Discussions dans la niche

Pour les amis, fidèles à mon site
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Besson, ministre de la maltraitance des enfants

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Besson, ministre de la maltraitance des enfants   Dim 3 Mai - 6:50

1er mai 2009
M. BESSON, MINISTRE DE LA MALTRAITANCE DES ENFANTS ?
NÎMES : LE BEBE DE 4 MOIS MAINTENU EN PRISON

Jeudi 30 avril, le Juge des libertés de Nîmes décide la libération de la famille BAKHSHIYAN, le père, la mère et deux enfants, 9 ans et un bébé de 4 mois. Ouf ! pourrait-on se dire, la justice fait son travail avec humanité.

Mais le gouvernement, particulièrement ses ministres de la Chasse à l’Enfant et de la « justice » ne renoncent pas à enfermer les bébés, ni à expulser. Le Procureur, magistrat soumis à l’autorité du ministre, fait appel de cette décision. Arsen, 4 mois, son frère et ses parents restent enfermés dans la prison pour étrangers, dans un lieu que le ministre a jugé parfaitement adapté dans ses déclarations publiques ! Que n’y envoie-t-il ses enfants ou ses petits enfants !

Monsieur Bakhshiyan est arménien, né en Azerbaïdjan, il s’est marié en Russie avec une Russe, Alexandre est né en Russie, Arsen est né en France. Faut-il renvoyer l'homme en Arménie, ou en Azerbaïdjan, la femme en Russie avec Alexandre, et Arsen doit-il être coupé en deux ?

Monsieur Besson vante partout son action, il en est à se vanter aussi de traquer les bébés ! Est-ce cela la lutte contre les passeurs ? Va-t-il mettre en garde à vue tous les « aidants» qui réclament la libération de cette famille et sa régularisation ?

Sans compter que le droit n’est pas vraiment de son côté. Dans une affaire précédente d'enfermement d’un bébé en CRA, libération par le juge, appel du procureur sur demande de la préfecture, la cour d’appel avait libéré la famille en argumentant longuement. Mais le gouvernement et le ministère s’assoient sur la jurisprudence, sur les recommandations de la CNDS, sur les conventions internationales quand elles gênent la chasse aux sans papiers, enfants compris. Voir les documents en annexe.

Cela étant, on a cru quelques heures ce matin (1er mai) que les choses évoluaient : la famille a été extraite de sa prison et conduite à l’hôpital. On a cru à une décision humanitaire, ce n’était qu’une précaution destinée à se couvrir en cas de pépin : on apprend à l’instant (1er mai 13h30) que les Bakhshiyan, parents et enfants, sont ramenés en prison administrative. Ils y resteront jusqu’au lundi 4 mai, date à laquelle la cour d’appel statuera sur leur libération ou leur maintien.

A en juger par ses déclarations justifiant l’arrestation de la famille Bakhshiyan, Monsieur Besson, le ministre qui emprisonne les bébés, doit être très satisfait.



Contact RESF : Patrice Muzard 06 84 17 87 78



Préfecture de Haute Saône : prefecture@haute-saone.pref.gouv.fr

Tel 03 84 89 18 00‎ Fax 03 84 89 18 18‎



RENNES : TROIS ENFANTS (DEUX JUMEAUX DE 14 ANS ET UNE FILLETTE DE 8 ANS) EN CRA

Depuis le 23 avril, deux femmes sont retenues au Centre de rétention de St Jacques avec leurs enfants: deux jumeaux de 14 ans et une fillette de 8 ans. Une de ces femmes est malade, ainsi que la jumelle. Tous sont très traumatisés par les épreuves subies.

La préfecture d'Angers a refusé de leur laisser déposer une demande d'asile et les a mises en rétention pour les renvoyer en Pologne, pays par lequel elles sont entrées en Europe.

Elles ont fui le Daghestan où elles vivaient avec leurs maris tchétchènes soupçonnés d'être liés aux terroristes wahhabistes. Elles ont été arrêtées, interrogées et violemment battues par la police. A leur retour, elles ont subi des violences de la part de leurs maris pour n'avoir pas caché des armes et des documents wahhabistes.

Elles se sont enfuies en Pologne avec leurs enfants. Mais parquées dans un camp de réfugiés, elles n'ont pu y déposer une demande d'asile. En outre, elles y ont été menacées de graves représailles par des wahhabistes qui y font régner la peur. Elles ont quitté la Pologne pour demander l'asile en France. Le préfet de Maine et Loire veut les y renvoyer, première étape vers une probable expulsion vers la Tchétchénie (5% seulement des demandes d’asile de Tchétchènes acceptées en Pologne).

Tous vont très mal. Les enfants sont mutiques et ne s’alimentent pas.

Contact RESF MRAP : Michèle Fougeron Delauney - 02 99 32 04 41

MONTROUGE : NOUFEL CHERCHE PAPA DESESPEREMENT

L’histoire de Mohamed, Nadia et Noufel est l’illustration de la malfaisance du Ministère du Trou de serrure, celui qui épie la vie des couples et bousille celle des enfants.

Noufel Allouche a 11 ans, il est Français, comme sa maman. Mais son père, Mohamed, est Tunisien. Mohamed est venu en France en 2005 pour la retrouver. Ils se sont mariés en 2007. Une histoire presque banale, si ce n’était que Nadia est sourde et muette, qu’elle surmonte son handicap, travaille dans une maison de retraite et a été la première femme atteinte de ce double handicap à obtenir son permis de conduire.

Après son mariage avec Nadia, Mohamed obtient pendant plusieurs mois des titres de séjour … sans autorisation de travailler. C’est que l’administration est sourcilleuse et que n’obtient pas qui veut l’autorisation de se faire exploiter ici

Mais M. Besson veille. Se croyant investi de la mission de défendre l’ordre et la Vertu, il charge la police de vérifier que les mariages avec des étrangers sont de vrais mariages, que les couples sont de vrais couples, qu’ils font bien ce que, selon lui, il faut faire ensemble.

L’enquête concernant Nadia et Mohamed prouve qu’il y a bien vie commune : les documents fournis par le couple portent tous la même adresse… à l’exception de deux d’entre eux. C’est grave, ça mérite de détruire une famille, de placer un individu en prison et sûrement de l’expulser… Sauf que l’adresse « suspecte » est celle des parents de l’épouse qui, pour une raison ou une autre avait jugé plus pratique de se faire expédier tel ou tel courrier chez ses parents. A se demander ce qui est le mieux partagé au ministère de M. Besson, l’imbécilité, la malveillance ou l’incompétence. Les trois peut-être ?

Voilà Mohamed Allouche étiqueté suspect. Contrôlé le 15 avril au métro Chatillon-Montrouge, il reçoit un APRF et est placé en rétention à Palaiseau.

Nadia est désespérée, Noufel très perturbé (d’autant plus que, du fait du handicap de sa maman, il assure les traductions en langage des signes). Hier matin il a téléphoné à son père pour lui demander pourquoi il ne l’emmenait pas à l’école comme d’habitude.



Contact RESF : Muriel Roger 06 70 57 96 87



Préfecture des Hauts-de-Seine : Tel : 0 821 80 30 92 Fax : 01 40 97 21 19

Secret Gal Didier Montchamp didier.montchamp@hauts-de-seine.pref.gouv.fr

courier@hauts-de-seine.pref.gouv.fr <courier@hauts-de-seine.pref.gouv.fr>



Ministère de la chasse à l’Enfant,

Fax : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00 Standard 01 77 72 61 00
Ministre eric.besson@iminidco.gouv.fr
Secrétaire général secretariat.general@iminidco.gouv.fr
Directeur de cabinet : christian.decharriere@iminidco.gouv.fr
Directeur adjoint du Cabinet : frank.supplisson@iminidco.gouv.fr
Conseillère en communication laure.frugier@iminidco.gouv.fr
Conseillère en charge des relations avec le monde associatif, social et culturel laura.kwiatowski@iminidco.gouv.fr





Matignon :
http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_ministre/ecrire
FAUGERE <jean.paul.faugere@premier-ministre.gouv.fr>,
KLARSFELD <arno.klarsfeld@premier-ministre.gouv.fr>,
LEVY <myriam.levy@premier-ministre.gouv.fr>
MITROFANOFF <igor.mitrofanoff@premier-ministre.gouv.fr>



Elysée fax : 01 47 42 24 65
http://www.elysee.fr/ecrire/index.html
GUEANT <claude.gueant@elysee.fr>
LOUVRIER <franck.louvrier@elysee.fr>
Maxime Tandonnet (conseiller immigration) maxime.tandonnet@elysee.fr











ANNEXE

Décision cour d’appel dans un cas similaire :

Dans son ordonnance du 23 octobre 2007, statuant sur les recours formés le 22 octobre 2007 par le procureur de la République de Rennes contre les ordonnances du juge des libertés et de la détention de Rennes du 19 octobre 2007 refusant de prolonger la rétention de M. et Mme B-O. pour une durée de quinze jours, le délégué du premier président de la cour d’appel de Rennes a retenu : « Considérant que, même s’il dispose d’un espace réservé à « l’accueil » des familles, le centre de rétention reste un lieu où sont détenus des étrangers, en vue de leur éloignement du territoire français, pour une durée pouvant atteindre trente-deux jours ; que dans le cas particulier de l’espèce, le fait de maintenir, dans un tel lieu, une jeune mère de famille, son mari et leur bébé âgé de trois semaines constitue un traitement inhumain au sens de l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’Homme en raison, d’une part, des conditions de vie anormales imposées à ce très jeune enfant, quasiment dès sa naissance, et d’autre part, de la grande souffrance, morale ou psychique, infligée à la mère et au père par cet enfermement avec le nourrisson, souffrance qui par sa nature, son importance et sa durée (la prolongation de la rétention sollicitée par le préfet étant de quinze jours), dépasse le seuil de gravité requis par le texte précité, et qui, en outre, est manifestement disproportionné au but poursuivi, c'est-à-dire la reconduite à la frontière des époux B-O. ».



D’autre part, l’article 37 de la Convention internationale des droits de l’enfant oblige les Etats parties à veiller notamment à ce que : « Nul enfant ne soit soumis à la torture ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. (...) L'arrestation, la détention ou l'emprisonnement d'un enfant doit être en conformité avec la loi, n'être qu'une mesure de dernier ressort, et être d'une durée aussi brève que possible ».



Dernier rapport de la Commission Nationale de la Déontologie de la Sécurité ;

« Par ailleurs, la Commission recommande d’inclure dans le CESEDA l’interdiction absolue de placement de mineurs dans un local de rétention administrative, compte tenu des exigences limitées de la réglementation à l’égard de ce type de structures et de leur inadaptation à l’accueil des enfants. »

http://www.cnds.fr/rapports/ra_pdf/Etude_Mineurs.pdf .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clode
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 4621
Age : 60
Date d'inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Besson, ministre de la maltraitance des enfants   Dim 3 Mai - 9:05

Immigration et délit de solidarité : plus menteur que Besson, tu meurs !
À en croire Besson, le ministre de l'Immigration, il n'y a pas de «
délit de solidarité » en France, pas de gens, pas de particuliers
accusés et condamnés pour avoir aidé des sans-papiers. Personne
n'aurait jamais été inquiété, bénévole ou association, pour avoir
accompagné, hébergé des clandestins en situation de détresse. Selon
lui, l'article L 622-1, du nouveau code de séjour des étrangers,
établi en 2005 mais qui reprend des ordonnances datant de 1945, ne
servirait qu'à punir « passeurs » et « autres mafieux » abusant de la
détresse des clandestins !

Cet article est critiqué par toutes les associations humanitaires. Mais
le gouvernement refuse de revenir sur ce code de séjour. Il prétend que
l'article est nécessaire pour s'attaquer aux réseaux
mafieux. Rappelons que cet article punit « d'un emprisonnement de cinq
ans et d'une amende de 30 000 euros toute personne qui aura, par aide
directe ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter
l'entrée, la circulation ou le séjour irréguliers d'un étranger en
France ». En pratique, cet article donne toute latitude aux forces de
l'ordre, aux magistrats pour amplifier la répression contre
les immigrants clandestins, en essayant d'intimider tous ceux qui
cherchent à leur venir en aide.

Plus le mensonge est gros, plus il a de chances de passer dans
l'opinion publique, pense Besson qui déclare « qu'en 65 ans
d'application de cette loi, personne en France n'a jamais été condamné
pour
avoir seulement accueilli, accompagné ou hébergé un étranger en
situation irrégulière » !

Une association d'aide aux migrants, le GISTI, http://www.gisti.org/spip.php?article1399
a démenti les propos du
ministre en publiant un inventaire des condamnations prononcées depuis
1986 contre des personnes qui ont soit aidé, soit hébergé
des étrangers en situation irrégulière. Cette liste ne « tient compte
que des poursuites ayant entraîné condamnation (y compris avec une
dispense de peine) », précise l'association. Elle ne tient donc
pas compte des rappels à la loi, des interpellations récentes et des
poursuites en cours.

Mais elle est significative du harcèlement policier et judiciaire dont
sont victimes ceux qui aident les immigrés clandestins, apportant un
démenti sans appel aux propos de Besson. Citons en
quelques exemples : en juin 2008, la cour d'appel de Montpellier a
condamné une personne à 500 euros d'amende pour avoir hébergé un membre
de sa famille en situation irrégulière ; un mois avec sursis
pour avoir hébergé un sans-papier (cour d'appel d'Angers en septembre
2007).

Les expulsions en série de sans-papiers, les rafles des immigrés dans
les quartiers populaires des grandes villes, dont les toutes dernières
réalisées dans le Pas-de-Calais lors de la visite du
ministre, les intimidations incessantes contre les militants et les
associations illustrent la politique du gouvernement actuel.
Aujourd'hui, qui transporte un sans-papier à l'hôpital ou recharge son
téléphone portable, héberge un ami ou un parent dont les papiers ne
sont pas en règle, partage sa vie avec une compagne en situation
irrégulière, est susceptible d'être arrêté et poursuivi devant les
tribunaux. Dans sa politique répressive, Besson veut même aller plus
loin : d'ici la fin du mois, il veut mettre en place un groupe de
travail pour lutter contre les mariages de complaisance. Et
comment ? En mettant un flic sous le lit des futurs mariés ?

La hargne anti-immigrés de Besson et la politique xénophobe du
gouvernement dont il est le représentant donnent tout simplement la
nausée.


Dernière édition par Clode le Dim 3 Mai - 17:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/et51claude
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Besson, ministre de la maltraitance des enfants   Dim 3 Mai - 14:05

http://forget.e-monsite.com/rubrique,besson-mieux-qu-hortefeux,1122623.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Besson, ministre de la maltraitance des enfants   Aujourd'hui à 17:12

Revenir en haut Aller en bas
 
Besson, ministre de la maltraitance des enfants
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Projet mini-bibliothèque en centre de loisirs pour enfants
» Quels sièges auto isofix pour enfants de 2 ans et 4 mois ?
» LES POUSSETTE DOUBLES POUR ENFANTS D'AGE RAPPROCHE
» 2 enfants de 2 ans d'écart, quelle meilleure solution?
» Les enfants malades à la garderie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions dans la niche :: Aboiements :: Vos coups de gueule-
Sauter vers: