Discussions dans la niche

Pour les amis, fidèles à mon site
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Paris/ fermeture du parc Villemin Sangatte bis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Paris/ fermeture du parc Villemin Sangatte bis   Mer 19 Aoû - 14:42

URGENT! , solidarité.
Besson veut "nettoyer" dans le Calaisis , et à Paris dans le 10ème à coté de
la gare de l'Est
Au square Villemin le long du canal ST Martin, le Sangatte bis.
La majorité de ces exilés sont Afghans, énormément de mineurs très jeunes,
dorment à la rue en face et dans le square Villemin.
Le collectif exilés 10 , depuis des années est présent à leur coté. (
ci-dessous , le mail de Jean Michel Centres à contacter ; souvent tous les
soirs il est sur le terrain, sinon métro gare de l'est sortie vers le square
Villemin, à coté du couvent des Récollet).
Ci-dessous un extrait du communiqué de France Terre d'Asile d'hier,
annonçant le risque de fermeture : AUJOURD'HUI LES CRS GARDENT LES LIEUX.

DE CALAIS A PARIS ; SOLIDARITE.

Communiqué FTDA :
"Paris, le 18 août 2009 – A Calais, les jungles, lieux insalubres et de
non-droit où séjournent en permanence quelques 500 à 700 migrants, doivent
être fermées avant la fin de l’année, a promis le ministre Eric Besson. A
Paris, des rumeurs insistantes font état d’une fermeture imminente du square
Villemin et de sa sécurisation, décidées conjointement par la préfecture de
police et la mairie. Ce dernier lieu abrite depuis de nombreuses années
chaque soir 50 à 200 personnes, dont parfois des mineurs, principalement
Afghans. Pour la plupart, ils trouvent refuge là faute de places
d’hébergement en nombre suffisant, faute d’une réponse adaptée tant
nationale qu’européenne. "

________________________________

Envoyé : mardi 18 août 2009 19:20

confirmation de la fermeture du parc dès cette nuit

La fermeture du parc sera effective dès cette nuit avec déploiement de la
sécurité et de la police.
Il parait qu'un communiqué de la mairie de Paris a été publié ce soir.

Bien entendu on choisit le milieu de mois d'aout, période de vacances pour
le faire !

La Mairie joue la politique du pire car ce ne sont ni la promesse de 80
places d'hébergement supplémentaires pour les majeurs ni l'augmentation de
10 places du dispositif de primo accueil de l'Aide Sociale à l'Enfance qui
pourront résoudre le problème d'hébergement de plus de 150 exilés et d'une
quinzaine de mineurs qui dormaient dans le parc.

cela risque par contre d'augmenter les tensions la nuit avec les riverains
autour du parc et la journée dans le parc avec les gardiens. Mais peut-être
est ce but recherché ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Paris/ fermeture du parc Villemin Sangatte bis   Jeu 20 Aoû - 4:33

À Paris, les exilés, principalement afghans, chassés du parc Villemin, seul
abri qui leur est offert la nuit !

L’opération s’est déroulée en plein creux du mois d’août. Mardi 18 au soir,
vers 21h30, des agents d’une société de sécurité, avec des chiens, et les
CRS ont fait évacuer le parc Villemin près de la gare de l’Est à Paris où
dorment, depuis des années, selon les jours 50, 100 ou 200 exilés.


Ceux qui s’apprêtaient à y passer la nuit ont été poussés par les CRS -
"comme un troupeau" a dit l'un d'eux - vers le pont Louis Blanc, où un bus
attendait. Il devait en emmener 80 dans deux centres d’hébergement. Indignés
d’être traités comme du bétail et inquiets de la présence des CRS, la
plupart ont décidé de ne pas monter dans ce bus.

Même si ces 80 là avaient accepté d’y monter, seraient restées sur le
trottoir environ 120 personnes. Parmi elles une vingtaine de mineurs, âgés
pour certains de 10 à 13 ans.

Après cette évacuation musclée, le parc fermé, et gardé par les CRS, les
exilés sont partis en quête d’un autre lieu où dormir.




Libérer un nombre de places d’hébergement aussi éloigné des besoins
effectifs ne découle pas d’une simple erreur d’appréciation. Les autorités
connaissent parfaitement et suivent au jour le jour la situation dans ce
parc. Le bus n’était là que pour donner un habillage humanitaire à
l’opération, ainsi parée d’un pseudo souci de mise à l’abri. En fait,
l’objectif est clair ; il s’agit de tenter de dissuader les migrants
d’aujourd’hui, et si possible ceux de demain, de continuer à séjourner dans
le quartier.




On peut s’attendre d’ailleurs à entendre le maire de Paris et le préfet
proclamer que les exilés ne veulent pas être hébergés et qu’ils préfèrent
rester dans des lieux que leur assignent les passeurs. Ils tenteront ainsi
de passer sous silence ce sur quoi les associations ne cessent depuis des
années d’interpeller les pouvoirs publics : la pénurie et l’inadéquation des
structures d’hébergement, les défaillances du dispositif d’accueil des
demandeurs d’asile, les refus de prise en charge des mineurs isolés,
l’absurdité de l’application du règlement « Dublin II », qui prive les
migrants d’un examen sérieux d’une demande d’asile s’ils ont transité par un
autre Etat de l’Union européenne.

Car nombre des migrants chassés hier du parc Villemin ont demandé l’asile en
France et ne sont pas hébergés en CADA, ou sont mineurs mais ne sont ni
hébergés ni protégés, ou voudraient demander l’asile en France mais sont
menacés, s’il s’y aventurent, d’être renvoyés en Grèce, en Italie ou
ailleurs, où leurs empreintes ont été enregistrées.

Le ministre de l’immigration a annoncé qu’il allait « démanteler » la jungle
de Calais d’ici la fin 2009. On ne sait trop encore comment il compte s’y
prendre. On sait encore moins comment il pourra faire cesser l’apparition de
jungles un peu partout en France, du littoral Nord jusqu’à la jungle de
Paris que sont le parc Villemin et le square Alban-Satragne,

L’alternative est claire : ou réformer en profondeur les dispositifs
d’accueil de ceux qui cherchent protection en Europe, ou fermer et faire
garder par des forces de police tous les parcs et jardins et tous les
espaces publics du territoire.

19 août 2009


Collectif de soutien des exilés du Xème arrondissement de Paris
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Paris/ fermeture du parc Villemin Sangatte bis   Dim 23 Aoû - 23:40

Il y a eu le film "welcome" sur les réfugiés Irakiens à Calais ; dans quelques années on fera lu film "bienvenue" sur les réfugiés Afghans à Paris ?

C'est triste, et surtout très dur à combattre, tant l'impérialisme mondial est positivement médiatisé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Paris/ fermeture du parc Villemin Sangatte bis   Ven 11 Sep - 10:23

LETTRE OUVERTE À MONSIEUR DELANOE

Monsieur le Maire de Paris et Président du Conseil de Paris,

C’est avec consternation que nous avons appris la décision que vous avez
prise le 18 août dernier d’interdire aux exilés qui séjournent dans le Xè
arrondissement de Paris de passer la nuit dans le parc Villemin et dans le
square Alban-Satragne.

Il n’y avait certes pas lieu de se réjouir que des jardins publics soient
le seul abri pour dormir offert à ces personnes. Mais au moins
trouvaient-elles là un peu de quiétude, et la possibilité d’un repos qui
ne soit pas troublé comme l’est celui de toutes les personnes qui dorment
à la rue.

Nous savons que de cette situation vous n’êtes pas seul responsable, et
vous avez rappelé, dans le communiqué de justification de votre décision,
que c’est à l’État que revient le devoir de procurer un hébergement digne,
en particulier aux personnes qui ont demandé l’asile à la France. Mais de
cette remarque naissent plusieurs questions. Est-ce qu’il fallait, pour
rappeler l’État à ses responsabilités, plonger dans l’errance nocturne,
comme vous le faites depuis une semaine, plusieurs dizaines de demandeurs
d’asile ? Votre communiqué parle d’une « étroite collaboration avec les
services de l’État » : qu’avez-vous obtenu de l’État, à part la
mobilisation de CRS ? Qu’est-ce qui a été entrepris, avant de décider de
ces fermetures, pour réclamer que le dispositif national d’accueil des
demandeurs d’asile (DNA) ne laisse pas sur les trottoirs de la capitale
autant d’exilés, au point que, vous le savez, beaucoup finissent par se
décourager de demander protection à la France et décident de partir quêter
cette protection en Angleterre ou ailleurs ?

Par ailleurs, l’État n’est pas responsable de la mise à l’abri de tous
ceux que vous avez chassés des parcs du Xè. Ainsi le sort des mineurs
étrangers isolés, lui, est du ressort du Conseil Général, et parmi les
personnes qui sont désormais condamnées à devoir se chercher un abri pour
la nuit se trouvent des mineurs, quelques uns très jeunes. Pour les
autres, le dispositif actuel de plus en plus précaire ne permet pas
d’assurer le suivi socio-éducatif et la protection auxquels ils ont droit.
Les démarches que les associations doivent faire pour obtenir qu’un mineur
soit pris en charge par les services de l’Aide sociale à l’enfance, dont
vous avez la charge, sont longues et épuisantes, et loin d’être toujours
couronnées de succès. Non seulement il est souvent nécessaire de faire
appel au juge pour que des mineurs soient pris en charge mais nous
observons que, de plus en plus systématiquement, la Ville fait appel des
décisions l’obligeant à cette prise en charge. Beaucoup de ces jeunes,
découragés, repartent.

Vous avez annoncé qu’allaient être mises à disposition des places
d’hébergement d’urgence. La première nuit de mise en application de votre
décision, les exilés ont d’ailleurs été poussés par des CRS, comme on
conduit du bétail, vers un bus qui devait les conduire dans deux centres
d’hébergement. Or aucune place nouvelle n’a été créée, aucun nouveau
centre d’hébergement n’a été ouvert, et les 80 places annoncées comme
mises à la disposition des exilés ont été prises sur le quota existant ;
cette solution, qui du reste était loin de répondre aux besoins – 80
places pour environ 250 exilés - n’est donc qu’une pseudo solution, qui
n’avait aucune pérennité, et qui d’ailleurs n’a pas perduré au-delà de
quelques jours.

L’hébergement d’urgence, de toutes façons, n’est en soi évidemment pas une
solution, s’agissant de personnes qui soit ont demandé l’asile et
devraient être accompagnées pendant le temps de l’instruction de leur
demande, soit ont besoin d’information pour prendre ou non la décision de
demander l’asile à la France. Le kiosque que vous avez mis en place en
novembre dernier pour délivrer de l’information aux exilés, malgré le
travail réalisé, ne permet pas d’apporter des réponses aux nombreux exilés
présents, tant en matière de prise en charge que d’information.

Nous ne pouvons pas ne pas noter que la décision de fermeture des parcs et
jardins aux exilés la nuit, prise en plein été, est dans la continuité de
décisions prises par le ministère de l’immigration de « démanteler »,
d’ici à la fin 2009, les autres « jungles » situées dans le Nord de la
France. Ces jungles sont constituées par des exilés de nationalités
afghane, irakienne, iranienne, érythréenne, soudanaise, c’est-à-dire de
personnes qui fuient des situations au moins instables, souvent
dramatiques dans leur pays. Ces personnes ont fait de très longues routes
pour demander protection en Europe. D’autres après elles viendront, des
mêmes pays tant que la situation de ces pays ne s’améliorera pas de façon
significative, ou d’autres pays. Fermer brutalement des jungles ne
résoudra pas plus la question que fermer le camp de Sangatte ne l’avait
résolue en 2002.

Aujourd’hui, que se passe-t-il à Paris ? Les exilés errent la nuit. Il
semble désormais leur être interdit de dormir aux abords du parc Villemin
ou du square Alban-Satragne, le long du canal par exemple, ou sous les
ponts du métro aérien. Ces jours derniers, certains exilés auraient été
empêchés d’entrer dans les jardins durant la journée. A quoi tout cela
peut-il conduire ? Le regroupement dans certains jardins et places du Xè
arrondissement avait au moins la vertu de permettre l’action des
associations, de rendre possible le travail d’information qui peut être
fait auprès des nouveaux arrivants comme le suivi de ceux qui sont là
depuis plus longtemps. La dispersion des exilés prive ceux-ci des derniers
remparts de protection que la France leur offrait, au travers de son tissu
associatif ou de l’action bénévole de riverains.

Les forces de police – CRS ou police nationale - ou les agents de sociétés
de sécurité privées sont depuis le 18 août présentes en permanence dans le
quartier, autour des jardins, dans les jardins, le long du canal
St-Martin, près des bus du dispositif Atlas et de la BAPSA le soir.
Êtes-vous certain, Monsieur le Maire, que c’est cela l’image que les
habitants du Xè souhaitent pour leur arrondissement ? Est-ce que Paris
doit devenir, à l’instar de ce qu’est Calais aujourd‘hui, une ville
quadrillée en permanence par des policiers occupés à chasser ceux qui y
transitent ou y cherchent refuge ?

Nous croyons pour notre part que Paris s’honorerait d’inventer une
solution durable et digne pour l’accueil des exilés. Certes la question
dépasse largement les compétences d’une ville. Mais il faut mettre fin aux
politiques d’inhospitalité, et la Ville de Paris, forte de son rayonnement
international, doit montrer l’exemple en accueillant dignement ceux des
exilés dont elle a la charge et en pesant pour que tous soient respectés
dans leurs droits et leur dignité.

Paris, le 7 septembre 2009

Signatures : ATMF - Cedetim - Cimade - Collectif de soutien des Exilés du
Xè – Gisti – Hors la Rue - LDH - MRAP - Secours catholique (délégation
Paris)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Paris/ fermeture du parc Villemin Sangatte bis   Jeu 1 Oct - 18:31

Monsieur le Premier Ministre,



La situation dramatique des personnes exilées en errance dans le 10ème arrondissement, majoritairement originaire d’Afghanistan, nécessite la mise en œuvre d’un dispositif de prise en charge humanitaire à la hauteur de la crise.



300 personnes sont présentes aux alentours de la gare de l’Est sans solution stable d’hébergement et sont confrontées à la précarité de la rue. Cette situation qui est une conséquence directe de la fermeture du centre de Sangatte n’est pas nouvelle et j’ai déjà interpellé à plusieurs reprises le Gouvernement sur la nécessité de prendre en charge cette population réfugiée en France pour fuir la guerre et l’extrême pauvreté.



La Ville a dû mettre fin à l’installation la nuit de 150 à 200 personnes dans le jardin Villemin (10ème). Cette occupation nocturne n’était plus compatible avec l’ouverture au public du jardin dans des conditions acceptables, et devenait dangereuse pour la sécurité des exilés, des usagers du par cet des agents municipaux. Dormir durablement par terre dans un jardin ou dans la rue n’est pas acceptable et le minimum est de pouvoir accéder à un hébergement, même sommaire.



Il est impératif que l’Etat, dont c’est la responsabilité, ouvre des places d’accueil et d’hébergement, et mandate des associations pour qu’elles assurent le suivi social et sanitaire de ces publics. La Ville est prête à participer à ce dispositif et finance déjà depuis cet hiver un kiosque d’orientation et de soutien aux démarches administratives des exilés. Ce lieu d’accueil géré par des associations est d’ailleurs confronté à des situations inextricables de personnes placées sous le règlement dit de « Dublin » et qui n’ont pas accès à l’aide sociale et à l’hébergement, pour lesquelles des solutions doivent être trouvées.



Pour ceux qui sont demandeurs d’asile en France, France Terre d’Asile a repéré 70 personnes d’origine afghane dans le 10ème qui devraient bénéficier d’une place en Centre d’Accueil des Demandeurs d’Asile (CADA).



Enfin, le Département de Paris assume ses responsabilités en proposant un hébergement et un soutien éducatif à plus de 700 mineurs étrangers isolés de toutes nationalité. La collectivité parisienne a renforcé l’hiver dernier ses capacités d’hébergement dédiées aux mineurs afghans dans un contexte très tendu. Je souhaite que le groupe de travail piloté par l’Etat sur ce sujet aboutisse à des mesures concrètes, notamment la création d’une plateforme régionale de mise à l’abri et d’orientation de ces jeunes.



Je vous remercie de bien vouloir m’indiquer les actions de l’Etat que vous envisagez pour garantir un hébergement digne et une prise en charge sociale et sanitaire adaptés à ces populations en détresse.



Je vous prie de croire, Monsieur le Premier Ministre, à l’assurance de ma considération distinguée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Paris/ fermeture du parc Villemin Sangatte bis   Aujourd'hui à 20:40

Revenir en haut Aller en bas
 
Paris/ fermeture du parc Villemin Sangatte bis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Braguette et Fermeture à glissière
» parc Albert Kahn (Paris)
» accesoire parc geuther
» Choisir un parc
» Le refuge de la Mare Auzou risque la fermeture

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions dans la niche :: Aboiements :: Les hontes de l'humanité-
Sauter vers: