Discussions dans la niche

Pour les amis, fidèles à mon site
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Otan hotel ibis des témoignages remettent en cause la version officielle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Otan hotel ibis des témoignages remettent en cause la version officielle   Lun 6 Avr - 23:25

Otan hotel ibis des témoignages remettent en cause la version officielle






Communiqué de la Legal Team de Strasbourg.

Lundi 6 avril 2009 00h14


Incendie de l’hotel Ibis de Strasbourg : la version des faits donnée par la police remise en cause par de nombreux témoignages.


Plusieurs témoignages font état de l’impossibilité de
l’origine de l’incendie de l’hotel Ibis par des manifestants. Les
vitres et les portes ont été enfoncées par des manifestants, et le
mobilier a été sorti de l’hotel pour alimenter la barricade qui se
trouvait devant. La police provenant des rues adjacentes de l’hotel a
évacué les alentours de l’établissement dans une charge, et a contrôlé
l’ensemble de la place devant l’hotel. Il n’y avait à ce stade aucun
incendie de l’Hotel Ibis.


Un autre témoignage publié sur internet déclare : "nous
étions au 1er rang lorsque les flics ont lancé leur 1ère charge, et ce
qui est sûr est qu’il n’y avait aucun signe d’incendie dans l’hôtel à
ce moment. ce qui signifie : soit il y avait un petit début d’incendie
donc on ne voyait rien de l’extérieur, et dans ce cas il était
facilement maitrisable, mais d’après ce qu’on voyait rien de cela, car
ni flamme ni fumée, soit la cause de l’incendie ne provient pas des
manifestants."


Un groupe qui se situait "près de l’église taguée à 50
m des deux bâtiments" témoigne, concernant l’hotel Ibis, qu’ils ont été
témoins de "tirs tendus des hélicoptères de fusées gaz lacrymogènes et
de fusées incandescences" qui ont touchées ce bâtiment avant de
s’embraser Sur une video publiée sur youtube, le cameramen déclare à la
fin du film " ils les envoient de l’hélico" ( sous-entendu : les fusées
lacrymo et incandescantes)




Deux autres témoignages que nous avons recueillis
affirment que la police maitrisait l’espace autour de l’hotel Ibis
lorsque l’incendie s’est déclaré, et que les manifestants étaient à
distance. Enfin d’après plusieurs témoignages la police française
aurait renvoyé les pompiers allemands arrivés rapidement sur le site.
Au total au moins douze témoignages concordants remettent sérieusement
en cause la version des faits avancée par la police, et relayée
largement par les médias. Rappelons que la ministre de l’intérieur
Mme Alliot-Marie, à propos de l’hotel Ibis a parlé aujourd hui d’
"incendie volontaire" et de "tentative d’homicide volontaire"


. La legal team de Strasbourg recueille d’éventuels autres témoignages. tel : +33 (0)3 68 46 02 62.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
hirondelle
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 2164
Age : 56
Date d'inscription : 26/06/2007

MessageSujet: Re: Otan hotel ibis des témoignages remettent en cause la version officielle   Mer 8 Avr - 18:06

vu tout ce qui c'est passé à Strasbourg, plus rien ne surprend ... No
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondedhirondelle.e-monsite.com
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Otan hotel ibis des témoignages remettent en cause la version officielle   Jeu 9 Avr - 0:25

Vu comment on diabolise les opposants au régime instauré, rien ne m'empêchera de penser que ... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Otan hotel ibis des témoignages remettent en cause la version officielle   Mer 6 Mai - 7:12

les 3 tourangeots sont LIBRES !!!
le berlinois prend 6 mois

voir http://www.dna.fr/une/2414988.html







voici le déroulé, à lire en commençant en bas, 19h10, pas encore de
décision.
Pierre Strasbourg
------------------


Procès de quatre anti-Otan (05/05/2009)
17h51 Fin de cette session en direct, à tout de suite sur www.dna.fr
<http://www.dna.fr>
17h50 et demain dans votre journal, le compte-rendu complet de
l'audience.
17h50 Nous publierons dès qu'elles seront connues les décisions du
tribunal dans l'article sur www.dna.fr <http://www.dna.fr>
17h50 Merci à tous d'avoir suivi cette audience avec nous.
17h41 Décision après la suspension d'audience.
17h39 Le prévenu doit bénéficier du doute dans cette affaire, plaide
l'avocat.
17h37 Il insinue que les policiers ont "reconstruit" un scénario à
charge contre le prévenu après son interpellation...
17h34 Il ajoute que le jeune prévenu n'est pas responsable de la
chute du policier, chute ayant entraîné une blessure au poignet.
17h32 L'avocat souligne des incohérences dans les déclarations des
policiers.
17h31 L'avocat affirme aussi que les policiers ne pouvaient pas voir le
jeune prévenu qui se trouvait par rapport à eux de l'autre côté du talus
SNCF, au Port du Rhin, à Strasbourg, où se déroulait la manifestation...
17h29 L'avocat du prévenu rappelle que "tout le monde a jeté des
pierres.
Une enquête de l'inspection générale des services est en cours"... Il
s'étonne de la précision de la description du suspect par les policiers
alors qu'il se trouve dans une manifestation avec plus de 700 personnes.
17h26 La substitut du procureur réclame une peine de six mois
d'emprisonnement avec maintien en détention et une interdiction du
territoire français pendant cinq ans. L'avocat du prévenu allemand
prend la parole.
17h21 L'avocat des deux policiers qui se sont constitués partie
civile cite le guide distribué aux manifestants par la Legal Team... Ce manuel donne
l'attitude à avoir en cas d'interpellation, et notamment la nécessité de
contester la version des policiers. "Il est enfermé dans ses propres
mensonges" déplore l'avocat des deux policiers.
17h03 Le jeune homme nie avoir jeté des cailloux en direction des
forces de l'ordre.
17h01 Lors de son interpellation, un policier a été blessé et
souffre d'une blessure au poignet qui lui a valu cinq semaines d'arrêt de travail.
16h55 Le jeune homme a été interpellé à la suite d'un jet de pierres en
direction des forces de l'ordre.
16h52 Le tribunal examine maintenant la cas d'un jeune Allemand de
Berlin, âgé de 29 ans, poursuivi pour des violences sur deux agents, pendant les
événements du contre-sommet de l'Otan, le 4 avril.
16h45 La substitut du procureur a réclamé 10 à 12 mois de prison avec
maintien en détention. Les avocats ont réclamé la relaxe, sinon une
peine assortie pour l'essentiel d'un sursis et couvrant, pour la peine de
prison ferme, la détention déjà effectuée.
16h42 L'un des trois prévenus prend la parole pour dire qu'il souhaite
pouvoir reprendre sa vie normale. Le président annonce que le tribunal
prendra sa décision après la suspension d'audience.
16h40 Comme ses confrères, il demande une peine qui ne fait que
couvrir la détention s'il devait y avoir une condamnation... "Laissons mon client
repartir à ses chères études".
16h38 Il invite le tribunal à prendre en compte la personnalité de son
prévenu, "extrêmement inséré".
16h37 "On ne peut même pas leur dire qu'ils ont commencé" à fabriquer un
engin incendiaire ou explosif... "Qu'avons-nous; nous avons trois jeunes
qui vont dans un supermarché acheter des produits qui peuvent à l'instar
d'autres produits rentrer dans la fabrication d'engins incendiaires.
Il n'y a rien de plus", laisse entendre l'avocat qui considère que tout le
reste n'est qu'affabulation.
16h34 Ces trois prévenus ont cherché à se protéger par l'achat de
masques et de gants, explique le dernier avocat des prévenus.
16h34 "On a confondu vitesse et précipitation dans ce dossier",
déplore le dernier avocat. Pour être coupable, il ne suffit pas simplement
d'acquérir des produits, mais il faut des éléments matériels qui caractérisent
l'intention délictuelle. L'avocat explique aussi que les produits
achetés ne peuvent pas servir à la fabrication de cocktails molotovs...
16h30 Le troisième avocat à prendre la parole évoque un climat de
"chasse aux sorcières".
16h30 L'avocate de l'un des prévenus accepte éventuellement une
peine avec sursis, mais en aucun cas un maintien en détention.
16h29 L'avocate évoque aussi les conditions de détention de l'un des
trois prévenus qui a été soumis à des sévices. Ces détenus ont été privés
de tout lien familial pendant les dernières semaines. Ce n'est que jeudi dernier
que l'un des prévenus a pu voir pour la première fois sa famille...
16h27 Les deux premières avocates à intervenir demandent la relaxe.
Quant aux réquisitions du procureur, (dix à douze mois de prison avec
maintien en détention) "elles laissent perplexe". Les deux avocates insistent sur
l'insertion des jeunes gens qui n'ont jamais eu affaire à la justice, ont
fait des études sans le moindre obstacle.
16h24 L'achat a été fait en toute légalité, les objets n'ont pas été
assemblés : il n'y a rien qui prouve qu'ils voulaient fabriquer des
engins incendiaires. En somme, explique l'avocate, on peut même considérer
qu'ils ont été "arrêtés bien trop tôt"... Il n'y a rien de certain dans cette
affaire, explique cette avocate.
16h22 Une autre avocate explique que l'aîné des prévenus, titulaire d'un
master II de droit, a la possibilité de faire un stage d'inspecteur du
travail. Une condamnation lui fermerait les portes de cette formation.
16h20 "On ne nous aurait pas inquiétés sur ce parking si nous avions
eu en notre possession des lunettes de plongée ou du white spirit", argumente
l'une des avocates. Elle plaide le délit de faciès et justifie l'achat de
gants et de masques de protection, mettant en cause l'attitude des
policiers pendant ces jours.
16h18 Les avocats reviennent sur le contexte des interpellations. Ils
mettent en cause des procédures "bâclées". Ils expliquent qu'il n'y
avait pas d'arrêté préfectoral qui interdisait l'achat de white spirit, ou
d'alcool à brûler.
16h10 Les masques devaient servir à se protéger contre les gaz
lacrymogènes, les gants devaient servir à se protéger pendant une
éventuelle chute.
16h08 Il manque au dossier les éléments matériels qui prouvent qu'ils
avaient l'intention de fabriquer des engins incendiaires, argumente
l'avocate.
16h06 Rien n'interdisait d'acheter les produits qu'ils ont achetés. Ils
comptaient nettoyer des tags sur les voitures et allumer des braseros au
campement, affirme l'avocate.
16h05 La première avocate rappelle que les trois prévenus ont fait
ou font de bonnes études et sont "parfaitement insérés". Ils sont venus
manifester pacifiquement, ils ne sont pas connus de la police. "Ils étaient là par
conviction politique".
16h03 Les avocats prennent la parole...
16h02 Elle requiert une peine de 10 à 12 mois de détention avec
maintien en détention.
16h01 Mme la substitut du procureur reconnaît qu'il s'agit de trois
jeunes gens sérieux, qui travaillent, qui ont beaucoup d'activités : "Mais
pourquoi étaient-ils à la sortie d'Auchan avec tous ces produits en leur
possession ?"
15h59 Ils ne sont pas jugés pour avoir fabriqué des cocktails molotov ou
pour les avoir utilisés... "Je ne sais pas ce qu'ils avaient dans la
tête", mais ils avaient des produits qui pouvaient servir à la fabrication
d'engins incendiaires.
15h57 Ces achats ont été faits en commun, de plein accord, chacun a
donné de l'argent, argumente la substitut du procureur.
15h55 La substitut du procureur explique que ce qu'il ont fait ne
constitue en aucun cas une "blague" , elle souligne aussi les propos confus
des trois prévenus devant le tribunal.
15h54 Elle explique qu'une serpillière peut très bien servir à
fabriquer un engin incendiaire.
15h53 Les déclarations des prévenus me paraissent un "peu fantaisistes"
insiste la substitut du procureur.
15h52 La substitut prend la parole. Elle rappelle qu'ils ont acheté
tout le matériel nécessaire pour fabriquer des cocktails molotovs. Le
nettoyage du camp, elle n'y croit pas. Ce n'est pas à cela que servent les produits
achetés. Et le white spirit ne sert à rien pour enlever des tags sur les
voitures...
15h51 La serpillière, c'est pour nettoyer le sol dans le camp? demande
ironique le président ?
15h50 Un des prévenus explique qu'il a "brodé une histoire devant les
policiers", expliquant même qu'il s'agissait "d'une blague" qu'il a
voulu faire dans le magasin...
15h47 Une serpillière, c'est pas dangereux, des produits inflammables ça
peut l'être, fait remarquer le président du tribunal.
15h46 Je l'ai "achetée, sans réfléchir, bêtement", avoue l'un des
prévenus.
15h46 Et la serpillière, demande le président... ?
15h45 A faire des fresques ou des feux, au camp, répond le jeune
homme...
15h44 A quoi pouvaient servir tous ces produits demande le président au
troisième prévenu ?
15h43 Le président du tribunal fait remarquer au prévenu qu'il avait
reconnu pendant son audition qu'il avait l'intention d'allumer des
barricades...
15h42 Ce n'est qu'en garde à vue qu'il prend conscience qu'il avait des
produits pouvant servir à la fabrication de cocktails molotov...
15h41 L'un des jeunes évoque les affrontements aux abords du camp
les jours qui précèdent la grande manifestation... Il affirme qu'il n'avait pas
conscience d'acheter des produits pouvant servir à la fabrication d'un
cocktail molotov... Ce 15h40 L'un des trois prévenus explique aussi qu'il a acheté du white spirit par réflexe, sans vraiment savoir pourquoi.
15h39 Les trois jeunes avaient, en plus de l'alcool à brûler, du pétrole
désaromatisé en leur possession.
15h37 L'un des prévenus explique qu'il était venu acheter un masque
et des gants pour se protéger pendant la manifestation...
15h36 La bombe de peinture pouvait servir à faire des banderolles ou à
effacer des tags sur une voiture, explique l'un des prévenus.
15h36 Les trois prévenus étaient en possession d'alcool à brûler.
D'autres objets pouvant servir à la fabrication d'engins incendiaires ont été
retrouvés dans le véhicule des trois prévenus. Notamment une bombe de
peinture.
15h33 Le président après avoir précisé qu'un des avocat n'a déposé ses
conclusions qu'aujourd'hui à 14h30 passe à la lecture des faits reprochés
aux prévenus.
15h30 Les conclusions des avocats ont été déposées tardivement
déplore la représentante du procureur. Une des avocates conteste ces propos et
affirme que ses conclusions ont été déposées ce matin.
15h29 Il n'y avait aucun doute sur la nature des faits que l'on pouvait
reprocher aux trois prévenus, argumente la représentante du procureur. Il
n'y a pas lieu d'annuler la procédure...
15h28 La détention de substances incendiaires est bien une
infraction. La dénonciation par les vigiles se justifie, de même que l'interpellation,
argumente la représentante du procureur.
15h26 Les avocats réclament une nullité de procédure. Mais le procureur
n'est pas du même avis : ces trois jeunes détenaient des produits incendiaires.
15h22 Un troisième avocat tient le même raisonnement : le contrôle
n'était pas justifié, rien d'autre qu'une "dénonciation détestable
15h20 "Il n'y avait aucun indice qui justifiait une interpellation",
ajoute la deuxième avocate qui explique aussi que l'interpellation d'un des
trois prévenus n'a pas été signalée au procureur dans les conditions requises.
15h18 Une deuxième avocate conteste les conditions de l'interpellation. Ses
conditions rejoignent celles de la première avocate.
15h17 Il n'y a eu aucun vol, les achats ont été payés. Donc il n'y avait
pas lieu d'interpeller ces trois jeunes sur le parking du supermarché
d'Illkirch-Graffenstaden. Le tribunal n'est pas régulièrement saisi,
donc la procédure doit être annulée, argumente l'avocate d'un des prévenus.
15h15 D'entrée l'avocate d'un des prévenus soulève une nullité et
dénonce les conditions de l'interpellation suite à un contrôle qui n'avait
pas de raison précise. Il n'y a pas de raison objective à cette
interpellation, ni de réquisition d'un magistrat. Il y a simplement, au départ, une
dénonciation par des vigiles. L'avocat dit que l'interpellation repose
uniquement sur l'allure des jeunes, donc il s'agit d'un "délit de
faciès" qui doit entraîner la nullité de la procédure...
15h10 Le premier prévenu de 26 ans n'a jamais été condamné ; le
second âgé de 21 ans, étudiant en sociologie n'a jamais été condamné non plus.
Ni le troisième, également étudiant en sociologie.
15h07 Le président ouvre le premier dossier, celui des trois jeunes
militants anti-Otan de Tours.
15h05 Ce sont trois jeunes gaillards de 1m80. Ils jettent des regards
inquiets sur la salle d'audience.
15h04 L'audience débute. Les prévenus sont introduits dans la salle
d'audience.
14h58 Une demi-heure de retard sur l'horaire annoncé...
14h56 Les caméras se replient...
14h55 Le président refuse toute image pendant l'audience.
14h53 L'audience n'a toujours pas démarré...
14h49 L'huissier se démène, essaie de mettre bon ordre. Le public
attend en partie dans le couloir. Les journalistes de la télévision demandent
l'autorisation de faire des images en salle d'audience.
14h48 Beaucoup de monde dans la salle d'audience. De nombreux
journalistes sont présents pour couvrir ce procès. Les trois jeunes de Tour avaient
demandé un délai pour préparer leur défense il y a trois semaine
environ et avaient, depuis, été écroués. Le jeune allemand de 29 ans qui doit être
jugé pendant la même audience est également détenu.
14h44 Pour l'heure, ces trois prévenus s'entretiennent avec leurs
avocats.
Ils sont âgés de 26, 21 et 20 ans.
14h43 Trois militants anti-Otan de la région de Tours doivent être jugés
dans quelques minutes pour "détention de substances ou de produits
incendiaires ou explosifs". Ils ont été interpellés le 3 avril sur le
parking d'un supermarché.
14h40 Trois militants anti-Otan de la région de Tours doiv
14h40 On attend les prévenus, un jeune Allemand et les trois jeunes
militants anti-Otan
14h39 L'audience du tribunal correctionnel, chambre des comparutions
immédiates, va démarrer sous peu. Quelques manifestants sont encore à
l'extérieur. A l'entrée du tribunal, un contrôle rigoureux a été mis en
place. Beaucoup de monde en salle d'audience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Otan hotel ibis des témoignages remettent en cause la version officielle   Mer 6 Mai - 23:53

Une satyre bien pertinente : http://forget.e-monsite.com/rubrique,casseurs-a-strasbourg,1121958.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Otan hotel ibis des témoignages remettent en cause la version officielle   Jeu 7 Mai - 7:11

Oui, c'est excellent. Et dire que les moutons retournent à l'abattoir le 7 juin. Digne du syndrome de Stockholm!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Otan hotel ibis des témoignages remettent en cause la version officielle   Ven 8 Mai - 0:21

Panurge n'était pas né de la dernière pluie ... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
hirondelle
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 2164
Age : 56
Date d'inscription : 26/06/2007

MessageSujet: Re: Otan hotel ibis des témoignages remettent en cause la version officielle   Sam 9 Mai - 11:15

pour ceux qui ne savent pas qui était Panurge lol!


"Panurge est l'un des personnages de François Rabelais, ami du géant Pantagruel.
Escroc, menteur, faux médecin, il est le faire-valoir de Pantagruel, mais lui vole la vedette dans le Tiers Livre, où Panurge s'interroge sur la nécessité du mariage.
Parmi ses hauts faits, le plus célèbre (dans le Quart Livre) reste d'avoir jeté un mouton d'un bateau, afin que le reste du troupeau se jette à la mer. De là est issue l'expression « moutons de Panurge » ."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondedhirondelle.e-monsite.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Otan hotel ibis des témoignages remettent en cause la version officielle   Aujourd'hui à 9:51

Revenir en haut Aller en bas
 
Otan hotel ibis des témoignages remettent en cause la version officielle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Densification - Extension de l'hotel Ibis de la place du Général de Gaulle
» Un chasseur de mine français dans l'escadre OTAN
» Nos témoignages sur ce que la timidité ou la phobie sociale nous empêchent de faire
» Europe de la défense // Otan ?
» étudiante puéricultrice recherche témoignages

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions dans la niche :: Aboiements :: Vos coups de gueule-
Sauter vers: