Discussions dans la niche

Pour les amis, fidèles à mon site
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Témoignages immigrés et le parcours du combattant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Clode
Révolutionnaire
Révolutionnaire


Nombre de messages : 4621
Age : 60
Date d'inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Témoignages immigrés et le parcours du combattant   Dim 7 Sep - 9:59

Visite d’accueil à l’ANAEM : Le sketch n’a pas eu lieu








Je
veux présenter ce témoignage pour que les gens se rendent compte de
l’effort que doivent faire les immigrés et le parcours du combattant
qu’ils doivent traverser pour être dans les règles. On croirait que
tout est devenu plus facile pour les cadres (Bac + 5 ou plus), ceux qui
font partie de l’immigration « choisie ». Certes, au niveau salaires et
embauche, il n’y a pas de souci à se faire, mais au niveau des
démarches au près de la préfecture : c’est une toute autre histoire …









Cela fait 7 ans que je suis en
France. Peu importe ! Quand on change de statut d’étudiant immigré à
salarié immigré, il faut refaire toutes les procédures administratives
et passer donc par la visite d’accueil à l’ANAEM(1). Ce qu’il faut
savoir c’est qu’en tant qu’étudiant étranger, on dispose d’un titre de
séjour provisoire renouvelable d’une année. Ce titre de séjour permet
de travailler à mi temps(2) mais interdit d’occuper un emploi à plein
temps.

La
visite d’accueil fait partie d’un long processus pour confirmer son
changement de statut d’étudiant vers salarié. Cela peut se comprendre
du point de vue de l’administration française : en tant qu’étudiant, il
n’est pas sûr que l’immigré reste en France. Là, s’il fait cette
démarche, on est presque sûr qu’il va s’installer définitivement. C’est
pour cela que le parcours a été particulièrement long et harassant.
Embauche à coup sûr
J’ai
fait mon stage de fin d’année dans mon entreprise sachant que j’étais
sûr que j’allais être embauché. En effet, dès la recherche du stage, il
faut s’assurer d’une embauche au bout. Pour cela, j’ai dû refuser une
offre de stage de AIRBUS malgré le prestige. Les recruteurs de AIRBUS
m’ont assuré qu’il n’y avait aucune chance d’embauche en plein plan
POWER 8.
Et comme je suis
étudiant étranger, je ne peux me permettre ce risque. Faire un stage de
prestige chez AIRBUS et se retrouver sans travail durant l’été peut
s’avérer un piège puisqu’on peut se retrouver sans boulot et donc, sans
aucun moyen de renouveler son titre de séjour en France.
La
procédure de changement de statut est longue … très longue. Mon stage
finissait Fin Juin, j’ai eu ma promesse d’embauche à la mi-Mai et c’est
à ce moment là, qu’avec mon entreprise on a lancé les démarches. Pour
vous donner un ordre d’idée, je vais recevoir ma carte de séjour durant
la semaine prochaine. La procédure a donc duré un peu moins de 4 mois.
Je vous épargne les détails du dossier qu’il a fallu constituer mais ces quelques éléments sont à noter :
- L’entreprise
pour engager un étranger pour la première fois doit s’acquitter d’une
taxe de 1600€ pour la visite médicale à l’ANAEM.

- L’entreprise doit déposer
une annonce à l’ANPE durant 3 semaines. Elle doit prouver qu’aucun
candidat français ne sied au poste et que je suis leur dernier recours.
Si un français se présente durant cette période, il faut lui donner la
priorité sur ma candidature à compétence égale (même si j’ai
fait 5 mois de stage et que l’entreprise est sûre de m’engager). Ce qui
se passe concrètement, est que l’entreprise présente une offre de stage
taillé sur mon profil.

Ce deuxième point est particulièrement
injuste puisque le processus de sélection des candidats a déjà eu lieu
lors des auditions pour les stages. Si j’ai été sélectionné, à
compétences égales, entre 10 candidats dont 7 français et 3 étrangers,
pourquoi refaire la procédure administrativement ?
Les
moyens de contrôle ne s’arrêtent pas là puisque la DDTTEP(3) doit
donner un avis favorable à mon embauche : ils épluchent mon parcours
d’étudiant et vérifient si ma formation correspond bien à mon futur
poste.
Autre point sensible de la procédure, le début de l’embauche. Vu que mon entreprise ne peut m’embaucher en tant qu’étudiant à plein temps, elle est obligée de faire autrement.
Du coup, la seule solution est de passer par un CDD qui durera 3 mois au maximum, le temps que j’ai ma carte de séjour salarié.
Cette
longue procédure a donc des conséquences périphériques. Car, le CDD
signifie pas de CDI avant 3 mois, et donc, des chances très faibles
pour trouver un appartement. J’ai eu de la chance pour ma part puisque
je vis avec unejolie française et que l’agence a accepté mon dossier.
Ce qui n’est pas le cas de certains de mes collègues étrangers … Car,
on ne peut rester indéfiniment dans les résidences étudiantes …
Finalement,
pour comparer, mes collègues français ont eu leurs propositions début
Juin. Ils ont eu le temps de réfléchir et surtout de chercher ailleurs
pour trouver mieux. Pas de souci pour eux puisqu’ils ont commencé le 1er Juillet en CDI.
Attention :
il ne s’agit pas pour moi de pleurnicher. C’est la règle du jeu : je
comprends mieux le concept de travailleur immigré plus « servile ». Car
avec toute la procédure à côté, je ne peux me permettre de chercher
ailleurs, de faire monter les enchères au niveau salaire, de trouver
une entreprise qui est prête à affronter cette procédure monstre… C’est
une question de priorité.
Il s’agit juste de donner une idée.
Dernière étape : visite à l’ANAEM.
Cette
visite est obligatoire pour obtenir son titre de séjour. Je me suis
déplacé donc pour une demi-journée (que mon entreprise a dû libérer).
J’y suis allé avec une certaine appréhension : surtout que les
expériences des allées et venues vers la préfecture ne sont pas de tout
repos. Car, en plus de la longueur de la file d’attente et du temps
qu’il faut consacrer à, il y a une certaine ambiance oppressante à la
préfecture. On est toujours sous le risque de tomber sur un agent zélé
qui peut refuser votre dossier et vous obliger à des allés/retours
qu’on ne peut se permettre en tant que salarié.
J’étais
sûr que cette visite allait être un grand sketch bourré de clichés. Je
comptais d’ailleurs m’en inspirer pour vous présenter ce témoignage
écrire un sketch pour mon futur one man show.
Or … il n’en fut rien !
Première
remarque : les locaux de l’ANAEM sont neufs et le bâtiment en lui-même
est moderne. Nous sommes une quinzaine, ce qui contraste avec les
centaines s’entassant à la préfecture. L’accueil est très agréable. Les
sourires des agents qui nous accueillent rassurent. C’est un autre
visage de l’administration française.
Deuxième
remarque : les agents « clefs » sont des français d’origine immigrée ou
immigrés eux-mêmes. Nous avons en face une France métissée : la chef de
service est française à l’accent toulousain, d’origine nord africaine.
La traductrice arabe est marocaine. L’assistante sociale a un charmant
accent nordique.
Leur
discours est un discours de bienvenue. Ils rappellent quelques
principes de la république française : liberté, égalité, fraternité,
laïcité. Tout cela dans le respect (loin de certains discours
agressifs…).
Le parcours
est simple : une visite médicale ainsi qu’une « audition » pour évaluer
notre français. Mais d’abord place au … film d’accueil ! C’est la seule
fausse note de cette visite.
Il
y a certes quelques images agréables. Ce sont celles par exemple des
manifestations ou du canard enchainé en train de se faire imprimer …
C’est ce qui m’a fait aimer la France personnellement car elles
illustraient la liberté d’expression, la liberté de se syndiquer et de
protester…

Mais dans la majorité, le film était naïf et assez drôle.
Il
explique le pays aux nouveaux venus. Je me rappelle de ce passage « La
France est un pays attaché à sa culture » avec des images de vieux
jouant à la pétanque !
Passons.
Juste
après ce film, c’est au tour de la traductrice. Elle parle un arabe au
fort accent … marocain ! J’ai mieux compris la présentation française
que la présentation en « arabe ». Ce qui est assez choquant est que la
traductrice a commencé son discours par « Mabrouk Ramadan ». Le joli
discours de la laïcité tombe à l’eau dès le départ ! Ce n’est pas parce
qu’on était tous des maghrébins, qu’on est sensés être des musulmans.
Mais c’est sûr que ce geste a été très bien accueilli par les autres.
C’est
la discrimination positive ou plutôt, la projection dans des personnes
qui nous ressemble par notre appartenance qui a mis tout le monde à
l’aise (à part moi-même : je n’étais pas à l’aise avec le fait qu’il
fallait nous parler en arabe, même si c’est « sympa »). Ce processus de
communautarisme positif fait penser que l’administration l’utilise à
son propre avantage.
Encore
plus impressionnant, tous les postes clefs ont été choisis de telle
façon qu’en face de nous se trouve une personne de la même origine. Le
médecin par exemple, m’a parlé en arabe la majorité du temps.
J’ai
été un peu choqué par cette façon de faire puisque je crois avoir
compris les fondements de la république : il faut transcender sa
communauté pour faire partie de la société. Or, en nous accueillant par
des gens de notre communauté, on nous pousse vers celle-ci.
Mais
je suppose que tout cela a été pensé pour que les nouveaux arrivants
aient un premier contact positif et rassurant avec des français qui
finalement … leur ressemblent.
Dernière
étape est l’audition avec la chef de service pour l’évaluation de mes
capacités linguistiques. Je craignais ce moment, non pas que j’aurai
fait des « fote d’ortougrafe » mais j’aurais trouvé cela insultant de
subir une dictée et une rédaction de CP…. Car, c’est ce qui est arrivée
à d’autres collègues ayant fait la procédure l’année dernière …
Mais
il n’en fut rien ! La chef de service était très accueillante et après
les questions de routine, elle m’a vivement encouragé à « demander la
nationalité ».
- Parce que je suis là depuis longtemps ?(4)

« Oui mais surtout parce que vous êtes BAC + 5. Ne tardez pas à le faire ! »
J’ai signé le contrat (à lire ici) et je vais pouvoir récupérer ma carte de séjour bientôt ...
Cette
visite à l’ANAEM a été agréable et malgré les déboires de la
procédure : c’est une bonne idée même si son concept reste très
« américain ». C’est une méthode à la Sarkozy mais qui m’a agréablement
surprise malgré quelques fausses notes …
Voilà,
j’ai essayé de présenter ce témoignage de la façon la plus objective
possible. Les faits ont été présentés et c’est à chacun de se faire son
idée.(1) ANAEM : Agence Nationale d’Accueil des Etrangers et des Migrations



(2) A noter que ce contingent d’étudiants arrivé
avec un VISA d’étude n’est pas comptabilisé dans les statistiques du
ministère concernant les immigrés qui travaillent.
(3) DTTEFP : Directions départementales du Travail, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle
(4)
A noter qu’en tant qu’étudiant, il était presqu’impossible d’avoir la
nationalité. Toujours à cause du concept de titre de séjour
« provisoire ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/et51claude
 
Témoignages immigrés et le parcours du combattant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Parcours du combattant pour bébé qui rampe ?
» 1ère grossesse... un parcours du combattant ?
» parcours du combattant 14-18, pas à pas, site intéressant
» AVA2C OU LE PARCOURS DU COMBATTANT ...
» Le parcours du combattant des commandos parachutistes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions dans la niche :: Discussions libres :: Parler de tout et de rien...-
Sauter vers: