Discussions dans la niche

Pour les amis, fidèles à mon site
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Quand le conventionnalisme critique ce qu’il a créé …

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Quand le conventionnalisme critique ce qu’il a créé …   Dim 22 Mai - 1:15

Quand le conventionnalisme critique ce qu’il a créé …




(réponse ouverte à Mme la présidente du jury au concours de l’ENA)
Sur
LCI / TF1, relayé par Aliceadsl, on pouvait lire récemment, un article
intitulé : « Les candidats à l'ENA en 2010 manquaient de panache » ;
avec le chapeau suivant (pour ceux qui ne se sont jamais essayé à
devenir rédacteurs, chapeau = résumé d’introduction de l’article) : «
"Conformisme vestimentaire", "absence de courage ou de force d'âme"...
La présidente du jury du concours de l'Ecole Nationale de
l'Administration dresse un portrait particulièrement sévère des
candidats de la session 2010. »


J’ai
cru m’étouffer en lisant ces premières lignes : voilà donc l’ENA qui
reproche à ses candidats d’être … ce qu’on leur a toujours demandé
d’être, pour avoir des chances d’être sélectionnés !


Je vous laisse savourer les détails de l’article, ci-dessous :
Les candidats à l'ENA en 2010 manquaient de panache


« Trop ternes les futurs hauts fonctionnaires français ? En tout cas,
à en croire le bilan sévère de la présidente du jury, Michèle
Pappalardo, les candidats au concours d'entrée de l'Ecole nationale
d'administration (ENA) en 2010 n'ont guère brillé par leur originalité,
manqueraient singulièrement de "courage" et seraient trop
"conformistes".

"Nous
n'avons pas été éblouis par l'originalité des candidats", confesse
cette énarque, conseiller maître à la Cour des comptes, dans son rapport
sur le concours d'entrée, dont le Monde se fait l'écho mardi. Même si
le concours a permis de choisir "80 très bons futurs hauts
fonctionnaires de l'Etat", la présidente du jury dresse un tableau assez
peu flatteur des prétendants à la prestigieuse école française, chez
qui elle décèle "trop de conformisme, à commencer par leur apparence
vestimentaire". "A part un corsage, deux vestes et une cravate colorées
et un seul pantalon de velours... tous les autres candidats étaient en
costume-cravate et tailleur noir ou anthracite, voire bleu marine",
constate ainsi la présidente du jury. Selon elle, "cet 'uniforme'
qu'ils se sont efforcé d'endosser" démontre leur incapacité "à se
distinguer par un style, un peu d'originalité, de prise de risque".

Incapables de "défendre leur position"

La
présidente du jury a également été frappée par cette "absence de
courage ou de force d'âme" au cours des entretiens eux-mêmes. "Peu
nombreux sont les candidats qui cherchaient réellement à convaincre le
jury de leur position ou même qui ont osé donner un avis", note-t-elle.
"Les candidats soit ne savaient pas, soit ne voulaient pas argumenter et
défendre leur position et étaient tout à fait prêts à en changer".

Autre
"regret majeur" formulé dans le rapport sur le concours d'entrée à
l'ENA: le manque de "diversité" avec des recrues majoritairement
masculines. La présidente du jury s'avoue surprise par "le manque de
confiance en soi" de certaines candidates et prône même des "séances de
préparation adaptées aux jeunes femmes pour les aider à mieux utiliser
leur potentiel". »
http://aliceadsl.lci.tf1.fr/france/societe/les-candidats-a-l-ena-en-2010-manquaient-de-panache-6432562-536.html


Réponse ouverte à Mme la présidente du jury au concours de l’ENA


Tenue vestimentaire

«
que des costards cravatte et tailleurs noir ou anthracite », «
incapacité à se distinguer par un style, un peu d’originalité, de prise
de risque ».

Bon madame la
présidente du jury, une première question : A quoi ressemblent les hauts
fonctionnaires sortis de votre école ? Des babas-cools ou des
costards-cravatte ? Montrez donc l’exemple ! Surtout une fois «
intronisés » par la réussite au sein de l’école !

Vous
dites vous même dans l’article que ces jeunes se sont « efforcé
d’endosser » ces tenues. Vous êtes-vous demandé pourquoi, avant de
critiquer cette constatation ? Avez-vous déjà recruté des personnes au
style « décalé », des « originaux », ou, à lire votre espérance (cf.
votre terme de « prise de risque ») des « provocateurs » ?

Je
trouve profondément hypocrite de reprocher à des étudiants, de se vêtir
comme les modèles qu’on leur impose (que ce soient des élèves
précédemment recrutés, ou même des admistrateurs en place, qui eux,
n’ont même plus l’excuse d’un jury de recrutement !)


Liberté d’opinion

« incapables de défendre leurs opinions », « absence de courage ou de force d’âme », « …peu ont osé donner leur avis ».
Etes
vous sûre, madame la présidente du jury qu’un candidat à l’avis
différent du votre, et donc de celui global de l’école, aurait les
honneurs du jury ? Si l’ENA avait un jour recruté des communistes, et
pourquoi pas même, des anarchistes, ça se saurait, non ?

Vous
revendiquez une liberté d’opinion que vous trouvez absente chez les
candidats, alors qu’une fois les élèves recrutés, vous leur inculquez
une pensée unique ! Mais comment voulez-vous qu’un jeune prétendant à
l’accés à votre école, ose affirmer ses convictions ? Il essayera juste
de vous plaire, que ce soit physiquement ou par ses propos, non ?


Maléabilité

« les candidats étaient tout à fait prêts à changer de position »
Mon
paragraphe préféré, je l’avoue, car madame la présidente du jury , les
candidats « tout à fait prêts à changer d’opinion », n’ont-ils pas
toujours été les meilleures recrues chez vous ? L’ENA n’est elle pas la
plus grande école de management française ? Et le management, c’est quoi
? Une liberté d’action ? Un libre choix de jugement ? L’ENA serait donc
devenu tout à coup le berceau du multi-décisionnalisme ?

Un
bon élève de l’ENA a toujours été un élève qui occultait ses idées, ses
positions, pour gober, ingurgiter, appliquer, puis relayer, celles que
l’école lui inculque. Vous en avez désormais marre des moutons, madame
la présidente du jury ? Un petit désir de rebelles vous titille ? Il est
vrai que tôt ou tard, les opposés s’attirent, vu que … la terre est
ronde !


Conclusion

Ce
qui vous manque, ce que vous réclamez cette année, c’est ce qui a
toujours été un comportement suicidaire pour les candidats à vos postes.

Quel
dommage que vous ne m’ayez pas prévenu, madame la présidente du jury,
car j’ai justement un fils étudiant, au look baba-cool, passioné de
sciences politiques, mais … anticapitaliste, voire anarchiste. A lire
votre article, il aurait pû finir major de votre cession de recrutement
cette année.

Je vous laisse mon adresse e-mail, au cas où vous souhaiteriez recruter de la même façon l’an prochain … (merci pour lui !)…

P.S
: Bon, si par hasard vous mettez en application vos fantasmes de « new
recrutement », n’oubliez pas de prévenir (voire de changer) les
professeurs, car une promotion de contestataires risque d’avoir du mal,
face à des cours conformistes / conventionnalistes …


Cordialement

Chien Gué
(sans costard, ni langue de bois)

Source ; http://forget.e-monsite.com/rubrique,quand-le-conventionnalisme-critique-ce-qu-il-a-cree,1132736.html

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
 
Quand le conventionnalisme critique ce qu’il a créé …
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» l'étrange destin de Benjamin Button
» Quand l'éducation "alternative" isole...
» Quand changer pour le groupe 2?
» Quand mon retour provoque l'apocalypse...
» Quand l'UE nous impose les OGM et les farines animales...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions dans la niche :: Discussions libres :: Débats-
Sauter vers: