Discussions dans la niche

Pour les amis, fidèles à mon site
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 MAIN BASSE SUR LES TERRES AGRICOLES EN PLEINE CRISE ALIMENTA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: MAIN BASSE SUR LES TERRES AGRICOLES EN PLEINE CRISE ALIMENTA   Ven 21 Nov - 10:48

Nouveautés de GRAIN
novembre 2008
http://www.grain.org/nfg/?id=613


MAIN BASSE SUR LES TERRES AGRICOLES EN PLEINE CRISE ALIMENTAIRE ET FINANCIERE
http://www.grain.org/briefings/?id=213
http://www.grain.org/m/?id=213

Un nouveau rapport de GRAIN

La synergie de la crise alimentaire et de la crise financière a déclenché un nouvel « accaparement des terres » au niveau mondial. Des gouvernements préoccupés par l'insécurité alimentaire qui comptent sur des importations
pour nourrir leurs populations, s'emparent d'exploitations agricoles dans le monde entier pour externaliser leur propre production alimentaire et échapper aux prix élevés du marché. Des investisseurs privés, affamés de profits
au milieu d'une crise financière qui s'aggrave, voient dans les exploitations agricoles à l'étranger une importante source de revenus d'un type nouveau. Du fait de ces deux tendances, des terres agricoles fertiles sont rapidement
privatisées et regroupées par des entreprises étrangères dans certains des pays du monde les plus pauvres et les plus touchés par la faim. Ce nouveau rapport de GRAIN étudie 100 cas d'accaparement de terres agricoles
(que ce soit pour l'alimentation ou simplement pour le profit), un phénomène qui a explosé cette année.

L'Arabie saoudite et la Chine ne sont que deux exemples de ces pays qui cherchent à acheter des exploitations agricoles, du Soudan jusqu'au Cambodge, pour satisfaire leurs propres besoins alimentaires. Dans ces cas, des
gouvernements, parfois grâce à des fonds souverains, négocient des droits sur des terres étrangères, que ce soit par un achat, une concession ou un bail, afin que leurs entreprises puissent venir et produire des denrées alimentaires
pour les réexporter dans leurs pays. En échange, ils offrent des contrats pétroliers, des prêts subventionnés, des projets d'infrastructures et des fonds de développement. Les accapareurs de terres préoccupés par la sécurité alimentaire sont la Chine, l'Inde, le Japon, la Malaisie, la Corée, l'Égypte, la Libye, le Bahreïn, la Jordanie, le Koweït, le Qatar, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Ceux qui abandonnent leurs terres en échange de contrats pétroliers ou d'investissements sont les Philippines, le Mozambique, la Thaïlande, le Cambodge, le Myanmar, le Laos, l'Indonésie, le Pakistan, le Soudan, l'Ouganda, le Brésil, l'Uruguay, l'Ukraine, la Russie, le Kazakhstan et le Zimbabwe.

Investir dans des exploitations agricoles à l'étranger pour produire des denrées alimentaires pour un marché mondial tendu, est aussi devenu apparemment un moyen à la mode de se faire de l'argent ces temps-ci. Pendant toute cette année, une armée de sociétés d'investissement, de responsables de capital investissement et de fonds de couverture a procédé à des achats de terres agricoles dans le monde entier. L'idée est de tirer profit de la réduction des coûts fonciers et de l'augmentation des prix alimentaires partout où des terres agricoles fertiles sont disponibles, par exemple en Ukraine, en Chine, en Russie, au Nigeria, en Argentine, au Brésil et au Kazakhstan. Parmi les accapareurs de terres assoiffés de profits figurent des noms bien connus, comme ceux de Goldman Sachs, Morgan Stanley, BlackRock et Louis Dreyfus, mais il y en a beaucoup d'autres. Et ils obtiennent de l'aide d'agences comme la Banque Mondiale, la Société financière internationale (IFC) qui en dépend, et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, qui demandent instamment aux pays cibles de changer leur législation pour ouvrir les possibilités de propriété foncière aux étrangers.

Pendant que les responsables politiques des organismes des Nations Unies s'efforcent de « gérer » les éventuelles réactions hostiles, des organisations d'exploitants agricoles, des partis d'opposition, des groupes de défense des droits humains et d'autres contestent et résistent à ces transactions. Mais il faudra faire beaucoup plus pour mettre fin à cette énorme braderie des fondements mêmes de la souveraineté alimentaire.

GRAIN, "Main basse sur les terres agricoles en pleine crise alimentaire et financière", un rapport de GRAIN, octobre 2008, http://www.grain.org/go/mainbasse

Les organes de presse intéressés par ce rapport peuvent prendre contact avec :Alexis Vaughan (GRAIN) au +44 79 74 39 34 87 ou alexis@grain.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
MAIN BASSE SUR LES TERRES AGRICOLES EN PLEINE CRISE ALIMENTA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Granville: L’agriculture revient sur terre
» Pétition : Main basse sur nos retraites
» Comment l'Etat va faire main basse sur votre argent
» Expropriation terres agricoles / Hypermarché
» Les hectares Normands coutent chers... en problèmes!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions dans la niche :: Aboiements :: Vos coups de gueule-
Sauter vers: