Discussions dans la niche

Pour les amis, fidèles à mon site
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'arche de Zoé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2

Quel est votre avis sur la question ?
 Un complot politique et médiatique
 Le gâchis d'une bonne action
 De l'amateurisme humanitaire
 Une escroquerie à condamner
 Une ruse du président Tchadien
 Je ne sais pas, j'attend de voir
Voir les résultats
AuteurMessage
ecotone
Râleur
Râleur


Nombre de messages : 170
Date d'inscription : 22/11/2007

MessageSujet: Re: L'arche de Zoé   Lun 31 Déc - 16:28

Non, mais sérieux, vous avez entendu parler du frère de sarko et le labo bioTchnic, qui fait les médoc à matière grise,..... et la grand programme à sarko, sur alzheimer. Vous pensez que c'est une intox?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clode
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 4621
Age : 60
Date d'inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: L'arche de Zoé   Lun 31 Déc - 16:48

ecotone a écrit:
Non, mais sérieux, vous avez entendu parler du frère de sarko et le labo bioTchnic, qui fait les médoc à matière grise,..... et la grand programme à sarko, sur alzheimer. Vous pensez que c'est une intox?


Fiche d´identité de l´entreprise Tornier Biotechnic fournie par Kompass.fr :

Retrouvez les éléments d’information et les coordonnées de contact de l’entreprise Tornier Biotechnic(fax, téléphone, adresse) mis à votre disposition par l’annuaire des entreprises françaises kompass.fr

Entreprise: Tornier Biotechnic (S.A.R.L., n° Siret 38115594400014)
Savoir-faire : ACTIVITES Fabrication de prothèses pour hanches genoux.
Direction: Madame Christine Martinez: Assistante de Direction
Monsieur Alain-Henri Tornier: Gérant

Chemin Doyen Gosse
38330 ST ISMIER
France
Téléphone : ‎+33 4 76 61 35 00
Fax : ‎+33 4 76 61 35 33
Effectif entreprise De 51 à 100
CA brut (2005) De 2 à 5 millions EUR
Date de création 1991
Forme juridique S.A.R.L.
Capital actions émis 8 000 EUR
Siren/Siret 381155944 00014



Quand Jardiland vend du bio. : Tout à l'heure, je cherchais du savon noir chez Jardiland. Et je suis tombé sur des tapettes à souris "Biotechnic". Super !
Le concept est trés simple: on a encore remplacé le bois par le plastique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/et51claude
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: L'arche de Zoé   Jeu 7 Fév - 21:31

Arche de Zoé: l'Elysée va transmettre une demande de grâce au président tchadien

Le ministre de la Défense français Hervé Morin et Idriss Déby mercredi (Reuters).

Le porte-parole de la présidence a annoncé jeudi qu'il transmettrait une demande de grâce si les condamnés en font la demande. Idriss Déby s'est dit «prêt à pardonner».
liberation.fr (avec source afp)

Echange aide militaire contre grâce présidentielle. C’est plus ou moins le «deal» que semblent avoir conclu la France et le Tchad. Jeudi matin, le président tchadien Idriss Déby s’est voulu très conciliant sur la question de la grâce qu’il pourrait accorder aux 6 membres de l’Arche de Zoé, condamnés à huit ans de travaux forcés à N’Djamena en décembre, peine commuée en huit ans de prison en France.

Au micro de Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1, il a déclaré être «prêt à pardonner […] le moment venu si le gouvernement français en fait la demande». «Vite ?» demande Elkabbach. Aussi vite que la procédure le permet, affirme Déby. La réponse française n’a pas tardé, puisque le porte-parole de la présidence David Martinon a indiqué que L’Elysée transmettra aux autorités tchadiennes une demande de grâce des six membres de l’Arche de Zoé, condamnés au Tchad et détenus en France, s’ils en font la demande. «Bien entendu, si les membres de l’Arche de Zoé condamnés nous faisaient parvenir une demande de grâce, nous la transmettrions immédiatement aux autorités tchadiennes» a déclaré David Martinon lors d’un point presse. «Comme vous le savez, le droit de grâce ne s’exerce que si on le demande. Mais ce n’est pas aux Etats de le demander.»

Une bonne nouvelle pour les proches des membres de l’Arche de Zoé qui intervient alors que le pouvoir tchadien vient de mettre en échec une tentative de coup d’Etat - provisoirement promettent les rebelles - avec un coup de pouce de la France.
Au Tchad, les personnels militaires français «ne peuvent en aucun cas participer directement à l’exécution d’opérations de guerre, ni de maintien ou de rétablissement de l’ordre ou de la légalité.» C’est en tout cas ce qu’affirme l’article 4 de l’«Accord de coopération militaire technique» signé le 6 mars 1976 entre les gouvernements tchadien et français, par l’intermédiaire d’un certain Jacques Chirac, alors Premier ministre.
Mais ne pas participer directement à des combats n’exclut apparemment pas d’intervenir sur le terrain, comme le révélait jeudi France Inter. Selon l’envoyé spécial de la radio au Tchad, le soutien français à Idriss Déby a d’abord été logistique : les soldats de l’Opération Epervier ont fourni «vivres, soins et carburant».

Mais le plus important a été le renseignement grâce à des avions Mirage F1 et Atlantique 2 qui ont été «les yeux et les oreilles de l’état-major tchadien». Les légionnaires français ont ainsi défendu l’aéroport de N’Djamena, attaqué par les rebelles, avec les forces spéciales. «Le peloton a riposté avec l’ensemble de ses moyens» explique un militaire. Les ressortissants étrangers ont ainsi pu être évacués et les hélicoptères tchadiens ravitaillés.
Alors, respect scrupuleux d’un accord ou soutien affiché à un régime? Pour Idriss Déby, «la France n’a pas agi directement sur le terrain au côté de l’armée tchadienne». Tout juste reconnaît-il que «la France, conformément aux accords de 1976, nous a donné des éléments d’information extrêmement importants et utiles qui nous ont donné les résultats que vous connaissez».
Mardi, Nicolas Sarkozy avait lui aussi démenti toute participation directe des militaires français aux récents combats à N’Djamena, alors que les rebelles avaient accusé mardi l’aviation française d’être intervenue, faisant selon eux de nombreuses victimes. Selon le président français, «il n’y a eu aucun tir de l’armée française si ce n’est pour protéger nos compatriotes […] Ils étaient en état de légitime défense».
Le ministre de la Défense Hervé Morin avait également démenti que la France ait participé à des bombardements au Tchad comme l’en accusent les rebelles tchadiens, assurant qu’elle n’était «en aucun cas intervenu militairement».

Lundi, le chargé de recherche au Centre d’études et de recherches internationales (CERI, CNRS-Science Po) Roland Marchal jugeait que l’aide de la France se fondait effectivement sur l’accord de coopération militaire de 1976, mais «une lecture, disons généreuse, de cet accord».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: L'arche de Zoé   Mar 1 Avr - 23:29

Les membres de l’Arche de Zoé graciés et libérés
Eric Breteau et Emilie Lelouch, le 28 décembre lors de leur transfert de N'Djamena à Paris. (Reuters)

Ce n’est en rien une surprise. Le chef de l’Etat tchadien, Idriss Déby, a signé hier un décret accordant la grâce présidentielle aux six Français de l’Arche de Zoé. Ils avaient été tous condamnés par la cour criminelle de N’Djamena à huit ans de travaux forcés le 26 décembre à l’issue d’un procès éclair de quatre jours à peine. Tous ont été remis en liberté hier soir.

Protestations. «C’est un véritable soulagement. Même si le président Déby s’y était engagé depuis plusieurs semaines, on attendait ça avec impatience. Sur le plan judiciaire, c’est la seule manière d’avoir une issue heureuse», explique Olivier Desandre-Navarre, l’avocat de Dominique Aubry. «On n’avait aucun moyen juridique de contester la peine tchadienne, même si on avait soulevé le caractère inéquitable du procès à N’Djamena», ajoute-t-il. Les avocats des membres de l’Arche de Zoé, tchadiens comme français, avaient dénoncé «une parodie de justice» et l’absence de distinction dans les responsabilités de chacun. Mais leurs protestations n’avaient pas pesé sur la justice française. En janvier, le tribunal de grande instance de Créteil, chargé de convertir la peine en droit français, conformément aux accords judiciaires entre les deux pays, s’est contenté de transposer les huit ans de travaux forcés en huit ans de prison ferme.
A N’Djamena, l’affaire ne passionne plus depuis longtemps. Jean-Claude Nekim, rédacteur en chef du journal privé N’Djamena Bi-Hebdo, explique :«le procès nous a laissés sur notre faim. Toute la vérité n’a jamais été dite sur cette affaire et, jusqu’à aujourd’hui, je suis convaincu qu’il y a eu des complicités au Tchad, comme en France». «Toute la procédure judiciaire a été négociée entre Paris et N’Djamena, depuis la libération de l’équipage espagnol jusqu’à la grâce présidentielle, commente une source judiciaire à N’Djamena. Avant même le procès, on avait laissé entendre aux six Français qu’ils seraient libérés deux mois maximum après leur transfèrement en France.» La France est l’un des principaux alliés du Tchad et lui apporte notamment un soutien en termes de logistique, de santé et de renseignement, très utile dans sa lutte contre la rébellion. 1 100 militaires français sont déployés en permanence au Tchad, dans le cadre de l’opération Epervier. «La signature du décret de grâce a dû attendre à cause de l’attaque rebelle sur N’Djamena début février», explique un diplomate de la région. «Avec l’arrestation et la disparition d’opposants, comme Ibni Oumar Mahamat Saleh, gracier immédiatement les membres de l’Arche de Zoé aurait pu trop donner l’impression d’un paiement pour "service rendu" par la France, sans égard pour le respect de la démocratie et des libertés au Tchad», conclut-il.
«Escroquerie». La grâce tchadienne ne marque pas la fin de la procédure judiciaire. Si le volet tchadien est quasi clos, quatre membres de l’Arche de Zoé - son président, Eric Breteau, sa compagne, Emilie Lelouch, Philippe Van Winkelberg, le médecin, et Alain Péligat, le logisticien - ont été mis en examen dans l’enquête française pour «exercice illégal de l’activité d’intermédiaire en vue d’adoption», «aide au séjour irrégulier de mineurs étrangers en France» et «escroquerie». L’infirmière Nadia Merimi et l’autre logisticien, Dominique Aubry, ont été placés sous le statut de témoin assisté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Eric Breteau va porter plainte contre Rama Yade   Mar 8 Avr - 19:12



Eric Breteau va porter plainte contre Rama Yade


Le président de l'association annonce qu'il va porter plainte contre la secrétaire d'Etat aux droits de l'homme pour diffamation et atteinte à la présomption d'innocence.

Eric Breteau (AP)

Le président de l'Arche de Zoé, Eric Breteau, a affirmé, lundi 7 avril, qu'il ne regrettait pas le rapatriement avorté de 103 enfants africains en France qui l'ont conduit en prison pendant plusieurs mois. Il assure même qu'il "le referait parce qu'(il) veut faire bouger la cause du Darfour".
"Non, je ne regrette pas l'opération, je regrette le sort de ces enfants renvoyés dans l'enfer du Darfour", a déclaré Eric Breteau sur France-Info.
"Sur la légitimité de l'opération, le bien fondé d'organiser cette évacuation, je n'ai aucun regret et si c'était à refaire, je le referai parce que je souhaite faire bouger la cause du Darfour", a-t-il ajouté.
Il annonce qu'il va porter plainte contre la secrétaire d'Etat aux droits de l'homme, Rama Yade, pour diffamation et atteinte à la présomption d'innocence.
Selon Le Figaro, Eric Breteau s'apprête à publier, à la fin du mois, un ouvrage intitulé : "L'Arche de Zoé, les dessous d'une affaire d'Etat".

Kouchner au courant

Pour lui, l'objectif de l'opération était "de créer un incident international qui oblige la communauté internationale à intervenir sur le sujet du Darfour et donc, forcément, d'impliquer des politiques".
"Bernard Kouchner était parfaitement au courant de notre opération puisque j'ai rencontré personnellement son conseiller politique et qu'il a partagé mon analyse de la situation au Darfour et surtout mon analyse sur l'impact d'une telle opération qui, forcément, aurait créé une crise internationale avec le Soudan", a-t-il affirmé.
Il a également dit avoir rencontré "un assistant direct de Catherine Pégard qui est une conseillère très proche du président Nicolas Sarkozy".

Un sujet politique

Eric Breteau a déploré que "les évènements du 25 octobre (l'arrestation des membres de l'équipe au Tchad, dont il faisait partie, ndlr) ont détourné le sujet puisque, depuis lors, on ne parle que du Tchad et d'un vol d'enfants tchadiens et de l'Arche de Zoé, alors qu'on aurait souhaité parler du Darfour et de la situation des enfants au Darfour".
Il a réfuté tout lien entre l'opération et des adoptions. "Beaucoup de familles se sont proposées spontanément pour offrir un accueil à ces enfants et nous avons créé un réseau de familles d'accueil d'urgence qui avaient pour objectif de prendre en charge ces enfants le jour de leur arrivée", a-t-il expliqué.
"Si certaines familles ont estimé que, dans l'avenir, elles souhaiteraient garder ces enfants, lancer des procédures d'adoption... c'est un deuxième débat beaucoup plus à long terme qui ne rentre plus dans le cadre de l'Arche de Zoé puisque l'Arche de Zoé a signé des conventions avec ces familles en expliquant bien que notre rôle était d'évacuer ces enfants et ensuite aux familles de les prendre en charge", a-t-il indiqué.

Dati dément

La ministre de la Justice, Rachida Dati, a démenti, mardi, sur RTL l'affirmation d'Eric Breteau, selon laquelle la ministre devait se déplacer "en personne" à l'arrivée en France des enfants exfiltrés d'Afrique.
"Il était même prévu que Cécilia Sarkozy et Rachida Dati se déplacent en personne pour accueillir les 103 enfants à l'aéroport de Vatry", dans la Marne, a assuré lundi au figaro.fr Eric Breteau.
Rachida Dati lui a répondu, mardi, sur RTL en affirmant : "C'est totalement faux et infondé" et en ajoutant: "je ne connais pas ce monsieur, je ne l'ai jamais rencontré".

C'est à l'Arche de Zoé de payer selon Dati


La garde des Sceaux Rachida Dati a par ailleurs assuré mardi que "l'Etat français ne se substitue pas à une condamnation civile, à l'égard d'un ressortissant français" et estimé que "les membres de l'Arche de Zoé" condamnés étaient "tenus de payer" les 6 millions d'euros aux familles tchadiennes.
"Quand il y a une grâce sur une condamnation, (...) les effets de la grâce sont uniquement sur la condamnation pénale, ça n'emporte pas d'effet sur la condamnation civile. Donc les membres de l'Arche de Zoé sont tenus de payer aux parties civiles la somme à laquelle ils ont été condamnés", a expliqué la ministre de la justice sur RTL. Cette somme est de 6 millions d'euros.
"L'Etat français ne se substitue pas à une condamnation civile, à l'égard d'un ressortissant français", a-t-elle affirmé, estimant que "la lettre (écrite au ministre de la justice tchadienne, ndlr), était tout à fait claire", et que tel était "le droit en vigueur".

Mise en examen distincte à Paris


Les six Français de l'Arche de Zoé, graciés par le président tchadien après une condamnation à 8 ans de prison pour cette tentative d'exfiltration de 103 enfants, ont été libérés le 31 mars des différentes prisons françaises où ils purgeaient leur peine transformée en droit français.
Dans une procédure judiciaire distincte à Paris, quatre d'entre eux, dont Eric Breteau, ont été mis en examen pour "aide au séjour irrégulier de mineurs étrangers en France", un délit passible d'un an de prison et 15.000 euros d'amende.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: L'arche de Zoé   Jeu 18 Déc - 0:07

L'Arche de Zoé refait surface sur le Web


Un an après le scandale de l'Arche de Zoé, l'association humanitaire française
repart à l'assaut. Son site Internet, archedezoe.fr, a rouvert ce
matin. Entièrement consacré à l'affaire - la tentative de transférer
illégalement vers la France 103 enfants présentés comme des orphelins
du Darfour -, il vise à « expliquer ce qui s'est vraiment passé »,
selon le président de l'association, Eric Breteau. « De nouvelles
vidéos, qu'on a pu récupérer, méritaient d'être montrées », explique
celui qui fut le cerveau de l'opération. A cela s'ajoutent des
documents, photos, cartes et commentaires fournis par les membres
actifs de l'Arche de Zoé, désormais au nombre de quatre, contre une
dizaine l'an dernier.

« Tout ce qui est en ligne a déjà été remis à la justice », précise
Eric Breteau, actuellement sous contrôle judiciaire. Il est poursuivi
en France, avec deux autres membres de l'association et deux membres du
Cofod (Collectif des familles pour les orphelins du Darfour), pour «
aide à l'entrée et au séjour irrégulier de mineurs étrangers », «
exercice illégal de l'activité d'intermédiaire en adoption » et «
escroquerie » envers les familles d'accueil. Il encourt jusqu'à cinq
ans de prison, selon son avocat, Me Collard.

Toujours convaincu que les 103 enfants sont des orphelins de la
région soudanaise du Darfour, Eric Breteau se dit victime d'« une
dénaturation de l'opération », qu'il impute à la France et aux médias.
Contactée, la porte-parole du Haut Commissariat pour les réfugiés au
Tchad, Annette Rehrl, rappelle pourtant que seuls « six enfants ont été
identifiés comme soudanais, les autres comme tchadiens, et aucun
n'était orphelin ». Selon elle, la réouverture du site de l'Arche de
Zoé est « un peu ridicule » : « Je ne vois pas comment ils comptent
changer la vérité, connue de tous. »

Après l'affaire, les membres de l'association emprisonnés puis
graciés par le Tchad ont pris leurs distances avec Eric Breteau, hormis
sa compagne, Emilie Lelouch, et deux membres du Cofod, Philippe Van
Winkelberg et Alain Péligat. Isolé, il se dit pourtant déterminé à «
résister à ces grandes puissances qui pourrissent notre monde » et à «
appareiller de nouveau prochainement » afin d'«aider les enfants du
Darfour ». Pour éviter qu'il répète ce type d'opération, la justice a
soumis Eric Breteau à une interdiction de quitter le territoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'arche de Zoé   Aujourd'hui à 7:59

Revenir en haut Aller en bas
 
L'arche de Zoé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Arche d'éveil musicale universelle - neuf
» L'Arche dans la tempête Elizabeth Goudge
» L ARCHE DE NOE
» L'Arche de Rio ... ( La Préservation de la Bio diversité )
» Qelle arche de jeu pour ma Loola ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions dans la niche :: Discussions libres :: Débats-
Sauter vers: