Discussions dans la niche

Pour les amis, fidèles à mon site
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Airbus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Clode
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 4621
Age : 60
Date d'inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Airbus   Ven 30 Avr - 12:37

Conflit chez Airbus : "On ne lâchera rien !"

Aéronautique






OAS_AD("Position1");

Le mouvement de grève et de blocage des usines Airbus ne se
dégonfle pas. Démotivés et même choqués par l'attitude de la direction,
les compagnons sont en colère.

Hier, 15 h 55, à la sortie de l'usine Airbus Clément-Ader à
Colomiers. C'est le hall d'assemblage bardé de tubulures bleues où sont
assemblés les avions long-courriers : l'A330 et l'A340 et qui servira
bientôt au futur A350. Les salariés sortent de l'usine en masse en
voiture. « Je vous l'avais dit : les gars ne font pas une minute de plus
! C'est l'équipe qui termine à 16h qui sort là » explique un leader
syndical. Le mot d'ordre qui court chez les compagnons et les
techniciens en production c'est « plus de cadeau au patron ». « Ils nous
en font pas, je vois pas pourquoi on en ferait. On nous a demandé de
travailler plus, de livrer plus d'avions, de sacrifier une partie de
notre vie de famille et voilà comment on nous remercie » lâche Fabien,
un compagnon de l'usine Jean-Luc Lagardère.

Des sacrifices, ce jeune de 35 ans qui a déjà quinze ans d'ancienneté
en a déjà fait beaucoup. « Pour rattraper les retards de l'A380 on m'a
demandé de faire des heures sup' tous les samedis matin. Du coup je
bossais six jours sur sept. Après ils m'ont envoyé en Allemagne pendant
quatre mois » raconte-t-il. Difficile de refuser d'aller donner un coup
de mains à Hambourg. La prime ? Cent euros par jour avec laquelle il
fallait manger midi et soir et se loger. « Au final j'ai rien gagné de
plus à part m'éloigner de ma famille. On est vraiment dégoutés » soupire
le compagnon.

« on fabrique des avions pas des couscoussiers ! »


On comprend alors mieux la colère qui anime les 200 salariés qui
bloquent chaque jour le poste C40, l'aire de déchargement des Belugas,
ces supers avions cargos qui acheminent les tronçons d'avions et la
voilure (les ailes) entre les différents sites européens d'Airbus. « On a
positionné les nacelles élévatrices devant les entrées du hangar. Tout
est bloqué. Seuls quelques compagnons sont habilités à conduire ces
engins avec des cartes électroniques pour les démarrer. Ils ne bougeront
pas » explique Denis, mécanicien avion. En 25 ans de boîte, il n'a
jamais connu une telle tension sur la question salariale. « Mon père qui
travaille encore chez Airbus ne comprend plus ce qui se passe dans
cette entreprise » confie-t-il.

C'est un divorce social entre la base et la direction. Le conflit sur
le plan d'économies Power 8 a laissé des traces. Les plaies
commençaient à cicatriser alors qu'a surgi ce nouveau conflit. « On nous
a expliqué que Power 8 a fait économiser deux milliards. Les
augmentations qu'on demande c'est 61 millions pour toute l'entreprise et
on nous dit non ! », lâche un élu syndical.

Les Airbusiens ne comprennent pas pourquoi leurs efforts et leur
travail ne sont pas reconnus. « Moi je touche 1 580 € par mois. Ils
veulent nous payer au Smic ou quoi ? On fabrique des avions pas des
couscoussiers ! On est vraiment pas contents et on ne lâchera rien. Car
si on cède cette année, ils se permettront tout en 2011 » lance
Stéphane, un compagnon qui travaille sur l'A340 à Colomiers.

Même colère chez Lucie qui travaille à Saint-Marin-du-Touch : « On ne
fait pas ça pour le plaisir. ça n'amuse personne d'en arriver là mais
vu comme on nous traite on est même prêts à venir le week end pour
bloquer les Belugas » témoigne-t-elle. Car les grévistes ont instauré
des « tours de grève ». Un jour, une usine. Hier c'était celle de
l'A380, aujourd'hui c'est le site de Saint Éloi. Les grévistes se
relaient sur le piquet et ont organisé hier un barbecue après avoir
installé un écran géant. Le tarmac brûlait avec les trente degrés
toulousains. C'est évident : la température monte. Jour après jour.


Le chiffre : 30 000


30 000 euros> Collecte. C'est le montant versé par les non
grévistes en trois jours à la seule cantine «Concorde». Il existe au
total onze restaurants. Les sommes permettront de compenser les pertes
de salaires.

« Pourquoi Airbus qui fait 60 % du résultat d'EADS verse une
participation de zéro euro contre 2 700 € pour Astrium. »

http://www.ladepeche.fr/article/2010/04/26/823883-Airbus-les-syndicats-francais-durcissent-le-conflit-salarial.html?allcontrib=1#reactions



Airbus : les syndicats appellent à une usine vide, demain, à Nantes





Le mouvement de grogne continue chez
les Airbusiens de Nantes et Saint-Nazaire (photo)





OAS_AD('Position1');

cachePubVide('pubDetailArt');









Une usine vide ce vendredi à Airbus Nantes ? Les cinq
syndicats en mouvement depuis le début le souhaitent. Arrêts d’ateliers
stratégiques, débrayages de deux heures pour d’autres, le site de
production souffre déjà du mécontentement des salariés depuis trois
jours. Comme à Saint-Nazaire ou à Toulouse. Sauf que la direction de
l’avionneur ne revient pas, à ce jour, à la table des discussions pour
augmenter sa proposition salariale. D’où cette décision d’usine sans
activité en ce vendredi. Pour encore et encore peser sur la direction.

Ouest-France

Airbus empêtré dans la grève






Créé le 28.04.10 à 05h49
Mis à jour le 28.04.10 à 05h49


| 1 commentaires


















Ils réclament des « augmentations de salaires, des embauches
supplémentaires et une amélioration des conditions de travail ». Une
bonne partie des salariés des sites Airbus de Nantes et Saint-Nazaire
étaient en grève hier et le seront de nouveau aujourd'hui. A
Nantes-­Bouguenais (2 000 salariés), les secteurs stratégiques peinture
et outils coupants ont cessé la production toute la journée. Les autres
équipes ont, elles, débrayé deux heures. Avec une participation
d'environ 50 %, de source syndicale. « Ce débrayage n'était pas prévu
mais les salariés ont souhaité se montrer beaucoup plus actifs, explique
la CFDT. Le dialogue avec la direction est nul, si l'on excepte des
intimidations faites aux grévistes par courriers électroniques. Le
mouvement durera jusqu'à au moins jeudi, mais peut aller bien au-delà. »
La direction n'a « pas souhaité faire de commentaires ». A
Saint-Nazaire (1 660 salariés), des débrayages de deux heures ont été
suivis par 80 % des ouvriers, selon la CGT

http://www.20minutes.fr/article/400725/Nantes-Airbus-empetre-dans-la-greve.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/et51claude
Clode
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 4621
Age : 60
Date d'inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Airbus   Ven 30 Avr - 14:54

Mardi " l'entente " (Fo;CGC;CFTC) du site de Nantes voulait faire croire à une scission de l'intersyndicale. Aujourd'hui cette intersyndicale existe toujours. Les cols bleus (ouvriers ateliers) continuent leurs mouvements parallèlement en" complément " à celui que l'entente à voulu imposée. Les cols bleus débrayent deux heures par jours bloquant la production du cœur d'Airbus Nantes, l'Assemblage des caissons de la ligne A320. L'action mise en place et imposée par FO (grève d'une trentaine de personnes, sur deux secteurs) dans un site de 2000 salariés. C'est envoyer au suicide ces quelques salariés.C'est isoler une poignée de travailleurs. et frustrer le reste des cols bleus qui veulent participer à l'action comme sur les autres sites.
La journée "usine vide " de ce vendredi est une autre aberration de" l'entente" Ce n'est pas une journée de grève mais juste une journée usine vide. pose de congé, de CET, ou de récupération horaire flexible. A croire qu'il reçoivent les ordres ou conseils de la direction ? A signaler qu'aucun salarié des bureaux (cols blancs) n'a fait grève. Comme en 2007 ils comptent sur les fruits récoltés par les cols bleus. Il faut signaler que seule l'entente (Fo;CGC;CFTC) à des adhérents dans les cols blancs.
ça veut donc tout dire !
Il faut aussi signaler que nous sommes dans une campagne électorale. Donc "l'entente" fait un petit mouvement comme un avocat qui brasse de l'air en retroussant ses manches lorsqu'il n'a rien à dire.
Nous verrons si la poudre aux yeux c'est efficace, dans les résultats des élections DP / CE.
Bien qu'un syndicat (maison) qui vend des cartes alimentaires. Reste tentant pour celui qui veut faire carrière plus vite que les collègues et avoir plus d'augmentations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/et51claude
Clode
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 4621
Age : 60
Date d'inscription : 22/07/2007

MessageSujet: La direction d'Airbus rouvre la négociation avec les syndicats   Ven 30 Avr - 19:03

LEMONDE.FR avec AFP | 30.04.10 | 11h25
AFP/REMY GABALDA

Les grévistes ont bloqué le hall de chargement et déchargement des avions cargos Beluga, qui apportent à Toulouse les tronçons d'avions fabriqués dans les autres usines et alimentent donc les chaînes de production.

La direction d'Airbus, dont les vingt mille salariés français sont en grève tournante depuis lundi, a proposé vendredi aux organisations syndicales la tenue d'une réunion de négociation salariale mardi après-midi. Peu après cette annonce, les syndicats ont appelé à la reprise du travail et à la fin des blocages.

Cette ouverture de la direction intervient alors que les effets du mouvement commençaient de plus en plus à se faire sentir : les A320 ne sortent plus des chaînes et les pertes se chiffrent en millions d'euros. Elle survient aussi après que le ministre de l'industrie, Christian Estrosi, eut envisagé une intervention gouvernementale dans le conflit si celui-ci persistait. Les différentes chaînes d'assemblage toulousaines (A330-340, A320, A380) se sont successivement mises en grève depuis le début de la semaine. Tous les jours, des grévistes sont allés bloquer le hall de chargement et déchargement des avions cargos Beluga qui apportent à Toulouse les tronçons d'avions fabriqués dans les autres usines et alimentent donc les chaînes de production. Les A320 ont ainsi cessé de sortir des chaînes, même si, compte tenu des délais de livraison, l'effet sur ces livraisons elles-mêmes restait difficile à apprécier.
Les salariés, unis en intersyndicale (FO-CFE-CGC-CGT-CFDT-CFTC), demandaient 3,5 % d'augmentation sur leur feuille de paie, ainsi que des centaines d'embauches. La direction a relevé il y a une semaine ses propositions de 1,5 % à 1,9 % de hausse salariale et une prime d'intéressement annuelle d'environ 550 euros. Mais elle soulignait que "les négociations salariales annuelles étaient closes", qu'elle donnait aux syndicats jusqu'à lundi prochain pour accepter, faute de quoi elle appliquerait unilatéralement une augmentation de 1,5 %. L'intersyndicale, dans une unité peu courante chez Airbus, a alors vivement réagi, déclenchant des blocages de production qui perturbent le plus en plus l'assemblage à Toulouse et le fonctionnement des autres usines Airbus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/et51claude
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Airbus   Ven 30 Avr - 20:02

Dis donc, ça chauffe chez toi !

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Airbus   Aujourd'hui à 3:04

Revenir en haut Aller en bas
 
Airbus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BOING VS AIRBUS ratage européen ou protectionnisme américain
» ma passion pour les airbus
» Un artiste à la 21F
» LFLL Lyon-Saint Exupery
» AirBus A400M

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions dans la niche :: Aboiements :: Vos coups de gueule-
Sauter vers: