Discussions dans la niche

Pour les amis, fidèles à mon site
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Libye et l’impérialisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: La Libye et l’impérialisme   Ven 25 Fév - 1:07

La Libye et l’impérialisme
Sara Flounders












24 février 2011





De toutes les luttes qui se déroulent actuellement
en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, la plus malaisée à décortiquer
est celle qui se passe en Libye.






Quel
est le caractère de l’opposition au régime de Kadhafi et qui,
rapporte-t-on, contrôle actuellement la ville de Benghazi, dans l’est du
pays ?




Est-ce précisément une coïncidence si la
rébellion a démarré à Benghazi, située au nord des champs pétroliers
les plus riches de la Libye et proche en même temps de ses oléoducs,
gazoducs, raffineries et port GNL ? Existe-t-il un plan de partition du
pays ?


Quel est le risque d’intervention militaire impérialiste, ce qui pose
un très grave danger pour la population de toute la région ?




La Libye n’est pas comparable à
l’Égypte. Son dirigeant, Mouammar Kadhafi, n’a pas été une marionnette
de l’impérialisme comme Hosni Moubarak. Durant de nombreuses années,
Kadhafi a été l’allié de pays et de mouvements combattant
l’impérialisme. En prenant le pouvoir en 1969, à la faveur d’un coup
d’État militaire, il a nationalisé le pétrole libyen et a utilisé une
grosse partie de cet argent pour développer l’économie libyenne. Les
conditions de vie se sont considérablement améliorées, pour le peuple.


Pour cette raison, les impérialistes étaient bel et bien décidés à
écraser la Libye. En fait, en 1986, les États-Unis ont lancé des frappes
aériennes sur Tripoli et Benghazi, lesquelles avaient tué 60 personnes,
dont la petite fille de Kadhafi – chose que l’on mentionne rarement
dans les médias traditionnels. Des sanctions dévastatrices ont été
imposées à la fois par les États-Unis et par les Nations unies, afin de
couler l’économie libyenne.


Après l’invasion de l’Irak par les Américains, en 2003, et la
destruction d’une grande partie de Bagdad via une campagne de
bombardement orgueilleusement baptisée « shock & awe » (choc et
terreur) par le Pentagone, Kadhafi a tenté d’écarter d’autres menaces
d’agression contre la Libye en faisant d’importantes concessions
politiques et économiques aux impérialistes. Il a ouvert l’économie aux
banques et sociétés étrangères, il a abondé dans le sens des demandes
d’« ajustements structurels » émanant du FMI, privatisant ainsi de
nombreuses entreprises de l’État et réduisant fortement les subsides de
l’État à l’alimentation et au carburant.


Le peuple libyen souffre de ces mêmes prix élevés et du chômage à la
base des rébellions qui éclatent ailleurs et qui découlent de la crise
économique capitaliste mondiale.


Il ne fait pas de doute que la lutte pour la liberté politique et la
justice économique qui balaie actuellement le monde arabe a également
trouvé son écho en Libye. On, ne peut douter que le mécontentement
suscité par le régime de Kadhafi motive une section signification de la
population.


Toutefois, il est important que les progressistes sachent qu’un grand
nombre des personnages dont l’Occident fait la promotion en tant que
dirigeants de l’opposition sont à long terme des agents de
l’impérialisme. Le 22 février, la BBC a montré des séquences où l’on
voit à Benghazi des foules qui arrachent le drapeau vert de la
république pour le remplacer par celui du monarque renversé (en 1969,
NdT), le roi Idris – qui avait été une marionnette de l’impérialisme
américain et britannique.


Les médias occidentaux appuient une bonne partie de leurs reportages
sur des faits supposés, fournis par le groupe d’exilés du Front national
pour la sauvegarde de la Libye, formé et financé par la CIA américaine.
Cherchez sur Google en introduisant le nom du front plus CIA et vous
découvrirez des centaines de références.


Dans un édito du 23 février, The Wall Street Journal écrivait
ceci : « Les États-Unis et l’Europe devraient aider les Libyens à
renverser le régime de Kadhafi. » On n’y dit mot des chambres de
commission ou des corridors de Washington sur une intervention destinée à
aider le peuple du Koweït, de l’Arabie saoudite ou du Bahreïn à
renverser leurs dirigeants dictatoriaux. Même avec tout le semblant
d’intérêt accordé aux luttes de masse secouant la région actuellement,
la chose serait impensable. Quant à l’Égypte et à la Tunisie, les
impérialistes tirent sur toutes les ficelles possibles pour retirer les
masses des rues.


Il n’a pas été question d’intervention américaine pour aider le peuple
palestinien de Gaza quand des milliers de personnes ont perdu la vie
suite au blocus, aux bombardements et à l’invasion par Israël. Ce fut
exactement le contraire : les États-Unis sont intervenus afin d’empêcher
la condamnation de l’État sioniste occupant.




Il n’est pas difficile de voir où résident les intérêts de l’impérialisme, en Libye. Le 22 février,
Bloomberg.com disait, à ce propos, que, tout en étant le troisième pays
producteur de pétrole de l’Afrique, la Libye est en même temps le pays
qui possède les plus importantes réserves – prouvées – du continent,
avec 44,3 milliards de barils. C’est un pays à la population
relativement peu nombreuse mais qui doté d’un important potentiel de
production de bénéfices pour les compagnies pétrolières géantes. Voilà
comment les grosses fortunes voient la Libye et c’est ce qui sous-tend
les préoccupations qu’elles expriment quand aux droits démocratiques du
peuple libyen.


Obtenir des concessions de Kadhafi ne suffit pas, pour les barons
impérialistes du pétrole. Ils veulent un gouvernement dont ils peuvent
disposer directement, le cadenasser, le tenir en dépôt et le mettre en
fût. Ils n’ont jamais pardonné à Kadhafi d’avoir renversé la monarchie
et nationalisé le pétrole. Dans sa rubrique « Réflexions », Fidel
Castro, de Cuba, met en exergue la soif de pétrole de l’impérialisme et
met en garde contre le fait que les États-Unis posent actuellement les
bases d’une intervention militaire en Libye.


Aux États-Unis, certaines forces tentent de lancer au niveau de la rue
une campagne de promotion en faveur d’une telle intervention américaine.
Nous devrions nous y opposer carrément et rappeler à toutes les
personnes bien intentionnées les millions de morts et de personnes
déplacées provoquées par l’intervention américaine en Irak et en
Afghanistan.


Les progressistes éprouvent de la sympathie pour ce qu’ils considèrent
comme un mouvement populaire en Libye. Nous pouvons aider un tel
mouvement en soutenant ses revendications légitimes tout en rejetant
toute intervention impérialiste, quelle que soit la forme qu’elle puisse
revêtir. C’est au peuple libyen qu’il revient de décider de son avenir.






Traduit de l'anglais par Jean-Marie Flémal pour Investig'Action



Source : www.michelcollon.info

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Clode
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 4621
Age : 60
Date d'inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: La Libye et l’impérialisme   Ven 25 Fév - 22:34

Libye - La dictature de Kadhafi : Du nationalisme radical au ralliement à l'impérialisme


Kadhafi, dont le pouvoir chancelle, était arrivé au pouvoir en 1969, à
la suite d'un coup d'État conduit par des officiers inspirés par le
nationalisme arabe de Nasser. Celui qui se présentait alors
comme un champion du nationalisme arabe et de la lutte contre le
colonialisme et l'impérialisme est donc au pouvoir depuis 42 ans.

À ses débuts, le nouveau pouvoir lança un projet d'unité arabe avec
l'Égypte et la Syrie, nationalisa les banques étrangères, confisqua les
propriétés des colons de cette ex-colonie italienne, tout
en exerçant des pressions sur les compagnies pétrolières étrangères et
en obtenant l'évacuation des bases militaires anglo-saxonnes. En
1973-1974, ce fut avec la Tunisie voisine qu'un projet d'unité
fut discuté.

Kadhafi, qui voulait apparaître comme un successeur libyen de Nasser
disparu, s'affirma partisan d'un confus « socialisme arabe ». Il
prétendait lancer une révolution qui aurait donné le pouvoir à
des comités révolutionnaires, institué une démocratie directe dans le
cadre d'une forme originale d'État, la Jamahariya arabe populaire et
socialiste, nom pompeux destiné à envelopper ce qui n'était
qu'une dictature militaire. Kadhafi en même temps se présentait comme
une alternative aux grandes puissances et à l'URSS qui lui avait refusé
son soutien. Fort des revenus du pétrole, il chercha à
s'attacher des mouvements nationalistes dans le monde, contesta une
bande de territoire du Tchad voisin.

Pour remettre ce dirigeant à ce que les grandes puissances considéraient
comme sa juste place, c'est-à-dire celle d'un État subordonné qui
devait se contenter de les fournir en pétrole, celles-ci ne
tardèrent pas à exercer contre lui des représailles dans l'intention de
le faire plier.

En 1982, ce fut le boycott commercial de la Libye. En 1986, le président
américain Reagan fit bombarder Tripoli et Benghazi pour tenter
d'éliminer le dirigeant libyen. L'attaque échoua mais des
centaines de civils furent tués. Kadhafi était alors l'une des « bêtes
noires » de Washington.

Paradoxalement, l'attentat imputé à la Libye en 1988, contre un avion de
la Panam en Écosse, qui fit 270 victimes pour la plupart
nord-américaines, permit par la suite à Kadhafi de réintégrer les
bonnes grâces de Londres puis de Washington. Cet attentat suivi d'un
autre, en 1989, contre un appareil français au-dessus du Tchad, entraîna
d'abord des sanctions de l'ONU en 1992 et 1993. Mais des
tractations eurent lieu dans la coulisse. En 1998, la Grande-Bretagne
accepta de reconnaître à nouveau la Libye, celle-ci venant de lui livrer
deux agents impliqués dans un des attentats. Dès lors,
il ne fut plus question de sanctions.

Le versement de dédommagements aux familles des victimes américaines
amorça le rapprochement avec les États-Unis. La France, présentant moins
d'intérêt pour la Libye, eut plus de mal à obtenir la
pareille. En décembre 2003, des pourparlers secrets entre Londres,
Washington et Tripoli, amenèrent le régime libyen à renoncer à des «
programmes d'armement interdits par la communauté
internationale ». En 2004, des relations diplomatiques directes étaient
rétablies entre Washington et Tripoli.

Le soi-disant « guide de la révolution libyenne » voulait attirer sur
son sol les hommes d'affaires séduits par un pétrole facile à extraire
ou la perspective de grands chantiers de construction. Il
accéléra la privatisation de l'économie, permettant aux représentants
des gouvernements occidentaux et des grands groupes capitalistes de
venir s'installer à Tripoli parmi lesquels, entre autres, les
groupes français Total et Vinci.

L'affaire des infirmières bulgares, sans oublier le campement dans la
capitale française, montra en Kadhafi un tyran mégalomane, avec lequel
les grandes puissances impérialistes n'avaient pas de
scrupule à traiter. Principal fournisseur d'hydrocarbures à l'Italie, il
exauça la demande de Berlusconi de créer sur le sol libyen des camps de
rétention pour les immigrants venus d'Afrique qui
tentaient de passer en Europe. Le régime de Kadhafi entassait là dans
des conditions terribles les candidats à l'émigration interceptés par sa
police. Ce sont ces camps que Kadhafi menaçait ces
jours-ci d'ouvrir, si l'Italie ne venait pas à son secours face à la
révolte de son peuple.

Tel le vieux roi Idris 1er qu'il avait contribué à renverser quand il
avait 27 ans, Kadhafi n'imaginait sa succession que par la transmission
du pouvoir à l'un de ses fils, play-boys cyniques qui
défraient régulièrement la chronique,.

Kadhafi a publié un « livre vert » imitant le « livre rouge » de Mao, et
distribué à des millions d'exemplaires à la population libyenne. Le «
guide » y expliquait entre autres qu'« un peuple furieux
est en droit de chasser ses dirigeants ». Il ne croyait sans doute pas
être aussi bien compris...

Jacques FONTENOY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/et51claude
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: La Libye et l’impérialisme   Dim 27 Fév - 2:22

Dans le doute, parquez-les !



Article de James McEnteern publié dans Dissident Voice, le 23 février 2011: When in Doubt, Park ‘Em / Gaddafi Refuses to Leave Power until Media Agree on How to Spell his Name





Khadafi, complètement halluciné



Kadhafi refuse de quitter le pouvoir tant que les medias ne se seront pas mis d’accord sur l’orthographe de son nom




Khadafy, Qaddafi, Gaddafi ou tout simplement Goofy? Le nom du despote libyen pose problème aux journaleux occidentaux.
Tout le monde s’accorde à dire que c’est un méchant. Paul Wolfowitz cite
dans le Wall Street Journal une bonne dizaine de raisons pour
lesquelles les Etats-Unis devraient intervenir pour éjecter de son siège
ce dictateur cinglé. Ce qu’il ne dit pas c’est pourquoi lui et ses
potes néocons n’ont pas fait le boulot eux-mêmes quand ils détenaient le
pouvoir et qu’ils s’évertuaient à envahir d‘autres pays musulmans. Au
lieu de ça, Dobolyou & co –le Wolfman y compris – avaient levé les
sanctions contre Kada …Ghada … euh … la Libye.
Merci, Wolfie. Tu peux retourner dans ta grotte maintenant, avec Scooter (Libby, je suppose ) et Rummy (Rumsfeld).
Jay Carney, le porte-parole de la Maison Blanche, a annoncé que le
président Obama ne ferait probablement pas de déclaration sur la Libye.
Pas d’espoir, pas de changement. Reagan a bombardé la résidence de
Mouammar en 1986 mais il n’avait tué qu’une poignée de sous-fifres, et
cela n’avait pas servi, pour autant, à mettre du plomb dans la cervelle
de Gars-Daffy.
Il est urgent, maintenant, d’offrir à l’homme fort de la Libye une
solution honorable, une porte de sortie qui lui permette à lui, de
sauver la face, à ses concitoyens de sauver leurs vies et aux Etats-Unis
de sauver ce qu’ils ont de plus cher au monde : le pognon. Invitons
donc le Gars-Daffy à jouir d’un exil paisible – ainsi qu’à d’autres
ex-tyrans du Moyen Orient amis des Etats-Unis – comme Hosni Moubarak,
Abdullah de Jordanie, ou d’autres.
Nous pourrions même leur construire au Texas un parc d’attractions sur
le thème du Moyen-Orient, où ils pourraient continuer à régner sur des
simulacres de leurs anciens territoires et recevoir la visite d’anciens
dignitaires comme George W. Bush, qui pourrait faire comme s’il se
rendait à l’étranger à nouveau au lieu d’être assigné à résidence aux
US, menacé qu’il est à l’étranger d’être poursuivi pour violations des
droits humains. On pourrait même leur céder quelques puits de pétrole.
Moubarak pourrait encore diriger la “petite Egypte” et Kah-Daffy
pourrait jouer à la résistance contre les invasions ponctuelles des
“rivages de Tripoli” par les U.S. Marines, comme ces bagarres de pirates
qu’on peut voir devant l’Ile au Trésor à Las Vegas à certaines heures.




HM Britannia, Las Vegas




Sirènes de Treasure Island, Las Vegas



Et, puis, tant qu’on y est, on pourrait aussi délocaliser Israël – le pays et toute sa population - au Texas panhandle. On y reconstituerait la Terre Sainte qu’on ramènerait en avion pierre par pierre, comme l’a fait Hearst pour son château de San Simeon. Cela reviendrait cher, certes, mais ce serait rentable en fin de compte.
Ensuite nous pourrions bombarder l’original pour le réduire en poussière
afin d’empêcher les Israéliens d’être tentés de retourner « chez eux » .
Oh la la, ça éviterait pas mal de souffrances. Cela réduirait
considérablement les tensions au Moyen-Orient et ferait augmenter de
façon spectaculaire le QI de l’état du Texas. Du gagnant-gagnant.
Vous pensez que ces plans sont monstrueux et immoraux? La politique
étrangère actuelle des Etats-Unis dans la région est bien pire. Les
futurs visiteurs d’un tel parc d’attractions le trouveraient aussi
extraordinaire que le Musée de la Création, sauf que, là, les dinosaures
seraient moins glamour et bien plus meurtriers.



James McEnteer vit en Afrique du S. Il a écrit: “Shooting the Truth: the Rise of American Documentaries” (Praeger 2006). D’autres articles de James sur Dissident Voice.


..............................................................................................................................................................................................


Note annexe




Quelque chose m'a interpellée, qui n'a pas eu l'air de poser problème par ailleurs.
Quand Khadafi est apparu, soi-disant en «direct» de sa résidence de Bab
Al Azizia à Tripoli, à la télévision d'Etat, dans une voiture et sous un
parapluie - ce qui ne laisse pas préjuger qu'il dispose de toutes ses
facultés mentales, il a déclaré:


<blockquote>«Dieu merci, je vais bien. Je ne suis ni en France, ni au Venezuela, mais bien ici. Ne croyez pas les chaînes (de télévision) qui appartiennent à des chiens errants.»
</blockquote>

Voir la vidéo ici
Il répondait ainsi à ceux qui disaient qu’il s’était réfugié ailleurs. En France ou au Venezuela, apparemment.
Curieusement, la traduction de certains médias (français et anglo-saxons
également) occultait le mot « France » pour ne retenir que
« Venezuela » - où les médias avaient annoncé qu’il était parti (et
qu’il *démentait officiellement, donc).
Comme, par exemple, ici, sur BFM.
(mais il était difficile de trouver la version intégrale de la déclaration sur bien d’autres médias)
Alors, comme j’ai l’esprit tordu, je tire la conclusion que l’idée,
c’était de désigner Chavez comme « ami des dictateurs » (et
« dictateur » lui-même, tant qu’à faire), et qu’associer le Venezuela à
la France ne collait pas pour cette petite démonstration. Non ?
D’autre part, pourquoi donc Khadafi évoque-t-il la France plus
spécifiquement? Il ne serait tout de même pas venu sans invitation,
hein?
Ce n’est pas troublant, ça ?
Il n’y aurait pas, derrière tout ça, encore la clique des MAM,
Sarko-Ollier (et les autres, bien sûr), prêts à tout pour voler au
secours de despotes sanguinaires ?
Et si on envoyait tous ces fifres au Texas, eux aussi ?
On leur construirait un beau château des Mille et une Nuits à la Disney
(le petit autocrate de papier aime ça, le toc, et ensuite, les MAM-PO,
eux, ne seraient pas dépaysés ) .
Ils pourraient jouer, eux aussi, et être mis hors d’état de nuire par la même occasion.
A creuser.

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Nahin
Sympathisant
Sympathisant


Nombre de messages : 221
Date d'inscription : 07/09/2009

MessageSujet: Re: La Libye et l’impérialisme   Lun 28 Fév - 3:08

Boonsoir CG et Clode,
Avec les évènements en Tunisie, j'ai cru à une expérience exceptionnelle.
Avec l'Egypte et le canal de Suez, je me suis posée des questions.
Avec l'intervention de l'administration USA dans Bahreïn, pour stopper le savoir-faire Qatari et Saoudien pour épargner les manifestants (pour la plupart chiites), je me suis posé des questions.
La libye est un cas à part, mais il y a le pétrole.
...
Je ne crois pas une seule seconde à la spontanéité d'une mèche allumée dans 15 pays(dont des pays-vannes de pétrole) pour réclamer la démocratie.
Trop complexe l'affaire, et paradoxalement, je fais dans le simplisme.
Alors, ma question :
A quoi joue l'administration des USA ?

Les pays arabes, musulmans, africains, asiatiques continueront à revendiquer, à profiter de la seule occasion, puisqu'ils bénéficient pour l'instant de "l'indulgence" de Hilary et Obama, en se posant pour certains d'entre eux, les mêmes questions que moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pierrot
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 2886
Age : 66
Date d'inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: La Libye et l’impérialisme   Lun 28 Fév - 11:55


Depuis le début de ces évènements, je trouve la situation étrange...

Nahin a mis le doigt sur un fait important :

Quelle est " la spontanéité d'une mèche allumée dans 15 pays (dont des pays-vannes de pétrole) pour réclamer la démocratie." ?

Effectivement, il est invraisemblable que cela soit spontané...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nahin
Sympathisant
Sympathisant


Nombre de messages : 221
Date d'inscription : 07/09/2009

MessageSujet: Re: La Libye et l’impérialisme   Lun 28 Fév - 15:53

Bonjour Clode,
Seul l'avenir le dira ?!
J'en ai parlé avec des amis qui m'ont traitée de parano, et j'espère que c'est juste de la parano Exclamation .
Hélas ! On sait ce que fait la "diplomatie parallèle" pour "requinquer une économie à l'agonie", face à une Chine (trop puissante et "ne disposant pas des mêmes droits de l'Homme) Idea Question Question Question
Bizarre, j'ai été enthousiaste et contente pour les tunisiens ... et depuis c'est la crainte à chaque fois !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nahin
Sympathisant
Sympathisant


Nombre de messages : 221
Date d'inscription : 07/09/2009

MessageSujet: Re: La Libye et l’impérialisme   Lun 28 Fév - 22:29

Bonsoir à tous,
Moins de 24 heures, après ma parano "étalée" ici, les navires et porte-avions américains arrivent dans la rive sud de la méditérranée Exclamation Exclamation Exclamation en passant par le Canal de Suez.
C'est bizarre, je croyais que ça relevait de l'ONU.
Obama a été plus rapide que Bush ???
Chouette, , nous avons les américains en Afrique du Nord affraid affraid affraid

Je vois que le prix Nobel de la Paix a été plus rapide que Bush.
Les Droits de l'Homme pour l'administration USA a été "le carburant" pendant ces révoluti...ons très encouragées par Hilary et Obama. Maintenant que les vannes du pétrole risquent très "fermées" dans certaines régions (autant dire, tous les pays pétroliers où il est prévu des soulèvements courant mars), la diplomatie américaine part toute seule pour sauver le monde???
Je n'y crois pas une seule seconde !
affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: La Libye et l’impérialisme   Mar 1 Mar - 1:55

Après la chute de Ben Ali et le début des émeutes en Egypte, j'avais écrit ça :
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages: 7782
Date d'inscription: 10/06/2007

<table border="0" cellpadding="0" cellspacing="0" width="100%"><tr><td>Sujet: Re: Tunisie: une livraison de matériel de maintien de l'ordre bloquée à Paris Lun 7 Fév - 0:58</td><td class="post-options" valign="top" nowrap="nowrap">
</td></tr><tr><td colspan="2" class="hr">
</td></tr><tr><td colspan="2">Moi
ce qui me fait mourir de rire (ou nerveusement de dégout plutôt) c'est
qu'après 23 ans, on découvre, suite à une révolution quand même, que Ben
Ali était un dictateur...

En Egypte Moubarak semble mieux ancré ... bon dans la niche on sait pourquoi : quand on soutient Israël et les States ...

Moi, ça m'inspire pas confiance tout ça ... si j'ai le temps je vous pondrais un article conspirationiste (lol) sur le sujet.

@ + les nicheurs

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller


Désolé, je n'ai pas eu le temps d'écrire l'article promis, mais je viens de retrouver mes brouillons, et en vrac, les idées donnaient ça :

- En Tunisie, Ben Ali est un laïque : sa chute engendre la peur que l'islam prenne le pouvoir ...
- En Egypte, Moubarak est un pro-israëlien : sa chute engendrerais la peur que les pro-palestiniens (et donc l'islam) prennent le pouvoir...
- Quand on voit, de plus, que les fuites de wikileaks ont essentiellement diabolisé l'Iran ...

Le communisme n'existe plus depuis la chute du mur de Berlin et la fin de l'URSS ; pour justifier son colonialisme économique prédateur et guerrier, les USA se sont trouvé un nouveau mouton noir : l'Islam.

J'espère me tromper, et je souhaite réellement l'accés à la démocratie des peuples opprimés de Tunisie, d'Egypte, et de ceux qui vont suivre ; mais permettez-moi de trouver ces émancipations soudaines assez ... louches.

Il semblerait donc que je pensais comme vous Pierrot et Nahin ...
Dommage que je n'ai pas approfondi le sujet à l'époque Rolling Eyes




</td></tr></table>

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Nahin
Sympathisant
Sympathisant


Nombre de messages : 221
Date d'inscription : 07/09/2009

MessageSujet: Re: La Libye et l’impérialisme   Mar 1 Mar - 21:29

Bonsoir Pierrot ( et désolée d'avoir confondu les pesudos), bonsoir CG et à tous,
Oui, je ne voulais pas faire dans la paranoïa, mais pareil que toi, je me suis posé des questions.
Il se trouve que j'avais liquidé mes jours de congé, et j'en ai bouffé de la presse, chaînes TV, etc ... ( en français et en arabe) pendant 15 jours.
Là-bas, il y avait autant d'enthousiasme que d''inquiétude. Beaucoup sont heureux d'avoir enfin le feu vert du gendarme gentil, ne pas recevoir une balle dans le dos ou ailleurs, les communqués très Droits Hommiste de l'administration américiane, à tel point que ça avait plutôt rajouté dans le chaos.
Certains n'avaient jamais oublié que "les USA aiment les ... USA" .
Par contre, si l'Islam a remplacé le bloc soviétique, j'ai bien compris qu'il existait encore une autre forme : l'Islam Pétrolier ! , celui dont on ne parle jamais, . et qui fait faire des guerres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: La Libye et l’impérialisme   Ven 4 Mar - 1:16

Libye : Kadhafi poursuit sa contre-offensive, Chavez en médiateur ?

Les
forces fidèles au dirigeant libyen tentent toujours de reprendre ce
jeudi Brega et Ajdabiyah, dans l'Est du pays. Sur le plan diplomatique,
le Vénézuela, allié de la Libye, propose l'envoi d'une mission de
médiation internationale. Le principe aurait été accepté par Mouammar
Kadhafi mais rejeté par les rebelles.






Archives : Hugo Chavez et Mouammar Kadhafi, en novembre 2010, à Tripoli © AFP






Les
forces fidèles au dirigeant libyen tentaient toujours de reprendre ce
jeudi Brega et Ajdabiyah, dans l'Est du pays. Sur le plan diplomatique,
Mouammar Kadhafi aurait accepté le plan de médiation proposé par le
Vénézuéla, plan rejeté









La contre-offensive se poursuit à l'Est, nouveaux bombardements
Débutée mercredi (reportage ci-contre), la contre-offensive des forces fidèles à Mouammar Kadhafi
et de ses mercenaires se poursuivait ce jeudi dans l'Est du pays. Les
villes Brega et Ajdabiyah, tenues par les opposants, ont ainsi de
nouveau été bombardées. Pour l'instant, les rebelles, qui ont reçu des
renforts de volontaires, tiennent toujours leur position.
Selon plusieurs sources, la bataille de mercredi aurait fait une douzaine de morts, répartis dans les deux camps.

Le plan de Chavez aurait été accepté par Kadhafi ...
Mouammar Kadhafi et la Ligue arabe auraient accepté le plan de paix proposé par le président vénézuélien Hugo Chavez pour mettre un terme à la crise en Libye,
affirme jeudi la chaîne Al Djazira. Information démentie par la Ligue
arabe, qui dit étudier le plan de paix, jugeant prématurées les annonces
d'accord.
Caracas propose l'envoi d'une mission
de médiation internationale formée de représentants de pays d'Amérique
latine, d'Europe et du Moyen-Orient pour tenter de négocier une issue
entre le pouvoir libyen et les forces rebelles. Hugo Chavez
s'est entretenu mardi avec le dirigeant libyen pour lui exposer son
projet de réglement négocié des violences, a dit le ministre vénézuelien
de l'Information, Andres Izarra. Les autorités vénézuéliennes n'ont pas
fait état publiquement de la réponse du dirigeant libyen. Mais Al
Djazira affirme que Kadhafi a donné son accord au plan Chavez. Et Dima
Khatib, correspondante de la chaîne à Caracas, précise qu'Amr Moussa, le
secrétaire général de la Ligue arabe, en a fait de même.
Hugo Chavez, proche allié de Mouammar Kadhafi, accuse les Etats-Unis d'exagérer la situationlibyenne pour justifier une invasion du pays producteur de pétrole.
... Mais rejeté par les rebelles
Le nouveau président du Conseil national libyen (CNL), Moustafa Abdel Djalil, a rejeté totalement l'idée de discussions avec Mouammar Kadhafi, selon Al Djazira. Il a ajouté qu'il n'avait de toute manière pas été contacté.
Des soldats néerlandais capturés
Trois
soldats néerlandais ont été faits prisonniers dimanche par des hommes
armés lors d'une opération d'évacuation de civils en Libye,
a-t-on appris jeudi auprès du ministère néerlandais de la Défense.
Selon le quotidien populaire néerlandais De Telegraaf, les trois soldats
néerlandais ont été capturés par des hommes armés du colonel Kadhafi
alors qu'ils participaient à l'évacuation à Syrte de deux civils, un
Néerlandais et un autre Européen, menée en hélicoptère. Les soldats
néerlandais ont été attaqués après l'atterrissage de  l'appareil. Les
deux civils ont été remis par les Libyens à l'ambassade des Pays-Bas et
ont depuis quitté la Libye, selon De Telegraaf.
Déploiement humanitaire pour éviter la catastrophe
Sur le plan humanitaire, la situation a atteint un niveau de "crise" à la frontière entre la Libye et la Tunisie. Une foule s'étend "sur des kilomètres et des kilomètres" pour quitter la Libye, selon le HCR.

Les
organisations humanitaires et la communauté internationale ont engagé
une course contre la montre et le chaos. La France et le Royaume-Uni ont
annoncé l'envoi de plusieurs avions et d'un navire pour évacuer des
milliers de personnes vers l'Egypte. Deux navires de guerre américains,
dont le porte-hélicoptères USS Kearsarge, ont rejoint la Méditerranée
pour se positionner au large de la Libye.
Ce porte-hélicoptères peut assurer un soutien soit à des opérations
humanitaires soit militaires. Une frégate britannique, le HMS
Westminster, a quitté Gibraltar pour la Libye, avec à bord, en plus des hélicoptères et lance-missiles habituels, du matériel médical et des couvertures.
La CPI va enquêter
Le
procureur de la Cour pénale internationale (CPI) Luis Moreno-Ocampo va
ouvrir une enquête contre 10 à 15 responsables libyens suspectés de "crimes contre l'humanité", pour des faits "très graves" contre la population civile, a-t-il annoncé jeudi dans un entretien à El Pais.
L'Otan se prépare... au cas où
Alors
qu'une intervention militaire étrangère, via principalement une zone
d'exclusion aérienne, est toujours à l'étude et qu'elle passerait
obligatoirement par l'Otan (après résolution de l'Onu),
le secrétaire général de l'Alliance atlantique, Anders Fogh Rasmussen, a
indiqué que l'organisation ne prévoyait pas pour l'instant d'intervenir
en Libye. Mais qu'elle se préparait néanmoins "à toute éventualité" puisque les rebelles ont demandé mercredi des frappes aériennes contre les mercenaires étrangers utilisés par Mouammar Kadhafi.
6.000 morts ?
Depuis le 17 février, les violences ont fait 6.000 morts, dont 3.000 dans la seule ville de Tripoli, a affirmé mercredi à Paris le porte-parole de la Ligue libyenne des
droits de l'homme, Ali Zeidan.
le 03 mars 2011 à 06:53

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: La Libye et l’impérialisme   Dim 6 Mar - 3:03

Bon, j'ai pondu mon article ... un peu tard, un peu baclé (suis dans les bagages Rolling Eyes ) , consultable ici (en espérant mieux) : http://forget.e-monsite.com/rubrique,de-wikileaks-a-l-islam,1132018.html

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Nahin
Sympathisant
Sympathisant


Nombre de messages : 221
Date d'inscription : 07/09/2009

MessageSujet: Re: La Libye et l’impérialisme   Mer 9 Mar - 22:05

Bonsoir CG, bonsoir à tous,
J'ai bien lu ton article (hors connexion).
Je partage tes interrogations et ta perplexité.
Ce que j'ai appris par des tunisiens (en Tunisie), c'est qu'ils avaient eu ces interrogations dès le départ ... et avant la chute de Ben Ali.
Certains l'appellent la révolution "Wikilix"!!!
A +.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: La Libye et l’impérialisme   Dim 20 Mar - 1:38

L'opération "Aube de l'Odyssée" a commencé en Libye



Par Diane Heurtaut, le 19 mars 2011 à 16h03, mis à jour le 19 mars 2011 à 22:55
Dossier : Crise en Libye
Deux
heures après le feu vert du sommet international de Paris à une
opération militaire pour stopper les forces de Kadhafi, des avions
français ont ouvert le feu samedi à 17h45. L'offensive s'est intensifée
dans la soirée, avec des tirs de missiles américano-anglais.



Trois heures après s'être lancée seule dans la bataille, la France a été
rejointe samedi soir dans l'offensive en Libye. Une offensive baptisée
"Aube de l'Odyssée" lancée par de premiers tirs français à 17h45, après
le survol pendant plusieurs heures d'une zone de 150 km sur 100 autour
de la ville de Benghazi, bastion des rebelles libyens. Car l'opération
en Libye avait commencé avant même l'issue du sommet de Paris. Partis de
France samedi en fin de matinée, une vingtaine d'avions de combat
français -Rafale et Mirage, conçus pour des missions de bombardement, de
reconnaissance et de défense aérienne- et des avions de surveillance
Awacs appartenant à d'autres pays survolent la Libye depuis samedi
après-midi. Puis, à 17h45 donc, les appareils français ont ouvert pour
la première fois le feu sur un véhicule militaire libyen qui a été "détruit", a annoncé le ministère de la Défense. Ils ont ensuite détruit d'autres blindés libyens.





Puis, à 21h, le Pentagone a
annoncé que les Etats-Unis, qui refusaient jusque là de donner leur
degré d'implication dans l'opération, avaient commencé à tirer des
missiles de croisière Tomahawk. Au même moment, Barack Obama annonçait
avoir autorisé une action militaire américaine limitée en Libye,
répétait qu'il n'y aurait pas de déploiement américain au sol en Libye,
et David Cameron, le Premier ministre britannique, indiquait que les
forces de son pays étaient en action dans le ciel libyen. Bilan : les
Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont lancé une première vague d'environ
110 missiles de croisière Tomahawk, frappant essentiellement aux abords
de Tripoli et de Misrata des sites anti-aériens libyens pour faciliter
la mise en oeuvre de la zone d'exclusion aérienne par les forces de la
coalition, selon un haut responsable militaire américain. Et selon le
Pentagone, ce sont les armées de 5 pays qui ont tiraient dans la soirée
des missiles le long de la côte libyenne : les forces françaises,
britanniques, américaines, italiennes et canadiennes.

Rapidement, la télévision officielle libyenne a accusé les raids "ennemis" de prendre des "objectifs civils", un responsable libyen dénonçant "une agression barbare".
La TV libyenne a ensuite affirmé qu'un avion français avait été abattu
par la défense anti-aérienne libyenne dans la région de Tripoli. Une
information démentie par l'armée française. "Tous les avions qui sont sortis aujourd'hui sont rentrés", a assuré le porte-parole de l'état major des armées.

Le sort de la Libye scellé au sommet de Paris
Quelques petites heures auparavant, le sort de la Libye était scellé à Paris, lors d'un sommet international de "soutien au peuple libyen"
réunissant pays européens, arabes et nord-américains et le chef de
l'ONU. Au total les représentants de 22 pays et organisation étaient là.
Et voici ce qui était décidé : "les participants sont convenus de
mettre en oeuvre tous les moyens nécessaires, en particulier militaires,
pour faire respecter les décisions du conseil de sécurité des Nations
Unies
", la résolution 1973, avait annoncé le chef de l'Etat français. Le but est d'aider "le peuple libyen à se libérer" de Mouammar Kadhafi, même si cela n'est pas explicitement prévu par la résolution 1973, a pour sa part affirmé samedi soir sur France 2 le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé.
L'avertissement à Kadhafi lancé
par Nicolas Sarkozy à l'issue du sommet est resté sans réponse. Le
président français avait lancé au leader libyen qu'il était encore temps
pour lui d'échapper à la solution de force en respectant "sans délai et sans réserve" la résolution de l'Onu pour "éviter le pire". "La porte de la diplomatie" se rouvrira lorsque les agressions contre la population "cesseront"
en Libye, a ajouté le chef de l'Etat. Dans la matinée, dans un message
adressé à la France et aux autres pays de la coalition, le leader libyen
avait lancé aux Occidentaux qu'ils "regretteront" toute intervention militaire et ingérence en Libye (lire notre article > Kadhafi met en garde les Occidentaux).
Les participants du sommet de Paris auront des "contributions différenciées", expliquait le communiqué final > lire notre article - Offensive internationale en Libye : qui participe ?.



N'hésitez pas à lire les commentaires à ceci, ici : http://aliceadsl.lci.tf1.fr/monde/afrique/2011-03/sarkozy-des-avions-francais-empechent-des-attaques-en-libye-6322230-536.html


Après la loi contre la burka et la campagne contre l'islam, Dieu Sarkozy va flinguer chez le méchant Kadhafi ..... LA VEILLE D'UNE ELECTION !!



_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Nahin
Sympathisant
Sympathisant


Nombre de messages : 221
Date d'inscription : 07/09/2009

MessageSujet: Re: La Libye et l’impérialisme   Dim 20 Mar - 2:05

Bonsoir CG,
Aube de l'Odyssée !!!
Il y a de la poésie à l'ONU !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: La Libye et l’impérialisme   Dim 20 Mar - 3:51

Allez, il est tard, mais en avant-première pour vous les zamis :
http://forget.e-monsite.com/rubrique,apres-la-loi-contre-la-burka-et-la-campagne-contre-l-islam-dieu-sarkozy-va-flinguer-chez-le-mechant-kadhafi-la-veille-d-une-election,1132147.html What a Face What a Face What a Face

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Clode
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 4621
Age : 60
Date d'inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: La Libye et l’impérialisme   Dim 20 Mar - 20:13

Chien Guevara a écrit:
Allez, il est tard, mais en avant-première pour vous les zamis :
http://forget.e-monsite.com/rubrique,apres-la-loi-contre-la-burka-et-la-campagne-contre-l-islam-dieu-sarkozy-va-flinguer-chez-le-mechant-kadhafi-la-veille-d-une-election,1132147.html What a Face What a Face What a Face

Un combat, destiné à satisfaire son narcissisme exacerbé et sa campagne électorale
Il pense que ça va lui donner quelques points dans les sondages au plus bas en ce moment.
Il fait une opération militaire internationale en opération de communication personnelle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/et51claude
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: La Libye et l’impérialisme   Mar 22 Mar - 0:05

Cette déclaration de guerre semble avoir fait l'affaire du Front National, aux élections .

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Clode
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 4621
Age : 60
Date d'inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: La Libye et l’impérialisme   Mer 23 Mar - 11:54

Libye : le coût des opérations en question

Alors que les frappes de la coalition entrent dans leur quatrième jour
et que la durée du conflit paraît incertaine, la facture des frappes en
Libye complique la tache de gouvernements en plein cure d'austérité
budgétaire.






(c) Sipa Le Charles-de-Gaulle

Au-delà du débat portant sur l'opération aérienne internationale en
Libye, se pose la question de son coût financier pour des armées
occidentales au budget de plus en plus sous pression.
Tout va dépendre de la durée de l'opération. Le secrétaire d'Etat américain à la
Défense a indiqué mardi 22 mars que son intensité allait diminuer dans
les prochains jours.
"Aujourd'hui, la priorité est clairement la protection des populations", souligne le général Philippe Pontiès,
porte-parole adjoint du ministère français de la Défense, en insistant
sur l'aspect humanitaire de la mission sous l'égide de l'ONU. "Le coût
financier n'est pas la première priorité".

Une priorité humanitaire

Au quatrième jour de l'opération, la France aligne quelques chiffres.
Avec 55 sorties, les Rafale et Mirage 2000 français totalisaient lundi
soir plus de 400 heures de vol dans le cadre des missions au dessus de
la Libye. Selon une source aéronautique, le coût de l'heure de vol du
Rafale est de l'ordre de 10/13.000 euros hors carburant et celle du
Mirage 2000 de 10/11.000 euros. Les missions entraînent bien sûr un
surcoût de carburant.
Les appareils ont jusqu'à présent décollé des bases françaises, à six heures de vol aller-retour de la Libye. Mais le
coût des sorties devrait être en partie réduit avec l'arrivée mardi sur
zone du porte-avions Charles-de-Gaulle.
L'état-major souligne que les chasseurs engagés sont en temps normal en mission d'entraînement et les
navires généralement en mer. Les missions réelles constituant en fait,
"une sorte de sur-entraînement".
Les opérations en Libye mobilisent essentiellement du matériel de haute technologie et n'ont pas les
conséquences financières d'un déploiement massif au sol, comme en
Afghanistan où la France maintient actuellement 4.000 soldats.

Le coût des bombes
"Le surcoût, ce qui coûte très cher, c'est les bombes, tout ce qu'on
largue. Il est essentiellement dans les munitions, parce qu'après il
faut les remplacer", souligne Eric Denécé du Centre français de
recherche sur le renseignement (CF2R). Selon l'état-major, les appareils
français ont notamment fait usage de bombes américaines guidées laser
GBU12 et de missiles de moyenne portée AASM.
Ces missiles "armement air sol modulaire" (AASM) de Sagem coûtent, selon les spécialistes,
300/350.000 euros l'unité, mais sont souvent négociés autour de 250.000
euros. Loin toutefois des 650.000 dollars des Tomahawks américains. Les
Etats-Unis en ont lancé 110 le premier jour.
Le coût final dépendra de la durée de l'opération. Mais ce nouvel engagement pèsera, notamment
en France et en Grande-Bretagne, sur des budgets Défense, soumis à une
cure de minceur.
Lors du débat budgétaire, en octobre, le chef
d'état-major de l'armée de l'air française, le général Jean-Paul
Paloméros, évoquait devant les parlementaires une conjoncture très
défavorable pour l'aviation de combat. Seule consolation, les moyens
consacrés aux opérations extérieures (OPEX) -- financées en partie hors
du budget de la Défense -- sont en augmentation dans le budget 2011,
avec près de 900 millions d'euros.
Au Royaume-Uni, le budget de rigueur soumis mercredi au Parlement prévoit une baisse des dépenses de
défense dont l'enveloppe doit être réduite de 8% d'ici 2015. Avec à la
clé l'abandon de plusieurs programmes, le retrait du service d'avions de
combat et d'un porte-avion et la perte de 11.000 postes dans les forces
armées. Certains commentateurs n'ont pas manqué de souligner qu'il y
avait quelques contradictions à engager la Grande-Bretagne sur un
nouveau front en taillant au même moment dans les subsides de la
défense.

(Challenges.fr)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/et51claude
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: La Libye et l’impérialisme   Ven 25 Mar - 1:18

A lire dans le collectif : Il l’a eue, enfin, sa guéguerre…

Pendant ce temps, en Syrie, au Bahrein, au Yemen, on arme les gouvernements au lieu "d'aider le peuple en révolte" ! Twisted Evil

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: La Libye et l’impérialisme   Mer 30 Mar - 22:49


Libye : l'intervention française a-t-elle été préparée depuis 6 mois ?






http://www.marianne2.fr/Libye-l-intervention-francaise-a-t-elle-ete-preparee-depuis-6-mois_a204431.html




Selon le quotidien italien Libero, loin d'avoir été une réaction
spontanée et épidermique face au massacre du peuple libyen,
l'intervention française contre Kadhafi serait issue d'une préparation
de longue date. C'est ce que rapporte le Nouveau BRN, qui invite à
prendre du recul sur la véritable nature de cette « croisade ».











D’étranges révélations ont mis en émoi la presse italienne. Les
Alpes constituant à l’évidence une barrière difficilement franchissable,
les grands médias français n’en n’ont, semble-t-il, pas encore eu vent.
Cela ne saurait tarder, certainement.

Le quotidien Libero, dans son édition du 23 mars, publie un article fort documenté
dont la conclusion peut être ainsi résumée : les services français ont
préparé et organisé, depuis octobre 2010, la chute du colonel Kadhafi.
Une affirmation aussi stupéfiante – en apparence, en tout cas – mérite
évidemment d’être considérée avec prudence. Force est cependant de
constater que le directeur-adjoint du journal avance des faits, des
noms, des dates et met en avant des précisions qui ne peuvent laisser
indifférents. En particulier, il retrace le voyage en France de
l’ex-bras droit du Guide, qui aurait servi de levier aux projets des
autorités françaises. Celui-ci se serait rendu officieusement à Paris.
Le journal cite certains détails de ses pérégrinations qui semblent
facilement vérifiables.

Libero n’a rien d’un fanzine
marginal habitué des « théories du complot ». Diffusé à plus de cent
mille exemplaires chaque jour, il fait partie des médias dans l’orbite
de Silvio Berlusconi. Ce n’est certes pas une garantie infaillible de
rigueur journalistique, mais il est cependant peu probable qu’il prenne
le risque d’inventer de toutes pièces un pareil récit. On peut même
faire l’hypothèse qu’il ait tiré quelques unes de ses informations du
côté des services italiens. On sait que ces derniers n’entretiennent pas
des relations sans nuage – c’est un euphémisme – avec leurs homologues
de ce côté-ci des Alpes.

Il est de notoriété publique que,
lorsque Paris en appelait déjà à la fin du pouvoir en place à Tripoli,
Rome freinait des quatre fers ces velléités sarkoziennes. Et pour cause :
l’Italie avait récemment signé des accords avec son ancienne colonie
incluant de larges transferts de fonds vers la Libye en échange de parts
de marché considérables pour les grands groupes transalpins – ainsi
qu’un approvisionnement pétrolier préférentiel. Au demeurant, lors du
Conseil des ministres européens du 10 mars, on a entendu des portes
claquer – et pas seulement avec les Allemands. Quelques confidences de
diplomates présents ont même confirmé une tension palpable entre les
deux sœurs latines. On peut dès lors comprendre que l’activisme élyséen
ait plus qu’agacé le Cavaliere – et que les barbouzes italiens aient
opportunément « balancé » quelques révélations gênantes pour Paris. Info
ou intox ?

D’autres indices – cette fois dans la presse allemande – semblent converger. Ainsi, le Frankfurter Allgemeine Zeitung
(un des plus grands quotidiens d’outre-Rhin) publiait, dans son édition
du 19 mars, un témoignage direct concernant la base italienne de
Grosseto. Dans la première quinzaine de février, des F16 danois étaient à
l’exercice « pour la Libye » selon des sources internes à la base. Avant même les premiers troubles à Benghazi, donc.

S’il
était avéré que les préparatifs politiques et militaires étaient à
l’œuvre avant l’éclatement des troubles, cela serait tout sauf anodin.
Le conte doré des « frappes » humanitaires destinées à « protéger la population civile du tyran qui bombarde son propre peuple » serait soudain éclairé d’une lumière tout à fait nouvelle. Et la « magnifique improvisation
» (selon les termes d’un commentateur d’une grande radio) de Nicolas
Sarkozy, avec mise en scène béachélienne, apparaitrait sous un jour peu
reluisant.













Peut-être même, rêvons en un instant, la « croisade » des
chevaliers du Bien contre le nouvel avatar du Mal incarné pourrait-elle
être analysée avec un peu moins d’unanimisme (en tout cas dans son
principe, si ce n’est dans ses modalités), et un peu plus d’esprit
critique – de même que le « story-telling » décrivant de manière édifiante « un peuple voulant en finir avec son tyran
». Comme si la situation en Libye (premier pays africain selon le
critère de l’Indice de développement humain) pouvait être assimilée à
celle de la Tunisie ou de l'Égypte.

Mais on n’en est pas là,
n’est-ce pas ? Les nombreux limiers du monde de l’investigation
journalistique français vont certainement s’emparer de l’affaire, et
faire litière illico presto des infâmes insinuations du quotidien italien. Qui en doute ?

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: La Libye et l’impérialisme   Mer 30 Mar - 22:55

Les Américains se demandent si en Libye, ils roulent pour Sarkozy




Par Pierre Haski | Rue89 | 29/03/2011









Un sinistre soupçon commence à traverser l'esprit de certains
commentateurs américains : et si on faisait la guerre en Libye juste
pour faire réélire Nicolas Sarkozy ? C'est la question que pose
ouvertement la journaliste Anne Applebaum,
en rappelant honnêtement que déclarer une guerre dans une période
pré-électorale est aussi une grande tradition aux Etats-Unis.
Non sans humour, Anne Applebaum titre son article, sur Slate.com, « Wag le chien », une référence à l'excellent film « Wag the dog » (« Des hommes d'influence »),
dans lequel Robert De Niro lance une guerre bidon en Albanie pour faire
diversion et faire oublier un scandale sexuel du Président des
Etats-Unis (toute ressemblance avec des personnes existantes, etc.). (Voir la vidéo)



Anne Applebaum écrit :
<blockquote>
« Dans cette suite francophone
dans la vie réelle, il n'y a pas de scandale sexuel. Le président
français, Nicolas Sarkozy, est impopulaire à cause de la corruption du
gouvernement, parce que l'économie française est plus faible qu'elle le
devrait, parce que lui-même et son ex-ministre des Affaires étrangères
ont choisi le mauvais camp en Tunisie, et parce qu'il est erratique et
imprévisible. Et cette guerre n'est pas un faux. La zone d'exclusion
aérienne est authentique, tout comme les bombardements destinés à aider
les rebelles. »
</blockquote>
« Sarkozy aura peut-être de la chance en Libye »



La journaliste, très au fait des questions françaises, poursuit :
<blockquote>
« Il n'y a pas non plus de
consultant filou dans les coulisses. Au contraire [en français dans le
texte, ndlr]. L'homme qui a présenté les rebelles de Benghazi à Sarkozy
n'est autre que Bernard-Henri Lévy, le philosophe pop si français que je
n'arrive pas à penser à un équivalent américain. Nous n'avons pas de
philosophes qui portent des chemises déboutonnées, qui épousent des
actrices blondes, et s'engagent avec enthousiasme dans des guerres comme
celles du Bangladesh, d'Angola, du Rwanda, de Bosnie et d'ailleurs.
</blockquote>
<blockquote>
En s'alignant sur le plaidoyer
émotionnel de BHL en faveur d'une intervention humanitaire – ce qui a
surpris jusqu'à son propre ministre des Affaires étrangères –, Sarkozy
pense apparemment qu'il peut bénéficier d'une partie du côté glamour du
philosophe. »
</blockquote>

Anne Applebaum analyse le rôle de la France
dans cette affaire, à la fois vis-à-vis du leadership habituel des
Etats-Unis que la France a toujours contesté, ou de la faiblesse de la
diplomatie européenne.

Elle conclut :
<blockquote>
« Napoléon – un ancêtre de
Sarkozy par certains côtés – a dit un jour que la “chance” était une
qualité essentielle pour un général. Et Sarkozy aura peut-être de la
chance en Libye. Les rebelles vont peut-être gagner, et la popularité de
Sarkozy pourrait revenir.

Les résultats des élections cantonales
en France ce week-end ne vont pas vraiment dans cette direction. Les
socialistes tout comme le Front national anti-européen et anti-immigrés
ont enregistré des avancées, mais le Président continue à faire tourner
les dés. C'est quitte ou c'est double. »
</blockquote>
L'ambiguïté de l'engagement de Sarkozy en Libye




Cet article dit en termes plus crus que ne
savent le faire les commentateurs français toute l'ambiguïté de
l'engagement de Nicolas Sarkozy dans cette guerre de Libye, même si, en
l'occurrence, il tombe du « bon côté » : celui des « rebelles » contre
le dictateur, celui de l'émotion légitime du téléspectateur face au
risque de massacre en direct sur son écran.

Il donne peut-être aussi une clé des limites à l'engagement américain dans cette opération, réaffirmé lundi soir par Barack Obama,
qui a indirectement critiqué le volontarisme de Nicolas Sarkozy en
soulignant qu'engager des troupes américains pour renverser Kadhafi
serait aller trop loin :
<blockquote>
« Pour être direct, nous avons
déjà suivi cette voie en Irak. Le changement de régime a pris huit ans, a
coûté des milliers de vies américaines et irakiennes, et près d'un
trillion de dollars. Nous ne pouvons pas nous permettre de recommencer
ça en Libye. »
</blockquote>

Surtout si, comme le suggère Applebaum, il s'agit aussi, en toile de fond, d'aider à la réélection de Nicolas Sarkozy…

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Libye et l’impérialisme   Aujourd'hui à 19:13

Revenir en haut Aller en bas
 
La Libye et l’impérialisme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» les impôts des rsg, infos
» plus avantageux avoir 5 que 6 enfants côté argent et impôt?
» combien d'impôt à 6
» Coalition aéro maritime au large de la Libye
» Libye

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions dans la niche :: L'actu du jour :: Actualité, médias, scoops, ...-
Sauter vers: