Discussions dans la niche

Pour les amis, fidèles à mon site
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 TROIS CENT ARRESTATIONS PLACE DE LA NATION A PARIS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Clode
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 4621
Age : 60
Date d'inscription : 22/07/2007

MessageSujet: TROIS CENT ARRESTATIONS PLACE DE LA NATION A PARIS   Ven 17 Avr - 22:07

Ce que j’ai vu le 19 mars, place de la Nation

Je fais partie des 300 manifestants arrêtés et des 49 inculpés, le 19 mars dernier, au terme de la grande manifestation qui s’est terminée place de la Nation, à Paris. Je remercie tous ceux, auteurs d’articles et militants, qui nous ont soutenus et nous soutiennent encore. J’ai créé un blog pour récolter les témoignages sur les violences policières : http://parolesdu19mars.over-blog.com.

La fin du cortège arrive entre 18h30 et 19h, place de la Nation. L’ambiance est festive. Pas de problème, pour le moment. Les gens ne sont pas encore prêts à partir, ce qui tombe bien, puisqu’ils ont officiellement le droit de rester jusqu’à 21h. Il y a de la musique aux quatre coins de la place, des djembés, un concert de hip-hop sur la pelouse, des drapeaux qui flottent sur la statue centrale.

Mais très vite, l’ambiance devient malsaine. Quelque chose ne tourne pas rond : des dizaines, des centaines de CRS affluent et bloquent toutes les artères de la place, interdisant le passage. Des escouades prennent pied dans le métro, juste en bas des escaliers et dans les couloirs. De là, elles tirent des grenades et bloquent l’accès aux personnes qui désirent s’en aller. Des manifestants qui ont tenté de quitter la place par une petite rue refluent en courant vers le centre de la place. A leurs trousses, des lignes de CRS. Il y a du gaz dans l’air, dans tous les sens du terme. Les CRS se rapprochent progressivement, nous encerclent petit à petit. Les yeux piquent, la respiration se fait plus difficile : ça pue le lacrymo.

Quelques feux de poubelles se déclenchent ici et là. Des individus encagoulés, barre de fer à la main, jettent des projectiles en direction des hommes en bleu puis, quelques minutes après – surprise ! – les mêmes se ruent sur un manifestant et le rouent de coups, avant de le traîner vers leurs collègues rangés en ligne, quelques mètres plus loin. Tactique perverse des policiers en civil, vieille comme le monde, mais qui surprend toujours…

La place de la Nation se révèle être une souricière de premier choix pour les policiers qui font le ménage. Dans l’espoir d’échapper aux arrestations arbitraires, beaucoup de gens se réfugient sur le terre-plein et autour de la statue (qui représente le « Triomphe de la République » : tout un symbole !). Mais bientôt, ils se retrouvent complètement encerclés, comprimés les uns contre les autres, sans aucune issue, abasourdis par la manœuvre policière à laquelle ils assistent. Parmi les encerclés, trois hommes dégainent soudainement des matraques télescopiques et s’attaquent à un jeune homme qui n’a pourtant rien fait, le frappent, puis l’entraînent vers les lignes de CRS. Encore une intervention musclée des policiers en civil, qui déclenche la colère générale. Certains « gardiens de la paix » tiennent en respect la foule avec des flash-balls.

Après plus d’une heure d’encerclement, les CRS décident enfin de libérer leurs captifs, brisant à coups de matraque la chaîne humaine qui s’était formée autour de la statue, contrôlant l’identité de chaque personne présente, un par un, et nous insultant au passage. Ceux qui n’ont pas de papiers passent directement par la case commissariat.

A 21h30, on pense la manifestation totalement dispersée. Quelques groupes, encore sonnés par la violence de cette intervention, s’attardent sur la place. Mais apparemment, les forces de l’ordre n’en ont pas fini, puisque les CRS bloquent toujours l’accès au métro, gazant et frappant à tout va. La soirée se terminera par une nouvelle flopée d’arrestations.

Bilan de ce début de soirée : 300 personnes arrêtées, dont 49 seront par la suite poursuivies en justice, interdites de manifestations au moins jusqu’à leur jugement, et peut-être privées de leur droit de vote. Plusieurs manifestants ont été littéralement passés à tabac. Certains sont passés en comparution immédiate et sont toujours incarcérés. Ce coup de filet était « pour l’exemple ». Fait étrange : des chaînes de télévision (notamment LCI et I-Tele) annoncent dès 22 heures le nombre d’inculpations (49), alors qu’elles n’auraient normalement dû l’apprendre que le lendemain, après la décision du procureur. Le nombre d’inculpations était-il prévu et communiqué d’avance aux médias ?

De manière générale, les journalistes, pourtant présents en nombre, n’ont relayé qu’une pâle copie du communiqué de la préfecture de police.

Le pouvoir craint la contestation qui enfle. C’est pour cela qu’il durcit sa répression : pour museler cette révolte qui gronde. Alors que Julien Coupat est toujours en prison malgré le manque flagrant de preuves contre lui, et alors que des jeunes sont piégés, intimidés et incarcérés par la police, il est à craindre que cette emprise du pouvoir se resserre encore.

Jules


Publication : dimanche 5 avril 2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/et51claude
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: TROIS CENT ARRESTATIONS PLACE DE LA NATION A PARIS   Lun 27 Avr - 23:17

http://www.bellaciao.org/fr/spip.php?article84719
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Clode
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 4621
Age : 60
Date d'inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: TROIS CENT ARRESTATIONS PLACE DE LA NATION A PARIS   Mar 28 Avr - 21:53

Un rapport blâme des méthodes policières musclées


NOUVELOBS.COM | 28.04.2009 | 16:43

La Commission nationale de la déontologie de la sécurité s'alarme
notamment des fouilles à nu et des menottages devenus "la règle", et
non "l'exception".




Le CNDS dénonce des méthodes policières brutales (Sipa)
Dans son rapport annuel, remis mardi 28 avril au président de la République, la Commission nationale de la déontologie de la sécurité (CDNS) pointe le recours trop systématique des forces policières et pénitentiaires aux fouilles à nu et au menottage.
Qu'ils soient policiers ou agents de l'administration pénitentiaire,
ils ont trop facilement recours à ces procédures qui devraient rester
exceptionnelles. Présidée par le magistrat Roger Beauvois, la CNDS, une
autorité administrative indépendante chargée de veiller au respect des
règles de déontologie par les personnels chargés de
la sécurité, a traité 147 dossiers en 2008, dont 44 ont été jugés
irrecevables. Dans les 103 dossiers restants, la Commission a constaté
des manquements à la déontologie dans 60% des cas (62 dossiers).



Violence en prison



Fait inhabituel, la CNDS a décidé en 2008 de publier deux rapports spéciaux au Journal officiel
jugeant que les autorités saisies n'avaient pas suffisamment pris en
compte ses recommandations. Dans l'un des dossiers, il s'agissait de
violences commises en prison et "traitées de manière inadéquate par la
direction de l'établissement", dans l'autre de violences subies par un
étranger après son refus d'embarquement.



70 ans, nu ou en slip



Comme tous les ans, la plupart des dossiers transmis à la CNDS
concernent la police nationale (106 sur 147) et plus particulièrement
des gardes à vue. Dans ce contexte, "la Commission constate pour la
sixième année consécutive, que le menottage continue à être la règle et
non l'exception". Elle déplore également que de nombreux fonctionnaires
"pratiquent de manière quasi-systématique des fouilles à nu" au
détriment du "respect de la dignité de la personne". Elle a notamment
été saisie du cas d'un couple de retraités, âgés de 70 ans, qui se sont
rendus à une convocation au commissariat d'Athis-Mons où la femme à dû
se déshabiller complètement, sous-vêtements compris, tandis que son
mari a été palpé en slip et en t-shirt. Plus sévère, la CNDS a rappelé
que le menottage de détenus lors de transferts à l'hôpital ou à
l'hôpital pouvait constituer un traitement inhumain ou dégradant, tout
comme des fouilles répétées des cellules et des prisonniers dès qu'ils
entrent ou sortent de leurs cellules.



Mayotte : des enfants attendent leur expulsion



Plusieurs membres de la CNDS se sont rendus l'an dernier en Guyane et à
Mayotte où ils se sont particulièrement penchés sur les problèmes de reconduites à la frontière
et de conditions dans les centres de rétention. La commission s'indigne
de textes dérogatoires spécifiques pour l'outre-mer qui "ne font
qu'accroître les inégalités de droits et de traitement entre les
personnes retenues". Comme par ailleurs en France, la CNDS s'est dit
"très préoccupée par la présence d'enfants en attente d'expulsion" à
Mayotte. Elle "condamne l'organisation du centre" de rétention dans
l'île "qui engendre une zone de non-droit, où le déni de dignité est
accepté par la puissance publique à l'encontre de personnes en
situation précaire".



Gardes à vue inadaptée



Enfin, la commission s'est inquiétée de la prise en charge inadaptée de
personnes sous l'influence de l'alcool ou de drogue notamment dans les
locaux de garde à vue. Elle "préconise la généralisation de dispositifs
de vidéosurveillance à toutes les cellules de dégrisement et de garde à
vue".



Un rapport "caricatural"





Le syndicat Synergie, second syndicat d'officiers de police, a jugé le rapport 2008 caricatural pour
sa part. Dans un communiqué le syndicat estime que ce rapport est
"encore plus ahurissant que les précédents". Selon lui ce rapport
essaye de démontrer "que la France est devenue un Etat policier où ses
agents se livreraient sans vergogne à des actes odieux contre les
mineurs innocents".
Synergie affirme par ailleurs que la CNDS " s'est définitivement
décrédibilisée", la commission ayant mis en exergue "soixantaine de
cas" de mineurs "prétendument" victimes de violences policières "face à
plus d'un million d'interventions annuelles de la police" rappelle-t-il.
(Nouvelobs.com avec AP)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/et51claude
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: TROIS CENT ARRESTATIONS PLACE DE LA NATION A PARIS   Mar 28 Avr - 22:27

Ce rapport de la CNDS est en effet très interessant ; mais que va en faire l'état français ? Les forces de l'ordre ne font, à mon avis, qu'appliquer les consignes que leur a inculqué Mister Karcher. Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
hirondelle
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 2164
Age : 56
Date d'inscription : 26/06/2007

MessageSujet: Re: TROIS CENT ARRESTATIONS PLACE DE LA NATION A PARIS   Ven 1 Mai - 10:55

réponse sans paroles No

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondedhirondelle.e-monsite.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: TROIS CENT ARRESTATIONS PLACE DE LA NATION A PARIS   Aujourd'hui à 21:12

Revenir en haut Aller en bas
 
TROIS CENT ARRESTATIONS PLACE DE LA NATION A PARIS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Trois enfants à l'arrière d'une peugeot 306 c'est possible !
» La grand-place de Mons le 16 décembre 07
» une phrase clé pour remettre les gens en place!! mais quelle phrase??
» Où vous chercher pour combler vos places?
» Tandem ou côte à côte?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions dans la niche :: Aboiements :: Vos coups de gueule-
Sauter vers: