Discussions dans la niche

Pour les amis, fidèles à mon site
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 "L'ultra-gauche" dans le collimateur des RG

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: "L'ultra-gauche" dans le collimateur des RG   Mar 11 Nov - 18:18

EXTREME GAUCHE

La mouvance de "l'ultra-gauche" dans le collimateur des RG

NOUVELOBS.COM | 11.11.2008 | 13:34

La résurgence d'un activisme de l'ultra-gauche, comme le montre
l'arrestation, mardi 11 novembre, de dix personnes dans le cadre de
l'enquête sur les actes de sabotage commis contre la SNCF, est redoutée depuis plusieurs mois par la ministre de l'Intérieur Michèle
Alliot-Marie et les services de renseignement qui s'en sont alarmés
récemment.


La résurgence d'un activisme de l'ultra-gauche est redoutée depuis
plusieurs mois par la ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie et
les services de renseignement qui s'en sont alarmés récemment.
Plusieurs personnes appartenant à l'ultra-gauche, "mouvance
anarcho-autonome", ont été arrêtées dans le cadre de l'enquête sur "les
actes de sabotage commis contre des caténaires SNCF ces derniers
jours", a annoncé mardi matin Michèle Alliot-Marie.
Cette mouvance est depuis quelque temps dans le collimateur des
services de renseignement dont l'un des membres, de la Direction
centrale du renseignement intérieur (DCRI), sous couvert de l'anonymat,
a dit à l'AFP que leurs "craintes étaient justifiées".
Déjà, lors de la série des alertes à la bombe contre les TGV en Savoie,
en juin 2008, assorties d'une lettre de revendication évoquant les
Brigades rouges italienne, les services de police avaient fait part de
leurs inquiétudes.

Plusieurs notes des RG

Plusieurs notes des Renseignements généraux (RG), - disparus depuis au
profit de la DCRI -, affirmaient "redouter une résurgence d'un
terrorisme d'extrémistes de droite et de gauche".
Ils ne relevaient pas de "menaces précises" ni de "groupes constitués"
comme ceux apparus dans les années 1980 par exemple, mais avaient
réactivé leurs surveillances et leurs fichiers.
Les RG relevaient, à l'appui de leurs craintes, une série
d'arrestations en région parisienne, Toulouse ou Marseille d'un "petit
nombre d'individus" se réclamant ouvertement "de la mouvance autonome".
Interpellés en possession d'engins explosifs ou d'armes, ils avaient
été pour certains recensés, par les RG, comme étant des "meneurs"
d'incidents violents avec les forces de l'ordre durant les
manifestations lycéennes de 2O07.
L'un était également l'auteur présumé d'une série d'incendies criminels
de voitures en région parisienne durant la présidentielle de 2007 qui a
marqué, selon les RG, un "regain d'activité des extrêmes de tous bords".

"Terrorisme d'extrême-gauche"

Début 2008, la ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie, avait
affirmé "craindre" en France un "terrorisme d'extrême-gauche",
soulignant que "dans notre histoire, chaque fois que les partis
extrêmes sont considérablement affaiblis, nous voyons se créer des
groupuscules beaucoup plus radicaux qui, dans un certains nombre de
cas, sont passés à l'acte".
"Un rejet de Nicolas Sarkozy, des mouvements apparus dans les squats ou
le développement du net, véhiculant tout et son contraire, font qu'il y
a des éléments incitant à être attentif", avait déclaré à l'AFP, en
juin, un ancien "patron" des RG, Jean-Pierre Pochon, ayant traqué
Action directe en France dans les années 80.
En juin, le Syndicat de la magistrature (SM, gauche) s'était ému d'une
note du ministère de la Justice, alertant les parquets sur "une
résurgence de faits en lien avec la mouvance anarcho-autonome", y
voyant une menace indirecte visant le "mouvement social".

"Multiplication d'actions violentes"

La note évoquait une "multiplication d'actions violentes (...)
susceptibles d'être attribuées à la mouvance anarcho-autonome",
énumérant sans citer de cas précis, "des inscriptions" ou "jets
d'engins incendiaires" sur des bâtiments publics", des actions visant
"des établissements pénitentiaires en construction".
Jean-Yves Camus, chercheur en sciences politiques, dans une tribune
parue alors, jugeait, lui, que "l'irruption de la mouvance autonome"
reflétait non "l'affaiblissement" des partis politiques mais "la crise
du mouvement antifasciste", lié à "l'institutionnalisation de l'extrême
gauche altermondialiste", qui génère "des déçus", pas des terroristes.

" Plus de dix personnes appartenant à "l'ultra-gauche, mouvance
anarcho-autonome", ont été arrêtées dans le cadre de l'enquête sur lesactes de sabotage commis contre des caténaires SNCF ces derniers jours. "


Rolling Eyes Quelqu'un a des nouvelles de Bye ? Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: "L'ultra-gauche" dans le collimateur des RG   Mer 12 Nov - 22:28

Quelqu'un a des nouvelles de Bye ?

Je vais bien. Ci-dessous, Guy Pique, c'est moi.

SNCF : Deux Rouennais dans le coup de filet
Vingt interpellations, dix personnes issues de la mouvance «ultra gauche» en garde à vue, perquisitions en Haute-Normandie, à Paris, en Corrèze et dans la Meuse: la police a frappé fort hier dans le cadre d'une enquête éclair conduite après les sabotages ayant entravé le trafic SNCF le week-end dernier.

Cosaisi avec la Sous-direction antiterroriste (Sdat), le Service régional de police judiciaire (SRPJ) de Rouen a pour sa part interpellé deux personnes: «Un homme et une femme, âgés de moins de 30 ans, dans le centre-ville de Rouen, rive droite», indique le directeur, Philippe Ménard, qui a mobilisé une quinzaine de fonctionnaires pour ce coup de filet. Selon une autre source proche du dossier, ces suspects, qui ne forment pas un couple, vivent dans le quartier Saint-Gervais et aux abords. Mathieu B. est âgé de 27 ans, Ellie O. de 25 ans. «Ils sont très peu connus de la justice», indique un enquêteur. Ils sont considérés comme étant proches du groupe «anarcho-autonome», surveillé par la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI). Et ont donc, avec les huit autres suspects, été transférés à Levallois-Perret, dans les Hauts-de-Seine, pour 96 heures de garde à vue.

Ont-ils pris une part active dans les actes de sabotage commis ces derniers jours contre des caténaires SNCF? Rien ne l'indique pour l'heure, sachant que la principale perquisition réalisée hier s'est déroulée à Tarnac, en Corrèze, au domicile d'un groupe «vivant en communauté et bien inséré dans la population locale» (lire ci-dessous). Cinq des dix personnes gardées à vue ont d'ailleurs été interpellées à cet endroit, suspecté d'être leur QG. La compagne du Rouennais Mathieu B., également mère de leur nourrisson, y a été arrêtée, elle aussi.
Certains des suspects ont été confondus par des empreintes digitales et ADN retrouvées samedi et dimanche sur les voies ferrées où les actes de sabotage ont eu lieu. Les deux Rouennais ne seraient pas concernés par ces indices. Parmi les dix gardés à vue, certains ont été interpellés à l'issue des investigations réalisées au niveau de la téléphonie.

«Aucun cheminot ne figure parmi les personnes arrêtées», a souligné hier matin la ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie, au grand soulagement du président de la SNCF, Guillaume Pepy, et des syndicats de l'entreprise.

Depuis avril, le renseignement intérieur surveillait cette mouvance et c'est sur des informations émanant de ces policiers que la Sous-direction antiterroriste a opéré. Les enquêteurs visaient ce groupe pour des «dégradations». Ils s'interrogent par ailleurs sur «d'éventuels liens avec l'ultra-gauche allemande qui a déjà revendiqué des actions contre des trains transportant des déchets nucléaires».

Sous réserve de confirmation par l'enquête et la justice que ces arrestations aient un rapport direct avec les actes de sabotage, elles témoignent de la célérité des investigations engagées après les actes de malveillance qui ont gravement perturbé le trafic SNCF ce week-end. Dimanche soir, un TGV reliant Bruxelles à Perpignan a percuté deux plaques de béton posées sur la voie, dans l'Aude. Samedi, des fers à béton disposés sur des caténaires des lignes des TGV Nord, Est et Sud-Est, avaient fortement perturbé le trafic, entraînant des retards pour 160 trains et des milliers de passagers.


LES CHEMINOTS SOULAGES

Grégory Laloyer, responsable régional CGT cheminots, avouait hier « n'avoir que peu d'informations autres que celles des médias qui ont exploité, pour certains, le fait qu'il pouvait s'agir d'anciens cheminots, de retraités. Il est inconcevable qu'un salarié de la SNCF puisse s'adonner à des tels actes de malveillance. Et en plus si c'est en bande organisée, c'est impensable ! Nous avons une culture d'entreprise qui fait que l'on est très attentif à la protection de notre outil de travail et de son maintien dans son intégrité. Il y a parfois des pompiers pyromanes, mais chez nous il n'y a pas de telle pathologie. Toutefois, c'est impossible de clôturer et de surveiller plus de 35 000 kilomètres de voies ferrées. Lorsqu'il y a des actes de malveillance, cela se répercute, c'est du travail supplémentaire pour les cheminots alors que nous constations une réduction des effectifs en charge de la maintenance et de la surveillance. Cela explique pourquoi il y a plus de vandalisme. »

Hier, le président de la SNCF, Guillaume Pepy, a souligné qu'aucune des personnes placées en garde à vue n'était salariée de l'entreprise publique. « En l'état actuel des choses, il n'y a pas de liens », a-t-il assuré. Interrogé sur la nécessaire connaissance du réseau pour pratiquer ce type de sabotage sur des caténaires, M. Pepy a répondu que « la connaissance du ferroviaire n'est pas l'apanage des seuls cheminots, il y a plus d'un million de personnes en France qui s'intéressent aux chemins de fer ».
Plusieurs syndicats de cheminots se sont déclarés « soulagés » de voir qu'aucun cheminot n'était pour l'heure impliqué, dans un contexte de conflit social, notamment dû à un assouplissement des conditions de travail voulu par la direction dans le fret. La CGT (majoritaire) s'est toutefois dite surprise « par la rapidité avec laquelle les suspects présumés ont été arrêtés dans la mesure où nous attendons toujours les résultats des enquêtes sur les actes de sabotage de novembre 2007, coordonnés en huit points du territoire ».

Les anars ne cautionnent pas

« Ni Dieu, ni maître ! » A Rouen, les anarchistes ont pignon sur rue et ne se cachent pas pour militer. C'est rue Saint-Hilaire que la fédération anarchiste locale tient boutique avec sa librairie « L'Insoumise », peinte en noir et rouge.
« Je n'ai pas eu le temps de consulter les autres, ce n'est que mon avis », prévient Guy Picque, un ancien du groupe de Rouen. Une affaire qui tombe « bien » selon lui. « C'est à point nommé. La tournure d'esprit de Michèle Alliot-Marie est de criminaliser les mouvements sociaux depuis un ou deux ans. Il va y avoir prochainement des conflits, notamment à la SNCF, c'est un moyen de détourner l'opinion publique sur les anarchistes. Si la ministre était honnête, elle ne mettrait pas tout le monde dans le même sac ! Là, elle jette l'anathème. »
Le groupe de Rouen existe depuis 30 ans. « On n'a jamais décidé d'aller mettre des trucs sur les rails. On ne cautionne pas de tels actes, mais on ne condamne pas. Nous avons déjà participé pacifiquement à des blocages de voies ferrées lors de manifestation. Le sabotage ne fait pas partie de nos pratiques syndicales et sociales. »

Contacts internationaux

Hier, la ministre de l'Intérieur affirmait que huit personnes « appartenant à l'ultra-gauche, mouvance anarcho-autonome » avaient été interpellées en France. Interrogée sur de possibles liens entre ces personnes et d'autres groupes en Europe, Michèle Alliot-Marie a affirmé constater que « ce mouvement ultra-gauche a des liens avec cinq pays européens (Belgique, Allemagne, Italie, Grèce et Grande-Bretagne) et avec d'autres pays non européens ». Toutefois, ce sont des liens « plus idéologiques qu'organisationnels » qui unissent les groupes de ces pays.
ALAIN LEMARCHAND ( Paris Normandie )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: "L'ultra-gauche" dans le collimateur des RG   Jeu 13 Nov - 0:47

Ravi de te revoir parmi nous, Guy, et surtout de te savoir "entier" cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: "L'ultra-gauche" dans le collimateur des RG   Jeu 13 Nov - 5:42

décidément, qu'est-ce qu'ils nous "aiment" en ce moment!

c'est l'édition du 12/11, bien sûr.

Guy

-
Sujet : exercice difficile

http://jt.france3.fr/regions/popup.php?id=b76a_1920&video_number=0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: "L'ultra-gauche" dans le collimateur des RG   Ven 14 Nov - 1:15

superbe ton pull orange !! lol!

Non, sans dec, t'as super bien parlé. cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: "L'ultra-gauche" dans le collimateur des RG   Ven 14 Nov - 7:06

en fait, j'ai essayé de faire entendre une autre voix, que celles des juges qui ont condamné d'emblée cette expres​sion( qui d'ailleurs ne repose que sur du vide; ils n'ont trouvé que des jeunes, munis de documents et les ont reliés aux faits relevés sur les rails ).
Dans cette interview qui a duré plus de 10 minutes, j'ai parlé surtout des vrais saboteurs que sont Pépy ( SNCF ), Gadonneix ( EDF ),..qui saccagent les entreprises publiques en supprimant des milliers d'emplois, détruisant les statuts des salariés de ces entreprises ( prochainement celui de la SNCF où sur la base du volontariat, on "propose" aux agents de " rouler" effectivement 8 heures et non pas 5 heures, dûes aux attentes pour sécurité, aiguillages,..afin d'être plus concurrentiels,..), mais cet aspect de ma réponse n'est pas passé!
J'ai parlé aussi de l'impasse sociale, constaté dans les entreprises où aucune prise en compte des revendications sociales n'existe réellement, constaté également depuis notamment que ce gouvernement ultra-réactionnaire est là et assène son train de "réformes" anti-sociales, enfin de l'impasse politique où droite et gauche sont approximativement sur la même ligne et où LCR/NPA valide son acceptation de la sociale-démocratie. D'où l'impasse que je reprends un peu plus loin dans le passage télévisé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: "L'ultra-gauche" dans le collimateur des RG   Sam 15 Nov - 1:36

Je te comprend tout à fait, Bye : il y a une dizaine d'années FR3 était venu dans nos locaux, lorsque nous revendiquions la séparation du "juge et parti", alors que le gouvernement voulait nous balancer au ministère de l'agriculture...
J'avais été enrregistré pendant une bonne dizaine de minutes, avec des mises en scène orientées, qui me semblaient déjà déplaisantes ... (mais bon, quand on ne connait pas, on s'y plie).
Finalement, ce sont les brefs passages où j'étais placide qui ont été médiatisés...
Ceci dit, je te félicite Guy, pour ton combat de longue date, connu et reconnu (même si on se met sur la gueule, parce que, finalement, trop proches Wink)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: "L'ultra-gauche" dans le collimateur des RG   Sam 15 Nov - 7:51

c'est toujours le même dilemme: comment faire connaître, sans non plus devenir trop proches, par les médias ce que nous faisons ( ou d'autres d'ailleurs ), pensons,..

Sur cet évènement, nous aurions pu décliner l'inviitation: nous pensons que celà aurait desservi le mouvement, ou du moins notre groupe local.Il importait de faire une mise au point de ce que nous sommes réellement, notamment.
De plus, la médiatisation de certains individus entre " dans le plan médias ", et nous sommes plus que méfiants, pour ne pas dire hostiles, à ce type de démarche.
Pour nous, aucune notion de chef, de responsable, de porte-parole,..et celà ne nous empêche pas de retrousser les manches.

Ce n'est pas un renvoi d'ascenseur, mais j'estime ce que tu fais ici ( et ailleurs ), chien Guevara, ainsi que la participation des autres forumeurs. C'est bien pourquoi je suis revenu.
J'ai ( presque ) oublié les " chauds " échanges, dûs entre autres, à mon hyper-sensibilité d'écorché.
Mais je n'ai pas oublié le plaisir d'être sur ce forum, et de vous y apprécier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: "L'ultra-gauche" dans le collimateur des RG   Dim 16 Nov - 2:05

Tu sais, j'aime bien les anarchistes ... tu m'as lu ici ? http://forget.e-monsite.com/rubrique,anarchistes-et-sabotages-sncf,1117318.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: "L'ultra-gauche" dans le collimateur des RG   Dim 16 Nov - 7:09

c'est vrai, et il en est ainsi, d'autres sensibilités d'ailleurs, que les anars sont, pour la plus grande partie d'entre eux, hyper-politisés, lisent énormément, produisent également beaucoup de livres, brochures,..
Nous essayons d'appliquer à nous-mêmes, ce que nous affirmons: l'émancipation du peuple ne peut venir que de lui-même, et de lui seul.
Notre librairie, comme la dizaine d'autres de ce type qui se sont ouvertes ces dernières années, propose depuis 8 ans qu'elle est ouverte, une dizaine de rencontres, d'animations par an: les prochaines autour du livre de Nicole Maillard- Déchenans " pour en finir avec la psychiatrie "( décembre ) et le 28/11, sur le sujet brûlant " Fichage, contrôle, big brother is watching you ", autour du film " pisté par vos gênes ",..

Très bien ton sujet " pas d'armistice pour les anarcho-atonomes "; ce n'est qu'une question de temps qui m'empêche de lire tranquillement la richesse de tes rubriques, et le repérage dans l'articulation des multiples sujets, dignes du foisonnement d'une librairie anar,...lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: "L'ultra-gauche" dans le collimateur des RG   Dim 16 Nov - 20:34

LA NOUVELLE REPUBLIQUE : LA VOIX DE SON MAITRE !

Dans son édition du 12/11/08, La Nouvelle République consacre une page aux
fameux anarcho-autonomes, cette nouvelle ''mouvance'' politique inventée par
le ministère de l'intérieur. Depuis un an, on nous rebat les oreilles sur
ces nouveaux ''terroristes''. Cette campagne de falsification a déjà conduit
des gens en prison, Un exemple parmi d'autres :deux personnes ont été
incarcérées de manière préventive parce qu'elles transportaient des clous et
des fumigènes dans une voiture en se rendant à une manifestation devant le
camp de rétention de Vincennes.
Cette campagne a pris plus de vigueur en raison des ''sabotages'' dont
aurait été victime la SNCF. Le sabotage n'est pas du terrorisme, mais une
pratique militante inscrite dans l'histoire du mouvement ouvrier. Emile
Pouget (un des fondateurs de la CGT) a publié en 1911 une brochure
justifiant le sabotage comme moyen d'action. Sera-t-elle interdite par la
ministre de l'intérieur ?
Que l'on soit d'accord ou pas avec ces formes d'action, amalgamer le fait de
s'en prendre à un outil de travail et tenter de semer la terreur dans la
population ne vise qu'à criminaliser tous les militants s'opposant à la
société capitaliste, en faisant d'eux des terroristes. Militer pour la
régularisation de tous les sans papiers, pour l'arrêt du nucléaire, contre
la culture des OGM devient un acte terroriste pouvant porter atteinte à la
vie d'autrui ou à la sûreté de l'Etat.
Mais la police inspire plus de terreur que des militants : combien de
personnes
se sont défenestrées ou noyées à la seule vue d'uniformes bleus, parce
qu'il
leur manquait le papier que leur refuse le ministère d'Hortefeux ? Le 18
octobre, une femme s'immolait au Mans et décédait le lendemain à l'hôpital
de Tours parce qu'elle ne supportait pas que son compagnon soit expulsé.
La Nouvelle République n'échappe pas à cette propagande. Et publie le
12/11/08, un encart sur la situation en Indre et Loire. « l'ultragauche
[synonyme d'
anarcho-autonomes] tourangelle s'agrège surtout autour des comités de
soutien aux demandeurs d'asile et aux sans-papiers. Il y a une dizaine de
''meneurs''
qui se sont aussi illustrés lors des manifestations contre le CPE et la LRU.
Ils ont, à plusieurs reprises, occupé la faculté des Tanneurs. Ils ont aussi
organisé un squat de sans-papiers place de la Victoire. S'ils ont eu affaire
à la justice, c'est pour des jets de projectiles sur les forces de l'ordre
ou diverses légères dégradations. ».
Une fois de plus la NR est en dessous de tout travail journalistique. Nous
savons qu'il y a un seul Collectif de Soutien aux Demandeurs d'Asile et aux
Sans Papiers en Indre et Loire. Ce pluriel recouvre-t-il aussi RESF 37,
Chrétiens Migrants, voire la CIMADE, qui sur le département, militent aussi
en soutien aux sans papiers et aux demandeurs d'asile ?
La NR affirme qu'il y aurait 10 meneurs : quelles sont ses sources ?
Les militants du CSDASP participent aux luttes universitaires : quoi de plus
normal, puisque plusieurs sont étudiants et qu'ils s'opposent à la
marchandisation de l'éducation. Que d'autres du collectif se sentent
concernés, quoi de plus normal, lorsqu'ils luttent pour des services publics
gratuits et dignes de ce nom !
Le CSDASP lutte aussi sur la question du logement : il interpelle les
autorités pour dénoncer que des hommes, des femmes et des enfants soient
laissés à la rue, qu'ils aient des papiers, ou pas, ou qu'ils soient
français. Il milite pour la réquisition de logements vides : la mairie, la
préfecture ne veulent pas réquisitionner des logements vides, comme les
autorise la loi, alors nous montrons que c'est possible, en ouvrant un squat
à la Victoire avec d'autres.
Mais il n'y a jamais eu de sans papiers à la Victoire. Ainsi donc, pour
conforter son oeuvre de propagande, la NR publie des informations
mensongères !
Le fait que des militants se fassent interpeller lors de manifestations,
cela fait partie, des pratiques régulières de la police, qui cherche aussi à
criminaliser certaines personnes et qui n'hésitent pas à mentir, en sachant
que bien souvent la justice ira dans leur sens. Combien d'entre nous ont
subi des arrestations musclées et ont été accusés d'outrage et/ou de
violence ?
Est-ce que les militants anticapitalistes sont plus destructeurs que les
traders qui ont déjà coûté, au bas mot, 1500 milliards d'euros à la
Communauté européenne et dont les activités spéculatives sont à l'origine de
la misère et la précarité grandissantes en France et dans le monde ? Les
millions de chômeurs à venir en raison de la crise pourront poursuivre
pénalement les capitalistes qui les auront conduit à percevoir le RMI et à
faire appel aux associations caritatives pour pouvoir se nourrir,
s'habiller, obtenir un hébergement ?
Nous ne pouvons passer sous silence le choix de l'expert par ce quotidien :
Jean Phillipe Roy, maître de conférence de sciences politiques à
l'université de Tours. Il déclare « Elle [l'utragauche] me paraît relever de
l'anarcho-syndicalisme, c'est à dire à la fois une vision anarchisante de la
société et une organisation qui essaie de se mettre en place. » Ramener
l'utragauche à l'anarcho-syndicalisme c'est faire preuve d'une profonde
méconnaissance de l'histoire du mouvement ouvrier, de la Révolution
espagnole.
Mais nous laissons les anarchosyndicalistes de Solidaires, de la
Confédération Nationale du Travail ou ceux qui seraient encore à la CGT, le
soin de développer ce point.
Ceci nous confirme que ce quotidien régional est un outil de propagande à la
solde des pouvoirs locaux et la voix de la police.
Plus grave, il y a tout lieu de craindre, que l'encart cité plus haut soit
la version policière de la ''réalité'' de ''l'utragauche'' en Indre et
Loire.
Préfigurerait-il une vague de répression dont nous serions parmi les cibles
? Il devient urgent, qu'à l'échelle locale mais aussi nationale, voire
internationale, la solidarité entre les personnes, organisations politiques,
associations, collectifs, etc. luttant contre l'exploitation et la
domination capitalistes se concrétise. Les classes dirigeantes cherchent à
imposer les élections comme seul espace politique accessible, afin de
pouvoir s'assurer leur pérennité.
Le CSDASP participe à la construction d'une coordination dans le grand ouest
des différents collectifs soutenant les sans papiers, mais cela n'est pas
suffisant.
Réfléchir et agir pour la convergence des luttes. rendra crédible la rupture
avec la société capitaliste pour qu'enfin, les êtres humains soient au
centre des rapports sociaux et en finir avec les profits, l'exploitation et
la domination.
Nous sommes révolutionnaires car nous voulons construire une société fondée
sur les valeurs de liberté, d'égalité sociale et de solidarité.
Tours, le 16/11/08
Collectif de Soutien aux Demandeurs d'Asile et aux Sans Papiers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: "L'ultra-gauche" dans le collimateur des RG   Dim 16 Nov - 20:40

Saboteurs présumés de la SNCF: un air de résistance souffle sur le plateau de Millevaches - LA MOUETTE - Blog LeMonde.fr



http://lamouette.blog.lemonde.fr/2008/11/15/saboteurs-presumes-de-la-sncf-un-air-de-resistance-souffle-sur-le-plateau-de-millevaches/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: "L'ultra-gauche" dans le collimateur des RG   Lun 17 Nov - 1:15

Il y a en effet une disproportion énorme, entre les actes repprochés et les peines encourrues ; pour moi, il existe une différence entre sabotage et terrorisme.
Mais, bon, bien idiot celui qui ne voit pas le fondement de cette médiatisation exacerbée ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: "L'ultra-gauche" dans le collimateur des RG   Lun 17 Nov - 13:02

Pour la chasse à l' ultra-gauche -> Le NPA!



http://as2.unblog.net/component/content/article/1-vrac/37-npastal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: "L'ultra-gauche" dans le collimateur des RG   Lun 17 Nov - 13:04

les Rouennais arrêtés suite à l'affaire de la SNCF, par un dispositif digne de mauvais scénaris américians ont été relachés, aucune charge n'étant
retenue contre eux, ont déclaré leurs avocats, qui dénoncent la criminalisaation d'opinion de jeunes engagés poltiquement sous prétexte qu'ils ne
font partie d'aucune organisation patentée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: "L'ultra-gauche" dans le collimateur des RG   Lun 17 Nov - 13:07

REFLEXes - Du vide entre les oreilles...



http://reflexes.samizdat.net/spip.php?article347
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: "L'ultra-gauche" dans le collimateur des RG   Lun 17 Nov - 16:11

Les habits neufs de l'ennemi intérieur

En France aujourd'hui, le nombre augmente sans cesse de ceux pour qui "ça ne peut pas durer", de ceux pour qui "ça va mal finir". Quand les banques perdent des fortunes, quand on tire au fusil sur la police dans les banlieues, quand on trouve alternativement dans la rue des magistrats, des lycéens, des chauffeurs de taxi et des sans-papiers, il y a bien de quoi s'inquiéter. Et, comme souvent en pareil cas, le réflexe de l'oligarchie est de créer un ennemi intérieur, pour recueillir l'assentiment général dans le resserrage de son dispositif militaro-policier.


C'est dans Le Figaro (8 juin 2007) que paraît le premier article sur les "anarcho-autonomes", reprenant sans état d'âme un communiqué des Renseignements Généraux. Notons en passant que le doublet est un procédé policier habituel pour désigner des groupes à la fois dangereux et repoussants, judéo-bolcheviques, hitléro-trotskistes, islamo-fascistes. Dans ce numéro, on apprend que "les autorités s'inquiètent de la résurgence de groupes extrémistes [...] qualifiés d'anarcho-autonomes par les services de police". Il s'agit de former le profil de la menace, de forger un sujet responsable des actions qui ont entouré l'élection du Président - attaques de locaux de partis politiques, confrontations avec la police, émeutes organisées. Il s'agit de répandre l'idée d'un partage séparant la population, incarnée par son gouvernement, de quelques individus dangereux qu'il faut neutraliser dans l'intérêt de tous.


L'article date donc de juin 2007. Puis vient le "mouvement" contre la loi Pécresse dans les universités. Une vague d'occupations incontrôlées se répand, sur la simple base de la haine politique contre le nouveau régime. Les organisations militantes ne sont pas seulement débordées, elles sont souvent exclues, inadéquates qu'elles sont pour lutter contre un monde qui leur ressemble tant, un monde de gestion et de manipulation. Et comme il faut bien donner un nom à ce qui vous échappe, les organisations commencent à voir partout se propager le péril autonome. Hallucinées, elles imaginent des "totos" partout. A voir le président de Science-Po Grenoble frapper à la barre de fer un malheureux partisan du blocage, on en vient à redouter qu'il ait été lui aussi, homme si doux par ailleurs, atteint du terrible virus.


Le dispositif est en place, il ne reste plus qu'à le nourrir. On arrête donc à Toulouse, dans les derniers jours de novembre 2007, trois jeunes gens transportant en voiture un engin explosif. Deux sont déjà fichés comme "anarcho-autonomes". On trouve chez eux un exemplaire de L'Insurrection qui vient, livre publié chez La Fabrique, et un exemplaire du second numéro de la revue Tiqqun. En janvier 2008, c'est le tour de deux jeunes parisiens, fichés eux aussi: ils sont arrêtés alors qu'ils se rendent à une manifestation contre le centre de rétention de Vincennes. Dans leur voiture, des fumigènes artisanaux. Enfin, quelques jours plus tard, deux automobilistes, dont l'un connu des services comme "anarcho-autonome", sont fouillés et trouvés en possession de chlorate de soude, d'un livre en italien détaillant la fabrication de bombes, et d'un plan de l'établissement pénitentiaire pour mineurs de Porcheville.


Le 2 février 2008, c'est au tour du Monde de se prêter à l'opération médiatico-policière: l'article est intitulé "Les RG s'inquiètent d'une résurgence de la mouvance autonome". La veille, dans Le Figaro, la ministre de l'Intérieur récitait d'ailleurs, avec sa maladresse de vieille fille, la leçon apprise: "Depuis plusieurs mois, j'ai souligné les risques d'une résurgence violente de l'extrême gauche radicale."


La vérité de l'opération policière en cours, c'est ce versant médiatique. Un système qui ne se maintient plus que par l'inflation de ses forces de police doit donner des rebelles une image haïssable: ce sont évidemment "des terroristes" - terme qui désignait, je m'en souviens parfaitement, les combattants de la Résistance à la radio de Vichy. Mais si nul n'a jamais réussi à produire une définition incontestée du "terrorisme" - tant il est vrai que le terroriste de l'un est toujours le résistant de l'autre -, on sait bien ce qu'est l'antiterrorisme, au nom duquel sont poursuivis les huit individus mentionnés plus haut. D'après les lois antiterroristes françaises, ce qui qualifie une infraction de "terroriste" n'est pas intrinsèque à l'infraction. Ici, c'est l'intention qui compte, dès lors que l'on est "en relation avec une entreprise individuelle ou collective ayant pour but de troubler gravement l'ordre public par l'intimidation ou la terreur". Ainsi, les détenteurs de fumigènes dont j'ai parlé ne seraient pas incarcérés à l'heure actuelle s'ils n'avaient pas été préalablement fichés aux RG, s'ils n'étaient pas déjà tenus pour des individus dangereux. De même, c'est par pure construction policière que le chlorate de soude et le document italien sont devenus une bombe "en puissance", destinée à faire sauter la prison pour mineurs de Porcheville.


En réalité, l'antiterrorisme n'a rien à voir avec le "terrorisme". Il s'agit d'une technique de gouvernement visant à éliminer par la force les cellules rebelles de l'organisme social. C'est pourquoi nous devons soutenir les subversifs récemment arrêtés : au moment où l'on s'attend à des troubles graves, leur incarcération préventive est une pure manœuvre d'intimidation menée par la police politique. Ne la laissons pas sans réponse.


Eric Hazan, éditeur, directeur de la maison d'édition La Fabrique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: "L'ultra-gauche" dans le collimateur des RG   Mar 18 Nov - 1:15

Entièrement d'accord avec Eric Hazan study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: "L'ultra-gauche" dans le collimateur des RG   Mar 18 Nov - 8:00

Fabrication d’épouvantails, mode d’emploi
Par DANIEL SCHNEIDERMANN

Stupeur et consternation ! Les terroristes «d’ultragauche» accusés par la ministre de l’Intérieur d’avoir saboté des caténaires de TGV, vivaient paisiblement à Tarnac, petit village de Corrèze. Ils y tenaient même l’épicerie-bar. Les habitants du village expriment tout le bien qu’ils pensaient de leurs commerçants uniques. Qu’à cela ne tienne. Les journaux télévisés unanimes brodent sur la clandestinité du groupe, «qui avait balancé ordinateurs et téléphones portables». Une épicerie, peut-être, mais «une épicerie tapie dans l’ombre», précisa fort sérieusement un journaliste de France 2.

Le journalisme policier est un art difficile. Il ne s’agit pas seulement de recueillir les confidences des enquêteurs, et de tenter tant bien que mal de séparer infos et intox. Il faut encore leur donner la forme d’un roman conforme à ce qu’attendent, selon les cas, les lecteurs, la hiérarchie du journal, ou le ministère. D’où la fabrication ultrarapide «d’épicerie tapie dans l’ombre», d’un «commando» composé d’un «cerveau» et de «lieutenants» réfugiés dans un «QG» ou de «nihilistes potentiellement très violents».

Fabrication, ou résurrection ? Aux plus âgés d’entre nous (disons, les quadragénaires bien avancés) les journaux télévisés de la semaine dernière auront au moins rappelé leur jeunesse. Aux «prêcheurs barbus des caves», aux «gangs ethniques des banlieues», a en effet succédé une autre catégorie de «méchants», bien oubliée, «la mouvance anarcho-autonome». Et resurgissent pêle-mêle les fantômes des glorieux prédécesseurs de MAM, Michel Poniatowski (ministre de Giscard), ou même Raymond Marcellin, titulaire du poste sous Pompidou.

Dans ce concours de fabrication d’épouvantails, notre confrère du Figaro, Christophe Cornevin, se classe hors catégorie. Les ultraépiciers de Tarnac, aux yeux du Figaro, étaient «en totale rupture de ban avec la société», «embarqués dans un mode de vie altermondialiste, vivotant pour certains du négoce de produits agricoles, fuyant le regard des rares riverains qui les entouraient, ces apprentis terroristes de la gauche ultra présentaient un profil bien particulier. Agés de 25 à35 ans pour le plus âgé, ces nihilistes considérés comme «potentiellement très violents» étaient articulés autour d’un petit «noyau dur» d’activistes déjà fichés pour divers actes de violences et de dégradation. A priori, aucun d’entre eux ne travaillait. «Cela ne correspondait pas à leur philosophie», lâche un enquêteur. Les femmes de la bande, quant à elles, sont plus volontiers dépeintes sous les traits de "filles de bonne famille issues de la bourgeoisie de province". Un profil somme toute guère étonnant au regard de la jeune fille chic en Burberry qui répondait au nom de Joëlle Aubron à l’époque d’Action Directe».

Paresse, lâcheté, violence, trahison de sa classe d’origine : tous ces traits de caractères individuellement, sont inquiétants. Regroupés, ils composent un tableau terrifiant. Le lendemain, le titre d’un article du même journaliste nous apprend que «l’ADN est au cœur de l’enquête». Mais au cœur de l’article… rien sur les preuves ADN.

A croire d’ailleurs que la fabrication d’épouvantails médiatiques est une spécialité en soi. Une recherche au sujet de Christophe Cornevin dans le moteur Google, donne une idée de l’ampleur des compétences du confrère. «Une dizaine de lascars sont affalés sur les bancs de la salle des pas perdus de la 23e chambre correctionnelle, écrit le journaliste. Agés de 17 à 22 ans, ils sont dans leur écrasante majorité originaires d’Afrique noire» (7 septembre 2007, article intitulé «L’essor des gangs africains dominés par le vol et la violence»). «Les barbus s’activent derrière les barreaux», titre leFigaro en septembre. Détails : «Ces religieux clandestins se sont radicalisés en surfant sur Internet, confie un haut responsable de l’AP. Ils distillent des fragments de sourates pouvant faire référence à la violence et reprennent un discours moyenâgeux pour convertir leurs compagnons de cellule.»

Mais lorsque la tendance des épouvantails vire au modèle «trader fou», notre artisan sait aussi se reconvertir, comme dans cette description balzacienne des objets saisis lors d’une perquisition chez l’ancien trader de la Société générale Jérôme Kerviel : «Sur une table placée aux abords de l’impressionnant écran plat qui trône dans la pièce principale, ils ont notamment trouvé deux téléphones portables, un livre de réglementation bancaire, un numéro de la revue Investir intitulé «Comment s’enrichir en 2008», une canette entamée, une boîte de cigares Monte-Cristo et un exemplaire du Coran comprenant une version arabe et sa traduction en français.»

Ça ferait rire, si ça ne faisait pas peur. Ça ferait peur, si ça ne faisait pas rire.



http://www.liberation.fr/medias/0101266655-fabrication-d-epouvantails-mode-d-emploi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: "L'ultra-gauche" dans le collimateur des RG   Mar 18 Nov - 19:44

Sabotages SNCF: le père de Julien Coupat défend son fils



Thierry Zoccolan AFP ¦ Contrôle
de police aux abords de Tarnac après des arrestations le 11 novembre
2008 dans l'enquête sur les sabotages visant la SNCF


Gérard Coupat, le père du jeune homme suspecté d'être le leader du
groupe ayant commis des sabotages sur le réseau SNCF, sort de son
silence. Ce médecin confie sur RTL ce mardi matin n'avoir aucune nouvelle de son fils depuis le 11 novembre, date à la laquelle il a été placé en garde à vue avec neuf autres personnes. Mis en examen samedi, il est passible de vingt ans de réclusion criminelle pour des faits terroristes.

«L'avocat l'a aperçu, il va plutôt bien. C'est un garçon qui a toujours
fait du sport», indique-t-il sur les ondes. Connaissait-il ses
«activités»? «Je connaissais ses activités d'écrivain (Julien Coupat serait notamment l'auteur d'un bréviaire de la lutte armée), répond-il, précisant que cet étudiant en sociologie a «des contacts remarquables avec ses parents».

«Qu'est-ce que ça veut dire "l'ultragauche"?»

Quant à ce dont on l'accuse, Gérard Coupat estime qu'il s'agit d'«une
action politique» et non «terroriste». «Qu'est-ce que ça veut dire "l'ultragauche"?
C'est encore une création du directeur marketing du ministère de
l'Intérieur», s'insurge-t-il, soulignant que l'univers dans lequel
gravite son fils est davantage un «monde d'intellos», emprunt de poésie
à la «André Breton».

«Si l'action violente, c'est de se révolter contre des trains de
déchets nucléaires, alors bien sûr», ose-t-il. «Je suis atterré. Avec
cette stigmatisation, je vais devenir moi aussi un terroriste»,
conclut-il.

http://www.20minutes.fr/article/273350/France-Sabotages-SNCF-le-pere-de-Julien-Coupat-defend-son-fils.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: "L'ultra-gauche" dans le collimateur des RG   Mer 19 Nov - 7:35

on fabrique un épouvantail médiatique | Rue89



http://www.rue89.com/2008/11/18/extreme-gauche-on-fabrique-un-epouvantail-mediatique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: "L'ultra-gauche" dans le collimateur des RG   Mer 19 Nov - 9:43

"le mot "terrorisme" permet aux gouvernements de se dédouaner de la dimension terroriste de leurs propres politiques" (Noam Chomsky)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: "L'ultra-gauche" dans le collimateur des RG   Mer 19 Nov - 20:28

Lundi un comité de soutien aux inculpés du 11 novembre (Tarnac et autres) s'est constitué (cf PJ). De plus, un site vient d'être ouvert, sur lequel vous trouvez au fur et à mesure diverses informations ; l'adresse est : www.soutien11novembre.org/ .
Face à la manipulation et à la désinformation à propos des "inculpés de Tarnac", nous devons réagir au plus vite. Tout le monde est plus ou moins concerné : la criminalisation de toute contestation politique et sociale s'étend peu à peu. Il faut bien en avoir conscience (de nombreux exemples pourraient être donnés).
Soutenir les inculpés du 11 novembre revient à anticiper le soutien dont, nous mêmes, pourrons peut-être avoir besoin un jour.

Nous pouvons (devons) :
-- créer ou aider à la création de comités de soutien (indépendants ou non) partout où c'est possible,
-- écrire aux inculpés, en particulier aux cinq qui sont emprisonnés,
-- verser de l'argent pour les divers frais ( aide au cantinage des emprisonnés, avocats, affiches, tracts, publications...),
-- participer à des campagnes d'information,
-- faire circuler l'information autour de soi, dans nos réseaux...
-- contacter un maximum de personnes "médiatiques" (même si cela n'est pas dans nos habitudes) : intellectuels divers (universitaires, philosophes, écrivains...), artistes, politiques.
-- ...

Dans un premier temps, nous devons mettre toutes nos forces pour obtenir :
-- la libération des cinq écroués et
-- la requalification des accusations (entre autres la suppression du qualificatif de "terroriste" -- c'est trés important car cela conditionne la demande de libération provisoire et, bien sûr, c'est trés déterminant quant à la longueur de la peine encourue).
Pour cela, nous devons exercer une forte pression permanente sur :
-- les médias,
-- le gouvernement,
-- les politiques,
-- les syndicats...

Ne pas se décourager et tenir bon.
Amicalement.
Francis LAVEIX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: "L'ultra-gauche" dans le collimateur des RG   Jeu 20 Nov - 21:56

NOUS SOMMES TOUS DES TERRORISTES!

Depuis le 11 Novembre, notre ministre de l'intérieur et l'autorité judiciaire entretiennent savamment la fièvre médiatique autour du nouvel ennemi intérieur. Après l'immigration des travailleurs clandestins sapant l'économie, les réseaux de barbus infiltrés prés a répandre le sang, la racaille des cités populaires incendiant nos villes, les casseurs violents contre le CPE, le danger s'appelle « mouvance anarcho-autonome ». Sans preuves et sans procès, les coupables sont là. L'Etat, la justice et la presse piétinent allégrement la présomption d'innocence, heureux que la jeune Direction Centrale du Renseignement Intérieure leur offre si tôt de si beaux bouc-émissaires. La France peut avoir peur. Redite des Irlandais de Vincennes? Nous laissons aux prévenus et leurs avocats prouver leur innocence.

La France a peur, oui. 9 jeunes gens subissent des lois d'exceptions, sont accusés de terrorisme. Parce qu'ils lisent. Parce qu'ils écrivent. Parce qu'ils communisent leurs revenus et leurs biens. Parce qu'ils cultivent un potager bio. Parce qu'ils préfèrent faire eux mêmes ce dont ils ont besoin. Parce qu'ils refusent l'individualisme sclérosant et déprimant en vivant en communauté. Parce qu'ils manifestent. Le GIGN saute sur un bateau parce que des grévistes utilisent leur outil de travail, des faucheurs d'OGM sont emprisonnés, des manifestants aussi pour avoir transportés des fumigènes et des clous tordus crevant des pneus. La France peut avoir peur, celle des révoltés et insoumis, celle aussi des blogueurs et forumeurs, des bibliophiles et des tricoteurs, des colocataires et pire, celle des bricoleurs et jardiniers. Nous sommes tous des terroristes.

Des gamins tous les jours arrêtent les trains en tirant sur les sonnettes d'alarme. Saboteurs! Terroristes? Nous ne savons pas, nous anarcho-syndicalistes, ce qu'est une « mouvance anarcho-autonome », terme facile et flou inventé par les policiers. Nous savons ce qu'est l'anarchisme ouvrier, nous savons ce qu'est l'autonomie prolétarienne. Nous nous souvenons qu'un secrétaire général de la CGT, un fondateur, a théorisé le sabotage comme outil de lutte lorsque la grève et la manifestation ne sont plus possibles. Il fait partit de l'héritage du mouvement ouvrier, comme nos mutuelles et nos syndicats. Ce n'est pas du terrorisme. C'est de la résistance. Nous sommes loin de la lutte armée. Quel que soit l'auteur de ces sabotages, quel que soit ses motifs, une loi d'exception est absurde. Nous voyons a quel point notre société policière peut facilement, avec ses fichages, ses dérogations, sa puissance reprendre notre maigre liberté et notre faible égalité et détruire nos espaces de lutte. Comment il peut nous entôler si nous sortons de la norme et cherchons d'autres possibles.

Contre la criminalisation du mouvement social

Rassemblement Samedi 22 Novembre 14H devant le Palais de Justice

CNT AIT UL ROUEN

Communiqué du groupe de Rouen de la Fédération Anarchiste.

Le groupe de Rouen de la Fédération Anarchiste exige la libération immédiate des personnes retenues prisonnières et mises en examen, car les dossiers sont vides.

Les vrais saboteurs des services publics par leur politique de suppressions d’emplois massives, la privatisation de l’école, du rail, de l’énergie, attentent à nos vies, par leur politique criminelle et leur soif de pouvoir et sont hélas, bien connus, qu’ils siègent à la tête de l’Etat et des entreprises complices.

Les multiples « incidents », retards, constatés sur le réseau SNCF,notamment, et imputable à ses seuls dirigeants, sont ainsi masqués par une campagne d’intoxication où toute contestation, radicale ou non, est réunie dans un vaste amalgame de criminalisation du mouvement social où le terrorisme, volonté délibérée de tuer des personnes, côtoie la manifestation sociale, le diffuseur de tracts, l’internaute, le gréviste, l’opposant déterminé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: "L'ultra-gauche" dans le collimateur des RG   Ven 21 Nov - 9:43

COUPS DE BOULE
Ces ultras-gauchistes qui sabotent les trains
Coup de boule / mercredi 12 novembre par Arthur
http://www.bakchich.info/article5796.html

On connaissait Ultra, la lessive, mais voici que ce vocable revient à la mode avec les odieux malfaisants de « l’ultra-gauche » qui ont saboté quelques caténaires de la SNCF. Ne pas confondre avec l’extrême-gauche polie et encartée. L’ultra, c’est encore plus à gauche, aux confins de la galaxie politique.
C’est bien simple : au delà de cet ultra, on tombe dans les trous noirs. Faut voir combien les journalistes de la télé et de la radio se régalent avec ces « ultras ». Le 11 novembre, date anniversaire de l’ultra-guerre, conduite par les ultra-politiciens qui ont envoyé à l’ultra-boucherie des millions de biffins innocents, les journaux de France 2 et France 3 ont ouvert sur l’arrestation des ces ultras-saboteurs. La France (qui avait peur, certainement, de rater une correspondance) respire : les trains arriveront à l’heure. La France est sauve.

Pendant ce temps, cette diversion arrive à point pour faire oublier aux masses interloquées l’ultra-crise financière dont sont responsables nos ultra-banquiers. On reconnaît là l’habileté du monde politique qui trouve des milliards pour sauver les banques en même temps qu’il trouve un quarteron d’ultras
dans la campagne corrézienne. Avec la même vitesse.

Dans ces mêmes journaux télévisés, le sujet « ultra-gauche » venait, comme par hasard, à côté d’un film allemand sur la bande à Baader. Judicieux rapprochement. Certes, nos ultras libertaires sont plus gentils et moins efficaces que les terroristes allemands. Ils ne posent pas des bombes dans les gares mais des bouts de ferraille sur les lignes SNCF. Mais le message est le même : attention à ces extrémistes qui menacent la paix sociale et refusent l’ordre établi. L’enquête le prouvera : mais ces ultras, si ça se trouve, n’avaient pas de compte bancaire au Crédit Agricole et n’ont pas perdu un centime dans
la débâcle boursière ! C’est dire leur incivisme : refuser de partager le sort de millions de Français !
On rêve pour eux une peine exemplaire : l’interdiction bancaire à la Banque de France !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "L'ultra-gauche" dans le collimateur des RG   Aujourd'hui à 7:31

Revenir en haut Aller en bas
 
"L'ultra-gauche" dans le collimateur des RG
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» "Je t'Aime" dans toutes les langues
» "camp d'Idron" un coup à droite, un coup à gauche
» Dans la série "LES TENUES PRINTANIERES"
» RMC Découverte : "Champs de Bataille : 1944, Dans l'Enfer des haies".
» "Walden ou la vie dans les bois", Thoreau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions dans la niche :: L'actu du jour :: Actualité, médias, scoops, ...-
Sauter vers: