Discussions dans la niche

Pour les amis, fidèles à mon site
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 vous demandez la violence , ne quittez pas, ici la police

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: vous demandez la violence , ne quittez pas, ici la police   Mar 21 Oct - 19:29

violences policières à Montfermeil; les 2 policiers en garde en vue

http://www.liberation.fr/societe/0101163754-violences-policieres-a-montfermeil-les-deux-policiers-en-garde-a-vue?xtor=EPR-450206
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: vous demandez la violence , ne quittez pas, ici la police   Lun 27 Oct - 6:50

L'EDMP invite vendredi 14 novembre 2008 à 19h rencontre/débat avec Maurice RAJSFUS


L'EDMP invite

vendredi 14 novembre 2008 à 19h

rencontre/débat avec

Maurice RAJSFUS

autour de 4 livres

---------------------

Dans une adresse aux Français du 5 juin 1976, le ministre d'Etat - de
l'Intérieur, Michel Poniatowski écrivait...

« Madame, Monsieur,
C'est le devoir de la police de vous protéger.
Elle s'y applique et de nombreux voyous ont été, grâce à son action,
arrêtés, déférés à la justice... »

... Il y dispensait aussi des conseils:
« LORSQUE VOUS ETES A VOTRE DOMICILE, ENFERMEZ-VOUS !
LORSQUE VOUS ETES DANS LA RUE, SOYEZ PRUDENT !... »
et bien d'autres, tout autant avisés, pour conclure :
« VIVEZ TRANQUILLES, et n'hésitez jamais à aller voir les policiers
pour leur demander conseil, aide et protection. »
Discours sécuritaire, démagogique... apeurer pour faire taire les
critiques.
Trente ans ans plus tard, le discours officiel est de la même veine...
en pire, tandis que, partout dans le pays, rafles, chasse aux sans
papiers, chasse à l'enfant, poursuites pénales pour « outrages et
rebellion », criminalisation des citoyens défenseurs des droits
fondamentaux, extension de fichiers liberticides... ne cessent de
croître.

Il faut qualifier cette politique : xénophobie d'Etat, indigne.

Ecrivain, historien, Maurice Rajsfus* - co-fondateur et président de
l'Observatoire des libertés publiques qui publie Que fait la police ?
Bulletin d'information anti-autoritaire**- est l'auteur de nombreux
livres sur la question de la police - d'hier et d'aujourd'hui - et le
rôle des forces répressives en France.

* Entretien avec Maurice Rajsfus
Réflexions sur la police française http://raforum.info/article.php3?id_article=4279

** http://quefaitlapolice.samizdat.net/

---------------------------------------------------------
Un repas fraternel suivra le débat. INDISPENSABLE : s'inscrire en
téléphonant au 01 44 68 04 18

EDMP 8 impasse Crozatier 75012 Paris - métro Reuilly-Diderot/
Faidherbe-Chaligny
--------------------------------------------------------------------------------
4 livres

1. Portrait physique et mental du policier ordinaire

Au risque de passer pour des débiles profonds,
faisons un rêve.
Et si le policier protégeait
le faible contre le fort,
le pauvre contre le riche,
l'exploité contre l'exploiteur,
les militants des Droits de l'Homme contre les tenants du pouvoir fort ?
Comment réagirait le monde policier si on lui expliquait que la
démocratie est bien plus menacée par ces forces de l'ordre trop
nombreuses
que par la "racaille" que Nicolas Sarkozy prévoyait d'envoyer en
prison dès l'âge de dix ans ?
De telles fictions ne peuvent que faire rire ceux qui ont la lourde
tâche de nous surveiller au quotidien pour nous indiquer
inlassablement le droit chemin.
Celui que nous n'aurions jamais dû quitter...
Et pourtant, il reste toujours des insoumis qui refusent certaines
formes d'autorité, avec cette certitude chevillée au corps que la
société peut vivre paisiblement sans police.
Peut-être n'est-ce là qu'une utopie, mais comment vivre sans utopie ?

http://quefaitlapolice.samizdat.net/?p=24



2. Les mercenaires de la République

L'ouvrage de Maurice Rajsfus a pour qualité essentielle de dresser à
partir de ses activités quotidiennes, le portrait-type du policier
français.
Pour faire respecter "l'ordre ", ce dernier se doit avant tout
d'être craint. Donc, d'être violent et d'employer un langage
vulgaire. Son cousin germain, le gendarme mobile, a sa propre méthode
pour faire peur à ses cibles potentielles : il se déguise en "
Robocop ". Véritable " Père Fouettard " de l'ère moderne, pauvre
vestige du fantasme d'un guerrier viril et dégagé de tout sentiment
humain, il n'existe que pour punir.
Bien à l'aise dans leur rôle répressif, les policiers et leurs aides
ont dans le collimateur tous les individus qui croient à la liberté
d'expression et à elle de circuler librement, bref d'exister. Et
malheureusement, dans beaucoup d'autres cas, le simple droit de
survivre, pour les exclus que sont les sans-papiers, les SDF, les
chômeurs et autres précaires. Face à ces "agents du désordre ", les
policiers ne respectent qu'un seul principe, le leur : celui du plus
fort.
Le policier n'a pas d'amis. Pour lui, le civil est " forcément"
suspect, aurait pu écrire Marguerite Duras.


http://www.decitre.fr/livres/Les-mercenaires-de-la- Republique.aspx/
9782915514124




3. Candide n'est pas mort!

Pour le Candide de Voltaire, tout devait aller pour le mieux dans le
meilleur des mondes possibles, comme le lui enseignait le professeur
Pangloss. C'était au temps des Lumières et tous les rêves pouvaient
paraître raisonnables. Est-il possible de jouer les naïfs, deux cent
cinquante ans plus tard, s'interroge Maurice Rajsfus? En ces temps de
retour à la barbarie politique et économique, il est difficile de
l'envisager. Pourtant, il suffit d'un seul Candide pour gripper les
mécansimes d'une machine qui ne cesse de s'emballer.

http://www.decitre.fr/livres/Candide-n-est-pas-mort.aspx/9782749112886


4. 17 rue Dieu

À l'approche de ses quatre-vingts ans, un rejeton d'immigrés juifs
polonais tente d'analyser la nature profonde de la terre d'exil
choisie par ses parents.
C'est une vision sans concession d'un pays où les acquis de la
Révolution française et des luttes populaires des XIXe et XXe siècles
ont été peu à peu renvoyés aux oubliettes de l'histoire. _
En ligne de mire les grandes institutions que sont
l'Eglise, l'armée et la police - généralement forces de régression
sociale. En fond de décor, une population dont de trop nombreux
éléments sont
plus xénophobes - et parfois racistes - que chaleureux._
Au fil des pages, il rappelle que son père et sa mère ont disparu,
dans un silence coupable, lors de la tourmente raciale au temps de
l'occupation allemande et du régime de Vichy.
Reste l'espérance d'une société différente. Pourtant, le
désappointement est également présent, tant d'années après la
Libération, car la promesse d'un monde meilleur s'éloigne
dans le même temps que les forces dites de progrès s'avèrent, elles
aussi, destructrices de l'espérance qu'elles pouvaient porter.
Subsiste, heureusement, l'indispensable colère qui permet de ne rien
oublier, tout en posant des jalons pour l'avenir.__

Extrait du livre : _Prélude __Tu n'habites plus à l'adresse indiquée
__Tu ne m'avais jamais écrit.
Bien sûr, il est vrai que nous avons été rarement séparés pour de
longues périodes. Jusqu'au 16 juillet 1942, en tout cas.
Une certitude, je ne possède aucune trace d'un quelconque courrier
qui nous aurait été adressé, lorsque nous partions en colonie de
vacances, avec ma soeur.
C'est plutôt ma mère qui écrivait. _La seule lettre destinée à tes
enfants est datée du 27 juillet 1942.
C'est un minuscule morceau de papier, glissé par les interstices des
lattes de bois d'un wagon de marchandises,
sur lequel sont écrits, d'une main rendue tremblante par les chaos du
train, ces quelques mots tragiques : «Nous partons vers l'Allemagne»,
avec l'adresse au dos.
Ce haillon de papier mettra plusieurs mois à nous parvenir car le
nom de la ville était peu lisible.
Finalement, après une longue recherche au rebut des PTT, ce qui
pouvait se lire comme Vilou s'était avéré être Vincennes, grâce à
des postiers scrupuleux.
C'est ainsi que cette sinistre missive est enfin arrivée à
destination. Comment oublier le passant qui a ramassé ce message pour
le confier à un bureau de poste ?
Geste généreux, peut-être même résistant, en tout cas convivial.
En un temps où chacun paraissait se désintéresser du sort de l'autre,
il était malgré tout possible que des braves gens puissent se
manifester sans qu'un fonctionnaire leur demande, à la vue de ce
courrier insolite :
«De quoi vous mêlez-vous ?

http://www.lechoixdeslibraires.com/livre-59866-17-rue-dieu.htm
_____________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: vous demandez la violence , ne quittez pas, ici la police   Lun 27 Oct - 21:25

Pour la Justice, le jeune "tasé" ne menaçait pas la police



http://www.rue89.com/marseille/2008/10/27/pour-la-justice-le-jeune-tase-ne-menacait-pas-la-police

police nationale
police du capital
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: vous demandez la violence , ne quittez pas, ici la police   Mar 28 Oct - 16:36

De toutes façons, j'ai toujours pensé que ce n'était pas l'insécurité qui créait la répression, mais le contraire.

Souvenons-nous de Carlo Giuliani, altermondialiste pacifiste, abattu à bout portant par un flic, lors du G8 de Bolzanatto...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: vous demandez la violence , ne quittez pas, ici la police   Aujourd'hui à 14:35

Revenir en haut Aller en bas
 
vous demandez la violence , ne quittez pas, ici la police
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il n'y a pas d'abonné au numéro que vous avez demandé …
» Vous demandez quoi à vos enfants de 3 ans (avant 4 ans) ?
» Pouvez-vous m'aider à choisir un siège auto ?
» que pensez vous de ces sourcils ?
» Vous souvenez-vous de vos quarts à la coupée ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions dans la niche :: Aboiements :: Vos coups de gueule-
Sauter vers: