Discussions dans la niche

Pour les amis, fidèles à mon site
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Bertrand Cantat, retour à la case liberté ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Bertrand Cantat, retour à la case liberté ?   Jeu 20 Sep - 15:10

Bertrand Cantat, retour à la case liberté ?


Bertrand Cantat durant son procès à Vilnius en 2004. (Reuters)

Après quatre ans de détention, la justice examine aujourd’hui sa demande de sortie.


S’il ne s’appelait Bertrand Cantat, l’affaire serait pliée. Condamné à huit ans de prison, ayant purgé la moitié de sa peine, s’étant bien comporté en détention et offrant des garanties de réinsertion, il serait vraisemblablement libéré à mi-parcours. Mais il s’agit d’un musicien de Noir Désir et du meurtre de l’actrice Marie Trintignant. Cet après-midi, un juge d’application des peines (JAP) va examiner sa demande de liberté conditionnelle. Une audience classique, sortant néanmoins de l’ordinaire : dans l’enceinte de la prison de Muret (Haute-Garonne), le vice-président du TGI de Toulouse écoutera la demande de Bertrand Cantat accompagné de son avocat, Olivier Metzner, prendra l’avis d’un représentant du parquet, mettra sa décision en délibéré, pour quelques heures ou quelques jours. Quand bien même il déciderait de le libérer dans la foulée, la sortie effective de prison prendra plus de temps : problème logistique de levée d’écrou, paperasserie. Surtout, échapper à la meute des paparazzis. Lors d’une précédente autorisation de sortie, pour Noël 2006, des photographes de Paris Match l’avaient pris en filature. D’où cette formule adoptée l’été dernier, pour sa deuxième sortie : extraction à l’aube, à l’abri des regards.

Rediffusion. Une seule personne s’oppose publiquement à sa remise en liberté. Nadine Trintignant, la mère de Marie. Partie civile, son avis n’est que facultatif. Profitant d’un avis du JAP envoyé aux différentes parties, elle ne s’est pas privée de donner son sentiment : «Je crains que sa libération très anticipée n’apparaisse comme tristement significative pour tous ceux qui luttent pour que soient enfin justement sanctionnées les violences faites aux femmes.» L’entourage de Bertrand Cantat s’agace de cette nouvelle leçon de morale, accompagnée d’une rediffusion, la semaine dernière, du téléfilm Colette sur France 2, «coïncidence un peu curieuse». Dans la foulée, l’association féministe la Meute, dont personne n’avait réclamé l’avis, a publié un communiqué titré «Quatre ans de prison : est-ce donc le prix à payer pour ce crime ?» et dénonçant ces «prétendus crimes passionnels trop souvent considérés avec indulgence» .
Moins soucieux de vengeance pénale, l’acteur François Cluzet, ancien compagnon de Marie Trintignant, se garde d’émettre une opinion sur la libération anticipée de Bertrand Cantat : «C’est une affaire de justice, il n’a pas d’appréciation à formuler», souligne son avocat, Me Daniel Voguet, seulement mandaté en vue d’obtenir des dommages et intérêts.
De ce point de vue, le terrain est déblayé. Parmi les critères de liberté conditionnelle figurent les «efforts en vue d’indemniser les victimes», en l’occurrence les quatre enfants de Marie Trintignant, privés à jamais de leur mère. L’aîné, majeur, a réclamé réparation. Pour les autres, encore mineurs, cela dépend de leurs pères respectifs, qui ne sont pas tous sur la même ligne. Ceux qui réclamaient des dommages et intérêts ont signé un accord amiable avec Bertrand Cantat. Le montant versé fait l’objet d’une «clause de confidentialité». L’assureur du téléfilm Colette, prétextant un préjudice financier lié à la mort de son actrice principale au dernier jour du tournage, a obtenu plus de 100 000 euros alors qu’il en réclamait 240 000.
Enfin, le JAP va statuer en fonction des garanties de réinsertion professionnelle de Bertrand Cantat. Là-dessus, aucun problème : il est toujours sous contrat avec Universal. Musicien il était, musicien il redeviendra, producteur ou compositeur, pas forcément interprète. Rien n’est encore décidé sur une reformation de Noir Désir, même si elle est parfaitement envisageable - et sérieusement envisagée.
Jardin. Bertrand Cantat aspire aussi à se faire tout petit, décline par avance les interviews, ne semble redouter que les assauts de la presse people - pas vraiment sa tasse de thé. Car le drame de Vilnius prête encore à polémique. En mai dernier, Bertrand Delanoë inaugurait un jardin Marie-Trintignant. Controverse au sein du conseil municipal, les Verts s’abstenant au motif que les circonstances de sa mort, pudiquement qualifiées de «tragiques» dans la délibération municipale, ne rendaient pas compte des violences conjugales. A Bordeaux, berceau de Noir Désir, le leader vert n’est autre que l’avocat de Bertrand Cantat. Politiquement correct d’un côté, rockement impeccable de l’autre. Camarade écolo, choisis ton camp.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Le chanteur Bertrand Cantat est sorti de prison   Jeu 18 Oct - 0:02

Le chanteur Bertrand Cantat est sorti de prison

NOUVELOBS.COM
Le chanteur a quitté le centre de détention des Murets vers 0h15 pour rejoindre son domicile dans les Landes. Il avait été condamné en 2003 à huit ans de prison pour coups mortels contre Marie Trintignant.




Bertrand Cantat dans une voiture à sa sortie de prison (AP)


Le chanteur du groupe Noir Désir, Bertrand Cantat, qui est sorti du centre de détention de Muret (Haute-Garonne), a rejoint son domicile de Moustey (Landes) dans la nuit et aspire à "un minimum de tranquillité" pour se reconstruire, a déclaré mardi 16 octobre le batteur Denis Barthe devant la presse.
En compagnie de deux gardiens privés, d'une attachée de presse du groupe et de Xavier Cantat, frère du chanteur, Denis Barthe s'est brièvement exprimé devant des journalistes, qui attendaient à proximité de la maison.
"Bertrand a été libéré hier soir. Il aspire à un minimum de tranquillité, voire un maximum, parce qu'il a besoin de se reconstruire", a-t-il dit. Evoquant la sortie de prison du chanteur, il a expliqué qu'"on a essayé de faire les choses le plus simplement possible". "Il faudra le laisser vivre", a-t-il poursuivi.

"Il n'a bénéficié d'aucun privilège"

Concernant les conditions de détention de Bertrand Cantat, le musicien a souligné qu'"il n'a bénéficié d'aucun privilège, sa personnalité de chanteur de Noir Désir a plutôt été un désavantage".
Interrogé sur l'avenir du groupe, Denis Barthe a rappelé que le contrat chez Barclay avait été prolongé "il y a deux ans", précisant cependant que "pour le moment aucun mot, aucune note d'une future composition" n'ont été créés.
Quant à l'envie de rejouer ensemble: "Oui, ce serait curieux que ce soit autrement", a-t-il déclaré.

Quatre ans de prison sur huit

Bertrand Cantat, qui a purgé quatre des huit ans de réclusion auxquels il a été condamné pour les coups mortels portés à sa compagne l'actrice Marie Trintignant, a quitté, dans la nuit de lundi à mardi, le centre de détention dans un monospace de marque Mercedes conduit par Denis Barthe.
Le véhicule avait pénétré dans l'enceinte de l'établissement pénitentiaire dix minutes auparavant avec à son bord, assis côté passager, Xavier Cantat.

"Conduite correcte"

Le juge d'application des peines de Toulouse a accordé lundi une libération conditionnelle.
Le procureur de la République de Toulouse Paul Michel a précisé lors d'une conférence de presse lundi que cette libération conditionnelle "a été octroyée dans des conditions de stricte égalité par rapport aux autres détenus, en se conformant strictement à la loi".
Le représentant du parquet a précisé "les motivations de cette libération", à savoir "les garanties de réinsertions professionnelles et familiales présentés par Bertrand Cantat et d'autre part, "la conduite correcte" et les "efforts sérieux de réadaptation sociale" du chanteur qui a "exercé une activité pendant deux ans d'auxiliaire à intérieur de l'établissement pénitentiaire".
Le procureur Paul Michel a rappelé que Bertrand Cantat avait versé une indemnisation à deux des enfants de Marie Trintignant, qui en avaient formulé la demande, à hauteur de 100.000 euros.

"Deux obligations spécifiques"

En ce qui concerne la personnalité de Bertrand Cantat, "le juge a précisé qu'il n'y avait pas d'élément contre-indiquant la sortie de Cantat dans le cadre d'une libération conditionnelle", a encore souligné le procureur de la République. Il a expliqué que "la libération conditionnelle a pour objet d'éviter la récidive et de favoriser la réinsertion du condamné" et que le chanteur de Noir Désir "remplissait ces conditions".
Au-delà des obligations générales de la libération conditionnelle telle que l'obligation de répondre aux convocations du magistrat ou du travailleur social désigné pour suivre la mesure, Bertrand Cantat devra se soumettre "à deux obligations spécifiques". Il devra poursuivre "la prise en charge psychothérapeutique suivie en milieu carcéral" et "s'abstenir de diffuser tout ouvrage ou œuvre audiovisuelle dont il serait l'auteur ou le co-auteur et qui porterait, en tout ou partie, sur l'infraction commise" et de s'abstenir en outre de toute intervention publique relative à cette infraction.
Le juge a également ordonné, sur demande du parquet, la prolongation de la période probatoire pour la durée maximale d'un an prévue par la loi. Bertrand Cantat reste donc soumis aux mesures de contrôles jusqu'au 29 juillet 2010.

Pas de retour sur scène envisagé dans l'immédiat

Le magistrat chargé du suivi de la mesure de libération conditionnelle est la juge d'application des peines de Mont-de-Marsan (Landes) où le chanteur de 43 ans est domicilié.
En septembre dernier, l'avocat du chanteur, Olivier Metzner avait déclaré que s'il était libéré, son client, présenté comme "un détenu exemplaire" par l'administration pénitentiaire, "ne remonterait pas sur scène rapidement et qu'il n'y aurait pas de spectacles avant des mois et des mois".
Emprisonné tout d'abord à Vilnius, Bertrand Cantat avait été transféré le 28 septembre 2004 au centre de détention de Muret pour y purger le reste de sa peine. Il a bénéficié de plusieurs permissions de sortie.

Nadine Trintignant opposée à la libération

Le leader du groupe bordelais qui avait été condamné à huit ans de réclusion par le tribunal de Vilnius (Lituanie) en mars 2004 pour "violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner" de l'actrice Marie Trintignant, a purgé la moitié de sa peine fin juillet 2007 et a pu à ce titre demander une remise de peine.
Dans la nuit du 26 au 27 juillet 2003, en Lituanie, en fin de tournage d'un téléfilm sur la vie de Colette dont Marie Trintignant tenait le rôle principal, une violente altercation avait éclaté entre le chanteur et sa compagne. L'actrice était décédée le 1er août 2003.
Dans une lettre adressée au juge d'application des peines, la réalisatrice Nadine Trintignant, la mère de Marie Trintignant, s'était opposée à la libération conditionnelle de Bertrand Cantat, craignant qu'elle "n'apparaisse comme tristement significative pour tous ceux qui luttent pour que soient enfin justement sanctionnées les violences faites aux femmes".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Clode
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 4621
Age : 60
Date d'inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Bertrand Cantat, retour à la case liberté ?   Jeu 18 Oct - 17:07

Pas cher payé d'enlever une vie!Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/et51claude
hirondelle
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 2164
Age : 56
Date d'inscription : 26/06/2007

MessageSujet: Re: Bertrand Cantat, retour à la case liberté ?   Sam 20 Oct - 12:18

et oui ........... ca sert d'être une vedette !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondedhirondelle.e-monsite.com
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Bertrand Cantat, retour à la case liberté ?   Sam 20 Oct - 14:53

Justice à double vitesse ??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Bertrand Cantat, retour à la case liberté ?   Mer 7 Nov - 23:46

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bertrand Cantat, retour à la case liberté ?   Aujourd'hui à 16:27

Revenir en haut Aller en bas
 
Bertrand Cantat, retour à la case liberté ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour à la case départ!
» Le retour de Bertrand Cantat
» Retour à la case départ - Edit : négatif !
» La collection de photos de Bertrand Tonneau
» Simon et Bertrand vont vous dire quoi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions dans la niche :: L'actu du jour :: Actualité, médias, scoops, ...-
Sauter vers: