Discussions dans la niche

Pour les amis, fidèles à mon site
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Vous avez dit privilégiés ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Vous avez dit privilégiés ?   Jeu 22 Nov - 0:31

Vous avez dit privilégiés ?


Par Jacques Gaillard, écrivain.
Ou la nécessité de distinguer les privilèges bateaux des bateaux des privilégiés.




Soyons clairs : les cheminots et consorts, en faisant grève, emmerdent l'immense majorité des Français. Mais ils rendent surtout un sacré service au pouvoir en place. Grâce à eux, il est devenu absolument indécent de poser une question cruciale : qui est privilégié en France ?

Les grèves actuelles semblent accréditer l'idée que le privilège, c'est un contrat de travail spécifique, un statut procurant une protection particulière, une garantie d'emploi, de bonnes conditions d'accès à la retraite. Certes, les « cheminots » (comme si ce mot n'avait pas, en soi, terriblement vieilli...Il pue le charbon !) n'exercent certainement pas le pire des boulots, et ils sont carrément odieux lorsqu'ils évoquent des conditions de travail pathétiques : des millions de Français ne dorment pas tous les jours chez eux, passent des week-ends au poste, assurent des gardes et assument des responsabilités, et tout cheminot peut s'en rendre compte lorsque, frappé d'une crise lors de son shopping un dimanche matin dans la zone économique de son patelin, il trouve des infirmières en ordre de marche, de l'essence pour son auto, des renseignements sur son téléphone et mille autres damnés de la terre à son service (public). La pénibilité du travail des contrôleurs de trains, laissez-nous rire : c'est sur des blagues pareilles que les démolisseurs sociaux de la droite ont beau jeu de moudre leur grain. Mais revenons à la question : qui est privilégié ? Au niveau de salaire de ces travailleurs du train, il est absolument impossible de parler de privilège. Mais il faudrait en dire autant de dix ou douze autres millions de travailleurs.

Je sais, le terme fait vieille gauche rouge, mais il a un sens.

Petite définition
Car un privilégié, si l'on cherche une définition, c'est justement celui dont les revenus et le rang social sont sans commune mesure avec son travail, ses compétences ou son utilité sociale. C'est quelqu'un qui a le bonheur de gagner dix mille euros en déplaçant une épingle, alors que d'autres, pour déplacer une tonne, en gagneraient cinquante.

C'est le dentiste qui, travaillant trois jours par semaine, revend impunément une prothèse douze fois le prix qu'il l'a payée au prothésiste (il « a des frais »), en aggravant au passage la note pour une mutuelle, et se demande ensuite s'il rachète une deuxième grosse BMW ou s'il prend l'option « cris de bêtes d'Afrique » dans son 4x4. Allez donc, après ça, chicaner à un cheminot une prime pour travail la nuit de Noël...

C'est le cadre très supérieur qui, comme plus d'un tiers des zozos de ce calibre, n'est à la tête de revenus annuels proches du demi-million d'euros, que par héritage (l'héritage de situation, disent toutes les études, est un facteur de recrutement supérieur à tous les MBA en France : regardez les noms des intéressés, feuilletez l'annuaire du MEDEF, on se croirait au Bal des Débutantes ou entre deux pages du Who's who). Allez donc reprocher aux enfants de cheminots d'avoir pu, pendant des années, bénéficier de conditions facilités de recrutement.

Le privilégié, c'est celui dont l'argent a si peu d'odeur qu'il peut l'entasser sans craindre le fisc, en accumulant les SCI à but lucratif, les studios en cours de paiement, les investissements sous les tropiques, les sociétés bidons aux soldes d'exercices perpétuellement négatifs. Allez donc froncer le sourcil sur les fiches de paie des conducteurs de train.

Nous marchons sur la tête. Quand on voit le niveau du marché immobilier à Paris ou sur la Côte d'Azur et le nombre de transactions supérieures à 1 million d'euros que réalisent des particuliers chaque jour, peut-on envisager qu'en travaillant deux ans de moins, les « régimes sociaux » vont ruiner la France ? Mieux : on stigmatise les artistes et les footballeurs grassement payés, mais que dire de tous ceux qui ne se sont donnés que la peine de naître, avec un patrimoine copieux et des rentes de situations qui les conduisent à la tête de sociétés qu'ils n'ont pas bâties et qu'ils ne dirigent pas vraiment, dans des conseils d'administration où ils traînent leur bleu-croisé comme ces vicomtes de jadis aéraient leurs dentelles, grands dépendeurs d'andouilles soucieux d'avoir leur photo dans Voici après avoir licencié deux mille personnes, ou d'ouvrir un musée d'art contemporain dont chaque pièce, chaque carreau, chaque centimètre carré, si l'on y réfléchit, a été payé par tous ceux qui, depuis trois générations, ont bossé pour la famille. Qui oserait dire, pourtant, à la télé, à une heure de grande écoute, dans un de ces débats assommants où Jacques Marseille ricane et où l'UMP de service parle d'équité, que les dirigeants et les clients de LVMH sont plus privilégiés que les cheminots du dépôt d'Ivry ?

Les jouisseurs de richesse
Cet été, je regardais le port de plaisance de La Ciotat. Je m'y connais un peu en bateaux, j'ai une barcasse de 4m70 pour aller pêcher les girelles. Dans cet entassement de coques ensommeillées (la plupart ne sortent qu'un jour ou deux par an, en moyenne, évidemment), j'ai compté soixante-quatre « unités » dont le prix dépassait à l'évidence, hors entretien, le niveau de l'ISF. Et le double, si l'on se place à 500 000 euros. Je suppose que les heureux possesseurs de ces beautés ne logent pas dans la rue, et j'aurais tendance à penser qu'ils ont une villa plutôt qu'un modeste deux-pièces. Le prix mensuel de l'« anneau » peut atteindre un SMIC, ce qui donne à penser que leurs revenus autorisent cette ponction. Comptez une cinquantaine de ports de ce calibre entre Marseille et Nice, plus Marseille, plus Nice ; même chose pour le Languedoc, la côte Atlantique, la Corse, les ports étrangers. Bref, rien qu'à scruter les ports de plaisance, on se demande comment il se fait que si peu de foyers paient l'ISF en France. Et qui possède ces splendeurs (qu'évidemment, je jalouse : il faut assumer ses désirs) ? Des profs ? des infirmiers ? des cheminots ? des fonctionnaires ? Ah non, ils ont d'autres privilèges, dit-on en Sarkoland. Ils ont la garantie de l'emploi, ces salauds.

Je repose la question : qui achète ces trucs ? Eh bien, je suis allé questionner un marchand. Figurez-vous que ce marché roule sur les professions libérales (pas mal d'avocats et de notaires, tous les radiologues, beaucoup de médecins : il était temps que l'on augmente leur consultation de 10%), sur les gros commerçants (on sait que ce sont des damnés de la terre, voués à des retraites pitoyables), des « entrepreneurs » (de construction) et sur des « gens de l'immobilier ». Plus une faune indéfinissable de gens qui « ont les moyens », que ce soit parce qu'ils vendent de l'andouille en gros, parce qu'ils exploitent un domaine viticole hérité, parce qu'ils ont des parts dans une société. Bref, moins ils travaillent, plus ils empochent. Je ne ris pas et je te mets au défi, toi qui me lis en me traitant de vieux bolchévik, de prouver le contraire. Mieux : budget de la santé, hausse des prix, gouffre des investissements publics, crise du logement, abus de biens sociaux et tyrannie des bénéfices financiers, mettez les maux dont nous souffrons en relation avec les sources de revenu de ces bienheureux. Ils se disent, pour certains, « créateurs de richesse ». C'est faux : ils jouissent de la richesse qu'on crée pour eux. Nous sommes au-delà de la rétribution, et même du profit légitime : sachez-le, notre pays a un cancer, c'est cette inégalité des destins, et il y a là une bombe.

Le bateau de la République coule à pic
Alors on comprend que cela vaut le coup, pour les défenseurs de la France-gling-gling, celle qui pète au Fouquet's et roucoule désormais à l'Elysée, de se payer les régimes spéciaux en grande urgence : ils ont l'opinion pour eux, le faubourg Saint-Germain peut compter sur le Kremlin-Bicêtre pour taper sur le privilégié du dépôt Saint-Lazare. Et pendant ce temps, travaillant plus pour gagner plus, le fils Machin des Tubes et Roulements Machin, grâce à une OPA amicale, gagne en huit secondes ce qu'un cheminot gagnerait en huit cents vies.

Le malheur, c'est qu'on se vautre dans les rituels d'une grève poisseuse, avec ses « otages » et ses « galères », ; avec ses micro-trottoirs et ses micros-quais pleins de haine ou de résignation : pas un mot, dans le commentaire journalistique, pour situer la vie des privilégiés de la SNCF, de GDF et d'EDF (qui ne paient pas leurs factures d'énergie, les salauds !) en la comparant à celle de vrais privilégiés. La mauvais habitude est prise : on admire trop les riches, désormais, pour se demander si leur richesse est légitime. Nous sommes intoxiqués. Nous sommes complices. Nous sommes foutus. Le char de l'Etat roule dans la joncaille, et le bateau de la République, qui carburait au social, coule à pic dans les vagues du yacht de Bolloré. Plouf !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Clode
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 4621
Age : 60
Date d'inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Vous avez dit privilégiés ?   Mer 28 Nov - 20:08

Des perspectives de croissance de luxe
Perrine Créquy
28/11/2007 |
.

Bernard Arnault, le PDG du leader mondial du luxe LVMH, assure que les ventes du secteur vont doubler au cours des cinq prochaines années.

Tout va très bien, madame la Marquise. Contrairement aux autres groupes exportateurs, les entreprises du luxe ne devraient pas pâtir de l’euro fort. Le PDG du leader du secteur, LVMH, assure même que les ventes de ces produits vont doubler d’ici à cinq ans. Bernard Arnault table sur 300 milliards d’euros de chiffre d’affaires pour le secteur au niveau mondial en 2012.

Il a fondé sa prospective sur trois facteurs : «la création de nouvelles richesses, l’augmentation du nombre des consommateurs et le développement de nouveaux marchés que nous poursuivons».

Cette déclaration ce matin à Moscou vise surtout à apaiser les investisseurs, qui redoutent que la crise financière ne plombe les débouchés des entreprises du luxe. Malgré les turbulences sur les places boursières et le ralentissement de la croissance américaine, Bernard Arnault estime que les ventes de produits de luxe peuvent encore progresser aux Etats-Unis, qui constituent selon lui «un potentiel inexploité massif. L’Amérique du Nord ne représente que 16% des ventes mondiales du luxe. Nous avons l’ambition d’aller plus loin.»

Mais les Etats-Unis figurent déjà parmi les principaux pays consommateurs de voitures, bijoux et vêtements hauts de gamme, aux côtés du Japon et de la Chine.
Se renouveller pour décoller

Les pays émergents sont considérés comme des pépites pour le développement des industries du luxe. Dans ces pays, la classe moyenne, qui a les moyens de s’offrir des produits de luxe, ne cesse de croître. «La Russie, l’Inde et la Chine représentent une part très importante de l’activité du luxe et un tiers des produits de luxe iront vers ces marchés dans les dix ans à venir», prédit le patron de LVMH.

Sur ces nouveaux marchés, comme les plus traditionnels, l’innovation reste un facteur clé de succès. Quelque soit le produit, le luxe doit désormais associer qualité et nouveauté pour séduire ses clients. Louis Vuitton a ainsi donné un nouveau souffle à ses ventes en taillant ses célèbres sacs à main dans de la toile de jeans. Idem pour Porsche. Le constructeur automobile a réussi à doper son chiffre d’affaires de 15% sur les quatre premiers mois de son exercice 2007-2008, lors desquels il a atteint 2.36 milliards d’euros. Dans son rapport annuel publié ce matin, il a souligné la forte progression des ventes de la nouvelle version de son Cayenne. Le nombre de ces 4x4 vendus a en effet grimpé de 18%.

Cependant, Porsche estime que ses ventes ne décolleront vraiment qu’avec le lancement en 2009 de la Panamera GT.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/et51claude
rabasse du sud
Râleur
Râleur


Nombre de messages : 161
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Re: Vous avez dit privilégiés ?   Mer 28 Nov - 21:21

c'est un peu long!!










lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ecotone
Râleur
Râleur


Nombre de messages : 170
Date d'inscription : 22/11/2007

MessageSujet: Re: Vous avez dit privilégiés ?   Jeu 29 Nov - 11:33

Ton article http://www.e-monsite.com/forget/rubrique-1101984.html n’est pas fait pour me rendre calme de bon matin!

Entre autre,...Vauzelle à la rescousse de kouchner, ces bons socialos, toujours d’accord pour s’autosauvegarder, après certains s’étonnent que le PS est mort!
Vauzelle, je vois qu’il est bien à l’image de sa région, tout pour le paraître, le protocole de la vitrine qui brille, peu importe les dépenses pourvu que notre image soit préservée. Quelle hypocrisie! Même le PS reste très discrêt en ce moment sur toutes ses augmentations de budget ; les régimes spéciaux, ils en aurait fait autant, juste la méthode aurait été plus soft. Une tube de vaseline supplémentaire, et ça glisse tout seul. On les a déjà vu à l’œuvre, la gestion comptable de la santé sous jospin, le dossier prêt de la privatisation d’EDF, oui au nucléaire,…
Vauzelle parle d’économie de bout de chandelle, ouè ! On se demande alors pourquoi on fait l’économie d’un vrai budget pour la recherche, pour l’europe, quand on sait les retombées pour l’avenir, les retombées économiques, pour Galileo!
En revanche, dépenser d’énormes budgets dans des conneries genre conseil des ministre déconcentrés. C’est vraiment ce foutre de la gueule du monde, ou alors, aller faire un tour sur la banquise pour aller vérifier, la fonte, ce que tous les scientifiques ont déjà vérifier, là, il n’y a aucune économie, même pas un bout de chandelle! Alors, si c’est pour le couronnement de sarko roi d’europe, inutile de compter, encore un truc inéluctable, comme toutes les dépenses qui les concernent. Dommage que notre pouvoir d’achat ne les concerne pas, on aurait pu briller nous aussi!

Ah! La suite de sarko, 800m2. Ce nain a besoin de beaucoup de place pour briller, rien n’a de prix pour satisfaire son orgueil, 8 800 euros la nuit, une pécadille. Quand je pense que ce qu’il gagne par mois, même pas nous les gagnons dans l’année, et à cinq. Lui tout seul cette année, il faut bien qu’il soigne son chagrin, sa frustration, la chine le dépayse!

Ah! Mais il a sa MAMAN avec lui, martinon nous dit que les chinois sont flattés!
OH! Mais qu’est-ce que je suis mauvaise langue de bon matin…


PS : Le comble, j’ai reçu un courier de la CAF, hier, nous précisant que suite à des recalcul, notre plafond ne nous permettra plus de toucher l’APL.
(Je vous précise que notre revenu n’a pas augmenté, mais les plafonds ont baissé). Le courrier stipule, par conséquent les 139,06 euros ne vous seront plus versés. Nous vous demandons de nous rembourser la somme de 139,06 euros pour la période du 01/01/08 au 31/01/08.
Il faut avoir le courrier en main pour y croire. On nous demande de rembourser de l’argent qu’on ne touchera plus!...
La CAF financée par les allocataires, nous leur assurons un fond de roulement et la trésorerie, pareil que les malades qui sont les mécènes des malades.
Alors, un si bon président, les français peuvent bien payer pour ça! Ne faisons pas d’économie de bout de chandelle!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Vous avez dit privilégiés ?   Jeu 29 Nov - 15:11

Houla, ! Je voulais pas t'énerver comme ça, avec mon article ...

(j'ai un article sur la CAF sous le coude, je crois que je vais attendre que tu te calmes avant de le publier! Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
ecotone
Râleur
Râleur


Nombre de messages : 170
Date d'inscription : 22/11/2007

MessageSujet: Re: Vous avez dit privilégiés ?   Jeu 29 Nov - 15:46

Chien Guevara a écrit:
Houla, ! Je voulais pas t'énerver comme ça, avec mon article ...

(j'ai un article sur la CAF sous le coude, je crois que je vais attendre que tu te calmes avant de le publier! Rolling Eyes )

Merci Chien Guevara, oui attends un peu… pour aujourd’hui, j’ai ma dose! Y’a ¼ d’h, à France inter, un porte con’… pardon paroléé’ parolé, nous a annoncé une augmentation du pouvoir d’achat, je te le donne en 1000! Grâce à 3% d’augmentation de l’APL! J’ai failli m’étouffer avec mon reste riz (d’hier), dans la bouche.

Ah! Et puis vous avez dû entendre la dernière à sarko?!
Les problèmes d’émeutes qu’il y a en ce moment n’ont rien à voir avec le malaise de la société, c’est de la vouyocratie! Ça aussi, il faut l’entendre pour le croire!!!

Enfin, ce soir il passe à la télé, je vais me préparer mentalement et spychiquement, pour l’écouter… J’ai vu que TdL a mis une bonne blague, là bas, je crois que je vais retourner me la lire et re-lire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Vous avez dit privilégiés ?   Jeu 29 Nov - 20:28

Allez, tiens pour toi !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vous avez dit privilégiés ?   Aujourd'hui à 16:46

Revenir en haut Aller en bas
 
Vous avez dit privilégiés ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» vous avez quoi comme deuxieme poussette?
» auriez vous des photos de la chambre que vous avez choisi ?
» Lorsque vous avez des invités
» Les villes où vous avez habité
» Vous avez deux choix

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions dans la niche :: Aboiements :: Vos coups de gueule-
Sauter vers: