Discussions dans la niche

Pour les amis, fidèles à mon site
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Mobilisation des profs : départ de feu en Seine-Saint-Denis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
pierrot
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 2886
Age : 66
Date d'inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Mobilisation des profs : départ de feu en Seine-Saint-Denis   Jeu 11 Fév - 14:25

Jeudi 11 Février 2010,


Mobilisation des profs : départ de feu en Seine-Saint-Denis

Les enseignants de l’académie de Créteil manifestent et sont en grève aujourd’hui.
Par VÉRONIQUE SOULÉ

Le mouvement de mécontentement, parti du lycée Adolphe-Chérioux de
Vitry-sur-Seine, dans le Val-de-Marne, s’est rapidement propagé à la
Seine-Saint-Denis, un département à la pointe des dernières mobilisations dans
l’éducation. Le Snes, premier syndicat du secondaire, et la CGT Educ’action ont
appelé aujourd’hui à une grève dans l’académie et à une manifestation à Paris.
Ce devrait être l’occasion de tester l’extension du mouvement. Retour sur cette
brusque montée des tensions.


Les raisons de la colère

Elles sont multiples, ce qui est probablement un sujet d’inquiétude pour le
gouvernement. Comme à Adolphe-Chérioux, il y a les problèmes de violence face
auxquels les équipes enseignantes se sentent souvent démunies. Mais rien
n’indique que le phénomène soit en augmentation cette année. Selon les sondages
Sivis du ministère de l’Education, le problème est plutôt que cette violence,
très inégalement répartie, est concentrée dans certains établissements et
qu’aucun dispositif n’a réussi à inverser la tendance.


Ensuite, les suppressions de postes - 16 000 encore cette année, 40 000 en
trois ans - passent de plus en plus mal. Officiellement, on peut faire aussi
bien avec moins de professeurs car il y a des marges d’économie dans le
système. Le problème est qu’après trois ans de coupes, les équipes sont au
plus serré, les remplacements de plus en plus difficiles à assurer.


Enfin, les enseignants sont exaspérés par les réformes qui se succèdent et
qui sont appliquées à la hussarde. Celle du lycée entre en vigueur à la rentrée
mais reste mal comprise. Quel prof va s’occuper de l’«accompagnement
personnalisé» introduit en seconde ? Les nouveaux programmes, préparés
dans la précipitation, sont aussi contestés. Et les réformes de la formation
des enseignants et du lycée pro suscitent l’hostilité. C’est toute une
profession qui se sent déstabilisée, atteinte dans son identité et méprisée par
une hiérarchie qui passe des petites annonces pour recruter des retraités ou
des étudiants pour des remplacements.


Les particularités de la Seine-Saint-Denis

Le département abrite une population jeune mais aussi largement issue de
milieux défavorisés. De ce fait, il accueille le plus grand nombre
d’établissements classés en zone d’éducation prioritaire (ZEP) et de lycées
professionnels. Paradoxalement, il est aussi le département où les enseignants
sont les plus jeunes et les plus inexpérimentés. Dans le système français, les
débutants sont en effet nommés en priorité dans les académies les moins
demandées, comme Créteil (qui englobe aussi le Val-de-Marne et la
Seine-et-Marne). Ces spécificités expliquent pourquoi la Seine-Saint-Denis a
souvent été ces derniers temps la première à bouger. Il faut ajouter que face à
ces publics «remuants», on a vu se constituer des équipes soudées, très investies
dans leur travail, parfois engagées politiquement ou syndicalement, et surtout
très critiques à l’égard des directions syndicales trop molles et de leurs
modes d’action qui ne mènent à rien.


L’avenir du mouvement

Les syndicats, qui ont pris le train en marche, font apparemment le pari
d’une extension du mouvement. Mais y croient-ils ? Il y a peu, ils
décrivaient un monde enseignant profondément découragé et fatigué de défiler
face à un pouvoir autiste. Le gouvernement, qui ne veut surtout pas d’une nouvelle
crise dans cette seconde partie de mandat de Nicolas Sarkozy, veut croire à une
simple flammèche et tente des diversions. Le ministre Luc Chatel a ainsi
annoncé mardi soir l’ouverture à la rentrée 2010 de 11 internats
d’excellence, réservés à des élèves méritants, coupant l’herbe sous le pied de
la secrétaire d’Etat à la Ville, Fadela Amara, dont c’est une mesure phare.


Par ailleurs, comme chaque année, la période est délicate : les
établissements apprennent leurs «dotations horaires globales» - leurs nombres
de postes l’an prochain. Mais le danger pourrait simplement venir d’un trop
plein de frustrations.


http://www.liberation.fr/societe/0101618680-mobilisation-des-profs-depart-de-feu-en-seine-saint-denis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Mobilisation des profs : départ de feu en Seine-Saint-Denis   Ven 12 Fév - 21:35

La nouvelle carte scolaire de l'hérault : 38 classes créées, mais ......... 39 supprimées. Vous allez me dire, c'est pas la cata, une seule classe perdue ; oui, mais :750 élèves de plus !! Je préfère pas compter la répartition par classe ...

_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
pierrot
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 2886
Age : 66
Date d'inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Mobilisation des profs : départ de feu en Seine-Saint-Denis   Ven 12 Fév - 23:24


Mme Pierrot est enseignante.
Elle participe aux réunions des établissements scolaires, pour la répartition...
des postes supprimés !

Je ne vous dis pas l'ambiance !
J'ai lu une phrase relative à la pollution :
"Demain, nos enfants ne nous diront pas merci"
Ils auront beaucoup d'autres raisons...
s'ils ne sont pas devenus ignares et analphabètes, du fait de toutes les démolitions de l'enseignement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clode
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 4621
Age : 60
Date d'inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Mobilisation des profs : départ de feu en Seine-Saint-Denis   Sam 13 Fév - 20:47

Collèges et lycées de Seine-Saint-Denis : La grève continue

Le lundi 1er février, la grève est partie du collège et lycée
Henri-Wallon d'Aubervilliers. Cette cité scolaire compte 1 500 élèves
et environ 120 enseignants. Certains d'entre eux ayant fait le
constat que les journées d'actions étaient insuffisantes ont décidé la
grève contre la dégradation des conditions de travail et
d'enseignement, en particulier, contre les 16 500 suppressions de
postes programmées pour la rentrée prochaine. Pour les enseignants, il
était clair qu'ils faisaient une tentative, et que si elle n'était pas
couronnée de succès, ils auraient au moins eu la
satisfaction d'avoir essayé.

200 A AUBERVILLIERS...

La journée du 1er février, a servi pour s'organiser sur le collège et
le lycée et à convaincre les collègues qui n'étaient pas en grève. Des
commissions ont été mises sur pied pour organiser les
actions, alerter la presse, téléphoner aux autres établissements pour
préparer nos visites. L'idée d'aller voir les collèges et les lycées du
voisinage en groupe à 20, 30, voire 40 grévistes
certaines fois, a énormément plu, regonflant à la fois le moral des
grévistes de Wallon et des collègues des établissements visités.

Partout l'accueil a été très sympathique et chaleureux même. Mardi
2 février au soir, le lycée Le Corbusier, les collèges Gabriel-Péri et
Diderot d'Aubervilliers, le lycée Paul-Éluard de Saint-Denis
avaient été visités. Dans la journée, plusieurs collèges et lycées se
joignaient au mouvement.

Après nous être adressés à la population de la ville, aux parents
d'élèves, aux professeurs des écoles, nous nous sommes retrouvés, jeudi
4 février, à plus de 200 devant la mairie d'Aubervilliers
pour exprimer notre ras-le-bol. L'assemblée générale des grévistes,
réunie à plus de 130, à la Bourse du travail d'Aubervilliers, où
étaient représentés treize établissements en grève, a appelé à
continuer le mouvement et à faire grève le mardi 9 février pour se
rassembler devant la mairie de Saint-Denis afin, là encore, de
s'adresser à la population.

650 A SAINT-DENIS

Si certains collèges ou lycées ont connu un certain flottement à
l'approche du week-end, la grève est repartie le lundi 8 et le mardi 9
février, où nous étions environ 650 à nous rassembler devant la
mairie de Saint-Denis et à partir en manifestation dans les rues de la
ville.

Réunis en assemblée générale, les 250 grévistes présents, représentant
53 établissements scolaires, de l'école primaire au lycée, dont
43 étaient en grève, ont fait l'état des lieux du mouvement et
de ses perspectives. Le fait que les organisations syndicales, le Snes,
la CGT, Sud, la CNT, FO avaient appelé à la grève mardi 9 à Saint-Denis
et jeudi 11 février sur toute l'académie de Créteil,
pour aller au ministère de l'Éducation nationale, à Paris, a été
évidemment ressenti comme un appui. L'assemblée des grévistes a pris
acte du soutien des syndicats, tout en gardant son expression
propre le jour de la manifestation avec sa banderole et ses tracts. La
manifestation du 9 février s'annonce déjà comme une réussite.

DES REVENDICATIONS UNIFICATRICES

Les revendications des grévistes sont simples et générales. Tout le
monde peut s'y reconnaître. La première est : « Oui à l'embauche
massive de personnels de l'Éducation nationale. Non aux
suppressions de 16 500 postes à la rentrée prochaine, aux classes
surchargées et au non-remplacement des personnels ». Ensuite, c'est le
refus total de ce « décret des fonctionnaires qui autorise les
licenciements dans la Fonction publique ». Enfin, c'est la lutte contre
la précarité dans le premier et le second degré « avec la
titularisation de tous les non-titulaires » afin de défendre un
véritable service public de l'Éducation nationale. Et enfin, le refus
de ces prétendues réformes, dont celle de Chatel, qui toutes
aboutissent à supprimer encore plus de postes et à dégrader les
conditions de travail et d'enseignement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/et51claude
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Mobilisation des profs : départ de feu en Seine-Saint-Denis   Lun 15 Fév - 1:05

pierrot a écrit:

Mme Pierrot est enseignante.
Elle participe aux réunions des établissements scolaires, pour la répartition...
des postes supprimés !

Je ne vous dis pas l'ambiance !
J'ai lu une phrase relative à la pollution :
"Demain, nos enfants ne nous diront pas merci"
Ils auront beaucoup d'autres raisons...
s'ils ne sont pas devenus ignares et analphabètes, du fait de toutes les démolitions de l'enseignement.



As-tu fait écouter ça à Madame Pierrot ?


_________________
Ancien chien de berger, viré parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
hirondelle
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 2164
Age : 56
Date d'inscription : 26/06/2007

MessageSujet: Re: Mobilisation des profs : départ de feu en Seine-Saint-Denis   Dim 21 Fév - 21:09

Je connais très bien le lycée adolphe cherrioux à vitry sur seine étant moi même de vitry sur seine dans le val de marne.
A cherrioux, dans un grand parc de 14 hectare, se trouve le lycée, un foyer pour les élèves et un foyer dépendant du conseil général du val de marne pour les enfants mis là par la DDASS.
Tout ce petit monde vivent dans un même lieu et nous entrons dans ce lieu sans contrôle aucun ... pas de gardien à l'entrée, pas de surveillant.
Ce qui s'y est produit ne me surprend pas et je comprend les profs et les élèves qui doivent en avoir marre de venir dans ces conditions.

Les problèmes ne sont pas d'hier dans les collèges et lycées de cette ville.
Dans les années 70 (74 à 76) j'ai connu les CRS autour et dans le collège François Rabelais où j'étais.
Et la cause ? posons la question à notre chanteur-rapeur MC SOLLAR et sa bande de copains qui faisaient les 400 coups à l'époque et qui n'avait rien à voir avec ce qui arrive aujourd'hui ...

Malheureusement, je peux voir la situation s'aggrave dans nos établissements scolaires au détriment d'une sécurité qui devrait être multiplier ...

Nous ne parlons plus de blagues de potache mais de violences au quotidien sur nos jeunes qui ne demandent rien
En exemple : cette jeune fille tabassée ... la cause ? un jeu de ballon nommé "le petit pont" où celui ou celle dont le ballon passe sous les jambes est tabassé violemment par d'autres jeunes.

Mais dans quel monde vit on ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondedhirondelle.e-monsite.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mobilisation des profs : départ de feu en Seine-Saint-Denis   Aujourd'hui à 7:50

Revenir en haut Aller en bas
 
Mobilisation des profs : départ de feu en Seine-Saint-Denis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cameleon sur eBay: pourquoi ça part si peu cher?
» L’ONE introduit en Bourse une part de son capital dans EET
» Titi part en pension - Titi vertrekt met pensioen
» Départ anticipé
» faire part

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions dans la niche :: Aboiements :: Le Sarkophage-
Sauter vers: