Discussions dans la niche

Pour les amis, fidèles à mon site
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La CFDT à la poursuite des intermittents

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Clode
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 4621
Age : 60
Date d'inscription : 22/07/2007

MessageSujet: La CFDT à la poursuite des intermittents   Mer 17 Déc - 20:30

http://www.liberation.fr/societe/0101305222-la-cfdt-a-la-poursuite-des-intermittents




La CFDT à la poursuite des intermittents


A la barre


Syndicat. Deux manifestants étaient jugés pour s’être introduits dans les
locaux de la centrale en avril 2005.


34
réactions




KARL LASKE

Le procureur de la République de Paris a requis, jeudi, une peine
d’emprisonnement avec sursis pour «violation de domicile» à l’encontre de
deux militants de la coordination des intermittents ayant participé à
l’occupation du siège parisien de la CFDT, en avril 2005. Un syndicat
«victime» d’une manif, c’est déjà rare. Mais qui dépose plainte et
alimente pendant trois ans une enquête pénale contre des précaires, encore plus.
Initialement saisi de faits de violences, dégradations et vol d’une affiche (!),
le juge d’instruction a fini par constater que la CFDT n’avait rien de solide à
reprocher aux deux militants, à part l’intrusion. Mais, au tribunal, la CFDT est
toujours là. Militarisée par la présence, incongrue, de son service d’ordre au
Palais de Justice.

«Meneurs». Le premier prévenu, Michel Roger, n’est autre que le
metteur en scène de la compagnie Jolie Môme. «Cette action était
complètement pacifique,
dit-il. Je suis entré tranquillement dans les
locaux de la CFDT. Il y avait une exposition ouverte au public. J’ai 53 ans. Ce
n’est pas moi qui cours le plus vite… Je ne comprends pas pourquoi ce syndicat
s’en prend à nous. Depuis des années, nous perdons des droits par les accords
que signe la CFDT. Je suis metteur en scène depuis 1973, je sais que je n’aurai
que le minimum vieillesse.» En 2005, Michel Roger a lu un texte en sortant des
locaux. Une photo a été prise.
C’est ce qu’explique Marcel Le Maillet,
l’ancien secrétaire confédéral du syndicat : «M. Roger était l’un des
meneurs. On l’a vu sur les photos.»
Le Maillet, à l’origine de la plainte
pour violences, s’est fracturé le petit doigt de la main gauche en tombant,
parmi d’autres, devant l’entrée. «C’était une chute collective»,
reconnaît-il.

Le second prévenu, Ludovic Prieur, n’était pas sur les photos. Il a lui même
contacté les enquêteurs en apprenant que des recherches étaient entreprises sur
le site d’information HNS.info, qu’il anime. La CFDT avait remarqué qu’un
communiqué y avait été diffusé en temps réel. «J’ai participé à cette action,
qui avait pour but d’obtenir un rendez-vous avec les responsables de la CFDT qui
siègent à l’Unédic»,
raconte-t-il.

«Buzz». Cette revendication est confirmée à l’audience par les
représentants du syndicat. «Nous avons fait bien d’autres occupations,
poursuit Prieur. Quand on pense que celle du Medef a duré cinq jours et
que le Medef n’a pas déposé plainte !»
Les témoins de la CFDT, salariés et
responsables, n’ont pas vu grand-chose. «Ces gens voulaient faire de
l’agitation, du buzz, faire parler les médias»,
dit l’un d’eux. L’occupation
n’a duré que quelques heures. Après une assemblée générale, les intermittents
ont quitté les lieux sans réponse, encadrés par le service d’ordre syndical.

Témoin de la défense, le député (PCF) du Puy-de-Dôme André Chassaigne se
déclare «époustouflé» des poursuites engagées par la CFDT. L’élu rappelle
«quatre occupations d’entreprises menées par la CFDT». Un siège social
investi. Une direction retenue une nuit entière. «J’étais à leur côté dans
cette forme de lutte,
dit-il, et je suis choqué qu’un syndicat que je
respecte s’en prenne à des intermittents en lutte.»
La gêne s’empare
de quelques cédétistes. Décision le 22 janvier.



Lires réactions elles sont intéressantes !
Une réaction au hazard Laughing
Peanut J'accuse ...La CFDT ?? Un syndicat qui défend les salariés ?? Laissez moi rire !! Voici la mésaventure qui m'est arrivée ..
Je suis musicienne et en 2001 je suis enceinte. Pour pouvoir percevoir
des indemnités en Congé maternité comme n'importe quelle autre
salariée, je me renseigne à la Sécu, qui m'annonce des conditions en
terme de nombre de cachets dans un délai imparti totalement infaisable,
pire que pour être intermittent ... Choquée, j'appelle mon syndicat de
l'époque, la CFDT et plus spécialement M. FONTANARAVA. Celui-ci me dit
en gros : ben oui ma pauvre petite dame, vous n'avez droit à rien. Je
sais c'est dur, mais vous savez, les intermittents on n'est pas
nombreux alors les femmes en plus .. " J'étais effondrée car pas d'IJ
de la sécu = congé maternité sans ressources = pas de validation de ma
période de congé en heures au niveau des ASSEDIC = pas assez d'heures
pour renouveler mes droits = aucune indemnisation et aucun revenu une
fois que mon BB est né, alors que je travaille depuis 10 ans !!
Je vous passe les détails, mais j'ai contacté un autre syndicat qui m'a
donné d'autres conditions d'accès au congé maternité, que ce que la
sécu et la CFDT m'avait dit était faux. Et là encore, M. FONTANARAVA
que je recontacte avec ces nouvelles données, persiste. Non non, je
vous assure, vous n'avez droit à rien. Comme je suis tenace, j'ai
creusé la piste de l'autre syndicat et ce sont eux qui avaient raison.
Résultat : j'ai pu toucher des indemnités journalières pendant 4 mois
de congé maternité et j'ai retrouvé le régime d'intermittent lorsque
j'ai pu reprendre le travail.
J'ACCUSE la CFDT via M. FONTANARAVA de m'avoir volontairement mal
informée dans le but de m'ejecter de l'intermittence. J'ACCUSE la CFDT
de pactiser avec le MEDEF pour détruire le régime des intermittents et
plus généralement de miner le système d'indemnisation des chômeurs.
J'ACCUSE la CFDT de criminaliser les travailleurs qu'ils sont censés
défendre.
Suite à ma mésaventure, j'ai envoyé un courrier recommandé à M.
FONTANARAVA pour lui expliquer combien il était scandaleux de payer une
cotisation à un syndicat qui nous enfonce au liu de nous aider. Que
croyez vous qu'il m'ait répondu ?? RIEN.
la CFDT s'est contentée de me harceler de relances car je ne payais plus ma cotisation !!!!
Ce procès n'est qu'une preuve de plus que la CFDT est un faux syndicat
de salariés, un sbire du MEDEF. Comment peut-on dire qu'ils défendent
les intermittents ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/et51claude
 
La CFDT à la poursuite des intermittents
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Faits divers. Course poursuite fatale près de Lyon
» Course-poursuite sur la rocade Sud de Grenoble
» Lozère : coups de feu et course poursuite à Marvejols
» Louzy - Une course-poursuite avec les gendarmes jusqu'à 150 km/h.
» Entre Rouen et Evreux - Chauffard en fuite après une course poursuite.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions dans la niche :: Aboiements :: Vos coups de gueule-
Sauter vers: