Discussions dans la niche

Pour les amis, fidèles à mon site
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Immigration, derrière les statistiques, les drames humains

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Immigration, derrière les statistiques, les drames humains   Lun 20 Oct - 23:35

Clode, t'avais prévu quelque chose ce week-end ? Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Immigration, derrière les statistiques, les drames humains   Mar 21 Oct - 19:18

De nouvelles émissions sont écoutables et téléchargeables en ligne sur le
site de FPP (http://www.rfpp.net/rubrique.php3?id_rubrique=7), où elles
resteront quelques semaines avant qu'on en mette d'autres :

- RETENUS DU MESNIL-AMELOT ET DE PALAISEAUX / Octobre 2008 : nouveaux
témoignages par téléphone des sans-papiers retenus aux centres de
rétention du Mesnil-Amelot et de Palaiseaux.

- LA TRANSFORMATION DES CENTRES DE RÉTENTION / Diffusion de
l’enregistrement de l’intervention de Nicolas Fischer , chercheur de
l’IRIS. Il revient sur la transformation des centres de rétention
administratifs en France dans le cadre du colloque international Terrains
d’Asile tenu les 17, 18, 19 septembre à l’EHESS. Pour plus d’infos sur ce
colloque :
http://www.presseafricaine.info/article-22619612.html.

- OCCUPATION DE L’ENTREPRISE GRIALLET / Un reportage sur l’occupation de
l’entreprise Griallet Demolition à Montreuil par ses 21 ex-salariés, dont
19 sans papiers depuis le 22 mai.Employés dans des condition sorties d’un
autre âge (exposition au plomb et à l’amiante) par un patron que même la
CGT qualifie de "voyou", ces employés sortent de l’ombre pour exiger leurs
droits ainsi que leur régularisation.4 mois après le démarrage de la
grève, les grévistes poursuivent leur occupation sur le trottoir d’en
face, leur volonté n’étant pas entamée par l’absence de régularisation.

- SANS-PAPIERS EN GRÈVE / L’émission "Vive la sociale" du jeudi 18
septembre a reçu des grévistes sans-papiers demandant leur régularisation
de quatre entreprises de la banlieue parisienne : BMS à Nanterre, Griallet
à Montreuil, Sani-PLMT à Pavillons-sous-Bois et Metal Couleur à Bonneuil.
Dans ces quatre sites, la lutte se poursuit depuis cinq mois dans des
conditions très difficiles. Les grévistes campent soit sur le site même de
l’entreprise, soit sur le trottoir d’à côté. Dans trois cas, l’employeur a
tout bonnement fermé l’entreprise pour la rouvrir un peu plus loin en
toute impunité. Et les autorités préfectorales tergiversent : aucune
régularisation accordée dans deux des sites, arrêt du processus de
régularisation depuis deux mois dans un troisième. Pourtant, en trouvant
le courage d’entrer en lutte, ces travailleurs ont contribué à montrer
concrètement que la misère n’est pas quelque chose que le migrant importe
avec soi comme une maladie chronique, mais une réalité créée ici et
délibérément entretenue par une partie du patronat avec la complicité du
pouvoir d’Etat.

On en profite pour vous rappeler aussi le site
http://radiosenlutte.free.fr, où se trouvent une pétition, des analyses,
des émissions et des caricatures à propos du passage à la Radio Numérique
Terrestre, qui met en danger les radios libres.

Bonne écoute !

Fréquence Paris Plurielle
45 rue d'Aubervilliers
75018 Paris
agenda@rfpp.net / 01 40 05 06 01
www.rfpp.net
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Immigration, derrière les statistiques, les drames humains   Mer 22 Oct - 15:39

URGENT ! URGENT ! URGENT ! URGENT ! URGENT ! URGENT ! URGENT ! URGENT !



Envoyez vos mails, fax, lettres au Préfet du Nord pour demander la libération et la régularisation d'Ibou Touré

Lille / mercredi 15 Octobre


Ibou Touré, 31 ans, a été arrêté lundi 6 octobre, pour la huitième fois, rue des Postes à Lille, alors qu'il sortait de chez un ami, compagnon d'infortune sans papier comme lui. Il est maintenu depuis en rétention au Centre de Rétention Administrative (CRA) de Lesquin (59). Ibou est un des Ch'tis marcheurs sans papiers qui, partis de Lille le 19 avril dernier, sont arrivés à Paris le 10 mai, journée commémorative de la traite et de l'esclavage des noirs, crimes contre l'Humanité.

Ce 10 mai 2008, Ibou est arrivé à Paris avec le groupe d'une trentaine de marcheurs et marcheuses sans papiers et de quelques soutiens, après 22 étapes lors desquelles des collectifs composés de Comité de Sans Papiers, des associations anti-racistes de droits de l'homme (LDH, Mrap…), des syndicats (CGT, FSU, SUD, CNT), de l'UCIJ, du RESF, de Maires, d'élus municipaux, d'étudiants, d'élèves et leurs organisations, de citoyens, d'immigré-e-s réguliers, les ont chaleureusement accueillis et soutenus dans leur combat légitime pour la régularisation.

Ce 10 mai 2008, près de 8000 manifestant-e-s, sans papiers et soutiens, membres de Comité de sans papiers, représentants d'associations et de syndicats, et en présence d'élus au parlement, de conseillers régionaux, départementaux et municipaux ont accueillis Ibou Touré et les autres marcheurs coiffés de bonnets phrygiens.


Ibou a besoin de votre soutien.
Maintenu en centre de rétention et expulsable à tout moment, envoyons lettres, mails et fax au Préfet du Nord pour demander sa libération et sa régularisation.



D'avance merci, le CSP 59.


Maintenu au CRA de Lesquin, en zone A, nous vous invitons à joindre Ibou Touré à la cabine téléphonique de cette "zone" : 03 20 32 76 20, afin de lui apporter directement votre soutien.
Vous pouvez aussi lui rendre visite, en présentant une pièce d'identité à l'entrée du CRA.


Ecrivez, téléphonez, faxez au préfet et à ses collaborateurs, aux différents directeurs de cabinet ministériels…



Voici les coordonnées du Préfet du Nord et de la Préfecture :

préfet du Nord

- L'ancien préfet (dont le mail est peut-être encore valide) : daniel.canepa@nord.pref.gouv.fr

- le nouveau préfet (depuis la semaine dernière), Jean-Michel Bérard : jean-michel.berard@nord.pref.gouv.fr

- le fax de la prefecture du Nord : O3 20 30 52 58

- le secrétaire général : pierre-andre.durand@nord.pref.gouv.fr

- la page accueil du site préfectoral http://www.nord.pref.gouv.fr/page.php?P=static/contact/



Et au niveau ministériel :

- Fax ministère Hortefeux : 01 77 72 61 30 Standard 01 77 72 61 00

- Directeur de cabinet : thierry.couderc@iminidco.gouv.fr

- Conseiller du ministre : patrick.stefanini@iminidco.gouv.fr

- Directeur-adjoint : guillaume.larrive@iminidco.gouv.fr

- Conseillers techniques : sabrina.belkhiri-fadel@iminidco.gouv.fr et geoffroy.didier@iminidco.gouv.fr

- Maxime Tandonnet (conseiller immigration) maxime.tandonnet@elysee.fr

- Matignon : http://www.premier-ministre.gouv.fr

- Elysée : http://www.elysee.fr/ecrire/index.html





Monsieur le Préfet du Nord,



Monsieur Ibou Touré a été arrêté pour la huitième fois à Lille lundi 6 octobre, puis transféré au C.R.A de Lesquin, où le juge a décidé de le maintenir en rétention.



Monsieur Touré est originaire de Guinée Conakry. Il est entrée en France le 10 janvier 2004, ayant dû fuir son pays natal menacé par le contexte politique. Il a été emprisonné en Guinée et a subi des sévices qui ont laissé des traces, comme l'attestent plusieurs lettres de médecins. Ibou Touré a appris l'année dernière qu'il est sous le coup d'un mandat d'arrêt depuis 2004 en Guinée.



Dès son arrivée en France, Monsieur Touré effectue des démarches afin de régulariser sa situation administrative. Sa demande d'asile a été rejetée le 26 avril 2004. Il fait aujourd'hui l'objet d'un Arrêté Préfectoral de Reconduite à la Frontière. Une demande d'asile politique est en cours.



Ibou Touré a de la famille en France : son frère et sa femme ont la nationalité française. Depuis qu'il est arrivé en France, il suit des cours de français à la maison de quartier de Wazemmes (Lille), La Clef, ID Formation et à la Cimade. Ces recherches d'emploi lui ont permis d'obtenir une promesse d'embauche dans une société de livraison à Sars-Poteries, dans le département du Nord. Il est également bénévole dans plusieurs associations.

De plus, les 4 dernières années passées en France ont permis à Ibou Touré de tisser de profonds liens d'amitié avec des dizaines de personnes, en particulier à Lille et plus largement dans tout le Nord de la France.



Sa vie est en France, auprès de son frère, de ses nombreux amis, de ses camarades bénévoles associatifs, tous révoltés par son maintien en rétention et cette décision incompréhensible et inhumaine d'expulsion. Cette décision le menace, car Ibou Touré est sous le coup d'un mandat d'arrêt dans son pays natal en Guinée. Une expulsion signifie donc aujourd'hui pour lui emprisonnement, sévices, voire pire !



Pour ces raisons, nous vous demandons Monsieur le Préfet, de bien vouloir reconsidérer votre décision. Nous faisons appel à votre conscience et à votre humanité. Nous vous demandons d'arrêter cette machine administrative aveugle et inhumaine, nous vous demandons de régulariser la situation de Monsieur Ibou Touré, afin de permettre à un frère de continuer à vivre auprès de son frère et à un jeune homme près de ses amis en France, parmi nous. Ibou ne souhaite qu'une chose : rester en France, travailler et réaliser ses projets d'avenir dans notre pays.



Nous vous prions de bien vouloir agréer, Monsieur le Préfet, l'expression de notre considération.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Immigration, derrière les statistiques, les drames humains   Mer 22 Oct - 15:53

CAF : deux décisions favorables aux allocataires à faire valoir
collectivement

mercredi 22 octobre 2008 par Réseau Solidaire d’Allocataires

http://www.collectif-rto.org/spip.php?article701


CAF : deux décisions récentes favorables aux allocataires à faire valoir
collectivement.

Dans le dernier numéro de notre journal , "Précaires en sous France" ,
nous évoquions les multiples manières de restreindre les droits sociaux,
particulièrement en ce qui concerne ceux que le droit français définit
comme "étrangers " .

Contrairement à ce qu’on pense, la loi n’est pas toujours le seul moyen
d’interdire l’accès aux droits : le droit des prestations sociales
utilise en effet des notions extrêmement floues, et les CAF utilisent ce
flou, pour interpréter les textes de la manière la plus restrictive qui
soit.

Des discriminations sont instaurées de manière totalement empirique.

Bien souvent la CNAF sait qu’elle sera démentie si l’allocataire va en
justice, mais elle sait aussi que les procédures sont longues, souvent
coûteuses et donc peu utilisées par des allocataires en situation
d’urgence sociale. De plus, si la maxime « Nul n’est censé ignorer la
loi « est impitoyablement appliquée aux allocataires qui ont cru à tort
pouvoir bénéficier d’une prestation, elle est aussi un mensonge flagrant
et une source d’inégalités : face à des règlements complexes, des
exceptions méconnues, l’allocataire non juriste ne peut souvent se fier
qu’à la parole de la CAF et est amené à croire qu’il n’a pas de droits.

Ainsi en est-il pour le critère de « vie maritale » qui détermine
l’attribution de l’API ou du RMI : alors que la vie maritale ne peut
normalement être constituée sans vie commune,et celle-ci ne se résume
pas à une même adresse, ni aide financière du conjoint dûment prouvée,
la CNAF regroupe tout et n’importe quoi sous ce vocable et en profite
pour décréter de prétendues "fraudes " ou refuser des allocations.

Récemment, la CNAF a reçu deux démentis cinglants concernant son
interprétation des textes relative à l’accès aux prestations des étrangers

La première concerne le statut des Gabonais résidant en France, et plus
largement celui des ex colonies françaises ayant conclu après
l’indépendance des accords précis avec le gouvernement français, accords
toujours en vigueur actuellement.

Ces accords contiennent souvent une clause qui assimile les
ressortissants de ces pays à des nationaux, au regard des documents qui
peuvent être exigés lors de la constitution des dossiers. Concrètement
cela signifie que la CAF ne peut exiger des documents supplémentaires
pour les personnes issues de ces pays, par rapport à ceux qui sont
demandés aux nationaux.

Or la CAF viole allègrement ces accords : et les conséquences sont le
plus souvent la non attribution des prestations, car les documents
supplémentaires exigés sont bien souvent impossibles à obtenir, ou en
tout cas accessibles uniquement au prix de longues démarches très couteuses.

Mais une décision récente vient changer la donne : la Cour d’Appel de
Toulouse a en effet reconnu l’illégalité totale des pratiques de la CAF
et la violation des accords internationaux, supérieurs aux règles
édictées nationalement, dans le cadre d’une procédure intentée par une
allocataire d’origine gabonaise privée d’APL.

Sur la base de cette décision, les allocataires d’origine gabonaise dans
la même situation peuvent donc exiger l’accès à leurs droits.

Au-delà, il importe de faire appliquer l’ensemble des accords du même
type concernant d’autres pays. Si vous êtes concernés et que la CAF
continue à vous interdire l’accès à vos droits, n’hésitez pas à nous
contacter : si la pression juridique est un argument, la pression
collective en est un autre, tout aussi efficace et parfois plus rapide !

Récemment, la HALDE a aussi rendu une délibération qui concerne
l’ensemble des familles dont les enfants sont entrés hors regroupement
familial légal.

Attention, il ne s’agit que d’un avis, sans valeur normative : comme
souvent avec ce genre d’institutions, crées par l’Etat pour faire valoir
sa bonne volonté dans la lutte contre les discriminations, le statut des
décisions prises montre immédiatement les limites de cette bonne volonté !

En l’occurrence, la CAF n’est pas contrainte d’appliquer cette
délibération : mais il est évident que celle-ci ajoutée à d’autres
moyens de pression comme une intervention collective , peut l’y pousser.

Que dit cet avis ?

La CNAF depuis de nombreuses années refuse de verser les prestations
familiales aux familles, lorsqu’elles concernent des enfants nés à
l’étranger et qui ne sont pas entrés en France de manière « régulière »
et ce même si les parents sont en situation régulière.

La Halde a reconnu l’illégalité des dispositions du code de l’action
sociale au regard des textes internationaux : la loi française ne peut
exiger valablement que les enfants soient entrés selon les règles du
regroupement familial pour verser les allocations familiales.

Cette délibération fait suite à de nombreuses décisions de justice qui
allaient dans le même sens que la délibération de la Halde ( voir la
délibération complète de la HALDE en pièce jointe à la fin de l’article ).

Mais depuis des années, si la CNAF a été contrainte d’appliquer ces
décisions aux familles qui avaient fait des recours, elle continue à le
refuser aux autres.

Or , les lois sur le regroupement familial sont de plus en plus
restrictives : aujourd’hui, des parents qui sont en France depuis des
années, qui pour beaucoup bossent ou ont bossé, n’ont pas le droit
légalement de faire venir leurs enfants et de vivre en famille comme
n’importe qui : il faut avoir un logement de la bonne taille et un
certain niveau de revenus.

Et bien sûr les deux sont souvent inaccessibles aux immigré(e)s
surexploités et souvent mal logés.

Evidemment, on ne peut pas vivre sans ses gosses pendant des années et
des années, surtout quand on les sait dans un pays qu’on a soi même
quitté à cause de conditions de vie insupportables !

Quand on les fait venir sans attendre un avis favorable qui ne viendra
peut-être jamais, on est donc puni et privé de droits !

La délibération de la HALDE ne sera suivie que si les concerné(e)s se
mobilisent : il faut faire plier la CNAF , et la contraindre non
seulement à verser les allocations aux nouveaux demandeurs mais aussi
les sommes dues à ceux qui n’ont rien touché pendant des années. Même si
la plupart ont cotisé et cotisent !

En France la préférence nationale ne s’applique jamais lorsqu’il s’agit
de remplir les caisses de l’Etat ou des employeurs !

http://www.collectif-rto.org/IMG/pdf/deliberation_et_Rapport_special_2008-179-2.pdf


_____________________________________________
ZPAJOL liste sur les mouvements de sans papiers

* abonnement/desabonnement via le web a <http://listes.rezo.net/mailman/listinfo/zpajol/>
* abonnement par mail : ecrire a zpajol-on@rezo.net
* desabonnement par mail : ecrire a zpajol-off@rezo.net
* archives : <http://news.gmane.org/gmane.politics.activism.zpajol>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Immigration, derrière les statistiques, les drames humains   Jeu 23 Oct - 9:10

Ibou Touré, 31 ans, a été arrêté lundi 6 octobre, pour la huitième fois, rue des Postes à Lille, alors qu'il sortait de chez un ami, compagnon d'infortune sans papier comme lui. Il est maintenu depuis en rétention au Centre de Rétention Administrative (CRA) de Lesquin (59). Ibou est un des Ch'tis marcheurs sans papiers qui, partis de Lille le 19 avril dernier, sont arrivés à Paris le 10 mai, journée commémorative de la traite et de l'esclavage des noirs, crimes contre l'Humanité.

IBU TOURE N'EST PAS EXPULSE, IL EST RAMENE AU CRA DE LESQUIN,
SANS ETRE PRESENTE DEVANT LE JUGE, IL TEMOIGNE PAR TELEPHONE !


Le CSP59 appelle les élus de la République à le visiter au CRA de Lesquin !





« Ils m'ont frappé, tabassé, le pilote a crié 'arrêtez, vous allez le tuer', ils m'ont sorti de l'avion, ils m'ont tabassé encore, j'ai demandé un médecin, ils me l'ont refusé à Lesquin; ils ne m'ont pas présenté à un juge à la sortie de l'avion ».



Voilà le témoignage dans un souffle de douleur de Ibu Touré au téléphone à 20h 30 ce mercredi 22 octobre 2008.


Des soutiens qui se sont déplacés jusqu'à Roissy, puis le CRA de Mesnil Hamelot ont vu entrer une ambulance après que des policiers leurs aient dit « qu'Ibu avait fait un malaise ». Cette ambulance est sortie vide peu de temps après suivie d'une voiture immatriculée 59, celle qui, sans doute, ramenait Ibu au CRA de Lesquin.



Est-il besoin de commenter ce que nous ne pouvons qualifier que de pratiques monstrueuses d'un autre âge pour paraphraser Badinter, ex garde des sceaux, parlant des CRA.



Ibu est Ch'ti marcheur de Lille à Paris pour « rappeler à M. Sarkozy, le Maître du Préfet Canepa, que ce pays est une République qui a des valeurs, des principes démocratiques ».



Doit on comprendre que ce traitement dégradant est la réponse du « berger à la bergère », doit-on comprendre que parce qu'ils sont étrangers, tout est permis ?!


Ibu n'est-il pas simplement victime d'une punition qui prolonge l'acharnement préfectoral contre les sans papiers qui non seulement ont osé et osent afficher leur visibilité collective. Plus encore les sans papiers font la démonstration de leur civisme, de leur solidarité nationale en organisant un repas multiculturel de solidarité avec les sinistrés du sud du département victimes de la tornade ?! Cela est-il insupportable ?!



De nombreux citoyens ont exercé leur devoir de citoyenneté en appelant, en écrivant au Préfet, des élus du peuple l'ont fait, même un enfant de 9 ans a écrit au Préfet Canepa sur le départ pour la fonction de Préfet de Paris et d'Île de France, mais rien n'y fait, la seule réponse revancharde a été l'affirmation que « le seul souhait est de voir Ibu Touré en Guinée ».



Et l'une des réponses au Préfet d'un soutien a été : « Nous, citoyens et élus, ce que nous souhaitons, c'est de voir Ibu jouer au foot avec Théo (l'enfant de 9 ans qui avait écrit au Préfet) ».



Le CSP59 appelle tous les élus de gauche et de droite qui ont encore un grain de principe Républicain, d'humanisme, à réagir, c'est une question d'honneur pour ce pays, pour que cesse ce type d'acharnement préfectoral indigne de l'histoire républicaine de ce pays.



Libérez et régularisez Ibu.



Venez nombreux ce samedi 25 octobre à partir de 18h à la Halle aux Sucres au repas de solidarité avec les sinistrés de la tornade.


Tous les mercredis, Place de la République/Parvis des Droits de l'homme à 18h : Manifestation.








Continuez d'envoyer vos mails, fax, lettres au Préfet du Nord


pour demander la libération et la régularisation d'Ibou Touré


Ecrivez, téléphonez, faxez au préfet et à ses collaborateurs, aux différents directeurs de cabinet ministériels…cités plus haut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Immigration, derrière les statistiques, les drames humains   Jeu 23 Oct - 9:36

Des gendarmes sous forme de gardes mobiles à la place des CRS, pour tromper la vigilance

Le squat de la gare a été entièrement démoli pour éviter le retour des réfugiés qui ont eu la chance de ne pas se trouver présents vers 13h30, heure à laquelle le défilé de dizaines de gendarmes a débuté.

Après avoir tenté de se sauver, les érythréens sont restés en attente, bien obligés car toute issue fut bloquée en l'espace d'à peine dix minutes. Deux traductrices en arabe et en tigrinia sont venus avec la PAF en civil. Elles ont annoncé aux réfugiés qu'ils seraient placés dans un hôtel. Leur "conseil" a refusé obstinément de préciser où on les emmènerait.

124 personnes auraient été ainsi éloignées. Une rafle importante donc.

Dispersion dans des CHRS ou dans les CRA:

la journaliste de Calais TV a été rudement repoussée alors qu'elle tentait
d'emprunter une rue fort éloignée du "périmètre de Sécurité". Tout le
quartier jusqu'au boulevard était bloqué ou filtré par le commissariat
et la police municipale. Les autres journalistes locaux furent également interdit de site à cause des images qu'ils pourraient garder de cette rafle et destruction.

Une fois tout le monde parti Dieu sait où, la pelleteuse est arrivée peu après l'entrée du sous-préfet Gavory.

La samu présente à l'extérieur de la zone du squat, en trois ambulances, attendait les "malaises" de quelques réfugiés, selon l'expression de l'un des agents.

Ce dernier a ajouté une considération surprenante sur l'opération policière: il s'agirait d'un "transfert de masse"

Il faut savoir que l'une des routes des érythréens et soudanais passe par la Grèce ou l'Italie. Il est à supposer que contrairement aux dires du sous-préfet et de ses alliés, beaucoup des interpellés risquent de se retrouver en CRA, leur demande d'asile ne pouvant aboutir en France.

Pour l'instant personne n'a semble-t-il été libéré, l'arrière cour du centre de rétention de coquelles était vide d'autobus, ce soir vers 20h.

Le rôle de la mairie:

La présence de la police municipale et la prévision du travail des ouvriers de la ville dans un espace privé, sont les preuves de l'implication de Mme Bouchart, maire UMP, dans la destruction du grand squat à l'approche de l'hiver.

Les CRS d'ailleurs reprenaient le terrain le soir, et "planquaient" aussi bien sur le chemin du squat détruit, que près du nouveau vidé de ses occupants par la PAF au moment même où les nombreuses interpellations commençaient.

L'objectif de la maire est simple et martelé: expulsion des réfugiés hors du centre ville.

Le squat de la gare fut sa première cible.

Il lui en reste bien entendu d'autres tout aussi nuisibles pour les droits humains
: le lieu de repas de deux heures dont elle a commencé à rechercher les
différents propriétaires du terrain; le bois des Garennes à "nettoyer"
'(autre squat); et l'hébergement pour grands froids qui se fera sans
nul doute, loin, très loin de Calais.

Et tout ceci dans le contexte de la mise en rétention récente à Coquelles de 25 afghans, en vue d'expulsion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Immigration, derrière les statistiques, les drames humains   Jeu 23 Oct - 17:06

Rétention : un chargé de mission UMP serait à la tête du ministère de lImmigration serait à la tête du collectif Respect ayant répondu à l'appel d'offres

http://combatsdroitshomme.blog.lemonde.fr/2008/10/22/marche-de-la-retention-
le-collectif-respect-dirige-par-un-membre-de-lump-repond-a-lappel-doffres/

22 octobre 2008
Rétention: un chargé de mission UMP du ministère de l'Immigration serait à
la tête du collectif "Respect" ayant répondu à l'appel d'offres

Hallucinant. Dans un communiqué de presse publié ce soir le ministère de
l'Immigration annonce que le collectif "Respect", dirigé par un membre de
l'UMP, figure dans la liste des personnes morales qui ont d'ores et déjà
répondu à l'appel d'offres du marché de l'information juridique auprès des
étrangers reconduits au sein des centres de rétention administrative.

Il apparaît déjà que depuis plusieurs mois le ministère de l'Immigration
multiplie les manoeuvres afin d'encourager - voire de pousser - certains
organismes à répondre à l'appel d'offres en concurrence à la Cimade. Ainsi,
Forum des réfugiés, France terre d'asile mais aussi ASSFAM et l'Ordre de
Malte ont déposé un dossier de candidature.

voir le communiqué du ministère

cp-m3inds-22-10-marche.1224700674.pdf

Mais s'agissant du collectif Respect on apprend sur cette présentation que :

"nous avons décidé de créer Collectif Respect, nous étions au lendemain
des sifflets contre la Marseillaise au Stade de France, jeunes ou moins
jeunes, nous entendions remettre notre République sur ses pieds, reprendre
ces trophées abandonnées à l'extrême droite: la Patrie, l'hymne national,
le drapeau tricolore".

Selon Acrimed, le collectif est présidé par un élu de l'UMP

"Frédéric Bard, le président du Collectif Respect, fondé en 2003 au
lendemain du match de football France-Algérie, au cours duquel la
"Marseillaise" avait été sifflée. Cette association a notamment pour but de
"promouvoir le respect dû à l'autorité légitime, et en particulier aux
institutions et au Président de la République".

logo-ministere2.1224702146.jpg

Pire , il semble à la lecture de ce document (ou en PDF) (cinquième semaine
culturelle congolaise RDC du 21 au 30 juin 2008), - si ce n'est pas une
homonymie - que Frédéric Bard est aussi chargé de mission pour la RDC au
Ministère de l'mmigration de l'Intégration, de l'Identité nationale et du
Développement solidaire.

Cette information est confirmée par cet autre document

"FIIAP

PMISE EN PLACE DU PLAN D'ACTION DE RABAT

RÉUNION D'EXPERTS SUR MIGRATION ET
DÉVELOPPEMENT, PRÉPARATOIRE À LA 2ème
CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE EUROAFRICAINE
SUR MIGRATION ET
DÉVELOPPEMENT.
Dakar, les 9, 10 et 11 juillet 2008
Hôtel Méridien Président (Dakar)

n°110

M. Fréderic Bard

Chargé de mission. Département du développement durable [? solidaire].
Ministère de l'Immigration"

Si ce n'est pas une homonymie et s'il était avéré qu'un chargé de mission
de Brice Hortefeux a répondu, par le biais d'un collectif, à un appel
d'offres du ministère qui l'emploie, ce serait une grave atteinte aux
règles de la concurrence.

bard-david.1224704267.jpg

source

L'adresse du site du collectif Respect est hors service .

Le programme parisien de l'UMP 17ème et La Marseillaise en guise
d'information juridique des irréguliers en rétention. Ca laisse rêveur.

"Qu'un sang impur abreuve nos sillons"?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Immigration, derrière les statistiques, les drames humains   Jeu 23 Oct - 17:08

Centres de rétention : qui sont les candidats à l'aide aux étrangers

23.10.08 | 14h53
http://www.lemonde.fr/societe/article/2008/10/23/centres-de-retention-qui-sont-les-candidats-a-l-aide-aux-etrangers_1110397_3224.html
Six associations ont répondu, mercredi 22 octobre, date limite du dépôt
des candidatures, à l'appel d'offres lancé par le ministère de
l'immigration pour intervenir auprès des étrangers placés en centre de
rétention administrative (CRA) : la Cimade, qui était jusqu'à présent la
seule intervenante, Forum réfugiés, France Terre d'Asile, l'Association
service social familial migrants (Asfam), l'Ordre de Malte et Collectif
respect.
Souhaitant en finir avec le "monopole" d'intervention de la Cimade, le
ministère a renoncé à maintenir une mission d'ensemble qui serait
assurée en concertation par plusieurs associations, choisissant
d'éclater la mission en découpant le parc de CRA en huit lots distincts.

Portraits et motivations des candidats.

*La Cimade*/
/

La Cimade a décidé de répondre à l'appel d'offres car elle se dit
/"déterminée à poursuivre son action auprès des étrangers en
rétention"/, et ce pour l'ensemble des centres.

Elle souhaite ainsi montrer sa /"volonté de maintenir le dialogue avec
le ministre"/ qu'elle appelle toujours à revoir la réforme. Elle va
d'ailleurs déposer, ce jeudi, avec neuf autres associations, un recours
devant le Conseil d'Etat contre le décret du 22 août qui pose les termes
de cette réforme. /
/

/"En l'état/, explique son secrétaire général, Laurent Giovannoni, /ce
texte ne permet pas de poser les conditions d'une mission conjointe
assumées à plusieurs associations. Conditions essentielles pour que soit
garantie la défense des droits des étrangers retenus"/.

La Cimade a été contrainte de renoncer, pour l'heure, à mettre en oeuvre
une /"mission nationale cohérente assumée conjointement"/, comme elle le
souhaite.

*Forum Réfugiés*

Forum Réfugiés est une association d'aide aux demandeurs d'asile dans la
région lyonnaise. Elle est candidate pour deux lots allant de Lyon au
pourtour méditerranéen. /
/

/"Le gouvernement a décidé la fin de l'exclusivité de la Cimade et ne
reviendra pas dessus. Partant de là, il est de notre responsabilité
d'association spécialisée de répondre. Il n'y a pas en effet des tonnes
d'acteurs qui ont une légitimité à intervenir en rétention"/, explique
Olivier Brachet, son directeur.

Celui-ci dit ne pas être opposé à une coordination avec la Cimade, mais
/"cela pourra s'organiser plus tard". "Cette coordination/, insiste
Olivier Brachet,/ il faut la négocier avec les intervenants qui auront
été retenus par le ministère et la formaliser dans une convention hors
appel d'offres"/.

*France Terre d'Asile*

Après avoir exprimé /"toute sa solidarité"/ à la Cimade, et dit qu'elle
ne postulerait pas en dehors de toute coordination avec elle, France
Terre d'Asile a finalement décidé de se porter candidate sur deux lots,
Nord et Est. /
/

/"Ces territoires ont été choisis pour éviter toute concurrence déplacée
à l'égard de la Cimade"/, assure Pierre Henri, son directeur. "/La
coordination/, soutient-il,/ il aurait fallu l'organiser avant de
répondre à l'appel d'offres, ce qui nous aurait permis de déposer une
réponse commune sur un ou plusieurs lots"/.

Reste qu'en l'état du décret et de l'appel d'offres, il était
juridiquement très complexe, voire impossible, à plusieurs associations
de déposer un dossier de candidature commun

*L'Afssam*

Service social spécialisé dans l'accueil et l'intégration des migrants,
ayant des /"compétences en droit des étrangers"/, l'Afssam a répondu à
l'appel d'offres pour les deux lots recouvrant l'ensemble de la région
parisienne.

/"Dans notre dossier de candidature, nous avons précisé les conditions
dans lesquels nous souhaitions intervenir. Notamment nous nous sommes
prononcés pour qu'il y ait une coordination, et que nous puissions nous
exprimer à l'extérieur sur ce qui se passe dans les centres"/, relève
Christina Laruelle, son directeur.

*L'Ordre de Malte*

Organisation caritative catholique internationale, gérant dans plus
d'une vingtaine de pays des centres de soins et des établissements
hospitaliers, l'Ordre de Malte dispose, au-delà de sa vocation
hospitalière, d'un pôle /"aide à la famille"/ où elle accueille et prend
en charge des déboutés du droit d'asile à qui elle propose une aide au
retour.

Elle est candidate pour les lots de l'Ouest et du Nord de la France.

Si elle se dit /"apolitique"/, elle assure que cela ne l'/"empêche pas
d'avoir une parole libre"/. Son secrétaire général, Alain de Tonquedec
estime cependant qu'/"une coordination, obligeant à chercher un
consensus, n'est pas le meilleur moyen de mettre l'accent sur les points
importants qui méritent d'être soulevés"/.

*Collectif Respect*

La candidature de Collectif Respect est pour le moins inattendue.
Mercredi soir l'entourage de Brice Hortefeux, le ministre de
l'immigration, affirmait n'avoir aucune information à son sujet,
précisant que l'ouverture des dossiers de candidature aurait lieu mardi
28 octobre.

Selon nos informations, ce Collectif a été créé en 2003 au lendemain du
match de football France-Algérie au cours duquel /La Marseillaise/ avait
été sifflée. Il a pour but de /"promouvoir le respect dû à l'autorité
légitime, et en particulier aux institutions et au président de la
République"/.

Son président, Frédéric Bard, est membre de l'UMP Paris. Il est aussi
chargé de mission au département Développement solidaire du ministère de
l'immigration.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Immigration, derrière les statistiques, les drames humains   Ven 24 Oct - 6:08

Arrestation d'un membre de la CSP75, rassemblement demain devant la Bourse du travail


Un sans-papiers de la Coordination 75 vient d'être arrêté aujourd'hui au
8e bureau de la préfecture de police de Paris, alors qu'il était
normalement convoqué et accompagné par des délégués de la Coordination.
Cet épisode est particulièrement grave et particulièrement inadmissible
dans de telles circonstances.
Demain vendredi 24 octobre, rassemblement à 13 heures devant la Bourse
du travail occupée, 85 rue Charlot (métro République). La manifestation
se dirigera ensuite au lieu de détention de notre camarade, lieu à cette
heure encore inconnu.
CSP 75
-
http://bourse.occupee.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Immigration, derrière les statistiques, les drames humains   Ven 24 Oct - 6:29

L'EDMP et RESF Miroir invitent vendredi 7 novembre 2008 à 19h à une soirée de débats sur "La chasse aux enfants"


L'EDMP et RESF Miroir invitent

vendredi 7 novembre 2008
à 19h
à une soirée de débats
sur "La chasse aux enfants"
L'effet Miroir de l'expulsion des sans-papiers

avec Miguel Benasayag, Angélique Del Rey et les participants au groupe
RESF/Miroir

Sorti en avril 2008, cet ouvrage réalisé a voulu montrer comment la
politique discriminatoire dont sont l'objet les sans papiers et leurs
enfants a des conséquences beaucoup plus profondes qu'il n'y parait
puisque c'est la société tout entière qui est touchée.
Sur la base de nombreux témoignages, il expose également comment,
par des actes de solidarité active, des individus très divers
s'engagent ensemble.
Il a depuis été diffusé largement, notamment par RESF et présenté
dans de nombreux lieux par le groupe/miroir/RESF.
De là à penser qu'il a été lu...il n'y a qu'un pas...que nous
franchissons !
C'est donc à un débat sur son contenu que nous vous invitons :
participants au groupe/miroir, lecteurs, acteurs de RESF ...
Voulu comme un travail collectif sur une réflexion en cours et non
comme la production d'une pensée arrêtée, il doit être un instrument
de débat pour renforcer nos capacités de résistance individuelles et
collectives.
Donc, disons-le sans détours : venez nombreux !
Et que celles/ceux qui ne l'auraient pas encore lu s'en emparent
avant le 7 !


Un buffet fraternel suivra le débat. INDISPENSABLE : s'inscrire en
téléphonant au 01 44 68 04 18

EDMP 8 impasse Crozatier 75012 Paris - métro Reuilly-Diderot/
Faidherbe-Chaligny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Immigration, derrière les statistiques, les drames humains   Ven 24 Oct - 11:20

Toute sorte de police et des services publics au service du privé


Calais, la maire UMP avait décrété la guerre aux réfugiés.
Augmentant paradoxalement les subventions à deux assos caritatives remuantes
(4000 euros chacune), elle attaque l'un des squats les plus importants qui
ne génait personne et qui contenait des familles avec enfants.
Mercredi 22 octobre, les gardes mobiles entent en grand nombre. Toutes les
rues sont bloquées, les journalistes interdits d'images et retenus loin de
l'opération.
police municipale, commissariat, PAF en civil et en tenue, tout le monde
policier s'y est mis... les ouvriers volontaires de la ville de Calais ne
savaient même pas ce qu'ils étaient venus nettoyer, ils en étaient honteux
de ramasser et jeter les affaires et couvertures des réfugiés.

Rappelons que les ouvriers municpaux n'ont pas à nettoyer l'espace d'un
propriétaire privé. La police municipale n'a pas à obéir à la PAF.
124 personnes interpellées et envoyées très loin de Calais. Plus de 150
personnes absentes de la rafle sans couverture, ni abri, dans un contexte
d'arrivée du froid et de la pluie, et des plaintes récentes du secours
catholique pour manque de vêtements chauds et couvertures.

11 étaient déjà de retour le mercredi soir: il n'y avait pas de place pour
elles dans le foyer vers lequel la police les a acheminées.
Le sous-préfet de Calais, M.Gavory, a menti à la presse. il s'agit tout
simplement d'une rafle d'une ampleur jamais effectuée à Calais. Nous ne
sommes pas loin de l'attitude des fonctionnaires de Vichy en regard de
l'expulsion de 25 afghans dont le pays serait devenu, selon le sous-préfet
un pays acceptable. Les retours forcés d'un groupe en danger de mort dans
leur pays sont similaires aux renvois en allemagne des juifs attrapés en
France lorsqu'ils avaient fui le régime nazi.

Les réfugiés ont le droit international de venir se protéger et protéger
leur famille.

Pour écrire au sous-préfet de Calais qui a très peur des traces historiques
qu'il laisse en détruisant un abri pour les réfugiés politiques et leurs
enfants:
http://www.pas-de-calais.pref.gouv.fr/nous_ecrire_form.php?id_contact=57
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Immigration, derrière les statistiques, les drames humains   Ven 24 Oct - 11:22

COMMUNIQUE DE PRESSE

Régularisation des travailleurs sans papiers de Paris Store et Métal Couleur
(94)


Levée du piquet de grève vendredi 24 octobre


Les travailleurs sans papiers de Métal Couleur et Paris Store (Val-de-Marne)
mènent ensemble deux luttes emblématiques depuis le printemps 2007 : embauchés
et exploités parce que sans-papiers, licenciés parce que sans-papiers à la suite
de contrôles, ils n'ont cessé de se battre pour faire reconnaître leurs droits.

Engagés dans le mouvement initié par le CGT et Droits Devant !! depuis le
15avril, ils ont décidé de lever leur piquet de grève vendredi 24 octobre sur
le constat suivant :

Les travailleurs de Paris Store présents dans la lutte ont tous obtenu une
régularisation par le travail avec des récépissés de trois mois, préalable àune
carte de un an.

Une régularisation obtenue par la recherche d'emplois nouveaux, la direction de
Paris Store, au mépris de tous ses engagements n'ayant réintégré aucun d'entre
eux. Scénario identique pour les travailleurs de Métal Couleur, les 5 derniers
ont obtenu sur décision du Ministère Hortefeux des autorisations provisoire de
séjour avec autorisation de travail, et un engagement préfectoral de
régularisation dès lors que de nouveaux employeurs seront trouvés.

En ce qui concerne les cinq intérimaires présents sur le piquet, deux d'entre
eux ont obtenu une régularisation par le travail avec de nouveaux employeurs
grâce à l'obtention dans la lutte de nouveaux critères.

Les 3 derniers intérimaires ont eux aussi l'engagement préfectoral d'être
régularisés dans les
mêmes conditions.

La volonté et le courage de ces travailleurs sans-papiers ont été conforté par
un comité de soutien intersyndical et inter associatif réunissant de nombreux
militants et citoyens qui depuis plus de 5 mois, ont ouvré ensemble et multiplié
les initiatives pour faire connaître leur lutte.

Avec le conseil général, des parlementaires, et en particulier la sénatrice
Odette Terrade, des élus de différentes villes , les solidarités syndicales et
associatives ont permis que ce piquet tienne dans des conditions difficiles
mais correctes.

Le comité de soutien a multiplié les démarches et a été reçu deux fois en
préfecture à sa demande durant ce mouvement.

Il se félicite des avancées obtenues et va continuer son travail, aide à la
recherche d'emplois, suivi des procédures en prud'homme et en tribunaux,
logements, droits sociaux, activités culturelles et solidaires, etc.

Le comité de soutien sera présent au jugement du Conseil des Prud'hommes le
28octobre à Créteil, pour Paris Store, le 13 février pour Métal Couleur et se
réunira le 5 novembre à 20h Maison des anciens combattants à Saint-Maur-
desFossés.
_____________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Immigration, derrière les statistiques, les drames humains   Ven 24 Oct - 17:42

bye a écrit:
Ibou Touré, 31 ans, a été arrêté lundi 6 octobre, pour la huitième fois, rue des Postes à Lille, alors qu'il sortait de chez un ami, compagnon d'infortune sans papier comme lui. Il est maintenu depuis en rétention au Centre de Rétention Administrative (CRA) de Lesquin (59). Ibou est un des Ch'tis marcheurs sans papiers qui, partis de Lille le 19 avril dernier, sont arrivés à Paris le 10 mai, journée commémorative de la traite et de l'esclavage des noirs, crimes contre l'Humanité.

IBU TOURE N'EST PAS EXPULSE, IL EST RAMENE AU CRA DE LESQUIN,
SANS ETRE PRESENTE DEVANT LE JUGE, IL TEMOIGNE PAR TELEPHONE !


Le CSP59 appelle les élus de la République à le visiter au CRA de Lesquin !





« Ils m'ont frappé, tabassé, le pilote a crié 'arrêtez, vous allez le tuer', ils m'ont sorti de l'avion, ils m'ont tabassé encore, j'ai demandé un médecin, ils me l'ont refusé à Lesquin; ils ne m'ont pas présenté à un juge à la sortie de l'avion ».



Voilà le témoignage dans un souffle de douleur de Ibu Touré au téléphone à 20h 30 ce mercredi 22 octobre 2008.


Des soutiens qui se sont déplacés jusqu'à Roissy, puis le CRA de Mesnil Hamelot ont vu entrer une ambulance après que des policiers leurs aient dit « qu'Ibu avait fait un malaise ». Cette ambulance est sortie vide peu de temps après suivie d'une voiture immatriculée 59, celle qui, sans doute, ramenait Ibu au CRA de Lesquin.



Est-il besoin de commenter ce que nous ne pouvons qualifier que de pratiques monstrueuses d'un autre âge pour paraphraser Badinter, ex garde des sceaux, parlant des CRA.



Ibu est Ch'ti marcheur de Lille à Paris pour « rappeler à M. Sarkozy, le Maître du Préfet Canepa, que ce pays est une République qui a des valeurs, des principes démocratiques ».



Doit on comprendre que ce traitement dégradant est la réponse du « berger à la bergère », doit-on comprendre que parce qu'ils sont étrangers, tout est permis ?!


Ibu n'est-il pas simplement victime d'une punition qui prolonge l'acharnement préfectoral contre les sans papiers qui non seulement ont osé et osent afficher leur visibilité collective. Plus encore les sans papiers font la démonstration de leur civisme, de leur solidarité nationale en organisant un repas multiculturel de solidarité avec les sinistrés du sud du département victimes de la tornade ?! Cela est-il insupportable ?!



De nombreux citoyens ont exercé leur devoir de citoyenneté en appelant, en écrivant au Préfet, des élus du peuple l'ont fait, même un enfant de 9 ans a écrit au Préfet Canepa sur le départ pour la fonction de Préfet de Paris et d'Île de France, mais rien n'y fait, la seule réponse revancharde a été l'affirmation que « le seul souhait est de voir Ibu Touré en Guinée ».



Et l'une des réponses au Préfet d'un soutien a été : « Nous, citoyens et élus, ce que nous souhaitons, c'est de voir Ibu jouer au foot avec Théo (l'enfant de 9 ans qui avait écrit au Préfet) ».



Le CSP59 appelle tous les élus de gauche et de droite qui ont encore un grain de principe Républicain, d'humanisme, à réagir, c'est une question d'honneur pour ce pays, pour que cesse ce type d'acharnement préfectoral indigne de l'histoire républicaine de ce pays.



Libérez et régularisez Ibu.



Venez nombreux ce samedi 25 octobre à partir de 18h à la Halle aux Sucres au repas de solidarité avec les sinistrés de la tornade.


Tous les mercredis, Place de la République/Parvis des Droits de l'homme à 18h : Manifestation.








Continuez d'envoyer vos mails, fax, lettres au Préfet du Nord


pour demander la libération et la régularisation d'Ibou Touré


Ecrivez, téléphonez, faxez au préfet et à ses collaborateurs, aux différents directeurs de cabinet ministériels…cités plus haut

Cour européenne
des droits de l'homme
67075 Strasbourg Cedex

Fax 03 88 41 27 30

Au Mesnil-Amelot, le 20 décembre 2007


URGENT : EMBARQUEMENT PREVU DEMAIN A 13H45


Recours contre une décision de reconduite à la frontière conformément à l’article 39 du règlement de la cour


Présentée par :
TOURE Ibou
Né le 01er janvier 1977 à
Nationalité : guinéenne
Demeurant : Actuellement retenu au centre de rétention de Lesquin
Rue de la Drève
59810 Lesquin


Contre : France

I - Les faits

Monsieur TOURE est arrivé sur le territoire français le 10 janvier 2004.
Dès son arrivée, il a fait des démarches auprès de l’OFPRA et la CRR en vue d’obtenir le statut de réfugié, mais ces demandes ont été rejetées, faute de preuves.

Le 07 octobre 2008, la Préfecture du Nord-Pas-de-Calais lui a notifié un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière à destination de la Guinée, qu’il a contesté devant le tribunal administratif de Lille sans succès, faute de preuves.

Dans le même temps, était ordonné son placement en rétention au centre de rétention de Lesquin.

Le 11 octobre, il déposait une demande de réexamen de sa demande d’asile.

Le 14 octobre, il recevait notification du refus de l’OFPRA de lui attribuer le statut de réfugié en France.

Le 22 octobre 2008, mr Toure Ibou était conduit par une escorte dans un avion à destination de la Guinée. Lors de cette escorte, il a subi de nombreuses violences et humiliations de la part des forces de police françaises, à tel point que le commandant de bord a refusé que Mr Toure Ibou soit maintenu dans son avion. A ce titre, il a déposé plainte auprès du procureur de la république française. .

Or Monsieur TOURE doit embarquer demain pour la Guinée.



II - Les risques en cas de retour

Monsieur TOURE était épicier dans la ville de Bambetou.

Fervent supporter de Mr Alpha Kondé, il a subi de nombreuses pressions de la part des forces de l’ordre pour qu’il vote en faveur de Mr Lassana Konté en 1998, alors en lice pour les élections à la présidence de la république. Après qu’il ait refusé obstinément de voter en faveur de Lassana Konté, il a reçu de violents coups de la part des forces de police.

Laissé pour mort dans la rue, il a été recueilli par une personne qui l’a emmené à l’hôpital, où il est resté deux mois pour se remettre de ses blessures. De cette attaque, il garde de nombreuses séquelles, et notamment une longue cicatrice sur le ventre.

Sorti de l’hôpital, il est retourné dans on village natal, à Kandouma, où il s’est réfugié pendant trois ans.
Puis il est reparti à Conakry afin de préparer son départ du pays, lassé de sa cacher des forces de police.

Le 26 novembre 2003, alors qu’il se était avec d’autres milliers de fidèles ainsi que le président Lassana Konté à la grande mosquée de Conakry pour une journée exceptionnelle de prière, des coups de feu ont retenti, provoquant une panique dans la foule. Dans la cour de la mosquée où tout le monde fuyait, il a croisé l’un de ses agresseurs de 1998, qui l’a immédiatement reconnu. Il s’est alors jeté sur lui et l’a interpellé, le considérant comme l’un des auteurs de l’attentat perpétré contre la personne du président. Il a été ensuite jeté en prison à Cirete.

Craignant qu’il ne soit sommairement exécuté, il a soudoyé un des gardes qui, en échange de la promesse de remise de 10 000 francs guinéens a accepté de le laisser s’enfuir.

Alors qu’il était réfugié à nouveau dans son village natal, il entendait sur les radios nationales qu’il était activement recherché, et considéré comme très dangereux. C’est alors qu’il a décidé de fuir d’abord vers le Sénégal, puis, grâce à l’aide d’un français résidant au Sénégal, vers la France caché dans les calles d’un paquebot.

C’est arrivé en France qu’il déposait une demande de protection auprès de l’Office français de protection des réfugiés et des apatrides en considérations des graves craintes de persécution qu’il éprouvait en cas de retour vers son pays d’origine.






III - Les violations alléguées

1) Violation de l'article 3

Un renvoi forcé dans son pays d’origine est susceptible d'entraîner des traitements inhumains et dégradants contraires à l'article 3 de la Convention européenne des droits de l'homme.
En effet Monsieur TOURE est activement recherché par les autorités.

En conséquence, en cas de renvoi vers la Guinée, Monsieur TOURE risque des persécutions et des traitements inhumains et dégradants contraires à l'article 3 de la Convention européenne des droits de l'homme.

Par ailleurs, Mr Toure Ibou a subi de nombreuses violences de la part de la police française lors de la première tentative d’éloignement, et à ce titre a entamé une procédure de plainte auprès du procureur de la république pour faire condamner les représentants de l’ordre qui ont porté atteinte à sa dignité et à son intégrité corporelle, sans que celle-ci ne puisse se justifier par aucun moyen d’ordre public ou de sécurité intérieure.

La France a de ce fait dores et déjà contrevenu à l’article susnommé en lui faisant subir des traitements inhumains et dégradants lors de cette tentative d’éloignement.


2) Violation de l'article 13 de la Convention

Monsieur TOURE a déposé une demande de réexamen de sa demande d’asile, rejeté par l’OFPRA quatre jours après sa demande.

Il souhaite déposer un recours, mais étant en rétention, il n’a pas la possibilité de voir la Cour Nationale du Droit d’Asile statuer sur un recours avant la mise à effet de sa reconduite à la frontière.

Il est inadmissible que Monsieur Toure puisse être renvoyé en Guinée sans avoir le droit de bénéficier d’un recours effectif. Il serait expulsé dans son pays sans avoir eu la possibilité de voir sa demande de réexamen étudiée de façon approfondie.

La Préfecture du Nord-Pas-de-Calais a porté atteinte à l'essence même de la Convention de Genève puisqu’une personne réfugiée ne peut se réclamer de la protection de son pays d'origine en raison de la crainte de persécution ou les craintes pour son intégrité physique.
Les Etats se sont engagés à ne pas refouler une personne réfugiée ou un demandeur d'asile.

En conséquence, Monsieur Toure n’a pas été en mesure de faire valoir par des moyens suspensifs les craintes effectives qu’il encourt en cas de retour dans son pays.

La possibilité pour les autorités françaises d'exécuter d'office une mesure de reconduite à la frontière sans que l'intéressé soit mis en mesure de présenter les arguments qui s'opposeraient à son éloignement sur le fondement de la Convention européenne des droits de l'homme constitue une violation de son article 13 qui garantit le droit à un recours effectif.


3) Violation de l’article 34 de la CEDH

La France viole également l’article 34 de la convention qui stipule :
« La Cour peut être saisie d’une requête par toute personne physique, toute organisation non gouvernementale ou tout groupe de particuliers qui se prétend victime d’une violation par l’une des Hautes Parties contractantes des droits reconnus dans la Convention ou ses Protocoles. Les Hautes Parties contractantes s’engagent à n’entraver par aucune mesure l’exercice efficace de ce droit. »
Dans l’affaire Aoulmi C/France, 17 janvier 2006,No 50278/99), La cour a estimé que l’absence de recours effectif pour la demande d’asile du requérant portait atteinte à l’article 34 :
1. La Cour estime que dans la présente affaire, le renvoi du requérant vers l’Algérie a gêné l’examen, de manière appropriée, des griefs du requérant conformément à sa pratique constante dans des affaires similaires et, en fin de compte, l’a empêchée de le protéger en cas de besoin des violations potentielles de la Convention. La conséquence de cet empêchement est que le requérant a été entravé dans l’exercice effectif de son droit de recours individuel, garanti par l’article 34 de la Convention.
2. La Cour rappelle qu’en vertu de l’article 34 de la Convention, les Etats contractants s’engagent à s’abstenir de tout acte ou à se garder de toute omission qui entraverait l’exercice effectif du droit de recours d’un requérant.


IV -Conclusions

Art. 39 du règlement : Je demande à la Cour, en raison de l'urgence, de faire application de l'article 39 de son règlement, qui prévoit que « la chambre ou, le cas échéant, son président peuvent, soit à la demande d’une partie ou de toute autre personne intéressée, soit d’office, indiquer aux parties toute mesure provisoire qu’ils estiment devoir être adoptée dans l’intérêt des parties ou du bon déroulement de la procédure », en l'espèce d'ordonner au gouvernement français de suspendre son éloignement imminent.

Article 3 de la convention : Je demande à la cour de juger que la France a violé l’article 3 de la convention.

Article 34 de la convention : Je demande à la Cour de juger que la France a violé l’article 34 de la convention


Art. 13 de la Convention : les requérants demandent à la Cour, en application de l'article 13 de la Convention de joindre l'exception au fond et de renvoyer, quant à celui-ci, à l'examen du grief tiré d'une violation de ces dispositions.

V Demande de mesures provisoires

Monsieur Toure est ainsi exposé à une violation des droits garantis par l’article 3 de la convention

En conséquence le requérant sollicite de M. le Président de la Cour qu'il prenne contact sans délai avec les autorités françaises, et leur enjoignent de suspendre la mesure attaquée.


Signature
TOURE Ibou
Pièces jointes :

- copie de la décision de placement en rétention et de reconduite à la frontière de la Préfecture du Nord-Pas-de-Calais

- Rejet de la demande d’asile par l’OFPRA le 14/10/2008

- Rejet de son recours devant le tribunal administratif de Lille

- Avis de recherche de Mr Toure Ibou en Guinée

- Certificat médical sur les violences subies en 1998

- Dépôt de plainte auprès du procureur de la république française
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Immigration, derrière les statistiques, les drames humains   Ven 24 Oct - 17:43

La Cour Européenne des Droits de l'Homme
suspend l'expulsion d'Ibou jusqu'au 7 novembre








Nous venons d'apprendre que le Cour Européenne des Droits de l'Homme a pris la
décision de suspendre la mesure d'éloignement à l'encontre d'Ibou Touré jusqu'au
rendu de sa décision le 7 novembre prochain. Il ne peut donc pas être expulsé
aujourd'hui.


Nous demandons sa
libération immédiate ! ! !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Immigration, derrière les statistiques, les drames humains   Ven 24 Oct - 19:23

Immigration, asile: un budget 2009 famélique et peu sincère:
Neuf plates-formes associatives, chargées de l’accueil et de l’orientation des demandeurs d’asile, seront fermées au 1er janvier 2009 en province. Seules subsisteront des plates-formes régionales, bénéficiant d’une dotation annuelle de 30 à 35 000 euros. Autrement dit, une somme ne permettant nullement de faire fonctionner ce type de dispositif.

Ces fermetures, alliées à la baisse des crédits de l’hébergement d’urgence des demandeurs d’asile et à la suppression de 1500 places d’hébergement, auront des effets désastreux.

En effet, il est prévu 30 millions d’euros sur l’exercice 2009 pour l’hébergement des demandeurs d’asile, une somme en baisse de plus de 13 millions par rapport au consommé 2008 à la fin septembre (43 millions d’euros).

Seules sont programmées 2722 places pour l’ensemble des départements hors Ile-de-France et 1500 places pour cette dernière. Ce dispositif, insensé, est un transfert de charges sur les collectivités et le 115, dont les effets seront particulièrement visibles en Ile-de-France.

Faute d’accueil en province, les demandeurs d’asile se replient en effet sur la région parisienne, où la demande d’asile et d’hébergement a augmenté de manière considérable (+25% en Seine-Saint-Denis pour les isolés sur les 9 premiers mois de l’année 2008 comparé à 2007 et plus 100% pour les familles sur Paris sur la même période).

On mesure sans difficulté les conséquences de cette politique sur des territoires déjà saturés.

Aujourd’hui, près de 30 000 personnes (nationaux et étrangers) en Ile-de-France sont prises en charge dans des structures d’hébergement d’urgence (foyer, hôtels…).

De son côté, l’Anaem, qui deviendra l’Office français de l’immigration (OFI) en 2009, verra la disparition programmée de 100 emplois, non intégralement compensés par le transfert de 60 emplois sur deux ans en provenance de l’Acces.

Les centres de rétention bénéficient, eux, d’une programmation de 15 millions d’euros sur trois ans, soit cinq millions annuels, en légère hausse.

Enfin, dernière innovation budgétaire, l’aide au retour, si souvent vantée par le Ministère, subit une baisse de 50%, passant de 3 à 1.5 millions.

Si les centres d’accueil pour demandeurs d’asile sont relativement protégés, le placement des demandeurs d’asile en procédure prioritaire, pour près de 30% d’entre eux ; la réforme de l’allocation temporaire d’attente, qui exclut les demandes de réexamen ; la baisse drastique des crédits d’hébergement d’urgence et la suppression de plates-formes associatives sont des indices d’une politique annonciatrice de drames.

Communiqué de france terre d'asile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Immigration, derrière les statistiques, les drames humains   Ven 24 Oct - 19:24

Mineurs isolés roumains:
Un accord franco-roumain actuellement déposé au Sénat pour ratification facilite pour les mineurs roumains le retour dans leur pays d’origine à travers une procédure unique contraire aux principes fondamentaux de la protection de l’enfance. France terre d’asile appelle les parlementaires à faire échec à la ratification de cet accord.
Ecoutez le reportage de France Inter sur les mineurs isolés étrangers.

France terre d'asile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Immigration, derrière les statistiques, les drames humains   Ven 24 Oct - 19:26

Pacte européen sur l'immigration et l'asile:
Le Pacte européen a été formellement adopté le 16 octobre à Bruxelles par le Conseil européen. Voir le texte du Pacte européen sur l’immigration et l’asile.

http://www.immigration.gouv.fr/article.php?id_article=676
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Immigration, derrière les statistiques, les drames humains   Sam 25 Oct - 0:16

bye a écrit:
Rétention : un chargé de mission UMP serait à la tête du ministère de lImmigration serait à la tête du collectif Respect ayant répondu à l'appel d'offres

http://combatsdroitshomme.blog.lemonde.fr/2008/10/22/marche-de-la-retention-
le-collectif-respect-dirige-par-un-membre-de-lump-repond-a-lappel-doffres/

22 octobre 2008
Rétention: un chargé de mission UMP du ministère de l'Immigration serait à
la tête du collectif "Respect" ayant répondu à l'appel d'offres

Hallucinant. Dans un communiqué de presse publié ce soir le ministère de
l'Immigration annonce que le collectif "Respect", dirigé par un membre de
l'UMP, figure dans la liste des personnes morales qui ont d'ores et déjà
répondu à l'appel d'offres du marché de l'information juridique auprès des
étrangers reconduits au sein des centres de rétention administrative.

Il apparaît déjà que depuis plusieurs mois le ministère de l'Immigration
multiplie les manoeuvres afin d'encourager - voire de pousser - certains
organismes à répondre à l'appel d'offres en concurrence à la Cimade. Ainsi,
Forum des réfugiés, France terre d'asile mais aussi ASSFAM et l'Ordre de
Malte ont déposé un dossier de candidature.

voir le communiqué du ministère

cp-m3inds-22-10-marche.1224700674.pdf

Mais s'agissant du collectif Respect on apprend sur cette présentation que :

"nous avons décidé de créer Collectif Respect, nous étions au lendemain
des sifflets contre la Marseillaise au Stade de France, jeunes ou moins
jeunes, nous entendions remettre notre République sur ses pieds, reprendre
ces trophées abandonnées à l'extrême droite: la Patrie, l'hymne national,
le drapeau tricolore".

Selon Acrimed, le collectif est présidé par un élu de l'UMP

"Frédéric Bard, le président du Collectif Respect, fondé en 2003 au
lendemain du match de football France-Algérie, au cours duquel la
"Marseillaise" avait été sifflée. Cette association a notamment pour but de
"promouvoir le respect dû à l'autorité légitime, et en particulier aux
institutions et au Président de la République".

logo-ministere2.1224702146.jpg

Pire , il semble à la lecture de ce document (ou en PDF) (cinquième semaine
culturelle congolaise RDC du 21 au 30 juin 2008), - si ce n'est pas une
homonymie - que Frédéric Bard est aussi chargé de mission pour la RDC au
Ministère de l'mmigration de l'Intégration, de l'Identité nationale et du
Développement solidaire.

Cette information est confirmée par cet autre document

"FIIAP

PMISE EN PLACE DU PLAN D'ACTION DE RABAT

RÉUNION D'EXPERTS SUR MIGRATION ET
DÉVELOPPEMENT, PRÉPARATOIRE À LA 2ème
CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE EUROAFRICAINE
SUR MIGRATION ET
DÉVELOPPEMENT.
Dakar, les 9, 10 et 11 juillet 2008
Hôtel Méridien Président (Dakar)

n°110

M. Fréderic Bard

Chargé de mission. Département du développement durable [? solidaire].
Ministère de l'Immigration"

Si ce n'est pas une homonymie et s'il était avéré qu'un chargé de mission
de Brice Hortefeux a répondu, par le biais d'un collectif, à un appel
d'offres du ministère qui l'emploie, ce serait une grave atteinte aux
règles de la concurrence.

bard-david.1224704267.jpg

source

L'adresse du site du collectif Respect est hors service .

Le programme parisien de l'UMP 17ème et La Marseillaise en guise
d'information juridique des irréguliers en rétention. Ca laisse rêveur.

"Qu'un sang impur abreuve nos sillons"?

Centres de rétention: le Collectif Respect, en candidat masqué de la droite (mediapart)


Centres de rétention: le Collectif Respect, en candidat masqué de la
droite

Par Carine Fouteau

Mediapart.fr 24 octobre 2008

Un site internet désactivé, des coordonnées difficiles à trouver,
plus de 24 heures pour réussir à joindre un responsable, des
affinités politiques à droite et «une envie d'intervenir dans les
centres de rétention»: le halo de mystère entourant le Collectif
Respect, qui a répondu à l'appel d'offres du ministère de
l'immigration réorganisant la présence associative dans les centres
de rétention, commence à se dissiper.

Cette «personne morale» a pour ambition de remplacer la Cimade dans
certains CRA. Pourtant son expertise en matière de droit des
étrangers apparaît incertaine.

Selon sa propre présentation, que l'on retrouve ici ou là sur le web,
le Collectif Respect est un «mouvement qui entend réintroduire la
notion de respect dans la vie quotidienne». Créé en 2002 à la suite
du match de football France-Algérie au cours duquel La Marseillaise
avait été sifflée, il indique vouloir «en finir avec l'image
passéiste et caricaturale de la jeunesse que l'on pose soit en
victime permanente de la société, soit en catégorie condamnée à
l'assistanat, deux visions qui contribuent à la démobiliser, à la
‘ghéttoïser' et à lui faire oublier les valeurs de la République».

Interrogée par Mediapart, Maryse Lechesne, coordinatrice du
Collectif, confirme que son association est candidate, comme
l'Assfam, la Cimade, Forum réfugiés, France Terre d'asile et l'Ordre
de Malte. «Quand on a vu l'appel d'offres, on s'est dit: pourquoi pas
nous ? J'ai demandé au ministère de l'immigration de visiter des CRA
pour voir l'ambiance, le contexte. Ils ont mis 48 heures à me donner
l'autorisation. Fin août ou début septembre, je ne me souviens plus
très bien, j'ai visité le centre de Rouen. Quand je suis sortie, j'ai
même raccompagné un retenu qui avait été relâché, comme ça, dans la
nature. Ces gens n'ont rien, ce sont souvent des marginaux, des gens
que l'on trouve dans la rue, il faut bien créer de l'aide autour de
ces gens», indique-t-elle.

«Pour l'instant, ajoute-t-elle, il n'y a que la Cimade dans les
centres de rétention, mais avoir l'avis de plusieurs associations,
cela me semble une bonne chose.» L'appel d'offres divise la France
des CRA en huit «lots» distincts. Le Collectif Respect aurait postulé
pour deux zones : celle qui regroupe les centres de Palaiseau,
Plaisir, Coquelles et Rouen-Oissel et celle de «l'Outre-mer». Mais
Maryse Lechesne dit «ne pas en être très sûre. Je n'ai pas tous les
lots en tête».

Des affinités avec l'UMP

Dans le milieu des associations spécialisées sur les questions de
droits des étrangers, cette organisation est à peu près inconnue. «Je
ne sais pas qui ils sont. Je n'ai aucune information. Ils sont sortis
du chapeau comme par magie le 22 octobre [la date butoir de remise
des offres]», indique Claire Rodier, juriste au Groupe d'information
et de soutien des immigrés (Gisti), au fait des moindres évolutions
du secteur.

«On n'a jamais entendu parler d'eux, sauf une fois, il y a quelques
semaines, quand on a su qu'ils avaient visité un centre de rétention
près de Rouen. Cela nous avait d'ailleurs un peu surpris», ajoute-t-
on à la Cimade, seule association habilitée depuis 1985 à intervenir
dans les centres de rétention.

Dans l'entourage de Fadela Amara, la secrétaire d'État chargée de la
politique de la ville, on indique ne pas les connaître non plus. «Ils
ne sont répertoriés dans aucun de nos fichiers», précise-t-on. Du
côté des organisations actives dans les banlieues, même type de
réponse. À une nuance près, leur nom est associé à celui de l'UMP.

De fait, l'un des fondateurs de Collectif Respect, Frédéric Bard, a
eu des fonctions dans ce parti. À la fédération UMP de Paris, on
affirme néanmoins qu'«il n'y a plus aucune responsabilité depuis
2003». Chargé de communication du Collectif Respect, Didier Mouliom
confirme que Frédéric Bard a «appartenu à l'UMP», mais qu'«il a
démissionné du Collectif au début de l'année 2008».

Quant à Maryse Lechesne, elle revendique «le lien avec la droite en
général». On retrouve d'ailleurs son nom sur la liste UMP de l'Ile-de-
France aux élections régionales de mars 2004. «Oui, c'est vrai, il y
a chez nous des gens de droite, mais aussi des gens de gauche. On a
même un communiste», dit-elle, avant d'ajouter : «Le fait d'être de
droite, est-ce que cela nous empêche d'intervenir sur ce secteur ? Je
ne vois pas le rapport.» Elle tient à préciser que «nous n'avons pas
été sollicités par le ministère de l'immigration, cela aurait même
été choquant».

Dans l'entourage de Brice Hortefeux, on affirme «ne pas savoir grand-
chose sur cette association», même si autorisation lui a été donnée
de visiter un CRA. Alors que certaines informations, circulant sur
internet, indiquent que Frédéric Bard aurait été chargé de mission au
ministère de l'immigration, on déclare «ne pas en avoir eu
connaissance». La coordinatrice du Collectif Respect confirme, elle,
que «le ministère a fait appel à lui à un moment, mais je ne sais pas
ce que cela a donné».

Des bénévoles issus du monde de la communication

Pour en revenir aux droits des étrangers, le candidat mystère a
«beaucoup travaillé sur la laïcité, les violences faites aux femmes,
le respect des droits, de l'humain en général». «Nous sommes sur le
terrain depuis plusieurs années, même si on ne nous connaît pas trop.
Nous n'avons pas de gros moyens. Nous n'avons pas non plus de
salariés, je crois. La plupart d'entre nous avons d'autres fonctions
ailleurs», indique Maryse Lechesne.

Dans quels secteurs ? «La plupart d'entre nous venons du monde de la
communication», répond-elle. Autrement dit, le lien avec la mission
d'aide juridique aux étrangers enfermés dans les centres de rétention
n'apparaît pas de manière évidente.

Cette candidature est la conséquence directe de la manière dont
l'appel d'offres a été rédigé. Contesté par de nombreuses
associations, celui-ci se borne en effet à indiquer que toute
«personne morale» peut postuler. Les associations de défense des
droits des étrangers se retrouvent ainsi en concurrence avec des
structures sans savoir-faire ni expertise particulière en la matière.


URL source: http://www.mediapart.fr/journal/france/241008/centres-de-
retention-le-collectif-respect-en-candidat-masque-de-la-droite

Liens:
[1] http://www.mediapart.fr/club/blog/carine-fouteau
[2] http://www.collectifrespect.com/
[3] http://www.mediapart.fr/journal/france/221008/centres-de-
retention-les-dessous-du-marche-public-de-brice-hortefeux
[4] http://www.mediapart.fr/journal/france/220608/un-dossier-special-
de-mediapart-le-scandale-des-centres-de-retention-pour-etra
[5] http://www.psinfo.net/elections/regionales/2004/idf/listes/
cope2.html
[6] http://combatsdroitshomme.blog.lemonde.fr/2008/10/22/marche-de-la-
retention-le-collectif-respect-dirige-par-un-membre-de-lump-repond-a-
lappel-doffres/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Immigration, derrière les statistiques, les drames humains   Lun 27 Oct - 6:46

Des professionnels des services publics de Psychiatrie Infanto-Juvénile, ainsi que d’autres professionnels de l’enfance, inquiets de la situation actuelle des enfants de parents sans papiers, alertent :



> 1. Sur la difficulté grandissante d’accès aux soins :

> • Le risque d’une remise en question de l’acceptation de l’Aide Médicale d’Etat augmente pour les étrangers sans papiers.

> • La peur d’être appréhendé dans les lieux de soins et sur les trajets fait obstacle à la demande et à la continuité des soins.

> 2. Sur les répercussions graves pour les enfants et leurs familles :

> • Ces enfants vivent souvent dans une perpétuelle insécurité matérielle (déménagements multiples, hébergement précaire) et psychique : la menace d’une rupture des liens affectifs et sociaux est toujours imminente par rapport à leur environnement. Lorsqu’un des parents est renvoyé dans son pays d’origine, les répercussions sont graves sur la dynamique familiale et sur le développement de l’enfant.

> • Les souffrances psychiques des parents ont un impact sur la construction des enfants : dépression maternelle, dévalorisation de la place parentale, culpabilité, etc...

> • Certaines manifestations et signes de souffrance apparaissent plus fréquents chez les enfants pris dans cette problématique : réactivation des traumatismes antérieurs, préoccupation constante autour de la famille et de son devenir, hypermaturité avec absence de jeu, manifestations à expression somatique, agitation, échec scolaire.

> • Les familles et leurs enfants ayant fui des persécutions dans leur pays d’origine, paraissent tant qu’elles sont sans papiers, suspendues dans un entre-deux, ce qui ajoute à la problématique de la migration, celle encore plus complexe de l’exil.

> • Les pathologies psychiatriques, présentées par certains enfants de parents sans papiers, s’aggravent avec le renvoi dans le pays d’origine au prétexte qu’il existe des soins, alors même qu’ils sont insuffisants ou inexistants.

> • La prise en charge des mineurs isolés est difficile.

> • La présence de certains enfants avec leurs parents dans les centres de rétention pose de nombreux problèmes éthiques, en particulier la privation de liberté de ceux-ci.

> 3. Nous nous inquiétons également de l’effet traumatique sur l’environnement proche des familles expulsées ou menacées de l’être.



> Nous sommes, dans notre pratique quotidienne, confrontés à de nombreuses situations cliniques où les droits fondamentaux de l’enfant, tels qu’ils sont rédigés par la convention internationale des droits de l’enfant et par le défenseur des enfants, sont bafoués : droit d’être soigné, droit de vivre en famille, droit d’être protégé. Comment continuer d’exercer nos missions de prévention et de soin dans ce contexte ? L’éthique de nos professions nous impose de nous engager sur cette question.

> Nous souhaitons que le respect de tous les enfants vivant sur le territoire français reste une priorité pour la nation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Immigration, derrière les statistiques, les drames humains   Lun 27 Oct - 16:21

bye a écrit:
La Cour Européenne des Droits de l'Homme
suspend l'expulsion d'Ibou jusqu'au 7 novembre








Nous venons d'apprendre que le Cour Européenne des Droits de l'Homme a pris la
décision de suspendre la mesure d'éloignement à l'encontre d'Ibou Touré jusqu'au
rendu de sa décision le 7 novembre prochain. Il ne peut donc pas être expulsé
aujourd'hui.


Nous demandons sa
libération immédiate ! ! !

Ibou et Bahri sont libres, Bravo et Merci aux citoyens, aux élus, aux passagers et à la justice !

La lutte paie, la lutte continue ! IL FAUT REGULARISER !




Le Tribunal a prononcé le jugement suivant : « La privation de liberté d’Ibou Touré au delà du 24/10.08 11h30 n’est couverte par aucun titre et constitue donc une voie de fait à laquelle il doit être mis fin » condamnant du coup l’Etat à une amende de 800 euros de frais de procédure. Puis
le CSP59 a signifier par voie de huissier au préfet Canepa la décision de justice et par fax la décision de suspension de l’expulsion de la cour
européenne des droits de l’Homme.



La sortie de l’avion du vol Orly-Alger de Barhi exigée et obtenue par les passagers sous leurs applaudissements s’est conclue par la décision ordonnée du Procureur du Tribunal de Créteil qui l’a remis en liberté avec une convocation à une audience le 26 février 2009.



Ces deux tentatives d’expulsion émaillées d’infractions à la loi par le représentant de l’Etat censé garantir et faire respecter la loi suscitent les question
suivantes :



- Est-il concevable que tout soit permis, notamment le non respect de la loi et des droits, quand il s’agit de réprimer une lutte sociale d’étrangers ?



- Peut-on accepter l’impunité dont jouissent les représentants de l’Etat qui favorise que tout semble être permis quand il s’agit d’humilier, de réprimer les étrangers ?



- Que vaut la citoyenneté quand les appels, les messages, les supplications des citoyens, y compris d’enfant de 9 ans, d’élus du peuple, d’associations, de syndicats sont totalement ignorés et méprisés par le représentant de l’Etat ?



- C’est quoi même cet Etat dont le représentant agit comme possédé par une haine revancharde obsessionnelle et aveugle ?



- C’est quoi donc cette république qui piétine sans hésiter toutes ses valeurs pour asseoir un pouvoir qui veut imposer à la société civile, aux mouvements sociaux, aux associations, aux syndicats sa fonction revendicative, son rôle de contre pouvoir ?



- N’est-il pas clair que l’exclusion du CSP59 par le préfet Canepa en tant qu’interlocuteur incontournable est une discrimination inadmissible qui nécessite la poursuite de la lutte pour la décolonisation de l’Etat ?



- La ségrégation des français issus des ex-colonies, l’islamophobie, la politique d’assimilation culturelle, l’instrumentalisation électoraliste de l’immigration, les lois xénophobes, les insultes et propos racistes propagés contre les noirs, les arabes, les immigrés ne sont-ils pas des fléaux entretenus par l’Etat et les politiques des gouvernements successifs qui menacent le vivre ensemble dans l’égalité des droits et de dignité fondement de la nation française dans son évolution multiculturelle, multiconfessionnelle et multicolore ?



La formidable mobilisation des militants et des passagers du vol Orly-Alger a eu raison de la politique d'acharnement aveugle du Préfet Canepa et de son ministre Hortefeux. Cette mobilisation militante et citoyenne a secondé la combativité des sans papiers que l’acharnement préfectoral
veut rendre invisibles.



Tirant les leçons, nous devons encore mieux et plus nous organiser pour renverser le rapport de force défavorable actuel. L’effet Sarko s’estompe sous les coups de la crise économique et des espoirs déçus. Il faut s’attendre à une offensive politique pour diviser les travailleurs avec le poison du racisme, du « communautarisme », de l’islamophobie, etc. Notre lutte commune est l’antidote pour exiger ensemble que les patrons payent la crise
pour satisfaire nos revendications collectives et spécifiques. La solidarité entre les travailleurs, l’aide des uns aux autres et vice versa constitue l’antidote pour imposer la fraternité du vivre ensemble dans l’égalité, à l’instar du repas fraternel de solidarité du CSP59 aux sinistrés du sud de notre département.



Encore une fois un grand bravo et un grand Merci à tous !


Fait à Lille le 27/10/08
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Immigration, derrière les statistiques, les drames humains   Mer 29 Oct - 8:56

Infos pratiques pour le contre-sommet de Vichy(Camping-Transports-Programmes)


toutes les infos qu'on a pu trouver ici :

http://dissent.fr/node/52

En gros il y a bien un camping gratuit avec douches et WC ouvert de
dimanche a mardi au stade Wagy à Cusset
Le contre sommet se deroule du dimanche 2 a 14h30 jusqu'au lundi 3 a minuit.
Les blocages à Vichy se feront avant et pendant le sommet qui dure du
lundi 3 a 14h30 au mardi 4 a 12h30.
La manif est le lundi a 18h au lycee de Presles a Cusset mais le rdv
pour le cortege anarchiste est a 17h devant le lycee Albert de Londres
a moins de 500m.

Tout les details sont sur le lien cité plus haut ;-)

Pour des infos logistiques (hébergement, transports…) - contact :

vichy2008@riseup.net (mobilisation radicale internationale)

daniel.rondepierre@cegetel.net ou 04 70 96 38 10 (les verts du pays de vichy)

A Paris, l'UCIJ avait décidé de louer au minimum un car. Pour
l'instant, rien n'est confirmé ...

si vous êtes interessé laiisez vos coordonnées sur le mail de la
section SUD ligue de l'enseignement : sudligue75@yahoo.fr

Voici les premiers devis autour de 31€ sur la base d'un départ vers
12h de paris arrivé pour 17 h / 17 H 30 sur place
Départ de vichy après les concerts meeting etc donc vers minuit arrivé
sur paris entre 4 h ET 5 H du matin

Réunion au CICP mercredi 29 octobre à 19h !


A Lyon :
- Des bus partiront de Lyon le 3 novembre à 14 h de Bellecour pour
rejoindre la manifestation à 18 h. Ils reviendront sur Lyon avant
minuit.
- Le tarif est pour l'instant de 19 € par personne (nous organisons
plusieurs évènements afin de baisser le tarif final, venez-y).
- Pour réserver votre place et toute demande d'informations
complémentaires, merci d'écrire à
inscription_lyonvichy@riseup.net
- Pour confirmer votre réservation, merci d'adresser vos chèques à
Collectif lyonnais contre le sommet de Vichy c/o La Gryffe, 5 rue
Sébastien Gryphe, 69007 Lyon, à l'ordre de LDH avec mention au dos "
Pour Collectif Lyon-Vichy".
Les réservations et les paiements d'avance nous permetront d'estimer
le nombre de bus nécessaires.


A Grenoble, un car est affrété par la CIIP (2 tarifs : 20 € ou 10 €
pour étudiants, précaires, demandeurs d'emploi, etc.). Réservations :
ciip@wanadoo.fr ou local du CIIP MDA 6, rue Berthe de Boissieux, ou en
téléphonant au 04 76 87 59 79. Payable par chèque (au nom CISSP) ou en
espèces (au local du CIIP ou dans le car).


A Besançon, des départs collectifs sont prévus : voir avec la CNT
Doubs (cnt-doubs@cnt-f.org).


A Dijon, au moins un bus est prévu : écrire à
vichy08@brassicanigra.org. La participation aux frais devrait se
situer entre 5 et 15 €.


Au Puy-en-Velay, un co-voiturage est organisé : rendez-vous le lundi à
15h sur le parking de la piscine d'Aiguille, comme à Brioude :
rendez-vous lundi à 15h au rond-point de Lamothe. (Resf34)


Un co-voiturage est organisé à partir de la Creuse, et sous-réserve
aussi depuis la Corrèze et Limoges. Un car devrait être affrété depuis
Bruxelles.


--
Ben Lagren
www.dissent.fr
_____________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Immigration, derrière les statistiques, les drames humains   Mer 29 Oct - 14:40

bye a écrit:
Rétention : un chargé de mission UMP serait à la tête du ministère de lImmigration serait à la tête du collectif Respect ayant répondu à l'appel d'offres

http://combatsdroitshomme.blog.lemonde.fr/2008/10/22/marche-de-la-retention-
le-collectif-respect-dirige-par-un-membre-de-lump-repond-a-lappel-doffres/

22 octobre 2008
Rétention: un chargé de mission UMP du ministère de l'Immigration serait à
la tête du collectif "Respect" ayant répondu à l'appel d'offres

Hallucinant. Dans un communiqué de presse publié ce soir le ministère de
l'Immigration annonce que le collectif "Respect", dirigé par un membre de
l'UMP, figure dans la liste des personnes morales qui ont d'ores et déjà
répondu à l'appel d'offres du marché de l'information juridique auprès des
étrangers reconduits au sein des centres de rétention administrative.

Il apparaît déjà que depuis plusieurs mois le ministère de l'Immigration
multiplie les manoeuvres afin d'encourager - voire de pousser - certains
organismes à répondre à l'appel d'offres en concurrence à la Cimade. Ainsi,
Forum des réfugiés, France terre d'asile mais aussi ASSFAM et l'Ordre de
Malte ont déposé un dossier de candidature.

voir le communiqué du ministère

cp-m3inds-22-10-marche.1224700674.pdf

Mais s'agissant du collectif Respect on apprend sur cette présentation que :

"nous avons décidé de créer Collectif Respect, nous étions au lendemain
des sifflets contre la Marseillaise au Stade de France, jeunes ou moins
jeunes, nous entendions remettre notre République sur ses pieds, reprendre
ces trophées abandonnées à l'extrême droite: la Patrie, l'hymne national,
le drapeau tricolore".

Selon Acrimed, le collectif est présidé par un élu de l'UMP

"Frédéric Bard, le président du Collectif Respect, fondé en 2003 au
lendemain du match de football France-Algérie, au cours duquel la
"Marseillaise" avait été sifflée. Cette association a notamment pour but de
"promouvoir le respect dû à l'autorité légitime, et en particulier aux
institutions et au Président de la République".

logo-ministere2.1224702146.jpg

Pire , il semble à la lecture de ce document (ou en PDF) (cinquième semaine
culturelle congolaise RDC du 21 au 30 juin 2008), - si ce n'est pas une
homonymie - que Frédéric Bard est aussi chargé de mission pour la RDC au
Ministère de l'mmigration de l'Intégration, de l'Identité nationale et du
Développement solidaire.

Cette information est confirmée par cet autre document

"FIIAP

PMISE EN PLACE DU PLAN D'ACTION DE RABAT

RÉUNION D'EXPERTS SUR MIGRATION ET
DÉVELOPPEMENT, PRÉPARATOIRE À LA 2ème
CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE EUROAFRICAINE
SUR MIGRATION ET
DÉVELOPPEMENT.
Dakar, les 9, 10 et 11 juillet 2008
Hôtel Méridien Président (Dakar)

n°110

M. Fréderic Bard

Chargé de mission. Département du développement durable [? solidaire].
Ministère de l'Immigration"

Si ce n'est pas une homonymie et s'il était avéré qu'un chargé de mission
de Brice Hortefeux a répondu, par le biais d'un collectif, à un appel
d'offres du ministère qui l'emploie, ce serait une grave atteinte aux
règles de la concurrence.

bard-david.1224704267.jpg

source

L'adresse du site du collectif Respect est hors service .

Le programme parisien de l'UMP 17ème et La Marseillaise en guise
d'information juridique des irréguliers en rétention. Ca laisse rêveur.

"Qu'un sang impur abreuve nos sillons"?

Centres de rétention: le Collectif Respect, en candidat masqué de la droite

Par Carine Fouteau
Mediapart.fr 24 octobre 2008

Un site internet désactivé, des coordonnées difficiles à trouver, plus de 24
heures pour réussir à joindre un responsable, des affinités politiques à
droite et «une envie d'intervenir dans les centres de rétention»: le halo de
mystère entourant le Collectif Respect, qui a répondu à l'appel d'offres du
ministère de l'immigration réorganisant la présence associative dans les
centres de rétention, commence à se dissiper.

Cette «personne morale» a pour ambition de remplacer la Cimade dans certains
CRA. Pourtant son expertise en matière de droit des étrangers apparaît
incertaine.

Selon sa propre présentation, que l'on retrouve ici ou là sur le web, le
Collectif Respect est un «mouvement qui entend réintroduire la notion de
respect dans la vie quotidienne». Créé en 2002 à la suite du match de
football France-Algérie au cours duquel La Marseillaise avait été sifflée,
il indique vouloir «en finir avec l'image passéiste et caricaturale de la
jeunesse que l'on pose soit en victime permanente de la société, soit en
catégorie condamnée à l'assistanat, deux visions qui contribuent à la
démobiliser, à la ‘ghéttoïser' et à lui faire oublier les valeurs de la
République».

Interrogée par Mediapart, Maryse Lechesne, coordinatrice du Collectif,
confirme que son association est candidate, comme l'Assfam, la Cimade, Forum
réfugiés, France Terre d'asile et l'Ordre de Malte. «Quand on a vu l'appel
d'offres, on s'est dit: pourquoi pas nous ? J'ai demandé au ministère de
l'immigration de visiter des CRA pour voir l'ambiance, le contexte. Ils ont
mis 48 heures à me donner l'autorisation. Fin août ou début septembre, je ne
me souviens plus très bien, j'ai visité le centre de Rouen. Quand je suis
sortie, j'ai même raccompagné un retenu qui avait été relâché, comme ça,
dans la nature. Ces gens n'ont rien, ce sont souvent des marginaux, des gens
que l'on trouve dans la rue, il faut bien créer de l'aide autour de ces
gens», indique-t-elle.

«Pour l'instant, ajoute-t-elle, il n'y a que la Cimade dans les centres de
rétention, mais avoir l'avis de plusieurs associations, cela me semble une
bonne chose.» L'appel d'offres divise la France des CRA en huit «lots»
distincts. Le Collectif Respect aurait postulé pour deux zones : celle qui
regroupe les centres de Palaiseau, Plaisir, Coquelles et Rouen-Oissel et
celle de «l'Outre-mer». Mais Maryse Lechesne dit «ne pas en être très sûre.
Je n'ai pas tous les lots en tête».

Des affinités avec l'UMP

Dans le milieu des associations spécialisées sur les questions de droits des
étrangers, cette organisation est à peu près inconnue. «Je ne sais pas qui
ils sont. Je n'ai aucune information. Ils sont sortis du chapeau comme par
magie le 22 octobre [la date butoir de remise des offres]», indique Claire
Rodier, juriste au Groupe d'information et de soutien des immigrés (Gisti),
au fait des moindres évolutions du secteur.

«On n'a jamais entendu parler d'eux, sauf une fois, il y a quelques
semaines, quand on a su qu'ils avaient visité un centre de rétention près de
Rouen. Cela nous avait d'ailleurs un peu surpris», ajoute-t- on à la Cimade,
seule association habilitée depuis 1985 à intervenir dans les centres de
rétention.

Dans l'entourage de Fadela Amara, la secrétaire d'État chargée de la
politique de la ville, on indique ne pas les connaître non plus. «Ils ne
sont répertoriés dans aucun de nos fichiers», précise-t-on. Du côté des
organisations actives dans les banlieues, même type de réponse. À une nuance
près, leur nom est associé à celui de l'UMP.

De fait, l'un des fondateurs de Collectif Respect, Frédéric Bard, a eu des
fonctions dans ce parti. À la fédération UMP de Paris, on affirme néanmoins
qu'«il n'y a plus aucune responsabilité depuis 2003». Chargé de
communication du Collectif Respect, Didier Mouliom confirme que Frédéric
Bard a «appartenu à l'UMP», mais qu'«il a démissionné du Collectif au début
de l'année 2008».

Quant à Maryse Lechesne, elle revendique «le lien avec la droite en
général». On retrouve d'ailleurs son nom sur la liste UMP de l'Ile-de-
France aux élections régionales de mars 2004. «Oui, c'est vrai, il y a chez
nous des gens de droite, mais aussi des gens de gauche. On a même un
communiste», dit-elle, avant d'ajouter : «Le fait d'être de droite, est-ce
que cela nous empêche d'intervenir sur ce secteur ? Je ne vois pas le
rapport.» Elle tient à préciser que «nous n'avons pas été sollicités par le
ministère de l'immigration, cela aurait même été choquant».

Dans l'entourage de Brice Hortefeux, on affirme «ne pas savoir grand- chose
sur cette association», même si autorisation lui a été donnée de visiter un
CRA. Alors que certaines informations, circulant sur internet, indiquent que
Frédéric Bard aurait été chargé de mission au ministère de l'immigration, on
déclare «ne pas en avoir eu connaissance». La coordinatrice du Collectif
Respect confirme, elle, que «le ministère a fait appel à lui à un moment,
mais je ne sais pas ce que cela a donné».

Des bénévoles issus du monde de la communication

Pour en revenir aux droits des étrangers, le candidat mystère a «beaucoup
travaillé sur la laïcité, les violences faites aux femmes, le respect des
droits, de l'humain en général». «Nous sommes sur le terrain depuis
plusieurs années, même si on ne nous connaît pas trop.
Nous n'avons pas de gros moyens. Nous n'avons pas non plus de salariés, je
crois. La plupart d'entre nous avons d'autres fonctions ailleurs», indique
Maryse Lechesne.

Dans quels secteurs ? «La plupart d'entre nous venons du monde de la
communication», répond-elle. Autrement dit, le lien avec la mission d'aide
juridique aux étrangers enfermés dans les centres de rétention n'apparaît
pas de manière évidente.

Cette candidature est la conséquence directe de la manière dont l'appel
d'offres a été rédigé. Contesté par de nombreuses associations, celui-ci se
borne en effet à indiquer que toute «personne morale» peut postuler. Les
associations de défense des droits des étrangers se retrouvent ainsi en
concurrence avec des structures sans savoir-faire ni expertise particulière
en la matière.


URL source: http://www.mediapart.fr/journal/france/241008/centres-de-
retention-le-collectif-respect-en-candidat-masque-de-la-droite

Liens:
[1] http://www.mediapart.fr/club/blog/carine-fouteau
[2] http://www.collectifrespect.com/
[3] http://www.mediapart.fr/journal/france/221008/centres-de-
retention-les-dessous-du-marche-public-de-brice-hortefeux
[4] http://www.mediapart.fr/journal/france/220608/un-dossier-special-
de-mediapart-le-scandale-des-centres-de-retention-pour-etra
[5] http://www.psinfo.net/elections/regionales/2004/idf/listes/
cope2.html
[6] http://combatsdroitshomme.blog.lemonde.fr/2008/10/22/marche-de-la-
retention-le-collectif-respect-dirige-par-un-membre-de-lump-repond-a-
lappel-doffres/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Immigration, derrière les statistiques, les drames humains   Mer 29 Oct - 19:58

une video pour B. Hortefeux "Ras le bol de l' histoire du passé de
Vichy"
http://www.dailymotion.com/video/k1Qvcjv7cRe2kHFTCN
(video postée le 28 juin 2008, apparemment il s'agit d'une réunion UMP... )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Immigration, derrière les statistiques, les drames humains   Mer 29 Oct - 22:39

URGENT expulsion préévue demain


Jez reçois deux appels: l'expelsion de Souleymane
Camara, gréviste de MAN BTP, vers Bamako est
prévue demain à 16h45 à Roissy (probablement
terminal 2E). Appel à soutien sur place à partir
de 14h.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bye
Militant
Militant


Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Immigration, derrière les statistiques, les drames humains   Jeu 30 Oct - 6:03

un cas de délation issue d'une extrèmement grave et honteuse dénonciation de la mairie du V de paris (dont le maire est tibéri UMP) d'une maman sans pa' qui voulait inscrire son enfant à l'école

à lire :

-la convocation judiciare d'une mère
-l'appel à la mobilisation et au soutien à la mère à l'initiative du comité de vigilance de paris 12 pour les droits des étrangers-RSF

ce comité est soutenu par la mairie du 12 (maire michèle blumenthal PS) où des parainages "républicains" de familles, enfants, jeunes...sans pap' ont lieu régulièrement




URGENT : Communiqué : Madame M dénoncée par la mairie du 5eme


La Mairie du Ve arrondissement de Paris dénonce à la police une femme « sans papiers » venant inscrire son enfant à l’école !

Mme M., femme de ménage, habitait le 12e arrondissement depuis son arrivée en France en 2002.

Elle a emménagé avec son fils en mai 2008 dans le 5e arrondissement de Paris.

En juillet 2008, elle se rend à la Mairie du 5e pour inscrire son fils à l’école de son quartier. Curieusement, on lui demande alors si elle possède un titre de séjour, document qui n’a pas à être demandé lors d’une inscription scolaire. Elle répond par la négative.

Fin août, elle reçoit une convocation au commissariat du 5e à laquelle elle ne défère pas. Fin octobre, il est déposé dans sa boite aux lettres une nouvelle convocation au commissariat « suite à l’inscription de votre enfant à l’école et votre situation alors irrégulière en France ».
Ce sont donc bien les services de la Mairie du 5e qui ont dénoncé la situation de Mme M. aux services de police.
La politique des quotas, des expulsions programmées, conduit maintenant aux dénonciations qui nous ramènent à de bien tristes souvenirs.

Nous, citoyens, élus, sommes indignés par ces pratiques honteuses qui perdurent encore dans notre République.
Nous ne pouvons accepter que l’exercice de la peur et du désespoir soit organisé et exécuté en notre nom.
Nous serons donc nombreux à accompagner Mme M. au commissariat de police
Jeudi 30 Octobre 2008 à 9H30, 4, rue de la Montagne Sainte Geneviève Paris 5e Métro : Maubert Mutualité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Immigration, derrière les statistiques, les drames humains   Aujourd'hui à 20:53

Revenir en haut Aller en bas
 
Immigration, derrière les statistiques, les drames humains
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quel type d'éducation pour les enfants issus de l'immigration?
» enfant ashmatique et immigration au québec
» La Cité de l’immigration
» [Grand Thème] Immigration, sans papiers, travail clandestin
» Bilan d'immigration

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions dans la niche :: Aboiements :: Vos coups de gueule-
Sauter vers: