analystes de Barclays Capital.
(Richard Drew – Sipa)




  • Réagir



La Bourse de Paris s’est effondrée mardi 1er novembre, perdant 5,38%
après l’annonce la veille d’un référendum grec qui a affolé les marchés
et relancé les incertitudes sur l’avenir de la zone euro.


A la clôture, le CAC 40 a lâché 174,51 points pour s’inscrire à
3.068,33 points. Les banques ont perdu entre 15 et 17%. La veille,
l’indice parisien avait déjà reculé de 3,16%.


La Bourse d’Athènes a clos en forte chute, perdant 6,92% après
l’annonce surprise du Premier ministre grec. L’indice Athex des
principales valeurs de la Bourse d’Athènes a clôturé à 752,65 points. Il
avait ouvert en baisse de 6,31% après l’annonce d’un référendum, tiré à
la baisse par les valeurs bancaires.


La Bourse de Francfort a dégringolé, l’indice Dax des trente valeurs
vedettes a chuté de 5% pour finir à 5.834,51 points. En séance, le Dax a
même perdu plus de 6%.


Pendant ce temps, la Bourse de Londres a terminé en nette baisse.
L’indice Footsie-100 des principales valeurs a perdu 122,65 points, soit
2,21% par rapport à la clôture de lundi, à 5.421,57 points.


De son côté, l’indice vedette de la Bourse de Milan, le FTSE Mib, a
chuté de 6,80% à 14.928 points, plombé par la chute libre des valeurs
bancaires. Parmi ces dernières, Intesa Sanpaolo a lâché 16,03% à 1,084
euro, UniCredit 12,09% à 0,7455 euro et Banca Monte dei Paschi di Siena
9,99% à 0,3045 euro.


La Bourse de Madrid clôture sur une chute de 4,19%.

La Bourse suisse, à l’instar des autres places européennes, a clôturé
en net repli de -2,49% avec un indice SMI des 20 valeurs vedettes à
5.588,57 points.


Vers 14h00, l’indice SMI, chahuté par l’annonce du referendum grec,
avait même plongé à -3,5%, avant de se redresser, pour finalement
terminer en repli de 142,7 points.


L’action Credit Suisse a le plus souffert mardi, avec une chute de
-8,20%, après l’annonce de 1.500 suppressions d’emplois, et de résultats
trimestriels moins bons que prévus.


L’action UBS a perdu -4,91% et l’action Julius Baer -3,27%.

Wall Street ouvre en baisse

La Bourse de New York a ouvert en forte baisse mardi 1er novembre,
plombée par l’annonce d’un référendum en Grèce qui remet en cause le
plan anti-crise européen : le Dow Jones lâchait 2,20% et le Nasdaq
2,55%.


Vers 14h40, le Dow Jones Industrial Average abandonnait 263,15 points
à 11.691,86 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 68,44
points à 2.615,97 points.
L’indice élargi Standard & Poor’s 500 perdait 2,63% (32,95 points) pour s’établir à 1.220,35 points.


« Le spectre de la crise de la dette en zone euro a recommencé à
hanter les marchés », ont résumé les analystes de Barclays Capital.




Inquiétude en Russie

Le RTS, une des deux Bourses de Moscou, chutait de près de 6% mardi
après-midi, dans le sillage des autres places financières mondiales,
inquiètes du sort de la Grèce et de la zone euro, tandis que les
échanges sur le Micex reprenaient après une suspension pour raison
« technique ».


Vers 14h55, le RTS reculait de 5,92% à 1.470,77 points, plombé par
les craintes sur la zone euro après l’annonce surprise d’un référendum
en Grèce sur le plan de sauvetage, qui remet en cause le plan anti-crise
européen et risque de se traduire par une faillite de la Grèce.


Les échanges sur le Micex ont pour leur part repris après une
suspension de près de deux heures pour une raison « technique », selon
un communiqué de cette autre place moscovite. Juste après la reprise,
vers 14h54, il perdait 3,70% à 1.443,08 points.


Le rouble subissait de son côté un sérieux accès de faiblesse face au
panier de devises qui sert de référence à la Banque centrale. Composé à
45% d’euros et 55% de dollars, il s’échangeait vers 15h à 35,85
roubles, en hausse de 28 kopecks par rapport à la clôture de lundi.


Doutes sur l’avenir de la zone euro

Lundi, l’ensemble des marchés financiers a piqué du nez, assailli une
nouvelle fois par les doutes sur l’avenir de la zone euro alors que
nombre d’investisseurs s’interrogent sur l’efficacité du plan anti-crise
européen.


Mardi matin l’incertitude s’est encore accentuée avec l’annonce de la Grèce d’organiser un référendum « qui a pris les marchés par surprise et les a choqués », souligne le courtier IG Market dans sa note quotidienne.

Référendum en Grèce

Cela ajoute un nouveau degré d’incertitude pour le sauvetage de la
zone euro et les marchés vont continuer à être perturbés. La Bourse de
Tokyo a d’ailleurs terminé la séance de mardi en net recul de 1,70%.


Le Premier ministre grec, Georges Papandréou, a annoncé
l’organisation d’un référendum en Grèce et d’un vote de confiance au
Parlement afin d’approuver l’accord conclu la semaine dernière au sommet
européen de Bruxelles pour effacer une partie de la dette publique
grecque.


La Chine, avec l’annonce d’un fléchissement de l’activité
manufacturière sur le mois d’octobre, devrait également peser sur les
marchés, toujours très sensible au moindre signe de ralentissement de ce
pays.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/et51claude
Clode
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 4621
Age : 60
Date d'inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: La Grèce brule   Mer 2 Nov - 13:43

http://youtu.be/i3YMkjNVUkQ

La catastrophe est devant nous
*
par un trader belge

http://www.youtube.com/user/The290967#
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/et51claude
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: La Grèce brule   Jeu 3 Nov - 2:30

Oui, Sarkozy, Merkel et les autres grands décideurs de l'Europe ont trouvé le meilleur régime de la planète (Dukan est mystifié) : comment faire fondre la Grèce ?

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Grèce brule   Aujourd'hui à 15:49

Revenir en haut Aller en bas
 
La Grèce brule
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Help! Nous partons en Grèce mais quelle poussette prendre?
» que j'aime la Grèce!
» Grèce : Tonneau des Danaïdes ?
» Bricks de chèvres (Grèce)
» Brule ou Shroom ? Cherche une ombre a paupiere dans les tons champagne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions dans la niche :: L'actu du jour :: Actualité, médias, scoops, ...-
Sauter vers: