Discussions dans la niche

Pour les amis, fidèles à mon site
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La grève du 15 mai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: La grève du 15 mai   Sam 17 Mai - 1:22

15 MAI: LA MOBILISATION AU FIL DU SUD
<table class=mxcdefault_dotted cellSpacing=0 cellPadding=0 width="100%" border=0></TABLE>

D
Montpellier : le souffle lycéen

L’Hérault n’a pas non plus manqué son premier rendez-vous du mai social qui se profile. A Montpellier, au moins 6 000 manifestants ont déferlé depuis les jardins du Peyrou jusqu’à la préfecture. Derrière un front syndical uni, c’est une vague pro-éducation qui a clairement émergé. Si les hospitaliers, fonctionnaires du trésor ou de la Drass se sont aussi mobilisés, un véritable flot d’enseignants, de chercheurs, d’éducateurs spécialisés… et de parents s’est déversé dans les rues d’une capitale régionale en colère. Mais la belle surprise est sans conteste venue des jeunes. D’une centaine d’étudiants mais surtout d’un millier de lycéens débarqués de tout le département (Montpellier, Lunel, Béziers, Sète, Pézenas) pour hurler sans réserve leur rage face à la politique des coupes franches de postes.[/
Une rue au souffle intergénérationnel en écho aux fortes perturbations enregistrées dans les établissements scolaires héraultais. Dans l’académie de Montpellier, le taux d’enseignants grévistes s’est élevé à 50,8% pour les collèges (54,5%) et lycées (46,8%). Mieux encore dans les écoles maternelles et élémentaires où l’on a relevé un débrayage à hauteur de 60%. Rien qu’à Montpellier, 41 des 115 écoles sont restées portes closes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
guigui
Syndicaliste
Syndicaliste


Nombre de messages : 531
Age : 24
Date d'inscription : 02/01/2008

MessageSujet: Re: La grève du 15 mai   Sam 17 Mai - 12:19

pas mal pas mal , presque comme nous, on était 5000 et il devait y'avoir entre 800 et 1000 lycéens en fait. superbe mobilisation !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://el-hombre-nuevo-en-un-mundo-antiguo.e-monsite.com/
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: La grève du 15 mai   Dim 18 Mai - 1:12

Fonctionnaires: marre de «travailler plus pour gagner moins»

A Paris jeudi. (Reuters)

Suppression de postes, manque de moyens et de reconnaissance... L'ensemble de la fonction publique a emboîté le pas aux enseignants. A Paris, ils étaient 18.000 selon la police, trois fois plus pour les syndicats.

«Non au démantèlement du service public.» C'était le mot d'ordre aujourd'hui dans les rangs de la manifestation parisienne qui a rassemblé au départ de la place d'Italie 50.000 à 60.000 fonctionnaires selon les syndicats, 18.000 selon la police. Ailleurs en France, ils étaient 4000 à 6000 à Lille, 4000 à 10.000 à Toulouse, entre 5000 et 10.000 à Lyon, 5000 à Orléans, de 5000 à 8.000 à Rennes...



A Paris, enseignants et lycéens formaient le gros des troupes, rejoints par des agents de la fonction publique territoriale, de la santé, de la culture, de la Poste... Et un petit groupe de travailleurs sans-papiers en demande de régularisation, urne à la main pour collecter quelques pièces en soutien à leur mouvement.

Au fil du cortège, plutôt calme, slogans et pancartes affichent l'éventail des motifs de contestation: «Elèves et profs trahis», «Séisme dans la culture», «travailler plus pour gagner moins», «Les Lettres aux oubliettes», ou même «Non aux OGM».

«Les choses peuvent encore changer à la rentrée»

Première raison de la colère: les 11.200 suppressions de postes dans l'Education à la rentrée. Moins de profs, cela veut dire, dénoncent les enseignants, des classes surchargées à la rentrée, des options qui passent à la trappe, la disparition des demi-groupes en cours de langue... François Barny, qui enseigne les maths à Savigny-sur-Orge (91), est catégorique: quoi qu'en dise le ministre Xavier Darcos, il y a «une réelle différence» entre une classe à 35, comme il en a aujourd'hui, et une classe à 32 comme c'était le cas il y a quelques années. «A 35, on ne peut pas faire de suivi individuel. Si certains ne suivent pas, tant pis.»

Son lycée devrait perdre cinq postes à la rentrée, mais les enseignants ne désespèrent pas. «On a déjà récupéré trois postes en se mobilisant. Les choses peuvent encore changer à la rentrée, veut croire Claire Bonhomme, la prof d'histoire-géo. Quand les parents découvriront que leurs enfants n'auront plus de prof pendant trois mois faute de remplaçant ou pas accès à certaines options, la grogne risque de monter.»

Pour les enseignants du primaire, le mécontentement porte surtout sur les nouveaux programmes, jugés rétrogrades par nombre d'entre eux. «On privilégie le par cœur au détriment de la réflexion et de la compréhension des enfants», regrette Camille, professeurs des écoles dans le XVIIIe arrondissement, en CE1 et CE2 «avec 32 élèves par classe». Face à la fermeté du ministre de l'Education, elle avoue ne pas espérer grand chose de cette manifestation mais persiste à venir «pour le symbole».

Aux côtés de leurs profs, les lycéens sont fidèles au poste après deux mois de mobilisation. Certains accusent tout de même un léger découragement. «A cause des absences, on a décidé de ne plus venir qu'aux grosses manifs», explique Laura, en 1ère ES à Arpajon (91). «En plus, les terminales et les BTS ne peuvent plus venir à cause des épreuves. Ce qu'il faudrait pour faire bouger le gouvernement, c'est une énorme manif, que tout le monde s'y mette», ajoute-t-elle sans trop y croire.

Sous-effectif

Suivent dans le cortège des groupes de fonctionnaires en ordre dispersé, qui plaident d'une manière générale pour la défense de leur statut et de leur mission de service public. Comme ses chargés d'étude à l'Insee, inquiets du risque de privatisation d'une partie de leur activité, «ce qui mettrait en danger la neutralité que doit avoir notre institution». Ils dénoncent aussi l'augmentation de la facturation des études de l'Insee -«seules les régions les plus riches pourront payer des statistiques»- et la baisse des effectifs alors que la charge de travail est croissante.

Ou ces bibliothécaires de la Bibliothèque nationale de France qui dénoncent eux aussi la baisse de leurs effectifs: «La charge de travail allant croissante, on accumule les retards, ce qui pénalise les usagers et génère des situations de tension.»

Prochaines grosses manifestations vue: le 18 mai pour les enseignants et le 22 mai, journée d'action interprofessionnelle pour les retraites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: La grève du 15 mai   Mar 20 Mai - 20:01



ÀBrassards de grève : "Et pourquoi pas une plume dans le derrière ?"



François Chérèque, le leader de la CFDT, répond à André Santini qui propose aux fonctionnaires grévistes de porter un bandeau à la japonaise, au lieu de "provoquer la pagaille".

Bernard Thibault de la CGT, Jean-Claude Mailly de Force Ouvrière, François Chereque de la CFDT et Jacques Voisin de la CFTC (de gauche à droite) (Reuters)


L'invitation du secrétaire d'Etat à la Fonction publique André Santini aux fonctionnaires grévistes de mettre "des brassards à la japonaise" a été peu appréciée par plusieurs leaders syndicaux jeudi 15 mai. Le secrétaire général de la CFDT François Chérèque a ainsi rétorqué : "Et pourquoi pas une plume dans le derrière ?".

"Brassards à la japonaise"

André Santini avait estimé mercredi sur BFM qu'il y avait "d'autres moyens de s'exprimer" que la grève, en référence à celle prévue ce jeudi dans la Fonction publique, proposant par exemple aux fonctionnaires de mettre "des brassards à la japonaise".
"Et pourquoi pas une plume dans le derrière tant qu'on y est ?", a réagi le secrétaire général de la CFDT, François Chérèque, jeudi, dans la manifestation parisienne des fonctionnaires. "C'est quand même extraordinaire : on a des ministres qui nous disent comment il faut organiser les grèves, mais nous, ce qu'on veut, c'est du dialogue pour qu'il n'y ait pas de grève".
"Je conseille à M. Santini de porter lui-même un brassard noir, car il signe la mort de la Fonction publique", a de son côté déclaré le secrétaire général de FO Jean-Claude Mailly.

"Formules douteuses"

Mercredi, dans un communiqué, le syndicat Solidaires avait reproché au gouvernement de "chercher la provocation" après les propos d'André Santini.
"Derrière son sens des formules douteuses, on peut se demander si les propos du ministre ne cachent pas un sens plus profond sur la limitation du droit de grève dans la Fonction publique".
"Faire la grève est une décision sérieuse, (...) et qui mérite d'autres réponses que des propos provocateurs, douteux et qui recherchent le 'bon mot' médiatique", avait ajouté Solidaires.
André Santini a répété jeudi sur RTL que la grève était à ses yeux "un mode de réclamation (...) daté". Il a cependant reconnu que c'est un droit "constitutionnel". Il a dit préférer "perdre du temps, qui est gagné deux fois, en pédagogie" en discutant avec les syndicats.

"Plutôt que de provoquer la pagaille…"

Revenant sur l'idée d'un brassard pour se déclarer gréviste tout en continuant à travailler, le maire d'Issy-Les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) a confirmé pendant l'interview : "J'ai fait ça dans ma commune, j'ai expliqué (aux employés) qu'une grève est difficilement explicable dans une collectivité locale, (...). Je leur ai dit: 'plutôt que de provoquer la pagaille dans les crèches, dans les écoles, dans les services, vous devriez (mettre) sur un brassard, un bandeau "fonctionnaire en grève"'. Ça a été très apprécié".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
guigui
Syndicaliste
Syndicaliste


Nombre de messages : 531
Age : 24
Date d'inscription : 02/01/2008

MessageSujet: Re: La grève du 15 mai   Jeu 22 Mai - 0:55

chien gue je suis tenté de te piquer ton adresse msn, je peux te rentrer dans mes contacts ( je préfere te demander dabord, pour eviter que tu abois xD ) ????
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://el-hombre-nuevo-en-un-mundo-antiguo.e-monsite.com/
Chien Guevara
Admin


Nombre de messages : 9406
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: La grève du 15 mai   Jeu 22 Mai - 22:30

Laughing L'adresse hotmail que tu dois avoir, n'est en fait qu'une boite à lettre pour mon site ; j'ai une autre adresse pour mon compte MSN ; je te l'envoie en message privé ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/forget
guigui
Syndicaliste
Syndicaliste


Nombre de messages : 531
Age : 24
Date d'inscription : 02/01/2008

MessageSujet: Re: La grève du 15 mai   Jeu 22 Mai - 23:14

oki merci beaucoup ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://el-hombre-nuevo-en-un-mundo-antiguo.e-monsite.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La grève du 15 mai   Aujourd'hui à 5:53

Revenir en haut Aller en bas
 
La grève du 15 mai
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dijon : Grève spontanée sur le réseau Divia
» grève 7$$ ou pas
» Grève hypermarchés
» Des nouvelles de la grève
» Grève du lait.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions dans la niche :: Aboiements :: Vos coups de gueule-
Sauter vers: