Discussions dans la niche

Pour les amis, fidèles à mon site
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Lettre de l'ambassadeur du Venezuela au directeur du Monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Lettre de l'ambassadeur du Venezuela au directeur du Monde   Sam 13 Juin - 20:55

Vendredi, 05 Juin 2009 09:59
Lettre de l'ambassadeur du Venezuela au directeur du Monde
Jesús Arnaldo Pérez
http://www.michelcollon.info/index.php?option=com_content&view=article&id=2086:lettre-de-lambassadeur-du-venezuela-en-france-au-directeur-du-journal-le-monde&catid=7:attention-medias-&Itemid=12

A Paris, le 22 mai 2009,


Monsieur Eric Fottorino, Directeur du Monde


Monsieur le Directeur,


C’est avec un grand respect que je souhaite vous exprimer, au nom du
peuple vénézuélien et de notre gouvernement, mon sincère étonnement face
à l’article selon moi tendancieux de votre correspondant, Monsieur
Jean-Pierre Langellier, que j’ai eu l’opportunité de découvrir en
parcourant les pages de votre quotidien daté du 19 mai dernier.


Cet article, dont j’ai constaté avec surprise qu’on le qualifie «
d’analyse », reprend à son compte les plus incroyables stéréotypes et
contrevérités colportés depuis dix ans par ceux qui ne comprennent pas
la volonté souveraine des vénézuéliens – démontrée à maintes reprises
dans les urnes – de se choisir un modèle original et alternatif de
développement.


Retranché derrière sa supposée objectivité journalistique, Monsieur
Langellier dresse au fil des lignes un portrait de notre pays digne
d’une parodie de Tintin et les Picaros : plusieurs chiffres et discours
sont utilisés hors de leur contexte et les sources sont occultées. De ce
fait, Monsieur Langellier trompe sciemment vos lecteurs, en contribuant
à forger une vision de l’Amérique Latine simpliste et heureusement
contraire à la réalité.


On peut ainsi lire, au fil des lignes, que le Venezuela est gouverné par
un « régime » « autoritaire et étatiste », « centralisé et militarisé »,
qui n’honore pas ses engagements internationaux, qui transforme en «
traîtres » les « camarades » critiques, « exerce une vendetta contre ses
opposants », les « harcèle » et réduit « chaque jour un peu plus
l’espace de la démocratie », tout cela grâce à « un Parlement à sa
dévotion », une compagnie pétrolière qui est un « Etat dans l’Etat » et
au fait que « les médias privés sont dans le collimateur ».


Dans son « analyse », Monsieur Langellier juge tout de même utile de
retranscrire l’opinion de membres du Gouvernement qu’il décrie, en
expliquant que « récemment », notre Ministre des Finances déclarait «
qu’au Venezuela ressurgit le rêve de l’Union Soviétique » : une phrase
là aussi sortie de son contexte, mais qui sert son dessein de donner
l’image d’un pays archaïque, aux antipodes de notre volonté affirmée de
construire un modèle novateur et moderne de réelle redistribution de la
richesse, participatif et démocratique.


Alors que si peu se sont émus, pendant les années 80 et 90, de la
terrible expérimentation des politiques ultra-libérales sur notre
continent et de leurs conséquences désastreuses sur le niveau de vie des
latino-américains, certains commentateurs démontrent aujourd’hui un
aveuglement idéologique lorsqu’ils attaquent notre politique de
reconstruction de l’Etat, de services publics forts et efficaces à
lutter contre les effets sociaux de la crise économique et financière
actuelle.


Par ailleurs, il n’est pas juste de dénoncer une faiblesse grandissante
de la démocratie au Venezuela, alors que depuis 1998, il est le pays à
avoir connu le plus grand nombre de consultations électorales, que
parallèlement à ces consultations se sont consolidés les mécanismes de
participation citoyenne et populaire, et que notre pays à été pionnier
dans la mise en place du référendum révocatoire qui permet aux électeurs
de mettre librement fin au mandat de tout élu : un processus auquel le
Président Hugo Chavez s’est courageusement soumis, chose que beaucoup
omettent de mentionner lorsqu’ils l’accusent d’autoritarisme ou de
persécution des opposants.

Je tiens à vous réaffirmer, Monsieur le Directeur, notre réelle
disposition à apporter des compléments d’information à vos lecteurs qui
puissent leur permettre de mieux connaître la réalité de notre pays.
Nous serions honorés de pouvoir nous exprimer dans votre quotidien, si
vous le souhaitiez, par exemple au sein de sa rubrique d’opinions.

En espérant que vous comprendrez nos motivations, je vous prie, Monsieur
le Directeur, d’agréer l’expression de notre très haute considération.


Jesús Arnaldo Pérez

Ambassadeur

Source: Cercle bolivarien de Paris
http://cbparis.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Lettre de l'ambassadeur du Venezuela au directeur du Monde   Mar 16 Juin - 0:00

Une alternative au capitalisme qui fonctionne et fait ses preuves, ça dérange ... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
 
Lettre de l'ambassadeur du Venezuela au directeur du Monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Je ne désire plus être la mère de cet enfant."
» Les différentes formes d'immatriculation dans le monde
» lettre ouverte à Monsier le Directeur Géneral
» lettre adresser au directeur general par adil chaib
» Jean-Marc DEBONNE nouveau Directeur central du service de santé des armées

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions dans la niche :: L'actu du jour :: Actualité, médias, scoops, ...-
Sauter vers: